Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 00:00



Pour ce "mardi chez Stephie", Mlle Pointillés et moi nous sommes surpassées.
Nous avons choisi la lecture la plus surréaliste qu’il m’ait été donné de lire…

Mais avant de vous parler de l’histoire, admirons la sublime couverture :

 

swamp.jpg
Couverture quelques peu mensongère : la fille ne porte pas de string
dans le livre quand elle se baigne. 
Et elle ne se recouvre pas de boue non plus.
Par contre, en effet elle crie quand elle se fait sucer par ce qu’elle croit être un poisson.

 

 

Vous apprécierez également ce titre on ne peut plus classe et subtile, tout en violet et vert fluo :

« J’ai baisé la créature des marécages ».
Titre également  mensonger : « je me suis faite baiser par la créature des marécages » aurait été plus juste…

 

 

Mais ne pinaillons pas.

 

Et essayons de parler de l’histoire.
Car oui mesdames, histoire, il y a.

 

L’histoire s’ouvre sur Krissie qui est à poil dans un lac (ce qui est déjà peu commun) en train de pester contre son petit copain qui lui chatouille les jambes (au lieu de les lui écarter allez savoir pourquoi).
Elle peste car voyez-vous,  Krissie a une phobie, elle a peur que des petits poissons lui mordent les pieds (mais par contre quand les gros poissons lui lèchent le sexe : point de phobie) (comme c’est pratique).Mais je m’égare. Où en étais-je ?
Ah oui. Elle se dispute avec son copain qui la laisse en plan comme ça, nue, au milieu du lac. Non sans lui avoir dit au préalable « Tu vas devoir trouver un moyen de rentrer toute seule, bébé. Putain, je pensais qu’on allait le faire » (oui il ne faut pas être très regardant sur la profondeur des dialogues quand on lit une nouvelle érotique)(par contre on peut être regardant sur la profondeur d’autres choses)(oui je fais dans la classitude aujourd’hui)(mais le premier mardi, c’est permis non ?).
Bref, au lieu de retourner vers la rive où sont entreposés ses vêtements, ce que tout femme dotée d’un minimum de neurones aurait fait, Krissie se dit qu’elle ne va pas les retrouver dans le noir (oui c’est la nuit) et elle décide donc de rester un peu dans l’eau avant d’aller toquer à la porte de la maison située derrière le lac voir si quelqu’un peut lui prêter un téléphone (ceci dit elle n’est pas très à l’aise à l’idée de demander ça à poil)(et on la comprend).
Bref la voilà en train de barboter dans l’eau « fraîche qui caresse gentiment les plis de son sexe » et c’est là qu’elle se rend compte qu’elle est déçue. Oui, déçue. Vous comprenez personne ne va la toucher à cet endroit ce soir (c’était pourtant bien parti).
C’est à ce moment précis que (le miracle se produit) des petites bulles commencent à la chatouiller à « cet » endroit, et au lieu de fermer les cuisses, Kissie (la blonde) les ouvrent en pensant pouvoir éviter ce qui est en train de la toucher. Sauf que voilà : ce qui la touche ne se fait pas avoir et va même jusqu’à se faufiler derrière pour toucher ses fesses (malin) et bon, certes, elle trouve bien ça bizarre (tu m’étonnes), mais elle n’a pas pour autant envie d’aller voir ce que c’est car vous comprenez (ou pas) c’est trop bon quoi (c’est sur que si c’est trop bon, y’a pas de mal à se faire caresser par un poisson ou une algue hein)(le plaisir avant tout moi je dis). Et là, sans prévenir, voilà que quelque chose de visqueux commence à la sucer et l’avaler comme si elle était un délicieux dessert (je me demande comment l’auteure mange ses tiramisu perso).
Et à Kissie de réagir (enfin) et de crier un « Ahhhh What the fuck » très persuasif tout en essayant de s’extraire de l’horrible poisson qui était en train de la mordiller. Mais malheureusement pour elle (et heureusement pour son clito qui est en chaleur) des « algues » l’entourent fermement et elle ne peut pas s’échapper. Elle se débat, essaye de frapper mais c’est peine perdue. La bouche continue de sucer son dessert, et son clito et son pussy sont en feu même si la terreur court dans ses veines… Elle crie donc encore jusqu’à ce que …
quelque chose de long et de visqueux comme une anguille (mmmh voilà qui donne envie) commence à faire des cercles lui ôtant tout envie de s’échapper. (oui, vous ne rêvez pas, un poisson ou autre créature est en train de lui faire un cuni et elle elle n’essaye plus de s’enfuir)


anguille.jpg
La langue du monstre ressemble à ça,, avouez que ça fait rêver ?

 

Mais bon, vous comprenez, aucun homme n’a jamais traité son pussy comme la chose qui la maintient captive, du coup elle se laisse aller et sent son jus se déverser dans la gorge de la créature (amies de la poésie…). « Ahhhhhh ! Nooooo ! Eeeeeeee ! OHHHHH” (très importants les majuscules pour comprendre l’intensité de l’orgasme) (parce que oui, elle a jouit malgré le contexte pour le moins particulier)(Mais que voulez vous, le clito et le pussy ont leur raisons que la raison ne connaît pas).

Tout son corps tremble encore quand la créature décide de sortir de l’eau.
Moitié homme, moitié poisson (ça me fait penser à la chanson de bioman : moiiii-tiiééé hooooommmeuuuh, moitiéééé poiiiisssoooon), des nageoires  qui encadrent son visage vert plein d’écailles, il a des yeux jaunes de reptiles et une douce bouche de truite.
D’une truite donc, genre comme ça :

 

truite.jpg

Sympa la bouche du monstre…Entre cette bouche et la langue « anguille » on voudrait toutes des cunis de monstre aquatique…

 

Son corps, quant à lui, est celui d’un homme si ce n’est les écailles vertes qui le parsème.
Ouhhhh, Kissie a peur et sait le démontrer avec conviction « SVP, ne me faites pas de mal » (baisez moi plutôt).
Alors, il  l’attrape et l’amène dans une cave tout ce qui a de plus romantique pour leur première fois. De l’eau jusqu’aux genoux et des murs recouverts de champignons qui diffusent une lumière verte (allez savoir comment ?)(peut-être pour faire un clin d’œil à la substance ingurgitée par l’auteur avant d’écrire sa nouvelle ?).

Là ses yeux tombent sur le membre de la créature et « WOW » cette créature est définitivement un homme et son membre est définitivement réveillé (je respecte les majuscules et les italiques du texte).
 Elle se sent vulnérable et effrayée mais cela n’empêche pas son pussy de se contracter (sacré pussy va) à la vue de son membre et au souvenir de ce qu’il a été capable de faire avec sa bouche.
Il s’approche, commence à la peloter et elle veut crier mais elle ne peut retenir un gémissement. (ah la la, ce corps qui la trahit). Bref il la touche, elle kiffe (son pussy et son clito aussi) et là, la curiosité l’emporte (sacré curiosité) (une coquine celle là), donc la curiosité l’emporte et elle attrape son membre qui est doux et soyeux. L’homme-poisson la met à quatre pattes et là elle se demande (à juste titre) « va t-il me baiser ? Et surtout, vais-je le laisser faire » (mon petit doigt me dit que oui il va la baiser et que oui elle va le laisser faire)(mais peut-être qu’il se trompe ?).
Et bien non, mon petit doigt ne s’est pas trompé et pendant l’acte, tout en se disant qu’elle va sûrement avoir des bébés monstres (mdrrrrr), elle s’écrie, au bord de l’orgasme : « Yes ! Give it to me hard, you creepy fucker » (phrase qui m’a valu mon premier gros fou-rire).
Suite à quoi ça continue avec force détails jusqu’à leurs orgasmes respectifs.
Et Kessie (cette lumière) de se dire que c’est officiel, c’est la nuit la plus bizarre de sa vie (tu m’étonnes).

Il la ramène dans le lac vers ses affaires où le petit copain du départ l’attend et lui dit (un peu maladroitement je l’avoue) que c’était une blague, qu’il était pas partie et est ce qu’elle est prête à le faire finalement ? (à baiser donc). Ce à quoi elle répond en le frappant au visage. (pauvre mec quand même. Il drague une fille en soirée, il l’amène au lac, elle se fout à poil, il la chatouille, elle s’énerve, va se faire sauter par un monstre, et quand elle revient et qu’il veut toujours tirer son coup, il se prend un poing dans la gueule. Sympa la soirée).

Au final, elle rentre chez elle et va prendre une douche tout en se demandant si elle n’a pas rêver tout ça… (et si c’est bien de la farine qu’elle a snifé la veille).
Et pile au moment où se pose cette question, devinez ce qui tombe de son cul ? (oui de son cul, appelons un chat, un chat)(je vous épargne un jeu de mots douteux): une écaille. (deuxième énooooorme fou rire, j’en pleurais).
Et oui le monstre lui a laissé un petit souvenir de lui qu’elle s’empresse de ranger dans sa boite à bijou. 
Et Kissie de comprendre qu’elle se rendra dès le lendemain au lac (se refaire baiser donc) avec des préservatifs (car coucher non protégée, c’est mal !).

 

The end.

 

Sur goodreads, une fille (sunny) a écrit :
La morale de l’histoire est que si votre petit copain agit comme un con, vous pouvez toujours coucher  de manière intense avec la créature des marécages dans un lac.


Je rajouterai ma propre morale :
Si vous êtes en train de vous baigner et que vous sentez quelque chose vous faire un cuni faites attention :  ce n’est PAS un poisson. 


Et je vous invite à lire l'avis de ma binômette Mlle Pointillés avec qui j'ai eu beaucoup de plaisir à échanger sur cette lecture, et pour plus de billets "coquins", c'est chez Stephie que ça se passe ! 
65408451 p

 

I fucked the swamp creature! (Monster sex, #1) de Delilah Fawkes

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cess - dans Naughty Girl
commenter cet article

commentaires

Ladhymia 14/05/2013 18:18

J'ai bien cru que j'allais me faire pipi dessus tellement j'ai ri :') Découvrir ton blog grâce à cet article, c'était juste trop génial comme entrée en matière. Merci pour tout ça ^_^

Imaginary World Book 14/05/2013 17:50

Mon Dieu ! J'étais morte de rire rien qu'en lisant cet avis et j'imagine comment a du se passer cette lecture...

Cajou 21/10/2012 00:18

Oh PUTAIN. Celle-là elle est bien gratinée. Et ma foi, je dirais même que c'est la pire de toute. Mais comment on peut juxtaposer "érotisme" et "marais". Nan mais comment :O
Arf "Give it to me hard, you creepy fucker" ! MAIS LOL QUOI !
Vite ma liseuse que je lise en anglais :D

Cess 06/11/2012 14:29



Le Give it to me hard, you creepy fucker est mythiquissime :-)
Celle là est à mourir de rire, surtout à la fin !



Laurie 20/07/2012 22:25

MERCI ! (des majuscules donc, pour l'intensité du fou rire)
Une question quand même : comment avez-vous réussi à lire le texte tout en pleurant de rire ? Tout en se posant des questions existentielles sur le ressenti des algues et des écailles sur la peau
(et plus si affinités ... ou pas :-))) Bravo pour la performance ! :-D

Cess 20/07/2012 23:50



LOL, je crois que je me suis arrêtée quand je riais, et que je me suis posée les questions après :D :D 
Merci de votre passage en tout cas !  



Mabiblio1988 11/07/2012 11:22

C'est facile de tout mettre sur le dos de ta Binomette, la pauvre ;)

Cess 11/07/2012 11:57



Nan c'est vrai :-) elle le dit elle même ! :)



en-passant2.jpg    

 

- John Green est un génie...

- Swap en cours de finition ! J'ai enfin trouvé LE cadeau que je voulais absolument !

 

 

******************************************************************

 

Recherche

categories2.jpg

 

    ********************************************************
 


j'y suis et j'y adhère

 

 

facebook_logo-2-.png goodreads.jpg twitter logo pinterest.jpg

 

volage gris 2-1
     

Logo40-copie-1.jpg   


MIDINETTE

 

 

    ********************************************************

 


challenge.jpg 

 

 

   
Classique final 4  

Challenge Un classique par mois. 
Organisé par Stephie  0/12

 

 

volage gris final

Challenge "Je suis volage : je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture"
Organisé par Mlle P et moi-même.   

 

 

          ******************************************************** 

  

 

je-lis2.jpg           

 

 

 


    ********************************************************

 

 

********************************************************

promene3.jpg