Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 09:00

TTT3W


Cette semaine, avec Mlle Pointillés, pour notre premier Top Ten de l’année, nous avons décidé de reprendre le thème de Fashion et Cuné de la semaine passée.
Je vous parlerai donc de mes « plaisirs coupables ». 


1. Les bonbons. J’adore ça.. Même qu’avec ma binomette, on s’est fait un swap bonbons… Quand on doit perdre ses kilos de grossesse, c’est malin hein ? Oui mais bon ça remonte le moral. Et c’est tellement bon. Un peu comme les « Herissons » mon autre plaisir gourmand… 

844ab1b7.jpg  



2. Le coca. Pas light. Pas zéro. Pas le sans caféine. Non le bon vieux coca, celui de l’ours polaire là. Oui oui celui qui contient des milliers de sucres par canettes.
C’est ma drogue. Il me faut ma dose tous les jours...


cover-coca.jpg



3. Boire un verre de vin (ou plusieurs) seule sur une terrasse, en été, avec mon livre. Et si le dit livre est vraiment prenant, je n’hésite pas à refuser des apéros avec les amis, les collègues ou l’homme, pour être tranquille.


4. Du coup, j’aime être seule tous les jours. C’est vital. Je ne compte pas les fois où j'ai dis à mes collègues que je ne me joindrai pas à eux pour déjeuner car j’avais envie d’être seule, ni les diners où l’Homme se retrouve seul avec ses amis… Oui j’aime être seule, pour lire bien sûr, mais aussi pour :


5. « Bovaryser ». J’ai besoin de rêver, de m’évader, de me raconter mes propres histoires, de m'inventer une autre vie, de repenser à des livres, à Barrons, à Justin ou Josh Duhamel… Bref comme le dit Fashion, l’expression exacte pour décrire tout ça est anglaise : le Day Dream.
Et en parlant de Barrons... J'aime : 


6. Relire des passages de Barrons. De la série Fever pour celles qui ne connaissent pas (mais qui ne connaît pas ??). Surtout des passages de Shadowfever. J’aime cette série. J’aime Barrons d’amour. Je veux connaître Barrons, être avec lui dans sa libraire, dans ses voitures de collection, au lit et sous la douche et… oups je m’égare.


barrons.jpg


7. Lire la fin des livres. Voire pire, lire plus en avant dans le livre… Genre pas seulement quelques lignes. Je peux lire des chapitres entiers, 100 pages plus loin que là où j’en suis. Même que des fois je m’embrouille en pensant à des passages : « Zut, ça je l’ai déjà lu ou est ce que ça arrive après ? ».
Oui je sais, c’est dingue. Et non ça ne me gâche pas tout. Je pleure quand même, je me marre aussi, bref ça n’altère pas du tout les émotions… Et puis bon surtout, ça me rassure de savoir ce qu’il va arriver aux personnages que j’affectionne. 
Cette petite manie va plus loin : Quand je lis le premier tome d’une série, même si je n’aime pas (alors encore plus quand je l’aime), je vais lire ce qu’il se passe dans les prochains tomes… Et si je lis qu’il se passe un truc horrible, je vais sur voir les discussions sur les spoilers ! Et bon, je fais pareil pour les séries TV bien sûr !


8. J’aime lire des livres de midinettes, avoir un sourire scotché au visage à certains moments, relire des passages que je viens de découvrir car ils me donnent des papillons dans le ventre et redevenir une adolescente.

boys-book


9. J’aime remettre 10 fois mon réveil. Et me rendormir entre chaque sonnerie. Ca rend fou l’Homme qui ne comprend pas, mais qu’importe, c’est trop bon.


10. Et mon dernier plaisir coupable est de me moquer de Kholer. Et oui je ne pouvais pas terminer mon premier Top Ten de l’année sans mentionner celui qui a occupé une place dans quasi tous les TTT de l’année passée ! 
Que dire sur lui que vous ne sachiez déjà ? J’aime me moquer de son habit en cuir, de sa vulgarité, de son manque de négation, de son incapacité à couper des steaks alors qu’il arrive à voir le jus d’un fruit couler le long de la bouche de la fille qu’il s’est tapé 30 secondes après l’avoir rencontré! 
Oui j’aime me moquer de Kholer, et je suis d'ailleurs en train de lire Rhage. Hé ben, croyez-moi, même si il y a matière à se moquer (beaucoup de matière), les moments où je me marre le plus sont ceux où Kholer « le roi aveugle » apparaît. 


Je file voir les plaisirs coupables de Mlle P ici !
Et vous ? Quels sont vos plaisirs coupables ?  

 

 

Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 14:20

un-jour.jpg

Pologne, 1942.
Felix, 10 ans, vit dans un orphelinat où ses parents l’ont caché.
Un jour, il trouve une carotte dans sa soupe. Fait étrange si il en est. Car là bas, on ne trouve jamais de carotte dans sa soupe.
C’est forcément ses parents qui lui ont fait signe. Ils savent que c’est son légume préféré. Ils vont venir le chercher.
Mais ce soir là, ce sont des gens en uniformes qui débarquent à l’orphelinat.
Et qui brulent tous les livres juifs.

« Ces nazis ou je ne sais quoi, ils s’amusent à bruler des livres juifs ? »

Mais ? Mais si ces gens n’aiment pas les livres juifs, ils vont s’en prendre à la librairie de ses parents ! 

« Il y a un gang de malfrats en liberté dans le pays qui brûlent les livres juifs. Papa et maman où qu’ils soient en Europe, ne se doutent même pas que leurs livres sont en danger. »

Il faut absolument qu’il  retourne chez lui les prévenir et cacher les livres, avant que les nazis ne les trouvent…
Et c’est comme ça que Felix part, persuadé que les méchants détestent les livres juifs et non les juifs eux-mêmes.

« Un jour, je me suis évadé d'un orphelinat dans la montagne, sans avoir besoin de faire tout ce qu'on fait dans les histoires d'évasion. Creuser un tunnel. Me déguiser en curé. Fabriquer une corde en nouant des robes de bonnes soeurs bout à bout. Je suis sorti par la grande porte, tout simplement.»
 

Felix s’enfuit et nous voilà embarqué dans l’épopée de ce garçon qui, chemin faisant, va sauver Zelda, une petite fille de 6 ans dont les parents sont morts, et avec qui il va traverser un petit bout de la Pologne occupée.
Nous suivons donc les aventures de ce garçon qui déborde d’humour et d’imagination.
Et si les histoires qu'il raconte et qu'il se raconte montrent, au début, sa naïveté d'enfant, on assiste tout au long du livre, à la mort de son enfance…

« Regardez ça. La rivière a viré au rouge. C’est un peu bizarre, d’ailleurs, car le coucher de soleil est toujours jaune. 
L’eau est tellement rouge qu’on dirait presque du sang. Mais même en tirant tous ces coups de feu, les chasseurs ne peuvent pas avoir tué autant de lapins.
Si ?
Non, c’est sans doute une illusion d’optique. »

On assiste à la mort de son enfance, à la fin de l’innocence qu’il aurait du garder à son âge … 
Car Felix évolue et grandit en comprenant ce qu'il se passe autour de lui au fur et à mesure qu’il découvre un monde en guerre, avec ses morts, ses humiliations, ses cachettes, ses trains, la peur et la faim.

« Les habitants ne sont vraiment pas aimables. Beaucoup se tiennent sur les trottoirs et nous crient des méchancetés quand nous passons. 
Sales juifs.
Ce genre de choses.
Evidemment que nous sommes sales ! Nous avons marché presque toute une journée sous la pluie »

Des découvertes qui le feront grandir bien vite mais qui ne l'empêcheront pas de rester optimiste et drôle.
Car c’est incontestablement le point fort de ce livre qui n’est pas sans rappeler le film « la vie est belle » : son optimisme.

Felix garde la foi, l’espoir et son imagination. Pour Zelda. Pour lui. Et pour les personnes qu’ils vont croiser et qui vont prendre des risques pour eux.

« Mais c’est très gentil quand même. Zelda n’a peut-être que six ans, mais elle a la générosité d’une grande de dix ans. »

J’ai aimé l’écriture du point de vue de Felix.
J’ai ri à ses histoires et à sa naïveté.
J’ai eu le cœur serré en le voyant comprendre.
J’ai eu les larmes aux yeux devant les atrocités dont il est témoin.
J’ai été attendri devant son envie de protéger Zelda.
J’ai adoré cette dernière et ses « t’es bête ou quoi ? » à chaque fin de phrase.
J’ai stressé pour nos deux amis.
J’ai apprécié que ce livre soit tout en nuance.
J’ai aimé qu’il se démarque de ce qu’on a l’habitude de lire sur cette période de l’histoire.

En bref, j’ai adoré ce livre qui ne tombe jamais dans le pathos et qui nous fait passer des rires aux larmes en l’espace d’un paragraphe. 
Un coup de cœur que je vous recommande.

Je vous invite à lire l’avis de Somoja grâce à qui j’ai découvert ce livre.

tour des genres5

 

 

Repost 0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 07:00

couv12119577.jpg

 

Lady Susan est une jeune veuve de 35 ans.

Après avoir semée la discorde chez des amis qui l’hébergeaient, en séduisant le mari d’une part ainsi que le prétendant de la fille d’autre part, Lady Susan se voit contrainte de s’en aller chez son beau-frère à la campagne. Là bas, pour passer le temps, elle décide de séduire le jeune De Courcy, qui nourrissait une certaine animosité envers elle en arrivant, et pour qui sa propre fille a un faible. 

Elle ne m’aime pas. Assurément, quand on considère que je me suis donnée quelque peine vraiment pour empêcher mon beau-frère de l’épouser, ce manque de cordialité n’a rien qui surprenne. Pourtant, cela dénote de l’étroitesse d’esprit et une humeur rancunière de me tenir rigueur d’un projet qui a retenu mon attention il y a six ans de cela et n’a en définitive eu aucun succès.

Ce récit épistolaire n'est pas sans rappeler Les liaisons dangereuses que j'avais adoré.

Lady Susan est une mère et femme perfide et sans scrupules qui manipule son monde comme elle l'entend. Elle se moque du qu'en dira t'on, ne pense qu'à son bonheur et à ce qu'elle pourrait tirer des personnes qu'elle côtoie.
C’est à travers sa correspondance avec son amie londonienne, Mme Johnson, que l’on découvre son double jeu et son hypocrisie.
Je n’ai pas pu me retenir de sourire devant la cruauté des propos qu’elles échangent chacune à leur tour. Ces deux femmes sont tout ce qu’il y a de plus détestable (mais c’est pour ça qu’on a du plaisir à les lire )!

Dans ce livre au style incisif, les hommes sont lâches, bêtes ou de simples comptes en banque; les amitiés n'ont que peu d'importance, tout comme le mariage que l'on contracte non pas par amour mais pour ce qu'il peut nous apporter (financièrement).
Lady Susan n'est bien sûr pas du tout attachante, elle est même plutôt insupportable, mais son double jeu et son culot m'ont fait sourire,  et j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre ses manipulations, tout comme j'avais adoré suivre celles de la Marquise de Merteuil dans les liaisons dangereuses.

Ma chère Alica, quelle erreur n’avez-vous pas commise en épousant un homme de son âge – juste assez vieux pour être formaliste, pour qu’on ne puisse avoir prise sur lui et pour avoir la goutte - , trop sénile pour être aimable et trop jeune pour mourir.

Certains diront que c’est une de ses moins bonnes œuvres mais pour ma part, n’ayant lu qu’Orgueil et préjugés, je suis loin d’être déçue. J’ai passé un bon moment et je suis contente d’avoir découvert une héroïne aux antipodes d’Elizabeth Bennet (que j’avais adoré).

En bref ? Un très bon moment.

Lady Susan – Jane Austen.
Editions Folio. 116 pages. 


Classique final 4  abc  3332819021  tour des genres

 


 

Repost 0
Published by Cess - dans Classique
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 11:04

amy-plum-die-for-me.jpg

Après avoir perdu ses parents dans un accident de voiture, Kate et sa sœur Georgia partent habiter à Paris chez leurs grands-parents.
Alors que Georgia sort tous les soirs pour oublier sa peine, Kate se coupe du monde, et passe son temps à lire et travailler, chez elle ou à la terrasse d’un café.
C’est là qu’elle fait la connaissance de Vincent, un charmant frenchy tout ce qu’il y a de plus romantique.
Mais Vincent n’est pas un humain comme les autres….

Je n’en dirai pas plus sur ce que sont Vincent et ses amis Jules, Ambrose, Charlotte, etc mais j’ai trouvé la mythologie créée par Amy Plum très originale et très intéressante. Point de vampires ou de loups garous : ça change, et c’est tant mieux !

Alors certes il y a un manque certain d’actions, et on ne craint jamais trop pour nos protagonistes mais qu’importe finalement car on a le droit à un très jolie romance qui nous fait sourire et nous amène quelques papillons aux ventre, le tout se déroulant à Paris où j’ai apprécié me balader avec Kate.

Quant aux personnages, ils sont tous plus craquants les uns que les autres : entre
Vincent le romantique, Jules l’artiste taquin ou Ambrose et ses réparties qui dérident, mon cœur balance. 
Kate quant à elle est une fille intéressante et pas nunuche, à laquelle on s’attache rapidement.


En bref, il ne faut pas trop attendre de ce livre car vous seriez déçus, mais si vous aimez les histoires d’amour, le romantisme, les ballades dans Paris et les garçons craquants, alors n’hésitez pas à le lire… J’ai pour ma part, passé un très bon moment.

Pour celles qui hésitent, ce livre va voyager.
Laissez un commentaire si vous voulez le recevoir.

Lu en LC avec Sofiaportos qui partage globalement mon avis. Je vous invite à lire le sien ICI.
Pour d’autres avis très enthousiastes : Sandy et Adalana.
Et celui de Clarabel un peu plus mitigé. 


tour des genresvolage final rose2


Die For Me
Editions Atom, 344 pages 
Sortie française prévue en Mai 2012.
Sortie de la suite "Until I die" le 3 Mais 2012 

 

 

 

Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 07:00

images

 

Une fois n’est pas coutume, je vais vous faire gagner un livre que je n’ai pas spécialement apprécié.
Pour le gagner, il vous suffit de me donner les réponses de ce QCM (en commentaire).

 

1. Sachant que le frère du héros s’appelle Adrien, comment s’appelle l’héroïne de ce roman?
 
 
a- Candy (candiiiiie, une jolie p’tite fille aux yeux verts...)
b- Adrienne
c- Cunégonde (veux-tu du fromage ?)


 

2. Adrienne (oups je crois que je vous ai donné la réponse à la question précédente) était : 

a- Fiancée à une homme magnifique du nom de Eberhard (« Toujours dur » donc pour la traduction (à un b près)) (So smart).

b-
Battue et manipulée par lui (il la fait voyager pleins de fois en lui faisant transporter de la drogue sans qu’elle s’en rende compte, le bougre) (comment ça cette histoire n’a ni queue ni tête ?) (pas de queue c’est sûr…) (voir le point c.)

c- Adrienne est vierge alors qu’elle a été fiancée à Eberhard, Toujours Dur, que je renommerai pour la peine Eberweak (toujours Mou).

d- Etait élevée dans une famille nombreuse et aimante où elle jouait au monopoly le dimanche en famille.
(Je déconne)
Vrai proposition de d- Adrienne était Orpheline.

e- Toutes les réponses ci-dessus sont justes.



3. Adrienne, après avoir quitté Eberweak et s’être enfuie (je me demande si elle l’a pas tué d’ailleurs), se terre dans un appartement minable avec sa chatte pour seule compagne (sans mauvais jeu de mot bien sûr). Alors qu’elle fait du rangement ou je ne sais quoi, elle se retrouve: 

a- A couper des steaks, le midi, à des non voyants, pour une association à but non lucrative. (vivement que je lise Rhage pour renouveler mes blagues hein ??)

b- En Ecosse en 1513 a devoir épouser un Laird. (qui n’est pas roux et ne s’appelle pas Jamie, même si la coïncidence est troublante) (pour celles qui ne connaissent pas Jamie, il faut que vous répariez cette erreur) (oui même si il est roux : nul n’est parfait, c’est déjà un bon coup, on ne va pas en demander plus). (oui je me suis égarée, faut dire que ce livre était quand même bien plus intéressant).



4. Le héros qui s’appelle Hawk (qui signifie Faucon)  est surnommé :

a- L’étalon royal

b- Le poney du paysan

c- Kholer

Indice: « Si elle avait cru un instant voir le laird doté de parties sexuelles dignes de l'étalon qu'il montait, ce ne pouvait être que le fruit de son imagination.
Oui... il ne pouvait en être autrement. 
Elle avait dû remarquer, à la périphérie de son champ de vision, les attributs imposants de l'animal tandis qu’elle observait les jambes du Highlander et son esprit, troublé, avait fait une sorte de collage instantané mêlant les caractéristiques de l'un au physique de l'autre. Voilà pourquoi elle avait cru voir que Hawk lui-même était monté comme un étalon »

(Vous avez bien compris. Elle se demande si le sexe qu’elle voit est celui de son mari ou celui d’un cheval). (j’ai envoyé Alain Afflelou au 16ème siècle aider notre chère amie). (ce passage m’a valu le plus gros fou rire de ces dernières semaines).



5. Hawk est aussi appelé:

a- Hawk le moineau
b- Hawk l’Epervier
c- Hawk l’Aigle

Indice: Chaque fois que j’ai lu le surnom en question, soit à peu près 670 fois dans le livre, une petite voix dans ma tête criait « E-PER-VIER EN CHAAAASSSSSE ». Ou comment s’auto-souler.



6. Hawk l’Epervier (en chasse) habite à : 

a- Dalkeith-Upon-the-sea et a déjà couché avec plus de 5000 femmes, contre son gré bien sûr, car son roi l’a obligé à le faire. (Zadiste, sort de ce corps)
b- Puteaux-sous-bois, et est vierge car il se réserve pour la femme de sa vie. Adrienne donc (si vous n’aviez pas tout suivi).



7. Hawk l’étalon royal :

a- Passe son temps libre à sculpter des berceaux et à arranger une pièce de son château en nurserie, car son plus grand rêve est de voir courir ses futurs bambinos dans les prés environnants.  (Charles Ingalls, pour vous servir).

b- Va montrer à Adrienne comment apprivoiser un faucon, et ce pendant 5 pages. Il finira par l’apprivoiser elle aussi et par l’appeler « gentil faucon ». (je me demande ce que j’ai préféré entre la pêche à la truite ici ou le dressage de faucon). (mais quoi qu’il en soit, je ne suis qu’admiration devant de telles scènes). (dans la romance que j’écrirai, mon héros HardDick montrera à mon héroïne  ShowDasse comment on apprivoise un kangourou. Na)

c- Hawk a, je cite, « sa virilité qui, à peine érigée, ferait pâlir d’envie un étalon » (oui KMM est obsédée par les étalons et les faucons. So what ? JR Ward est obsédée par le cuir et moi par Barrons, chacun ses vices hein).

 d- Il a une voix, douce et forte à la fois, qui évoque un verre de scotch mêlé à de la crème sur un lit de glaçons. Je répète, sa voix évoque un verre de scotch mêlé à de la crème sur un lit de glaçons… (Karen Marie : ce n’est pas bien de fumer le pétard avant d’écrire vous savez ?). 

e- Toutes les affirmations ci-dessus sont justes



8. Combien de temps notre couple va t-il jouer au chat et à la souris (pour notre plus grand malheur) avant de passer à l’acte ?

a- 300 pages mortellement ennuyantes où elle le repousse, il se vexe, elle tombe malade, il a peur qu’elle meurt, elle guérit, ils partent en ballade, il lui parle de son passé, elle tait le sien, elle l’écoute, ils sont interrompus par une ex, elle s’en va fâcher, puis on veut la tuer mais c’est lui qui est blessé, elle va le voir mais elle ne peut entrer, il croit qu’elle n’a pas voulu le voir alors il va partir au loin, pour finalement revenir car il repense au baiser qu’il a pu lui arracher alors qu’il lui montrait comment on dresse un faucon, juste avant qu’elle ne le repousse, et qu’elle évoque Adam Black pour l’ennuyer (mais qui est Adam Black, me direz vous ? On y vient, don’t worry), et puis bon bref, 300 pages mortellement ennuyantes quoi.

 

b- Ils se jettent dessus dès la première rencontre comme Bête et Colère.



9. Adam Black est un fae, qui se fait passer pour un forgeron et dont le rôle est :

a- De coucher avec Adrienne.

b- De venger le roi des faes car la reine l’a cocufié en couchant avec l’Epervier (en chasse) (oui j’affection toujours autant le comique de répétition, que voulez-vous). Pour se faire, il décide de faire venir une femme (Adrienne) qui saura résister à Hawk (ce qui rendra ce dernier fou de rage.)

c- Son rôle est d’un ennui mortel. Chaque passage avec lui est à éviter à pars le premier où il sort une métaphore des plus grotesques mais qui m’a fait bien marrer « Puis-je vous rendre service, belle dame ? Peut-être pourrais-je fondre ma lance d’acier dans la fournaise de votre forge, milady ? ». (Tant de subtilité me laisse pantoise d'admiration.) 

d- Les réponses a, b et c sont justes.  



10. Je ne peux pas trop vous dire ce qu’il se passe à la fin, car j’ai abandonné ma lecture 100 pages avant d’y arriver, mais, d’après vous, Adrienne et Hawk vécurent heureux et eurent beaucoup :

 

a- D’enfants.
b- De faucons.
c- D’étalons.
d- D’éperviers (en chasse).

 

 

Voilà le QCM touche à sa fin ! Que dire de plus ?
Vous le savez, j’aime KMM et j’aime son écriture qui, même ici, reste très bonne et d’un meilleur niveau que toutes les autres romances paranormales que j’ai lues.
Ceci dit je me suis vraiment beaucoup ennuyée avec ce livre et je n’ai pas vibré une seconde.
Dommage.
Je vais devoir me contenter de Barrons. :D
Et bientôt de Ryodan que j’aime déjà.


Les avis de mes co-lectrices : Mlle Pointillés et Evenusia qui ont aussi eu du mal à finir ce livre (merci les filles je me sens moins seule), et Bladelor, Rose et Sandy qui l'ont dévoré ! (le livre, pas Hawk, voyons). Enfin, celui de Pimpi qui a suivi cette LC de près et qui avait adoré.   

 

tour des genres 2 


Les Highlanders 1 - La malédiction de l'Elfe noir.
Editions : J'ai Lu (pour elle), 435 pages
Titre VO : Beyond the Highland Mist

 

Repost 0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 08:00

Shatter-Me-Final.jpg

I've been screaming for years and no one has ever heard me.”

Juliette est enfermée depuis 264 jours dans un asile.
264 jours sans parler ni toucher personne.
264 jours à penser à ce que le monde était, et ce qu’il n’est plus.
Ce monde où les oiseaux ne volent plus, où les nuages n’ont plus la bonne couleur, où les animaux meurent, où les gens se suicident car ils ont trop faim.

Ce monde où l’héroïne a un secret : son contact peut blesser, voir tuer.
264 jours que Juliette est enfermée pour un meurtre qu’elle a commis.
Et puis, un jour, elle doit partager sa cellule. Adam. Qui est-il ? Pourquoi est-il enfermé ? Et pourquoi pose t-il tant de questions ?

Le monde décrit dans Shatter Me est une pâle copie de notre monde. Il est régit par le Reestablishment qui contrôle la nourriture, l’eau et qui n’hésite pas à tuer si nécessaire.
Le fils du leader, Waren, est avide de pouvoir. Il contrôle sa propre armée, son propre quartier, et il veut Juliette.
Juliette qu’il observe depuis des années et dont le secret est pour lui une force, une arme. Juliette qu’il désire plus que tout et dont il veut faire son égal.
 

****************  
 

Le point fort de ce livre est incontestablement l’écriture. Magnifique, prenante, poétique, métaphorique. Sublime.
A travers l’écriture, nous suivons les pensées de Juliette et nous ressentons ses peines, ses espoirs. A travers sa prose, nous souffrons, nous espérons, et nous goutons nous aussi à quelques instants de bonheur avec elle.
Oui l’écriture est belle et le récit est poignant, touchant: j’ai eu envie de souligner la moitié de mon livre, de noter des passages entiers, de les relire encore. Et encore. 

Outre l’écriture, j’ai également beaucoup aimé les personnages. Que ce soit des acteurs principaux comme Adam et Waren, ou plus secondaires comme James et Kenji, tous sont complexes, différents de ce que l’on croit, avec leur secret et leur histoire.

“He smiles a small smile. His lips twitch like he's trying not to laugh. His eyes soften as they study my own. "There's very little I wouldn't do for you.”

Disons le d’emblée je suis tombée amoureuse d’Adam qui a su profondément me toucher et dont j’ai aimé toutes les réactions, et toutes les attentions. Il est sexy, attentionné, protecteur. 
Rien que sa manière d’être avec son frère m’a fait fondre et bon… ses déclarations à Juliette ont eu raison de moi.
Les moments entre lui et Juliette donnent des papillons dans le ventre. Vraiment. Le genre de scène qu'on relit sur le champs avec un sourire niais. Vous voyez le genre ? 

“He whispers, "You have no idea how much I've thought about you. How many times I've dreamt" -he takes a tight breath- "how many times I've dreamt about being this close to you." He moves to run a hand through his hair before he changes his mind. Looks down. Looks up. "God, Juliette, I'd follow you anywhere. Your the only good thing left in this world.”

Warren, quant à lui, est le « méchant » par excellence. Il est décrit comme fou et se comporte comme tel. Sans scrupule, à la beauté froide, sa seule faiblesse se prénomme Juliette. Un fou donc, et pourtant… Pourtant, alors qu’on le déteste, notre sentiment à son égard n’est finalement pas si tranché que ça, car lui aussi est touchant par certains aspects. Ce personnage est aussi complexe que les autres et j’aurais aimé en apprendre plus sur lui.

“His smile is laced with dynamite. "Go to sleep"
"Go to hell."
He works his jaw. Walks to the door. "I'm working on it.”

 

Enfin j’ai aimé l’humour de Kenji qui est un peu la bouffée d’oxygène dans ce monde oppressant.

Pour le reste, j’ai principalement regretté un manque d’action, surtout dans la première partie du livre, où finalement il ne se passe pas grand chose.
Aussi, j’aurais bien aimé en savoir plus sur le pourquoi de ce monde ravagé. 
Voilà pour les principaux bémols qui font que je suis quand même assez loin du coup de cœur de certaines même si j’ai beaucoup aimé et que je ne me suis jamais ennuyée.

Enfin, le tournant que prend la fin (qui en a dérangé quelques un(e)s) m’a plu. C’est inattendu, c’est différent, c’est marrant et ça promet de bons moments pour la suite. 
Alors certes, cette fin détone un peu avec l’ambiance lourde, oppressante et très dystopique du reste du livre, mais pour ma part, elle m’a agréablement surprise.

Vivement la suite donc, et encore chapeau à l’auteur qui n’a que 24 ans et qui a su me faire vibrer avec sa sublime écriture. 

« Every butterfly in the world has migrated to my stomach »

**************** 


Première lecture dans le cadre du challenge (non officiel) (mais que Mlle Pointillés et moi sommes certaines de mener à bout pour 2012 :) :

Je suis volage et je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture

Oh yeah. :)

volage-final-rose.jpg volage-gris-final.jpg

Si vous aussi, vous vous sentez capable d'avoir le coeur en émoi autant que nous, n'hésitez pas à reprendre ces logos. 


**************** 
 


Les avis de mes co-lectrices : Bladelor, Evenusia, Mlle Pointillés

 

Shatter Me
Auteur : Tahereh Mafi
Editeur : HarperCollins - 352 pages

 

tour des genres 1 


Repost 0
Published by Cess - dans Dystopie
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 16:22

 

 

Cette fois je me laisse tenter par le Challenge organisé par Enna :

abc.jpg


Le principe me plait bien, j'ai trouvé ça rigolo.
(Il ne m'en faut pas plus pour m'inscrire à un challenge...)

Alors, oui, ça risque d'être un challenge de plus que je ne tiendrai pas (les miens compris, sic!), mais bon, franchement, ne dit-on pas que l'important est de participer ?
Si hein ? C'est bien ce qu'il me semblait.
 

Bon, trève de blablas, vous avez déjà tous joué au petit bac ? Et bien, le principe est le même.

Lire des livres dont les titres entrent dans les catégories suivantes :

Prénom
Lieu géographique
Métier
Animal
Végétal
Objet
Sport / Loisir
Personnage célèbre
Partie du corps humain
Couleur  
Et en bonus : Gros mot !

 

Je vous donne rdv en Janvier 2013 pour le bilan :)

 

EDIT DU 14/01/2011 !

Je me suis inscrite à un nouveau challenge organisé par Heclea, Mallou, Fée, Aily et Choukette
Le principe :

tour des genres

¤ 10 genres :
- Polar/Thriller/Romans noirs
- Jeunesse (Roald Dahl, MAM...)
- YA
- Fantasy/SF/Fantastique
- Historique
- Classique
- Théâtre
- Contemporain
- Illustré (albums, BD, comics, manga)
- Inavouable

¤ 6 niveaux :
Fou du roi : lire 1 livre de 5 genres différents au choix
Super Fou du roi : lire 2 livres de 5 genres différents au choix
Fantassin : lire 1 livre de 8 genres différents au choix
Super Fantassin : lire 2 livres de 8 genres différents au choix
Warrior : lire 1 livre des 10 genres proposés
Super Warrior : lire 2 livres des 10 genres proposés



J'ai choisi le niveau Super Fantassin et les genres choisis sont :
YA, Jeunesse, Classique, Contemporain, Inavouable, Illustrés, SF et Histoire .  

 


Repost 0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 13:48

How-to-Ruin-a-Summer-Vacation-.jpg

Amy a 16 ans et se réjouit de profiter de ses vacances d’été avec sa meilleure amie, son petit copain et ses stages de tennis.

Sauf que voilà, son père biologique (dont elle n’a des nouvelles qu’une fois par an) décide de faire plus amples connaissances et tient à ce qu’elle rencontre sa famille qui habite… en Israël !
Quoi ? Aller dans un pays en guerre pendant deux mois afin de rencontrer de parfaits inconnus et risquer de mourir dans un attentat ? Hors de question !

 

« I’m not Jewish », I blurt out.
« you don’t have to be jewish to go to Israel, Amy ».
And you don’t have to be a rocket scientist to know Israel is smack dab in the middle of a war zone. A war zone.

Coup de cœur pour la série Paradise, coup de cœur pour les frères Fuentes, c’est sans grande hésitation que j’ai commandé la série « how to ruin » de Simone Elkeles.
Impossible d’être déçue quand on a adoré tous les livres d’une auteure, si ?
Et bien si, un peu.
Mais pas trop non plus.
 

Il est vrai que je suis loin du coup de cœur pour ce premier tome, je n’ai clairement pas ressenti autant d’émotions que pour ses autres séries et j’ai eu très peu de papillons dans le ventre alors que bon c’est un peu ce qui fait qu’on succombe à chacun des livres de cette auteure, non ?

En fait, cette série est clairement plus axée jeunesse / adolescence que ses autres séries. Et si j’aime les livres de midinette et les livres YA, je crois que je suis un poil trop âgée pour cette série là. Disons qu’il y a certains clichés dont j’aurais pu me passer à presque 30 ans. En tous cas, il est évident qu’ils s’adressent à des jeunes de 16 ans.  
Et puis l’héroïne a tendance à beaucoup se plaindre ce qui a un côté agaçant.

Enfin l’auteure n’a omis aucun « cliché » sur Israël…

La peur d’aller là bas car c’est un pays en guerre, le franc parler des israéliens, les jeunes qui partent à l’armée et qui sont fiers de défendre leur pays, les attentats qui ont lieu dans des endroits comme les discothèques, ou encore l’amitié entre israéliens et palestiniens… bref, oui tous les clichés sur ce pays y passent.  

 

Et pourtant, tout ce qui est dit dans ce livre est vrai et je trouve ça bien que des adolescents, après la lecture de ce livre, aient envie de visiter ce pays qui est si beau, où tout le monde n’est pas pour la guerre, où beaucoup sont même pour la paix. Je crois, ou du moins je pense, que l’auteure arrive, à travers ses clichés, à montrer une autre image d’Israël que celle qui est donnée par les média, une image plus vraie, et plus belle aussi sans doute.

Pour y être allée à de nombreuses reprises, je peux vous dire qu’Israël (qui comme le souligne l’auteure, n’est pas plus grande que le New Jersey), est splendide et offre des paysages à couper le souffle.
Quant au fait que ce livre soit un peu moralisateur, il me semble que ce n’est pas plus mal de rappeler aux « jeunes » certaines valeurs comme la tolérance, ou encore qu’il ne faut pas juger trop vite… Car Elkeles passe là certains messages qui nous semble très caricaturaux à 30 ans (et peuvent nous ennuyer aussi), mais qui passeront certainement comme une lettre à la poste, dans le contexte, auprès des adolescents de 16 ans.

 

Mais revenons à notre livre.

Franchement ? Malgré un ton très jeune, une héroïne qui n’est pas spécialement mûre, et des gros clichés qui m’ont fait lever les yeux au plafond,  je me suis bien marrée. Plus que dans ses autres séries même.

 

« Hi Amy, I’m Doo-Doo » he says. Then he points to the other two guys. « and this is Moron and O’dead ».
Now, i’ve never said these four words in a row before. In fact,I don’t think they’ve ever come out of someone less than age of sixty, but they come out of my mouth almost automatically.
« I beg your pardon ? » I say.


Car Amy a des réflexions qui sont vraiment très sympathiques et qui m’ont amené le sourire aux lèvres et fait rire très souvent!

Alors, inévitablement, j’ai fini par m’attacher à elle, à ses répliques, sa mauvaise foi et ses catastrophes, j’ai aimé Avi, la randonnée, et l’ambiance « kibboutz » décrite dans ce livre.


« they told me I should give you a piece of advice, too » I say. Then I clear my throat. Everyone is looking at me. Even Snotty.  And it makes me feel sweaty inside. Talk about pressure.
«  My piece of advice is … »
I swear, I had something to say, but forgot it. I’m on the spot here and my mind is draws a blank. Shit. The first thing that comes into my mind and out of my mouth is, « don’t swin on a full stomach ».
Oh my god. I can’t believe I just said that.
My advice is met with silence.
« That was very…. Deep, Amy », Snotty says, clearly making fun of me.
I hear Doo-doo ask O’Deal, « Is she jonking » ?


Bref j’ai finalement passé un bon moment.
Alors il est clair qu’il ne faut pas s’attendre au coup de cœur mais c’est une lecture qui se lit vite, qui fait sourire, et qu’on lit sans s’ennuyer.
Pour ma part, je signe pour la suite car je suis bien curieuse de savoir ce qu’il va advenir d’Amy !

L’avis plus négatif de Bladelor! 


How to ruin a summer vacation
Auteur : Simone Elkeles
Editeur : Flux - 233 pages

 

 

Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 08:00

Embrouilles_Manhattan.jpg 

Fandesleaterkinney : JE ME FOUS DE SES MAINS ! C’EST SON CUL QUI M’INTERESSE !
Katylafait : D’accord, d’accord ne t’énerve pas. Ci-dessous les renseignements basiques. Taille : environ un mètre quatre-vingts. Poids : normal pour quelqu’un de cette taille. Il m’a paru pas mal… développé, sous ses fringues. Difficile de juger. Et puis comparé à Dale tout le monde semble bien bâti. Beau costume, strict mais égayé par une chouette cravate Tite et Grosminet. 
Fandesleaterkinney : Grosse menteuse !
Katylafait : Pas d’insultes, je te prie. (…). Mitchell est plus grand que son frère. Et il ne se dégarnit pas, lui. Il a une fossette au menton. Et des yeux verts. Superbes. A moins qu’ils soient noisette. Sauf qu’ils m’ont paru verts, Je t’ai dit qu’il avait de belles mains ?
Fandesleaterkinney : Son cul, STP. 
Katylafait : Je ne l’ai pas regardé !!!
Fandesleaterkinney : A d’autres ! 
Katylafait : Bon, d’accord. J’avoue. Petit derrière genre ferme et invitant à la caresse.
 

********** 

Chère Madame Cabot,


Je viens de finir de lire  votre livre « embrouilles à Manhattan » qui m’a fait sourire et rire quasi tout du long, tant et si bien que je l’ai dévoré en un jour…
Je peux vous dire que ce livre me réconcilie avec vous, car après « Insatiable », que vous avez sorti pour surfer sur la vague des vampires ?, j’ai bien cru qu’entre vous et moi, c’était fini…

Puis, alors que nous parlions de lectures épistolaires, Pimpi m’a parlé de cette série de livres que vous aviez écrite. Je me suis alors souvenue avoir lu et adoré le premier « Melissa et son voisin », et ce fut donc une très bonne surprise d’apprendre que vous en aviez écrit deux autres du même genre ! 
Hop, ni une ni deux, le second livre était commandé et déjà prévu en lecture commune avec la tentatrice !

Dès les premières pages j’ai été embarquée.
Entre e-mails, factures, menus de restaurants, compte-rendu de réunion, messagerie instantanée, petits mots collés sur les portes, pages de carnet intime, et j’en passe, vous arrivez à nous raconter une histoire qui tient bien la route et qui a son lot de rebondissements tout en nous présentant beaucoup de personnages, tous très différents les uns des autres.

J’ai adoré suivre tous ces courts échanges, surtout ceux entre Kate et sa meilleure amie Jen, j’ai détesté ce petit rapporteur de Stuart (et sa tête de titi hihi) ainsi que sa fiancée, la peste d’Amy (alias la RATT), j’ai craqué pour Mitch et ses réparties, pour ses sœurs (en manque de sexe pour l’une, et en recherche d’identité pour l’autre), pour Dale, l’ex petit copain rocker et bon à rien, sans oublier celle sans qui l’histoire n’existerait pas, Ida et ses recettes de dessert…

Alors, bien sûr, on devine la fin avant même d’avoir passé le premier quart du livre mais qu’importe car vous arrivez, à travers toutes ces correspondances et petits mots, à nous emporter, à nous faire tourner les pages à toute vitesse, et à nous faire rire toute seule dans notre coin pendant que mari et beaux-parents nous prennent pour une folle.

J’ai aimé commencer mes vacances à la montagne par cette lecture.
J’ai aimé votre façon d’appréhender ce style si particulier qu’est l’épistolaire, que vous maitrisez ici avec brio et humour (que l’on retrouve à chaque coin de page).
J’ai aimé que vos personnages soient légèrement clichés mais qu’ils nous fassent tout de même délirer…

Du coup, forcément, une fois le livre terminé, je n’ai pas pu m’empêcher de commander le dernier de la série : « Mariage en douce à l’italienne».
Un titre des plus prometteurs !  

Vous l’aurez compris, Meg, (je peux vous appeler Meg ?), je vous conseille donc de revenir vers ce style de livre, bien plus drôle et efficace que celui d’Insatiable dont je ne garde aucun souvenir si ce n’est qu’un des personnages fait à un moment donné une comparaison entre la peau de l’héroïne qu’il trouve « aussi lisse que le fart qu’il utilise au ski ».

Soyez donc assurée que si j’ai critiqué Insatiable, je recommanderai chaudement « Embrouilles à Manhattan » à mes amies si elles ont besoin d’un livre détente, drôle, mettant en scène des personnages attachants qui vont vivre des situations abracadabrantes, non dénuées de clichés, certes, mais qui font rire à tous les coups !

Bien cordialement,
Cécile

  

**********

Si vous voulez savoir de quoi ça parle :

Kate travaille au NY Journal dans le service des Ressources Humaines avec sa meilleure amie, Jen.

Un jour, leur cheffe, Amy, demande à Kate de virer la personne la plus populaire du journal : Ida, qui s’occupe de distribuer les pâtisseries.
La raison est simple : Ida refuse de servir certaines personnes qui, selon elle, ne le méritent pas (ce qui est inacceptable, surtout quand une des personnes qui se voit essuyer un refus est le chef du cabinet juridique du journal, Stuart, aussi connu comme le fiancé d’Amy ! La cheffe si vous avez perdu le fil !).

Finalement, l’histoire commence vraiment quand Ida décide de poursuivre le journal pour licenciement abusif car c’est là que Mitch, le frère de Stuart, fait son entrée en étant chargé de s’occuper de ce cas.

Or il se trouve que Mitch, lui, a non seulement le droit aux pâtisseries d’Ida, mais qu’en plus il ne s’entend pas vraiment avec son frère (c’est un euphémisme) et qu’il n’apprécie pas franchement sa coincée de fiancée (Amy).

Par contre, la petite Kate, là, celle avec qui il lui arrive toujours des catastrophes, c’est autre chose…

Place aux échanges entre toutes ces personnes, ainsi qu’avec les membres déjantés de la famille de Mitch et Stuart… 

  

**********
 

De : Stacy Trent <JMTITI@freemail.com>
A : Stuart Hertzog <stuart.hertzog@hwd.com>
Sujet : Janice

Tu as sniffé de la colle ou quoi ? Pas question de payer une société qui enlèvera Janice et l’expédiera dans l’Utah pour la transformer en hétéro. Bon Dieu, Stuart, tu aimerais, toi, qu’on loue les services de gros bras afin de te kidnapper pour t’empêche d’épouser une garce qui a un bâton dans le cul ? Je ne crois pas. Alors laisse-nous donc, Mitch et moi, nous charger de Janice.
Il me semble que nous en sommes capables.
Stacy.


De : Margaret Hertzog <margaret.hertzog@hwd.com>
A : Stacy Trent <JMTITI@freemail.com>
Sujet : Janice

Stacy, Stuart m’a transféré le dernier mail que tu lui as expédié. Permets-moi de te dire qu’il est d’une rare grossièreté. Je ne t’aurais jamais soupçonnée d’autant de méchanceté. Il a fallu que je le lise pour le croire. J’en suis réduite à voir derrière cette histoire de « bâton » la déplorable influence de Mitch sur toi.
(…)
Quoi qu’il en soit,  jeune femme, j’exige que tu présentes tes excuses à ton frère ainé pour les atrocités que tu as proférées à l’encontre de sa fiancée. Et tu as intérêt à ne pas tarder, parce que j’ai eu des nouvelles de ton père. Il rentre à la maison.
Maman.


L'avis de Pimpi qui a eu autant de plaisir lors de cette relecture qu'à la première (CLIC) et l'avis (très) négatif de Fée (CLIC).
 


Embrouilles à Manhattan
Auteur : Meg Cabot
Editeur : Marabout (Hachette livre)
Titre Original : Boy meets Girl

 


Repost 0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 08:00

 

 

Et voilà, l’heure du bilan a sonné !
Une année 2011 pleine de surprises, de joie, de rencontres, d’échanges…

 

En 2011 j’ai lu 96 livres…
… et en bref, ça donne ça :
(je ne les liste pas tous). (cliquez sur la couverture pour lire le billet correspondant).
 

*************

J'ai adoré

couv17294168  terres saintes  chain reaction-copie-1  soutien-gorge rose  sansame  couv52647257  couv41016967  LOLAStephaniePerkins    Metal-Melodie   rose aimee  oscar 4  Leaving Paradise  anna and the french kiss  return  roi maudits  divergent  162-Saba.jpg  mon nez 

*******************

 

J'ai (beaucoup) aimé : 

lycee some girls FridayNightBites-198x300  elu  katarina  la7eme vague  Raphael 1  Raphael 2  qui-es-tu-alaska stealing  couv41330841  pride prejudiceephemere  chasseuse4  finding sky  68188890 p  de l'eau  immortels.gif

*******************
 

J'ai été déçue et/ou J'aurais aimé aimer autant que les copines... 

declaration  le dernier jour delirium   mercy  mordre n'est pas jouer Goodnight-Tweetheart  book coverfull les secrets d opale 105809  couv67833021  We-ll-always-have-summer  mercy thompson tome 2  Succubus-Night  going-too-far

 

*******************

 

 
J'ai pas du tout aimé et/ou je me suis moquée : 

book cover la confrerie de la dague noire, tome 3 l amant  le-baiser-de-minuit-lara-adrian  Meg-Cabot-Insatiable  mariés  aventure dans les rocheuses-copie-1  dd couvPO  la-communauté-du-sud-tome-1  humaine  citadelle-copie-1  mariage

*******************

 

Et le coup de cœur de l’année :

Barrons for ever !
Shadowfever 

 

*******************

 

Sinon, en 2011, j’ai échangé des colis merveilleux avec ma binomette adorée, j’ai appris à connaître mieux quelques personnes de la blogosphère, j’ai découvert de nouveaux blogs, j’ai lu 22 livres en anglais, j’ai passé plus de temps sur Goodreads dont je suis désormais accroc, je me suis inscrite à quelques challenges, j’en ai co-créé un, j’ai eu un bébé, je me suis plains de mon boulot, j’ai à peine augmenté ma PAL, j’ai décliné des invitations pour pouvoir lire, je suis partie en Argentine, j'ai été tata pour la première fois, j'ai une soeur qui s'est mariée, j'ai arrêté d'embêter Kholer, j'ai (re)visité le château de Versailles avec binômette et Lily, j'ai ri, j'ai pleuré, j'ai pas bu d'alcool depuis Mars, je répète, je n'ai pas pu un verre de vin depuis Mars, je me suis rapprochée de certains collègues, j'ai découvert des séries sympas, je suis restée fidèle à Barrons... etc...

Bref j’ai passé une très bonne année.

 

Et en 2012 ?
En 2012, j’espère passer la barre des 100 livres lus dans l’année, que Solal fera vite ses nuits, avoir pleins de coups de cœur livresques, sirroter un bon verre de vin lors d'un repas, continuer de correspondre avec mes copinautes, participer au salon du livre de Montreuil, voyager, pouvoir rapidement lire les suites que j’attends impatiemment, tomber amoureuse de Ryodan, continuer à délirer sur des livres de midinettes (Jack is mine), donner envie de lire quelques livres, baisser ma PAL, non affirmons-nous, BAISSER MA PAL et enfin, lire un « classique par mois »…

Je lance d’ailleurs un petit challenge à titre personnel sur ce thème…

Par classique, j’entends tous les livres que vous considérez comme classique, aussi bien du Maupassant, Zola, Laclos, Austen, Balzac, Dumas que les Harry Potter...

Le terme de Classique est donc assez personnel. Pour ma part ce sont quand même des livres qui ont tendance à mourir dans ma PAL alors qu’ils sont en général géniaux. (Autant en emporte le vent, le comte de montecristo, le joueur d’échec…)
Je sais que Bladelor compte me suivre dans cette aventure (en même temps on a au moins 3 classiques à lire en LC depuis... des mois), mais si vous aussi, vous voulez en faire partie, je ferai un billet en bonne et due forme pour lancer ce challenge !

Donc n’hésitez pas à me le faire savoir (en commentaires) si vous êtes intéressé(e)s, vous êtes les bienvenues !


 Classique-final-3.jpg     classique-final2.jpg  

 Classique-final-1.jpg  Classique-final-4.jpg

 

Edit  : Je ferai un billet "officiel" vu que nous sommes déjà 4 participantes :) ! 


Sur ce, je vous souhaite une merveilleuse année 2012 et je vous remercie de me suivre, de commenter, de faire augmenter ma PAL et de me donner envie de continuer l’aventure bloguesque !
 

 

 

Repost 0
Published by Cess - dans Blabla
commenter cet article

en-passant2.jpg    

 

- John Green est un génie...

- Swap en cours de finition ! J'ai enfin trouvé LE cadeau que je voulais absolument !

 

 

******************************************************************

 

Recherche

categories2.jpg

 

    ********************************************************
 


j'y suis et j'y adhère

 

 

facebook_logo-2-.png goodreads.jpg twitter logo pinterest.jpg

 

volage gris 2-1
     

Logo40-copie-1.jpg   


MIDINETTE

 

 

    ********************************************************

 


challenge.jpg 

 

 

   
Classique final 4  

Challenge Un classique par mois. 
Organisé par Stephie  0/12

 

 

volage gris final

Challenge "Je suis volage : je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture"
Organisé par Mlle P et moi-même.   

 

 

          ******************************************************** 

  

 

je-lis2.jpg           

 

 

 


    ********************************************************

 

 

********************************************************

promene3.jpg