Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 20:43

Succubus-Night.jpg

 

L’effet post Shadowfever était à prévoir. Dites-vous bien que je m’en doutais hein.

 

J’imaginais bien que le livre que je lirai après cette merveille allait me sembler insipide.
Mais là j’avoue que ça a dépassé de loin tout mes espérances…
J’espérais de l’ennui, un manque d’émotions, mais je ne m’imaginais pas lire un livre de cul, sans histoire, agrémenté de passages niais à souhaits et sans aucun humour.

 

Voyez-vous, je gardais un très bon souvenir du premier tome de cette série. Une héroïne sympathique, avec du répondant, de l’humour, de beaux mecs, quelques scènes pimentées, une intrigue secondaire tout à fait sympathique même si quelques peu prévisibles.
Du coup, forcément, j’attendais quand même de retrouver tout ça dans ce second tome.
Grand mal m’en prit.

 

Pendant quasi 400 pages, nous avons le droit à une héroïne qui a envie de son petit copain avec qui elle ne peut pas avoir de relation physique (j’entends par là, même un baiser avec la langue). C’est un problème de taille, je le conçois mais bon de là à nous en parler toutes les 15 pages, c’est un peu lassant. Car oui la vraie intrigue de ce livre réside donc dans le fait de savoir si Seth peut vraiment arriver à se retenir de sauter (sur) Georgina. Et oui il y arrive. Au début du moins. Mais c’est dur hein. Même qu’une fois il lui a touché les fesses dans un semi sommeil et là, ouh la, ils ont failli succomber et se rouler une petite pelle, du coup ben ils ont décidé de plus dormir ensemble pendant quelques temps, aux grands maux les grands remèdes… rassurez-vous : ces 2 là savent faire preuve d’ingéniosité, ils ont remarqué que Seth pouvais la smacker plus de 2 secondes sans que cela puise dans son énergie vitale. Oh la. Magnifique… c’est super ça dites-moi, vous allez pouvoir passer votre vie ensemble maintenant...

Ah mais voilà, un nouveau problème apparaît : laissez-moi vous expliquer : le dit frôlement de lèvres excite au plus haut point notre chère Succube, (même quand elle vient de se faire tirer dans une cave de boite) (si vous êtes choquées par cette phrase, ne lisez pas le livre). Bref, ou en étais-je ? C’est que je m’égare ! Ah oui, revoilà nos tourtereaux avec des problèmes de taille ! les frôlements de lèvres de Seth s’avère très très très érogènes. Car voyez-vous, mes amis, il en faut très peu à Georgina pour sentir son corps se liquéfier… (il y a un sous entendu dans cette phrase). Bref, je vous sens inquiet, vont-ils trouver mieux que des bisous dignes d’ados boutonneux ? Car je vous rappelle qu’ils ne peuvent pas jouer au docteur. Et bien, Mead se surpasse, et nos louveteaux  aussi : les dernières pages dépassent nos attentes les plus folles. La décence m’empêche de vous parler de cette idée lumineuse mais sachez que ce qui est le plus important pour ce couple altruiste, c’est de voir
le plaisir de l’autre…

 

Bon, sinon, rappelez-vous, je vous disais que chacune de ces questions existentielles n’apparaissait que toute les 15 pages. Du coup je vous le demande, que se passe t-il pendant les 15 pages qui séparent chaque fois ces passionnantes intrigues amoureuses ?

 

Et bien on apprend que Seth est calme, gentil, doux, qu’il est l’opposé de Georgina. On apprend aussi qu’il est maso : il tient absolument à savoir quand sa chère et tendre couche avec d’autres mecs. Il va même jusqu’à lui dire qu’elle devrait essayer de prendre du plaisir en couchant avec d’autres mecs. Ai-je dis Maso ? Je voulais dire stupide, pardon.

 

Mais attendez, ce n’est pas tout, car la stupidité de Seth ne prend que 5 pages sur les fameuses 15, il en reste donc 10.

 

Pendant 5 autres pages, nous avons le droit à la description des tenues de Georgina et de ses sorties en boîte ou poker. Rien de très intéressants à retenir là, sachez juste que Georgina ne s’habille qu’en tenue ultra sexy, un petit bandeau autour des fesses en guise de jupe, des talons hauts, des hauts décolletés qui mettent si bien son 90C en valeur…
Ce qui diffère principalement à chaque description, ce sont la couleur de ses sous-vêtements, (ou leur absence), et la couleur de ses tenues (ou leur absence).

 

Il reste 5 pages… Ouh la. Le suspens monte.
 

2,5 sont consacrées à des scènes de cul et aux orgasmes de Georgina qui en oublie systématiquement (mais seulement momentanément) Seth. On la comprend. Ces scènes ont de quoi faire rougir Bones et Cat, dans le second tome. Pour vous dire. Bref, après ces scènes Georgina pense toujours à Seth avec tristesse… dur dur d’être une succube.

 

Voilà, on arrive au bout de mon billet. Enfin presque. Il y a encore 2.5 pages que je dois vous expliquer.


Et bien, une parle du collègue de la succube, Doug, qui a des comportements très bizarres (pas le fait de vouloir coucher avec Georgina, car ça c’est un comportement normal) mais plus un comportement étrange du type, je saute d’une table à une autre, et je n’ai pas réalisé que 20m les séparait, du coup je tombe par terre mais ne me casse rien. Il y a un méchant derrière tout ça, c’est moi qui vous le dis. D’ailleurs la Georgina pré-frustrée du tome 1 aurait trouvé le grand méchant loup bien avant les 50 dernières pages… Je dis ça… je dis rien…

 

Les dernières 1,5 pages restantes parlent d’un groupe de femme qui prêchent la bonne parole, avec à leur tête une femme que Bastien, incube de profession a décidé de mettre dans son lit. Pas de bol, il n’y arrive pas. Que voulez-vous ****attention gros gros spoilers*** Georgina les fait tous craquer ! Même les filles si vous voyez où je veux en venir. ***Fin Spoilers*** 

 

Une idée m’est venue pendant ce livre : et si Richelle Mead et J.R Ward décidaient de co-écrire un livre où Georgina et Kholer se rencontreraient ?!! Voilà qui déménagerait non ?

 

Mais je veux croire que ce n’est qu’un effet post SF et que je n’étais pas complètement folle en lisant le premier tome (enfin en l’appréciant), du coup, je lirai la suite. Oui. Je veux encore laisser une chance à Georgina. Traitez-moi de Seth, heu de maso, rhoo je voulais dire de fille stupide.

 

Je vais enfin allée voir les avis des mes co-lectrices et voir si je suis la seule déçue :

Heclea, Galleane, Deliregirl, Azariel, Azilys, Karline, Lily, Eden, Frankie, Rozette, Marine. 


Repost 0
Published by Cécile - dans Bit-Lit
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 15:01
Shadowfever.png   *** BILLET SANS SPOILERS ***

Comment vous parler de ce livre ?!

J'ai longuement hésité à simplement écrire "lisez le" en gros, en grand, en gras, en couleur...
Mais alors, vous n'auriez peut-être pas pu imaginer à quel point ce livre nous transporte, nous remue et toutes les émotions qu'il nous procure...
 

Ce livre a été une obsession pendant une semaine. J'y pensais au réveil, au bureau la journée, le soir en me couchant. Je le lisais n'importe où, n'importe quand. J'ai échangé des centaines de mails avec 
Pimpi et Sandy (thanks les filles, que du plaisir ces échanges) et aussi avec Sofia (merci pour les explications et ta patience et merci de m'avoir procuré ce livre dans les meilleurs délais) !
J'ai vécu pour ce livre et à travers lui, pendant une semaine, et là je me sens nue, vide, orpheline.
Comment apprécier un livre après ça ? Comment est ce qu'on se remet d'un livre aussi puissant, aussi prenant?


J'étais déjà bien accroc à la série qui avait cette particularité de nous laisser avec toujours plus de questions à chaque fin de tome mais je n'étais pas au bout de mes peines. J'étais loin d'imaginer tous les tournants et révélations de ShadowFever... J'étais loin d'imaginer que je crierais et danserais de joie en lisant certains passages, que je serais déçue de certains personnages, que je serais agacée, stressée, énervée et finalement émerveillé devant la tournure des événements (pas forcément bons, juste absolument renversants tant inattendus).

La fin est également parfaite, un véritable tour de force de Karen Marie Moning qui n'a pas cédé à la facilité avec une Happy End. Elle laisse des portes ouvertes (qu'est ce que c'est que ce : "The end... For now" d'ailleurs ?), elle nous quitte avec des réponses à  la plupart de nos interrogations et des révélations inimaginables mais elle nous laisse également avec des (nouvelles) questions en suspens.
Une fin digne de ce nom, un condensé de ce que nous avons déjà ressenti: joie, mystère, questions, mais aussi de l'espoir.   
 

En somme, une série incroyable. Géniale. Parfaite. Sans longueurs. Sans fausses notes.
Oui, un sans faute !
 
Vous l'aurez compris: LISEZ-LE !!!!!


Pour ma part, j'attends la sortie de Shadowfever en VF (2nd semestre 2011) pour relire les 5 tomes et me replonger dans cet univers fascinant.


PS : Vous ais-je déjà dit que j'étais amoureuse de Barrons ? Cet homme est parfait. Sarcastique, possessif, intègre, beau.... 
PS2 : L'avis de Pimpi qui sait comment donner envie et parler de ce qu'elle a ressenti et celui de Czar qui a aussi adoré et dévoré ce livre.  
PS3 : Lily, Mlle Pointillés, les autres : j'attends vos mails avec impatience ! Alya a commencé à m'écrire, j'adore ! :)
 
 
lirenvo2/12
Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 08:00

Top-10-Tuesday 

 

Voilà, pour pas changer, le thème officiel ne me plaisant pas, j'ai décidé d'en faire un autre. Cette semaine ce sera  "les 10 livres que j'emmènerais sur une île déserte"...

 

Je vous préviens il faut partir du principe que  par "livre" j'entends aussi série. On peut imaginer un livre qui contiendrait tous les tomes d'une série non ? Et bien si, désolée c'est comme ça. C'est moi qui fait ce top 10 c'est moi qui décide :)

Alors... voici ce top 10, à noter que ce n'est pas listé par ordre de préférence...

 

- Les 7 tomes de Harry Potter de K.K Rowlings. Pour l'univers, les personnages, les méchants, la magie, les émotions, les paquets de mouchoirs, les rire. Car c'est la première série qui m'a fait vibrer, que j'attendais avec impatience.

 

- Geisha de Arthur Golden. pour la beauté de l'univers décrit, pour l'histoire, pour une culture qu'on apprend à connaitre, pour la petite fille aux yeux gris...

 

- Les pilliers de la terre de Ken Follett. Car c'est le livre qui m'a fait aimer lire. Pour le côté historique. Pour l'épopée. Pour la force avec laquelle on déteste certains personnages, qu'on en aime d'autres.

 

- Les 5 tomes de la série Fever de Karen Marie Moning. Mon dieu, comment en parler en une ligne? Car cette série est un sans faute. Pour toutes les émotions. Pour toutes les révélations. Pour l'évolution de l'héroïne. Et pour Barrons, bien sûr.

 

- La série Oscar Pill de Eli Anderson. Pour les personnages, pour la connaissance de notre corps. Pour cet tête de mule d'Oscar.

 

- Le parfum de Suskind. Car je suis arrivée à m'imaginer l'odeur de l'acier. Pour la force des descriptions donc. Pour la fin. Unique. Sublime. Folle.

 

- Sans âme (et les tomes suivants) de Gail Carriger. Pour les experiences scientifiques de Alexia, pour le ton bourru de Lord Maccon, pour me marrer....

 

- La famille Spellman (et lui tomes suivants) de Liza Lutz : pour la même raison : il faudra bien que je ris quand je serai seule sur mon île paradisiaque...

 

- La part de l'autre de Eric Emmanuel Schmidt:  pour ne pas oublier, car c'est bien écrit, car j'aime la plume de EES.

 

- La collection complète de tout Marie Aude Murail condensé en un seul livre : Pour l'espoir. Pour apprécier les choses simples. Pour l'amour. pour tous les messages, les émotions...

 

Oups j'en suis déjà à 10 ? Et bien alors je m'arrête mais sachez que spontanément, il y a aussi,  les liaisons dangereuses de Laclos,  Orgueil et préjugés de Jane Austen,  La cicatrice de Bruce Lowery , le lion  de Kessel, Vampire Academy  (bien sûr) de Richelle Mead,  Bones  (mais non je ne t'ai pas oublié mon cher) de J.Frost, Hunger Games de Suzanne Collins, Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer,  Le Dieu Fleuve de W.smith, guerre et paix de Tolstoi  (je plaisante) et  Kholer, si j'ai besoin de faire du feu (ah ah ah)....

 

Syl (link), Azilys (linket Touloulou (link) reprennent le même thème.

 

Repost 0
Published by Cécile - dans Top Ten Tuesday
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 02:23

roulotte.jpg


Ca y est, je me lance ! La roulotte de 
Syl passe par chez moi.  

Sandy a arrêté l'histoire de Cathy en me laissant un choix crucial à faire. Merci Sandy, je te revaudrais ça ! :)

J'ai relu toute l'histoire depuis le début, pour être sûre de ne pas faire de contre sens, et j'ai tout simplement adorée ! Les filles, vous êtes trop fortes !
Je suis donc très très contente de continuer l'histoire de Cathy et d'y apporter ma touche... 

Sandy m'a imposée les mots suivants : Velours, étole, cervelle, cicatrice, chandelle que vous trouverez en gras dans mon texte... (re-merci Sandy). 
Alors c'est parti... 

 

Voyant tous les yeux tournés vers elle, Cathy comprit qu’ils attendaient vraiment qu’elle agisse comme une reine, qu’elle prenne des décisions et les départage. Il était temps qu’elle s’impose. Qu’elle s’affirme. Qu’elle décide une bonne fois pour toute de croire à toute cette histoire.


Mais comment choisir ? Comment décider du sort de cette femme qu’elle ne connaissait pas ?

Elle regarda tour à tour Dominique et Sylphide et finalement s’adressa au vieux monsieur dans l’ombre.
-  Qui êtes-vous ? Sortez de l’ombre que je vous vois et venez me parler en face si je représente votre reine.
Le silence s’installa et le vieux monsieur sorti de l’ombre. Son visage et ses traits lui rappelaient quelqu’un mais elle n’arrivait pas à savoir qui.
- Je suis Aaron, votre grand-père, Rose. Le père de votre mère.

Mon grand-père ? se dit Cathy sentant les larmes lui monter aux yeux et de la colère se répandre en elle. J’ai un grand-père et il n’a jamais cherché à me connaître ? Il a préféré me laisser dans un orphelinat ? Je ne représente donc rien pour lui ? Me déteste t-il car je suis à moitié arachnéenne ? Mais alors pourquoi… Ses pensées furent interrompues par Dominique :

- Nous n’avons pas le temps pour célébrer vos retrouvailles, Rose, vous devez choisir que faire d’Anne, vous ne pouvez pas la laisser seule devant cette porte. Elle est choquée et désemparée, et…

Avant que Sylphide ne puisse répliquer Cathy demanda à son grand-père :

- Que craignez-vous exactement ? Que cette personne ne soit plus Anne ? Qu’elle ait été mordue et transformée par les arachnéens ? Mais alors, pourrait-elle encore avoir l’apparence de … ?!

Le vieil homme lui répondit :

- Les arachnéens ont le pouvoir de prendre l’apparence de quelqu’un d’autre. Nous ne savons pas exactement de quoi Anne aurait l’air si elle a été transformée car de toute façon elle pourrait reprendre sa forme que nous lui connaissons. Ainsi, la personne devant la porte peut aussi bien être notre Anne, qu’une Anne transformée. Vous me suivez ?!
Oui Cathy comprenait. Elle comprenait aussi que cette fille qui était sa cousine était également la petite fille de cet homme. Mais elle sentit qu’elle pouvait lui faire confiance, au-delà de leur lien de sang, il lui semblait d’une grande sagesse…

- Quel est votre avis ?
 - Nous avons conçu une cellule qui n’a pas d’effet sur nos pouvoirs mais qui anéantit ceux des arachnéens. Le vieil homme s’interrompit et regarda tour à tour Dominique et Sylphide qui semblaient estomaqués. Cathy comprit qu’ils ne connaissaient pas l’existence de ce cachot. Si nous y enfermions Anne, reprit Aaron,  nous saurions rapidement qui elle est.
- Ainsi soit-il, déclara Cathy non sans avoir demandé à Dominique et Sylphide de rester avec elle car elle les sentait trop « à cran » pour pouvoir être d’une quelconque aide en bas.

Ainsi fut fait. Anne ne se débattit pas quand Gaston et trois autres personnes l’attrapèrent et l’emmenèrent dans les sous-sols de la forteresse.

 

Quelques minutes plus tard, Gaston revint dans la salle de surveillance.

Avant de se faire assaillir de questions il affirma qu’Anne n’avait pas changé. Elle était toujours Anne.

Cathy lut la gratitude et le soulagement dans les yeux de Dominique et son cœur se serra une fois de plus à l’idée qu’il en aimait une autre qu’elle.

Elle demanda à Aaron si cela voulait dire qu’Anne n’avait pas été transformée et celui ci répondit par l’affirmative :

- Oui, nous avons amené plusieurs arachnéens sous forme humaine dans cette cellule et chaque fois, leur vraie nature s’est révélée.

- Ce n’est PAS POSSIBLE ! S’écria Sylphide. Personne n’est jamais revenu de chez les arachnéens. Qu’est ce que c’est que cette histoire de cellule ? Pourquoi n’avons nous pas été mis au courant de son existence ? Anne est votre petite fille et vous l’aimez, vous ne pouvez pas accepter de la voir être transformée, vous n’êtes pas objectif, je ne crois pas que ce soit Anne. Ca ne peut…

Gaston l’interrompit :

- Ma reine, dit-il à Cathy, Anne vous demande. Elle ne veut parler qu’à vous. J’ai dans l’idée que l’on pourrait bien la menacer et la torturer, elle ne parlerait pas si ce n’est à vous. Elle dit qu’elle a des informations importantes qu’elle ne veut révéler qu’à la reine.


Cathy se retourna vers Dominique, Sylphide et Aaron et avant qu’aucun d’eux n’intervienne, elle demanda à Gaston de la guider vers la cellule de sa cousine.

Dominique lui bloqua le passage :
- Je vous accompagne.

- Vous retrouverez votre fiancée après Dominique, ne vous en faites pas, lui répondit froidement Cathy.

- Ce n’est pas pour elle que je m’inquiète en ce moment mais pour vous.

Cathy ne comprenait plus rien. Si Dominique avait peur, c’est qu’il n’était pas si persuadé que ça que sa bien aimée puisse être vraiment saine et sauve. Avant qu’elle ne puisse se demander si Dominique s’inquiétait pour elle, Cathy, ou pour la reine qu’elle représentait, elle emboîta le pas à Gaston et ferma la porte derrière elle, se coupant de la protection de Sylphide et de Dominique.

 

Gaston lui fit descendre des escaliers, prendre de nombreux couloirs que Cathy aurait été incapable de reprendre seule en sens inverse. Puis il ouvrit une porte qui donnait sur un petit couloir. Au bout une cellule. Elle demanda à Gaston de l’attendre dehors et tandis que la porte se refermait derrière elle, elle s’avança, avec une assurance qu’elle ne se connaissait pas.

 

Anne, avec sa robe en velours et son étole sur les épaules, se tenait droite dans sa cellule.

- Alors c’est vous Rose ? dit-elle en la toisant de haut en bas.
Elle n’avait plus rien de la jeune femme suppliante de tout à l’heure.

- Ecoutez-moi bien Rose, nous avons très peu de temps. Je ne suis pas Anne. Je vais me transformer pour vous laisser entrevoir ma vraie nature. Ne criez pas, ça ne sert à rien. J’ai jeté un charme avant d’être enfermé. Vous pourrez crier de tout votre soul, personne ne vous entendra. De plus, si vous ne voulez pas que j’éclate la cervelle de votre sou fifre quand je sortirai d’ici, car je sortirai, croyez-moi, vous avez intérêt à ne pas m’interrompre.

Sur ce, avant que Cathy n’ait eu le temps d’intégrer le fait qu’elle se trouvait face à un arachnéen, un homme magnifique se trouva à la place d’Anne.

 

L’homme avait une trentaine d’année. Il avait les cheveux noirs, des yeux noirs, sa peau était mate, et il avait une cicatrice qui partait de sa tempe et lui barrait le sourcil droit. Il était torse nu et Cathy n’avait jamais vu un torse si magnifique de sa vie. (En même temps elle n’avait vu que le torse de Dominique pendant sa transformation qui lui avait déjà paru comme la plus belle chose au monde). Elle remarqua que son avant bras était couvert d’un tatouage qu’elle ne pouvait déchiffrer.

Les yeux de l’inconnu brillaient comme des chandelles, même dans l’obscurité, et son regard l’envoûtait. Elle n’avait toujours rien dit et continuait de le dévisager quand il prit la parole, d’une voix grave et profonde :

- Et bien ma chère, je vois que vous savez apprécier les belles choses, dit-il un sourire au coin des lèvres.

J’avoue que vous n’êtes pas mal non plus et je peux déjà entrevoir la beauté que vous serez après votre transformation à vos 25 ans.

Je m’appelle Zlatan. Je suis le roi des arachnéens. C’est pour ça que votre cellule n’a pas eu d’effet sur moi et que j’ai pu garder l’apparence d’Anne. Mes pouvoirs sont supérieurs à ceux de mon peuple, comme les vôtres sont supérieurs à ceux de votre peuple.


Cathy voulu parler mais il l’interrompit d’un geste.

- Le temps nous est compté, vos gardes vont revenir si vous tardez trop à remonter.

Je suis comme vous Rose. J’ai du sang arachnéen et du sang de Lepidopteranus.
Vous avez hérité en majeure partie des pouvoirs des papillons car votre mère était leur reine. J’ai hérité pour ma part, en plus grande partie des pouvoirs de mon père qui était roi des arachnéens.
Votre père était le bras droit du mien et son meilleur ami également. Tous les deux étant tombés amoureux de papillons, ils pensaient pouvoir changer le monde. Changer le destin de nos peuples. Mais vous comme moi avons été élevé dans le monde des humains. Si ça fait depuis ma majorité, il y a 6 ans, que je suis de retour parmi les miens, on ne peut pas espérer que vous puissiez comprendre après quelques jours les enjeux de nos rôles. Ma partie arachnéenne est la plus forte mais je sais que j’ai du sang papillon, je le sens. Je ne peux pas renier qui je suis. Comme vous ne pouvez pas renier qui vous êtes. J’ai pris de gros risques en venant vous trouver mais je le devais, pour moi, pour mon peuple. A nous deux nous allons changer le cours des choses. J’ai entendu parler d’une prophétie. Pendant des années j’ai cherché à savoir où elle se trouvait, ce qu’elle prédisait. Maintenant que je l’ai lue, je suis convaincu qu’elle parle de nous.

La prophétie annonce que 10 personnes, guidées par un roi sombre et déterminé et une reine douce et sensible, devront chercher et trouver le parchemin qui les mènera tous à la paix. Ces 12 personnes auront un an jour pour jour, à partir du moment où le roi et la reine se trouveront, pour accomplir ce destin, sinon, leur monde sombrera dans le chaos le plus total et ils mourront.
Je crois en cette prophétie.

Même si notre chemin va être semé d’embûches, je suis sure que nous y arriverons Rose. Je veux y croire. Nos peuples peuvent cohabiter en harmonie. Vous et moi sommes pareils. A cela près que vous n’avez pas l’air bien téméraire pour le moment. Mais je suis sûr que nous nous comprendrons. J’ai envie d’y croire. Je vous apprendrai ce que vous devez savoir sur mon peuple et vous me direz tout sur le vôtre. Il faut que vous choisissiez vos 5 meilleurs hommes, des personnes de confiance, pour nous accompagner dans notre quête. Je ferai de même. C’est notre destiné, je le sens, nous allons trouver ce parchemin. Faites-moi confiance voulez-vous ? 

 

Cathy ne pouvait défaire son regard de celui de Zlatan. Oui elle avait envie d’y croire. Mais pourquoi ? Pourquoi avait-elle déjà confiance en cet inconnu, le roi de ses ennemis ? Et pourtant. Pourtant quelque chose dans son attitude et son regard avait su toucher son cœur et celui-ci lui dictait que l’homme qui se trouvait en face d’elle pourrait bien changer sa vie à jamais et celle de son peuple…

Elle se dit alors qu’elle n’avait jamais autant été troublée dans sa vie que ces derniers jours. D’abord par Dominique, maintenant par cet inconnu qui lui inspirait de la peur mais qui l’attirait comme un aimant... 

 

La semaine prochaine, la roulotte passera chez Vilvirt qui devra composer avec les mots suivants :
Tirelire, flèche, moisi, jalousie, larmes :)
Pour retrouver tous les épisodes précédents de la roulotte c'est chez Syl ICI !   

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 23:48

mr-darcys-diary 

J’attendais ce livre avec impatience. Pensez-vous : l’idée d’être dans la tête de Darcy, de savoir quand ses sentiments pour Elizabeth sont nés, comment ils se sont développés, comment il a vécu le refus d’Elizabeth de se marier avec lui… Tout ça avait de quoi donner envie…
 

Et bien je ressors de cette lecture un peu mitigée.
 

L’histoire est fidèle à celle de Jane Austen, c’est bien écrit, ça se lit rapidement. On apprend donc quelle attitude ou phrase d’Elizabeth a charmé Darcy, on comprend pourquoi il a tant tenu à séparer Bingley de Jane, on assiste à des discussions avec ces pestes de Louisa et Caroline, on voit à quel point il essaye de faire face à ses sentiments pour Elizabeth… bref c’est très sympa. Sympa de découvrir l’autre point de vue.
 

Mais Darcy ne m’a pas touché. Il ne m’a pas donné envie d’être Elizabeth, d’être celle qui fait battre son cœur. C’est une lecture très plaisante mais elle ne m’a rien fait ressentir ou très peu. Est-ce que c’est parce que finalement j’avais l’impression de « relire » d’une certaine manière Orgueil & Préjugés ? Peut-être, mais je ne pense pas que ce soit (que) ça. Je crois que l’auteur n’a pas cherché à nous expliquer vraiment les émotions que traversent Darcy. Ok il est vexé, ok il ne veut pas se laisser aller à aimer Elizabeth à cause de sa famille… Ok!
Mais comment as tu vécu tout ça Darcy ? J’aurais aimé que ses sentiments, ses doutes, ses peurs, son courage, sa lâcheté, ses envies soient plus développés. Que ça me fasse plus vibrer ! C’était trop simple. Merde quoi! Tu es le héros d’une des plus jolies histoires d’amour et tu racontes juste que tu as lutté en vain contre tes sentiments ? Que tu ne peux pas te marier avec une femme dont les sœurs et la mère ne savent pas se tenir en société ? C’est bien ! Mais qu'est ce que ça te fait ressentir ? Est-ce que tu te déteste de t’arrêter à ces considérations ou en es-tu fier ? Est-ce que tu rêves d’elle jour et nuit ? Est-ce que cette femme te rend vraiment fou ? Et comment ? Pourquoi !
 

Bref je crois que vous avez compris mon point de vue. Ce qu'on lit, c'est ce à quoi on s'attendait déjà. Il est certain que c’est très personnel, que beaucoup trouveront les descriptions des sentiments de Darcy assez explicites, c’est juste que je m’attendais et espérais être plus transportée, plus secouée, plus touchée.

 

Mais comme je le disais au début, c’est une histoire plaisante, qui se lit rapidement, c’est intéressant, et cohérent. On passe donc un bon moment. Ca aurait mérité plus de profondeur, c’est tout.

 

lirenvo1/12       enfant craie logo-1

 

Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 07:00

 le-chardon-et-le-tartan.jpg

Je continue ma lecture des aventures de Jamie et Claire non sans un certain plaisir. Ou plutôt avec un plaisir certain.

Jamie c'est un peu comme Stephanie Plum, toujours un bon moment. 
Vous ne savez pas quoi lire ? Petite panne de lecture ? Vous prendrez bien une petite Plum ? Non  juste un Jamie ! Pas une petite Plum avant ? Non un Jamie.
Ok ok ma référence à la cité de la peur est nulle mais ça me fait quand même marrer que voulez vous ! :)



Alors que sont devenus nos petits amis ?
L'info capitale de ce tome : Notre petit puceau national, devenu un super méga bon coup apprend que Claire vient du future. Il le prend assez bien et est comme un petit fou en apprenant l'existence des avions et des tanks (un vrai petit gars celui là ! Ce n'est pas l'invention de la machine à coudre qui l'a transcendé je peux vous le dire).  Mais ce n'est pas tout.


Notre petite Claire est traitée de sorcière (la faute à la petite garce qui était folle du rouquin). Elle risque le buchet. Rien de moins. Elle est à 2 doigts (c'est là que j'aurais du sortir ma ref à la cité de la peur tiens!) d'être finalement noyée quand Zorro arrive sur son cheval roux et l'enlève.


Les 2 héros s'enfuient et retournent à la propriété de Jamie qu'il avait du fuir quelques années plus tôt.  

Là ils entrevoient la vie paisible que pourrait être la leur, avec la soeur de Jamie, Jenny (Jamie et Jenny  sont sur un bateau...), son mari Ian qui a une jambe de bois (quand je vous disais que la vie était dure et semée d'embuche au 18ème siècle), ainsi que le petit Jamie Junior (fils de Jenny et Ian, ça peut porter à confusion). Petite vie paisible donc pour cette jolie petite famille. Un vrai remake de la famille Ingalls je vous dis. Jamie va même jusqu'à apprendre à son homonyme à pisser plus loin que ses chaussures. Grand moment de la littérature. On sent la force et l'amour qui unie cette famille. C'est beau. Tellement beau. Mais voilà, au risque de vous surprendre : le bonheur n'est que de courte durée.


Rappelez vous, Jamie ne peut pas rester là bas ad vitam aeternum, il est recherché par les anglais qui veulent sa peau de roux.

Et voilà, alors qu'ils avaient prévu de partir, Jamie se fait kidnapper alors qu'il était en ballade avec Ian. Les anglais ont arraché la jambe de bois de ce dernier et ont enlevé son cheval pour qu'il ne puisse pas les suivre (comme dirait Mlle Pointillés quand je lui ai annoncé que je voulais diiminuer mes achats en 2011 : attendez je vais mourir de rire et je reviens). (perspicaces ces english n'est il pas ? C'est sûr que sans cheval et sans jambe Ian n'allaient pas aller bien loin c'est pas superman non plus hein...) 


Claire est dépitée : Oh noooooooooonnnnn, Jamiiiie!!!!! Ohhhhh Jaaaammmiiiie, are you still alive ? Oh, I didn't even tell you how muuuuch I love you...
Ohhh Jamie, si tu savais, tout le mal, que l'on me fait. Ohhh Jamiiiie, si tu savais....

Bref Claire part à la recherche de son tendre et cher époux.... Et après il se passe trop de choses sympa, completement folles, hal-lu-ci-nantes!!! Vous pouvez pas comprendre... Si vous saviez....


Je ne peux pas vous en dire plus, j'ai trop peur de vous spoiler, mais sachez qu'il est question de bagarre avec des loups, d'orgueil bafoué, de monaster, de mal de mer, de main cassé, de sources naturelles d'eau chaude (et tout ce que ça implique, si vous voyez ce que je veux dire), de confession, j'en passe et des meilleurs.

 

Ceci dit, aussi agréable que soit cette lecture, je n'ai pas vraiment aimé la dernière partie, j'ai trouvé ça bizarre, encore moins crédible que le reste, un peu trop glauque pour ma pruditude (oui pruditude et alors ?), j'ai eu du mal à m'imaginer certaines scènes...
Mais ça reste un bon moment, et comme je le disais en introduction, c'est le genre de livre à sortir quand on ne sait pas quoi lire car ça passe toujours bien !

 

NB : je classe toujours ce livre sous "histoire" mais sachez que je ne comprends RIEN et ne retiens rien de ce qu'il se passe au niveau historique...  

 

 

 

Repost 0
Published by Cécile - dans Histoire
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 07:00

Top-10-Tuesday

 

Une fois de plus Mlle pointillés et moi-même n'étions pas inspirées par le thème officiel du Top Ten Tuesday, nous avons donc décidé de changer et de reprendre le thème de Karine:) et Yueyin de la semaine passée  : Manies et bizarreries livresques.


Oh oui je suis sûre que vous êtes impatient(e)s de connaître toutes mes manies, sooo exciting isn't it ?!

Allez c'est parti :


1. Tu ne pourras pas t'empêcher d'acheter des livres.
J'achète compulsivement, oui je ne peux tout simplement pas rentrer dans une librairie, sans sortir avec au moins un livre. D'ailleurs j'ai toujours mon petit carnet plein de listes (des livres qui me tentent) avec moi. Sachant que la résolution 2011 est d'acheter moins et de noter plus. De fait. j'en suis à mon 25ème carnet depuis le 1er Janvier et seulement un achat. Ou deux peut-être.

 

2. Tu n'emprunteras pas. 
Je n'aime pas emprunter car si j'aime le livre, je file l'acheter droit derrière pour l'avoir et pouvoir en relire des passages ultérieurement.

 

3. Tu liras dès que tu peux.
Je lis dès que j'ai 5 minutes, en mangeant, en marchant... bref dès que je peux.
Ca me fait penser que je pourrais faire un petit Top 10 des situations les plus bizarres / cocasses dans lesquelles je me suis retrouvée quand je lisais en marchant / mangeant / courrant (yes, I'm a super woman, je peux courrir et lire en même temps. Du coup quand on se rétame et qu'on se retrouve par terre, les 4 fers en l'air et que le bus est parti sans nous, on a encore plus de temps pour lire... (j'ajouterais en un HS complet que les chauffeurs de bus n'ont pas l'âme chevaleresque, ils n'attendent jamais quand ils voient une jeune fille désespérée courir comme une dératée pour avoir leur bus.)

 

4. Tu feras ta sauvage / ton associable.
Je préfère très souvent passer des soirées avec mon livre qu'avec des amis ou déjeuner le midi seule qu'avec mes collègues, pour pouvoir lire... Ce qui fait que bon nombre de personnes me prennent pour une sauvage. Mais mes proches sont habitués. Les autres ne peuvent pas comprendre... Mais maintenant j'informe. Ce midi j'ai dit à mes collègues qu'aujourd'hui je devais recevoir un livre de ouf, de malade mental, (Shadowfever) et qu'il ne fallait pas compter sur ma présence le midi cette semaine... Yeah, faut ce qu'il faut. Et Barrons le mérite. Oh. Yeah.

 

5. Tu liras la fin des livres et les spoilers.
Et oui, c'est LA manie que vous connaissez tous, et que je partage avec Mlle pointillés, Syl et Yueyin : je lis la fin des livres. Mais pour ma part (et celle de Syl mais chut c'est un secret), la folie va plus loin, je ne lis pas que la dernière page, ou les dernières lignes, je lis aussi des passages et des chapitres entiers un peu en avant dans ma lecture. Aussi fou que cela puisse paraître ça n'enlève en rien le plaisir de lire. Je pleure et ris quand même, même si je sais ce qu'il va arriver. C'est juste que mon petit coeur se porte beaucoup mieux quand il est préparé. Croyez-moi, si je n'avais pas été préparé, je n'aurais pas pu supporter la fin des tomes 4 et 6 de HP, la fin du tome 3 de VA, la fin des tomes 3 et 4 de Barrons, j'en passe et des meilleurs.
La folie va plus loin, je lis les spoilers dès que j'en trouve, et je fais pareil avec les séries TV.

 

6. Les marque-pages tu collectionneras mais tu ne les utiliseras point.
Je fais la collection de mes marque-pages mais je me rends compte que je préfère utiliser les tickets de bus ou autre "papier" que je trouve. Au moins si je les perds, je ne suis pas triste. La bizarrerie réside dans le fait que je sais très bien que je ne les perds jamais... Mon ticket de bus va me durer tout le livre voir plusieurs.  

 

7. Dans le bain, tu ne liras pas.
Je n'aime pas lire dans mon bain. C'est compliqué, une main à avoir  toujours au sec, le livre à reposer à côté de la baignoire quand on veut se faire un shampooing, faire attention en sortant du bain que quelques gouttes ne tombent pas sur le livre. Bref c'est compliqué, je passe plus de temps à faire attention à mon livre qu'à lire.

 

8. Des passages, tu reliras.
Je relis souvent des passages des livres que j'ai bien aimé. Autant pendant ma lecture que des mois plus tard, alors que je suis dans une autre lecture. Note pour plus tard : Top 10 des passages relus plusieurs fois... héhé. Rien de coquin je vous rassure...

 

9. Chaque histoire tu vivras comme si c'était la tienne.

Je n'ai aucun mal à rentrer dans l'histoire, à m'identifier aux héroïnes, à m'évader comme si je vivais l'histoire. (Bon j'ai un peu plus de mal avec les policiers). Le soir venu j'y pense encore, je revis les scènes déjà lues, j'imagine la suite...

Bizarrement je ne suis jamais encore arrivée à m'identifier à Rose, Cat et Mac. Ouarf ouarf ouarf.  

 

10. Tu ne sortiras jamais de chez toi avec moins de 2 livres.

Comme Karine:), j'ai toujours 2 livres sur moi même si je ne suis qu'au début du livre en cours, et je pars en week-end avec au moins 4 livres, même si je sais que je ne vais sûrement pas finir celui que je viens de commencer. Mais on ne sait jamais, on n'est jamais trop prudente. Et si le train reste coincé pendant 6h sur la voie ? Et si il y un embouteillage ? Et si... 

Je pars bientôt pendant 3 semaines en vacances, et j'angoisse déjà : on ne va pas arrêter de bouger, je n'aurais pas beaucoup de temps pour lire mais bon, on ne sait jamais, il y a les 13h d'avion Aller/Retour, et puis le soir je pourrai lire, et quand on fera un peu de voitures, et les vols internes, et à la fin, on va bien se poser tranquilles un ou 2 jours non ?! Ouh la je sens que quand l'Homme va voir pourquoi ma valise pèse 30kgs il ne va pas être super content (quoi que, c'est lourd des chaussures de marche non ?) (et pour ceux qui me connaissent personnellement : on ne rigole pas à cette dernière phrase : oui on va faire du trecking, je prendrai des photos pour le prouver !).

 

 

Et maintenant je vais voir les bizarreries livresques de Touloulou (link) et Mlle pointillés.  

Après quoi je vais courir voir le Top Ten de Karine:) (link) , Syl (link), Yueyin, Azilys.

 

Et vous quelles sont vos petites manies livresques ?!

 

Repost 0
Published by Cécile - dans Top Ten Tuesday
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 18:19

sansame.JPG

 

EX-QUIS !

Ce livre est tout simplement exquis !!!

Clarabel (l'incitatrice), Sandy et Adalana l'ont aimé, et Ô combien je les comprends et partage leurs avis !

Ce livre est un vrai  régal.

On a le sourire scotché au visage tout au long de cette lecture...

 

L'histoire prend place à l'époque victorienne, en Angleterre.

Alexia Tabotti est loin de correspondre aux critères de beauté de l'époque.

D'origine italienne (le comble de l'horreur), elle a la peau mate, un grand nez, elle a langue un peu trop pendue et est un peu trop intelligente et cultivée. Autant de tares qui font d'elle une vieille fille de 26 ans.

Mais Alexia est aussi une paranaturelle, c'est à dire qu'elle n'a pas d'âme et que par conséquent si elle touche un être surnaturel, celui-ci perd tous ses pouvoirs.

Lorsqu'elle se retrouve à un bal et qu'un jeune vampire l'attaque, il n'a pas l'air de connaitre ce détail. Elle le tue en voulant se défendre et c'est là que Lord Maccon fait son apparition.

En tant qu'Alpha, chef de meute, et ayant un poste élevé au BUR (organisation pour les êtres surnaturels), il est décidé à enquêter sur ce meurtre ainsi que sur les disparitions aussi fréquentes qu'inexplicables de vampires et loups garous.

 

Voilà pour l'histoire. Si celle-ci est sympathique et bien développée c'est surtout les rencontres entre Lord Maccon et Alexia qui représentent les moments les plus jouissifs du livre. Leurs réflexions, leurs échanges sont drôles et ironiques, les situations dans lesquels ils se retrouvent sont toujours cocasses, amusantes, abracadabrantes et amènent des moments de pur bonheur.

Lord Maccon, avec son caractère de cochon, son ton bourru et son accent écossais quand il s'énerve, Alexia, drôle, piquante et qui a le chic de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, les personnages secondaires, tous plus caricaturaux et ironiques les uns que les autres, forment un ensemble de personnes très attachant. Spécial dédicace à Lord Akeldama, dont les apparitions sont toujours agrémentées de surnoms complètement farfelus à l'attention d'Alexia.

 

En bref on passe un excellent moment.

Je ne peux que le conseiller car je ne vois pas ce qui pourrait déplaire en fait...

Une histoire sympathique, un humour fin omniprésent, des personnages à la fois différents et attachants, un sourire qui ne disparait pas de la première à la dernière page. Que demandez de plus ? Jettez-vous dessus !!! :)

 

Je vous invite à découvrir l'avis de Lily  qui publie son avis en même temps que moi.  

Celui de Clarabel (qui a su choisir les extraits qui donnent envie), celui de Sandy (dont cette lecture est un coup de coeur), et celui d'Adalana (pour qui cette lecture a été un délice).

 

 

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 07:00

 LeChoeurDesFemmes.jpg

C'est sur les conseils de Mlle Pointillés que je me suis procurée ce livre d'environ 750 pages ! 
Un pavé donc... mais qui se lit bien !

Dur dur de faire son propre résumé sans spoiler donc je vous mets la présentation de l'éditeur. 

Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de " Médecine de La Femme ", dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit? Qu'il va m'enseigner mon métier? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre. 


Très franchement, je ne sais pas du tout par quoi commencer mon billet ni comment décrire mon avis sur ce livre... (hem oui ... ça commence bien.)

Bon je me lance : ce livre n'est pas un coup de coeur mais j'ai eu néanmoins beaucoup de plaisir à le lire.

Une chose est sûre, ça change de mes lectures habituelles.
 

Jean est drôle, ironique... On a beaucoup de plaisir à être dans sa tête, à l'entendre pester contre ces femmes qui se plaignent de tout et de son nouveau chef qui passe son temps à écouter (le comble de l'horreur donc) les dites femmes au lieu de les ausculter.


A la fin du premier jour de stage de Jean, Karma (son chef), n'appréciant pas plus que ça l'attitude de son interne et le mépris qu'il lit dans ses yeux, lui propose un deal : rester une semaine, y mettre du sien, prendre des notes, poser des questions, essayer de comprendre pourquoi il (Karma) n'agit pas comme les autres médecins. Si après une semaine Jean a encore envie de partir, Karma lui valide son stage et Jean n'aura plus besoin de revenir.  

 

J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre l'évolution de Jean face à ces femmes, face aux infirmières, à la secrétaire, au Dr Karma, et surtout l'évolution de ses préjugés, de ses angoisses, de ses relations aux autres, de ses certitudes et incertitudes...


Il y a des chapitres consacrés à des patientes, ce sont elles qui parlent, qui nous raconte ce qu'elles ont vécu, ce qu'elles ont dit ou cacher au Dr Karma et à Jean, on écoute les non-dits que le chef du service comprend mais que l'interne ne voit pas, et puis le chapitre d'après, on se retrouve à nouveau dans la tête de Jean, ou de la secretaire... Et, encore plus tard, on se retrouve à lire les mots de femmes préoccupées qui écrivent sur un forum... Bref, la narration est dynamique. Pas de quoi s'ennuyer. J'avoue cependant avoir sauté quelques pages qui, je le savais, n'allaient pas apporter beaucoup à l'histoire...
 

Ca se lit bien, on se dit dès le début qu'on connait la fin, que Jean va se plaire et rester dans ce service. On se dit que les histoires de ces femmes dans lesquelles on se retrouve, ou pas, selon le degré de leurs problèmes, sont sympathiques, qu'elles se lisent bien mais qu'on ne va pas non plus se poser 36000 questions et réfléchir à leurs cas la nuit venue...
 

Et puis finalement, finalement.... l'auteur arrive à nous faire passer des messages, à nous faire voir les choses autrement, à remettre en question des pratiques gynécologiques que l'on a toujours connues comme ça, et surtout surtout, l'auteur arrive à nous bluffer de temps en temps, particulièrement avec la fin du livre ! 
Ah ah, je la voyais pas venir celle là ! J'en ai eu le sifflet coupé tiens ! On est tranquillement dans nos petites histoires, on suit gentiment l'évolution de Jean, et là Pouf, sans crier gare, une nouvelle intrigue pointe son nez, tout droit sortie d'un roman policier et là, et bien... on termine le livre et on se dit "hé bien quelle lecture bizarre"!


Oui bizarre car voyez vous, même si pendant 80% du livre on tourne les pages sans s'en rendre compte mais sans être transcendé non plus, on ne s'attend pas à ce que l'auteur nous distille quelques petites phrases/indices par ci par là, de temps à autre, qui nous font nous poser quelques questions mais surtout qui nous font totalement halluciner tant on ne s'y attend pas.
Et puis il y a beaucoup d'humour (certaines répliques de Jean m'ont faite vraiment marrer), ce qui ne gâte rien. 


En gros, un livre intéressant, qui contient quelques longueurs que l'on saute sans problèmes, mais qui est savamment écrit, qui nous interpelle, nous fait rire, tout en traitant de sujets délicats.

Un bon moment et une belle surprise.  

L'avis de Mlle Pointillés que je remercie du conseil.

Repost 0
Published by Cécile - dans Sociologique
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 08:00

Top-10-Tuesday-copie-1.jpg 

Le thème officiel de cette semaine ne nous plaisant pas, Mlle pointillés et moi nous lançons sur "Top 10 des scènes les plus..." : une inspiration de Syl ! Pas facile ce thème !

 

J'ai caché les spoilers, si vous voulez les lire, surlignez !


1. La scène la plus HOT :
- Celle entre Bones et Cat dans le tome 2, Oh My God, je devais rougir en la lisant ! :)

 

2. La scène la plus drôle :
- Dans "sans âme" que je lis actuellement, quand Alexia découvre que ce qu'elle a lu dans les livres de son père (traitant de sexualité) n'est pas totalement exact, et qu'elle décide d'en apprendre plus dans un but purement scientifique...
- Dans "le chardon et le tartan" quand Jamie donne une correction à Claire et que celle-ci est outrée. 
- Sinon il y a tout les livres des "Spellman" qui sont à mourir de rire du début à la fin.  

 

3. La scène la plus hallucinante :
- La fin de VA3 : ***Spoilers*** : Quand un personnage devient Strigoi ! Je n'en revenais pas !!!  

 

4. La scène la plus triste :
- La fin de "Entre chiens et loups" ***Spoilers*** Quand le héros est pendu. :( 
- La fin du "garçon en pyjama rayé" *** Spoilers*** : Quand Bruno, le petit garçon si naïf prend la main du petit garçon juif et qu'ils se dirigent vers la chambre à gaz. 

 

5. La scène la plus émouvante :
La scène avec Rue dans Hunger Games 1 quand celle-ci meurt. (j'ai versé ma larme, of course)

 

6. La scène la plus espérée :
Le début du tome 4 de la série Fever 
: ***Spoilers*** Quand Mac et Barrons couchent enfin ensemble... Hiiiiiiii !!! Barrons you are a beast ! :) 

Quelques pages de pur bonheur. Barrons, je t'aime!

 

7. La scène la plus inattendue :
Les retrouvailles entre Katniss et Peeta dans Mockingjay : je ne m'y attendais pas à celle là ! 

 

8. La scène la plus ridicule :
Tout le livre de Kholer, L'amant ténébreux en cuir noir, qui déchire les sous vêtements aussi facilement que je décapsule mon coca rouge, qui s'habille en cuir, et qui suinte aussi souvent que je râle (souvent donc). Oui je ne me lasse pas de parler de lui, mais c'est en attendant d'en trouver un plus ri-di-cule.

 

9. La scène la plus ONEAPPFCBDMN** :
Le chapitre 1 de Shadowfever quand on découvre qui est la bête que Barrons enfermait dans son sous-sol.

 

10. La scène qui m'a fait le plus réfléchir :
Je ne peux pas en citer qu'une mais dernièrement, certaines scènes de 1984 d'Orwell.

 

**ONEAPPFCBDMN : Oh Non Elle A Pas Pu Faire Ca Bordel De Merde Noooooooooooooooon !

 

Le top 10 de Mlle Pointillés se trouve là (link) ! Mlle pointillés qui, bizarrement, partage beaucoup de scènes les plus... avec moi :)
Et pour d'autre Top Ten je vous invite à aller voir les billets de Syl, Karine:), et Yueyin.
Et vous ? Quels sont vos scènes les plus... ? 

   

Repost 0
Published by Cécile - dans Top Ten Tuesday
commenter cet article

en-passant2.jpg    

 

- John Green est un génie...

- Swap en cours de finition ! J'ai enfin trouvé LE cadeau que je voulais absolument !

 

 

******************************************************************

 

Recherche

categories2.jpg

 

    ********************************************************
 


j'y suis et j'y adhère

 

 

facebook_logo-2-.png goodreads.jpg twitter logo pinterest.jpg

 

volage gris 2-1
     

Logo40-copie-1.jpg   


MIDINETTE

 

 

    ********************************************************

 


challenge.jpg 

 

 

   
Classique final 4  

Challenge Un classique par mois. 
Organisé par Stephie  0/12

 

 

volage gris final

Challenge "Je suis volage : je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture"
Organisé par Mlle P et moi-même.   

 

 

          ******************************************************** 

  

 

je-lis2.jpg           

 

 

 


    ********************************************************

 

 

********************************************************

promene3.jpg