Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 00:00

livres1 

 

Sans plus attendre l'extrait tiré de "l'amant Vengeur", tome 7 de la Confrérie de la Dague Noire de JR. Ward. 

Il y eut un long silence.
Puis Kholer éclata de rire. (...)
Rhage fut le premier à se joindre à lui, rejetant la tête en arrière, ses cheveux blonds brillants accrochants la lumière venant de la demeure,ses dents ultra blanches étincelants.  (..)
Butch suivit, le flic hurlant de rire et perdant sa prise sur le torse de son meilleur ami (toutes les excuses sont bonnes pour se peloter ces deux là...). Fhurie sourit pendant une seconde, puis ses larges épaules se mirent à trembler, ce qui ébranla Z., jusqu'à ce qu'un large sourire apparaisse sur son visage couturé. 
Torh ne sourit pas mals l'air satisfait qu'il affichait contenait une lueur de son ancien caractère. (...)
Au mileu des rire, Rhage regarda Kholer. Sans dire un mot, tous deux s'étreignirent et, quand ils s'écartèrent, Kohler présenta à son frère l'équivalent mâle d'une excuse : une bonne claque sur l'épaule (moi, homme préhistorique, taper toi sur l'épaule pour dire, je t'aime, frère), Puis il se tourna vers Z., qui hôcha la tête. Ce qui était son raccourci pour accepter les excuses du roi.
Difficile de savoir qui avait commencé, mais quelqu'un passa le bras sur les épaules de quelqu'un d'autre, puis un autre fit de même, et il finirent regroupés comme une équipe de foot (ce n'est pas onze joueurs une équipe de foot?). Le cercle qu'ils formaient dans le vent froid était hétérogène, composé de différents gabarits, de poitrines plus ou moins larges et de bras aux longueurs inégales (ah bon ? ils ont pas tous le même corps ?). Mais grâce au lien qui les attachait, ils formaient une entité.
Serré entre ses frères, Kohler estima que ce qu'il avait autrefois considéré comme acquis était rare et exceptionnel : la Confrérie était de nouveau réunie.

 

Réactions : 

Comment JR Ward aurait voulu que je réagisse (et comme certainement, des milliers de fans ont réagi) :  

http://media.tumblr.com/tumblr_m4xh4ra92L1rqso10.gif
Oh mon dieu. C'est trop beau... Ils ont vraiment un coeur tout mou, sous
leurs carapaces de gros dur, ces guerriers chéris.

 

 

 

Comment j'ai réagi (insensible que je suis): 

http://media.tumblr.com/tumblr_m4x4jlUPv91rqso10.gif
Elle nous a vraiment sorti les violons là ?
mouahahahahahahahahahaah 

 

Repost 0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 07:00


Tout à fait ! 

260082947201040326_sKPKztH4_f.jpg

874.png

1665.png

1605.png

 

Bitch, moi ? 

181269953722251676_KPckthwi_f.jpg

9077636719716712_ENqav8I0_f.jpg
J'avoue que celle là me fait particulièrement marrer... 

155303887119786703_QmiF8k5i_f.jpg
Hihi, je me reconnais tellement... 

untitled13.JPG
Un jour, je la sortirai celle-là !

192951165256148394_j7G3AerA_c.jpg
LOL



Facebook, Facebook...

124623114659558302_uwqRAro5_f.jpg

untitled6.JPG

untitled10.JPG

 

Ah ah ah ! 

204350901812807160_ruyl82Gx_f.jpg 
Looooooool :-)

29625310019344911_XSJlpQFu_f.jpg

untitled19.JPG

28147566390905173_b1H2PXLi_c.jpg
J'avoue, celle-là m'a fait hurler de rire...
1654-copie-1.png

 

 

Moi et un peu de mauvaise foi...
92464598570080157_mQqUva3Y_f.jpg

75294624990495565_dykWRfSP_f.jpg

149885493818402484_USQIZlSn_f.jpg
Ca m'arrive tout le temps ! 

untitled3.JPG
Barrons, Lucas, Curran, Bones, Adam, Daemon...

 untitled8.JPG
looool

untitled18.JPG
Ca m'arrive tout le temps... 

untitled24.JPG

untitled33-copie-1.JPG

96264510756342953_iy7DOSWD_c.jpg

200269514650766066 VO8SX3bL c

1565.png



 

Repost 0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 03:15

photo-29 
Tant de poésie... J'en suis toute émue... 


Quand Marika Gallman m'a proposé (autour d'une fondue au piment à tomber par terre de bonheur) de faire gagner son second livre dédicacé, j'ai tout de suite accepté.
Déjà, car je me suis bien marrée en lisant la dédicace en question (et surtout en répondant "si si c'est parfait" à son "je peux quand même pas écrire ça?"), et aussi car elle me l'a proposé le jour où j'ai écrit mon billet "bref" où je me moquais de tous les concours sur la blogosphère. 
Du coup, je me suis dis qu'un peu d'autodérision ne me ferait pas de mal...
Enfin, et surtout, car j'ai beaucoup aimé ce second tome.  

 

couv44832257

 


Mais qui dit concours, dit aussi "conditions" de participations... 
J'ai bien réfléchi (oui ça m'arrive) et j'hésite donc entre, vous demander de :
- Partager le concours une fois par jour pendant 10 jours, sur 4 réseaux sociaux différents avec "capture d'écran" à l'appui. 
- Liker ma page, celle de Marika ET celle de tous mes amies FB avec "capture d'écran" à l'appui. (si vous n'avez pas FB, tant pis pour vous).  
- Faire un acrostiche avec le mot "MAEVE"
- Faire un acrostiche avec "CESS ON T'AIME"  

 

Quant aux chances supplémentaires :
chance

 

- +1 chance supplémentaire : si vous m'envoyer la fameuse photo que je vous demandais de prendre lors de mon bloganniversaire et que personne ne m'a envoyé, à savoir : "si vous vous habillez entièrement en cuir et que vous prenez une photo de vous en train de tenir une pancarte «Je sens l’odeur de pluie, de cannelle et de carambar, viens  me lécher, me toucher, me dire que je suis étroite, me prendre, m’embrasser".
- +3 chances supplémentaires si vous prenez une photo de vous qui ressemblerait à la couverture de ce second livre (attention, la chaine et le mur en briques sont indispensables).
- +500 chances supplémentaires si vous likez ma page et celle de Marika et que vous dislikez toutes les autres pages que vous avez déjà likées. (si vous aussi vous trouvez que le mot "like" revient un peu trop souvent dans ce billet, merci de contacter l'auteur de ce blog pour lui en faire part).
- +42 chances supplémentaires pour des calembours cochons (proposé par Marika Gallman)(moi je lui ai dit que 42 c'était beaucoup trop pour des calembours cochons, mais bon il faut savoir faire des concessions dans la vie, même sur son blog). 




Bon allez, trêve de (mauvaises) plaisanteries: comme je suis une fille over originale (et pas très contraignante), que je vois que personne ne me prend au sérieux de toutes façons et que je milite en faveur de la cause "j'organise un concours pour faire plaisir et non pour améliorer ma côte de popularité" je vous demande tout simplement de me dire, en commentaire de ce billet pourquoi vous voulez gagner ce livre. (mais n'oubliez pas de liker ma page quand même hein). 
Ce concours est ouvert jusqu'au 10 Octobre. 



madame bonheur
Si toi aussi tu veux rejoindre la cause et devenir Madame Bonheur,
appose ce logo sur les concours que tu organises.

 



 

 

Repost 0
Published by Cess - dans Blabla
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 07:00

couv16691678.jpg

Dans le premier tome, l’héroïne m’a autant plu qu’elle ne m’a agacée.

Je m’explique :
Maeve est une héroïne qui n’a pas la langue dans sa poche, qui ne réfléchit pas vraiment avant d’agir et qui est dotée d’un humour certes pas toujours très fin, mais qui m’a tout de suite plu. (En même temps, je ne suis pas connue pour la finesse de mon humour…). En plus de ça, mademoiselle jure, mademoiselle boit et mademoiselle couche ! On est loin des vierges effarouchées (étroite, au goût de miel, qui se mord la lèvre) et c’est tant mieux !
 

Bon mon barman jouait toujours les inaccessibles. Soit je montais sur le comptoir et déchirais accidentellement mon top, soit je me fendais de mon sourire le plus charmant. N’étant vraiment pas d’humeur à rire, j’envisageais sérieusement la première option lorsqu’une tête se pencha vers moi.
- Qu’est ce que tu prends ?

Ces aspects font d’elle une héroïne comme je les aime, une héroïne qui a du caractère…
Sauf que voilà, la miss a d’autres côtés beaucoup plus agaçants : je l’ai trouvé assez égoïste et surtout, un peu trop facilement irritable. Elle a un net penchant pour les gros mots, pour les insultes et pour la bagarre ce qui peut être énervant à la longue.
Finalement, j’ai trouvé que Maeve n’était pas forcément attachante dans ce tome (je précise car cela change dans le tome suivant), peut-être parce qu’elle-même ne se laisse pas aller à ressentir des émotions trop fortes et qui pourraient se retourner contre elle.

Question personnages, j’ai carrément détesté Elliot et Brianne qui n’ont clairement pas les réactions qu’on attend de la part de meilleurs amis. Brianne n’est pas digne de l’amitié de Maeve et ses réactions face à son petit copain violent sont hallucinantes.
S’il y a bien un personnage dans cette série que je ne sens pas, c’est bien elle.

Malgré cela, j’ai passé un très bon moment avec ce premier tome qui pose les bases de l’histoire. Et si l’action arrive un peu tard, on ne s’ennuie pas pour autant.

Alors, oui il y a des éléments « déjà vus », notamment le côté « vampire » déjà beaucoup exploité même si différemment, mais il y a également tout un aspect très novateur. Le côté Sihr et toute la mythologie autour de ces immortels, de ces mages et de la magie est très riche et très particulier. J’ai vraiment aimé cet aspect innovant et j’étais curieuse de savoir comment l’auteure allait l’exploiter par la suite (et je n’ai pas été déçue).

Finalement, oui il y a des vampires, et oui Maeve est « différente » de ce qu’elle pense être au début, et ça, c’est du déjà vu, mais les ressemblances s’arrêtent là.
Marika Gallman a su créer des personnages singuliers, (n’essayant d’ailleurs pas forcément de les rendre attachants)(au contraire ?), un univers différent, une ambiance particulière et surtout, à la base de l’intrigue il y a une prophétie, et ça aussi c’est nouveau !

Et puis, il y a Lukas. Il est clairement le personnage qui m’a le plus plu avec sa « sexytude », et ses airs arrogants et supérieurs qui cachent en réalité un passé plus sombre, des blessures et des faiblesses qui ont su me toucher.  

Enfin il y a la fin… La fin qui, sans être un supplice, nous donne clairement envie de continuer l’aventure et d’en savoir plus…


couv44832257.png 

C’est pourquoi j’ai très vite enchaîné avec le second tome dès que j’en ai eu l’occasion, et si le premier livre n’était pas un coup de coeur, je peux vous assurer que ce second tome déménage.

J’ai adoré ce tome. 
Niveau action, ça ne s’arrête pas, il y a de nombreux rebondissements et l’on suit une Maeve plus humaine, plus touchante, moins sûre d’elle et moins «  à claquer ». Elle garde cependant son sens de l’autodérision et de l’humour qui m’avaient déjà plu dans le premier tome. 

Les personnages secondaires qui sont introduits m’ont beaucoup plu ! Particulièrement Barney dont j’apprécie l’humour, Cormack et son « collier vert » ainsi que Julian et son regard innocent sur les choses qui l’entourent (bon en fait, ce n’est pas vrai : je ne supportais pas Julian au début, j’avais mes raisons… Mais maintenant je l’aime bien !)

- Il resta figé, droit comme un « i », à méditer silencieusement ce que je venais de lui dire. Il semblait toujours pas s’être offusqué du ton que j’employais.
Emmerdeur. Je détestais quand les gens n’avaient pas la politesse de s’énerver en symbiose avec moi.

Les autres personnages, que l’on avait, pour certains, déjà croisé dans le premier tome, prennent de l’importance et ont un plus grand rôle à jouer, pour notre plus grand plaisir.
Il y a, entre autre, Lala et ses monosyllabes mais aussi (et surtout) un Lukas quelque peu différent, pas forcément de très bonne humeur (c’est un euphémisme) mais toujours aussi craquant…

- Depuis le premier où je t’ai vue. Tu me rends fou. Toute ta force, ta fragilité. Et cette partie de toi dont tu as si peur et qui fait toute ta beauté.
Ma gorge se serrait à mesure qu’il parlait.
- Et je te hais tellement, tellement, chuchota-t-il.

Autant de personnages et de personnalités différentes qui apportent un plus indéniable à l’ambiance qui peut être parfois pesante. Car soyez préparés, dans cette série, les méchants sont cruels et insensibles.

L’histoire, quant à elle, est très bien menée, on a sans cesse envie d’en savoir plus. Dans ce tome, pas besoin d’attendre pour avoir de l’action : chaque fin de chapitre nous intrigue et nous laisse sur notre faim et la scène finale vaut clairement le détour.

 

Vous l’aurez compris : si vous n’avez pas été convaincu par le premier, vous devez laisser une chance au second !
Et si vous aviez aimé le premier, alors vous allez comme moi, adorer ce second tome !
Mais soyez prêts : La fin elle est tout simplement horrible.
Marika Gallman nous laisse frustrées, avec des questions et des doutes pleins la tête… 
Vivement la suite !
 

- C’est pourquoi il est très important que vous vous entendiez, tous les deux.
Je te demanderai donc de faire un gros effort.
- Pourquoi ? Fis-je, légèrement vexée.
Barney sourit. C’était un des sourires que je haïssais. Un de ceux qui signifiaient « si tu savais » et « tu verras » en même temps, additionné d’un « ça m’amuse déjà comme un fou ».
- Tu n’es pas ce qu’on pourrait appeler facile à vivre.



Editions Milady
Maeve Regan 1 - Rage de dents - 397 pages
Maeve Regan 2 - Dent pour dent - 480 pages

 

Et demain, si vous êtes sages, je vous fais gagner le tome 2 dédicacé !

 

Repost 0
Published by Cess - dans Bit-Lit
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 00:51

qui-de-nous-deux.jpg

Et oui, vous l'aurez deviné au titre, c'est bien le premier mardi du mois, chez Stephie. 
Et pour honorer ce rendez-vous, un livre à ne pas mettre entre toutes les mains.
Pour public averti seulement ! 

65408451 p

 

Imaginez le topo…

Mickaella est une jeune fille de 27 ans, super belle sans en avoir conscience, avec « un corps de rêve, des seins galbés et volumineux (90 E quand même) et de quoi rendre n’importe quel homme idiot », (à condition de savoir mettre tout cela en valeur)(ce qu’elle ne sait pas faire au début de l’histoire), veuve depuis peu d’un homme (millionnaire) de 64 ans (mais non elle ne l’a pas épousé pour l’argent, voyons), Micky est prof de philo (intelligente avec ça)(ben voyons). En somme : canon, millionnaire et intelligente : une fille qui a tout pour elle quoi. Sauf que non, les amies. Micky n’a pas tout pour elle, car, voyez-vous elle :  
- ne connaît rien de sa (la) sexualité.
- ni de son très grand potentiel érotique
- ni de son côté « je suis une fille soumise qui ne connaît pas le mot « déontologie ».
- Et enfin elle ne sait pas encore qu’elle est capable de jouir plus de fois en une journée qu’elle ne cligne des yeux (oui peut-être que j’exagère un peu)(mais vraiment un peu alors).

En gros, Micky n’a pas tout pour elle. Il lui manque :
 

Alexis, un de ses élèves qui est un jeune homme de 18 ans qui travaille comme « nez » en plus d’être lycéen (voilà qui est peu commun, vous en conviendrez). « Le bougre parle couramment l’anglais, l’espagnol, pratique la musique depuis son plus jeune âge, connaît l’histoire et la géographie sur le bout des doigts (doigts dont il sait parfaitement se servir) et il sèche les cours de science estimant le prof incompétent et soporifique ». Bref, le mec parfait, me direz-vous, car oui, vous imaginez bien qu’Alexis est aussi beau et riche, en plus d’avoir l’odorat surdéveloppé (à l’instar de son sexe comme Micky le découvrira bientôt) et d’être super intelligent.
Sauf que non. Alexis non plus, n’a pas tout dans la vie.
Car il a des fantasmes inassouvis.
Et je vous le donne en mille : qui va t-il choisir pour les assouvir ? (Heu, rappelez moi comment  on devient prof de philo déjà ?)
 

Alors voilà, dès le premier cours, Alexis commence son interrogatoire :  (en parlant de mari décédé) :

- Quel âge avait votre mari ?
– Soixante-quatre ans.
– Quel âge avez-vous ?
Je souris, je vois bien où conduit sa question.
– Vingt-sept ans.
Il ne paraît pas surpris et continue inlassablement son interrogatoire.
– Vous étiez mariés depuis longtemps ?
– Neuf ans.
– Pourquoi avez-vous épousé un homme qui aurait pu être votre père ?

Et là, à Micky de répondre « Mais enfin, ça ne vous regarde pas » !
Ah non, ça c’est ce qu’une prof normale aurait répondu. Micky elle, n’est pas une fille comme les autres (et pas seulement car c’est une femme fontaine)  et du coup elle lui répond :

« Il est venu un soir au bar, nous avons discuté pendant des heures, il était passionnant. Il est revenu plusieurs soirs de suite alors qu’il devait être rentré à Paris depuis longtemps. Au dernier soir, il m’a proposé de l’épouser. Il m’a expliqué sans gène qu’il appréciait ma compagnie, qu’il me trouvait belle et intéressante, qu’il n’avait pas eu d’enfant et qu’il ne se voyait pas m’adopter, préférant de loin l’idée de me coucher dans son lit plutôt que de border le mien. Il m’a dit que je pourrais bénéficier de sa fortune, de sa notoriété » et qu’elle pourrait reprendre ses études… (Une proposition qui ne se refuse pas, on est  bien d’accord.)

Du coup, Alexis, non loin d’arrêter son exploration (pas de son sexe encore mais ça ne saurait tarder) demande, fort à propos : 

Votre mari vous donnait-il un surnom Mickaella ?
Mon prénom résonne bizarrement dans sa bouche, je crains soudain que la rougeur de mes joues ne trahisse mon émotion.
– Micky. Dis-je tout bas.
Me permettriez-vous d’user de ce surnom et de vous tutoyer en privé ?
– Je te le permets.
Il acquiesce en se levant.
– Merci Micky ! Lance-t-il avant de partir.


Donc, attendez, si on récapitule, la fille permet à son élève de la questionner sur sa vie privée, de la tutoyer ET de l’appeler par le surnom que lui donnait son défunt mari ? Ah mais oui. C’est bien ça. Rien de plus normal... 

Mais ce n’est que le début… Après ça, Micky va faire exactement TOUT ce que va lui demander son élève. (et quand je dis tout, c'est genre... tout.)
Ca va du fait de ne se mettre qu’en jupe, de se toucher avant les cours, d’aller se faire épiler, coiffer, habiller, de ne pas porter de sous vêtements, d’ouvrir les cuisses pendant ses cours (car il peut « la » sentir jusqu’au fond de la classe)(so classe and so exciting), et elle va même jusqu’à accepter de « chauffer » un des élèves qui craque pour elle jusqu’à qu’il finisse par se branler en cours (déontolo quoi ?), …

Mais bon Alexis est beau et sûr de lui, que voulez-vous ? (et Micky, elle, est une nympho qui se cherche encore).
Et c’est comme ça que très vite, notre héroïne se met à penser :
"N’est-ce pas un homme de quarante ans mon aîné qui a éveillé mon esprit ? Alors pourquoi un homme de dix ans de moins n’éveillerait-il pas mon corps ? (parce que c’est ton élève ? Parce que tu n’as plus aucune personnalité ?) S’il est dit que je suis destinée à de tels extrêmes, je ne peux pas lutter" (ah ben c’est sûr, s’il est dit, tu dois le faire)(quoi que je pense quand même que c’est plus simple de faire ce qui est demandé quand il est dit de jouir que quand il est dit de se couper une main…)(mais ça n’est que mon avis et il n’est pas toujours avisé comme vous le savez bien).


Bref. Vous l’aurez compris, Micky ne lutte pas (ou si quand même un peu)(genre 1 minute 30) et elle devient rapidement l’objet d’Alexis (qui a quand même une copine en parallèle). Elle fait tout ce qu’il lui demande et lui l’initie à la sexualité, à l’érotisme, à l’envie, à la jouissance, à la beauté, à la sensualité et à l’amour… En bref, aux plaisirs et à bien plus encore…
Oui, bien plus encore, car derrière tout ça, il y a une Société. Et quelle société mes chères amies…
Mais je ne vous en dis pas plus car ça vaut la peine de lire ce livre érotique pour le découvrir. Livre dans lequel vous trouverez, en vrac :

- Du sexe, beaucoup de sexe, rien que du sexe (levez la main et dites je le jure)(oups, j’ai eu un moment d’égarement, excusez moi.). Je disais donc qu’il y avait beaucoup de sexe (genre quasi à toutes les pages)(ce qui peut faire beaucoup).
- Une société mystérieuse avec des services pour le moins particuliers.
- Un vocabulaire cru.
- Quelques scènes un peu choquantes ou pour le moins dérangeantes (pas forcément sexuelles)
- Aucune barrière ni tabou aussi bien dans le langage que dans les pratiques et les positions.
- Du BDSM (mais pas trop violent) 
- et enfin un jeune homme qui poignarde environ 100 fois notre héroïne, que ce soit de son regard noir, ou de sa queue. (si vous lisez ce livre, auriez-vous l’amabilité de compter le nombre de fois où le mot « poignarder » est utilisé ?)(Merci, je vous enverrai un carambar pour vous remercier)(ou un plug anal tiens). 
 

Alors, mon avis dans tout ça ?
Je ne vais pas vous mentir, j’ai dévoré ce livre en quelques jours à peine. Non seulement c’est bien écrit (même si l’emploi du présent peut déranger au début) mais en plus il y a une telle tension entre ces deux personnages ou plutôt, une telle monté de la tension sexuelle que nous avons sans cesse envie de continuer le livre.
Alexis est un garçon patient, et il initie Micky à sa sexualité en douceur, étape par étape.
Notre héroïne jouit, jouit jouit et jouit attend, découvre, en veut plus, n’obtient pas, finit par obtenir mais en veut davantage, tant et si bien qu’elle est prête à tout. Oui Micky ne connaît plus de limite et est prête à tout pour être assouvie et comblée. 
Et bizarrement, nous aussi, on veut en plus. On veut en lire davantage, on veut savoir ce qu’il va se passer et comment, dans quelles circonstances, et surtout on veut savoir comment tout va se finir. Car on soupçonne des choses, et on veut le dernier mot. 
Quant aux scènes, elles ont l’avantage de ne pas être répétitives et d’être en plus émoustillantes, malgré un langage cru qui ne choque pas pour autant dans ce contexte… 

Donc oui, j’ai beaucoup apprécié le jeu qui s’instaure entre eux, leur relation, et surtout, l’évolution de celle-ci même si, à aucun moment, je ne me suis attachée à l'un deux. 
Ce qui est d'ailleurs le premier point négatif que je ferais : l'auteure (et c'est sûrement voulu car je pense qu'elle maitrise parfaitement les effets et réactions qu'elle donne à ses lecteurs) ne nous rend absolument pas Micky et Alexis attachants. 

Ensuite, si j'ai apprécié certains aspects, j’ai aussi été dérangé par quelques autres. En fait, c’est simple, dès que l’histoire touchait une tierce personne, cela m’a gênée.
Que Micky n’ait aucune éthique et qu’elle veuille écarter les cuisses à son élève et se faire prendre sur son bureau, soit, c’est son problème et ça passe plutôt bien d’ailleurs.
Par contre, quand elle accepte de chauffer un élève (autre qu’Alexis donc) lors de son cours afin qu’il se touche, pour le foudroyer du regard au cours d’après quand il veut recommencer, personnellement ça ne m’a pas fait vraiment fantasmer. J’ai trouvé ça inutile, malsain et surtout, pas du tout excitant.
Et je ne parle pas de la scène avec « Lucas » dont je tairai les détails mais qui m’a révoltée, ni de la façon dont se moque Micky de cette pauvre Julia à la fin, ni, enfin, de l’endroit où ils couchent pour la dernière fois du livre.
Je n’ai clairement pas compris l’intérêt de cette scène finale, que j’ai trouvé tordue, inutile, dérangeante et surtout malsaine de la part de tous… Mais vous comprendrez quand vous la lirez.


Alors oui, honnêtement je comprends l’engouement des lecteurs pour ce livre, et je répète que dans l’ensemble j’ai bien aimé et que c’est justifié, mais quand même, certains aspects et agissements de notre couple m’ont vraiment perturbée et dérangée. Ils n’apportaient rien et je n’ai donc pas compris tous les choix de l’auteure.

 

Qui de nous deux ? - Angela Behelle
Editions La Bourdonnaye - Format Kindle - 224 pages. 



Pour retrouver plus de billets "coquins" c'est par ici, chez Stephie et les avis de mes copines de LC plus enthousiastes que moi: Sabrina et Evenusia.
 





 

 

Repost 0
Published by Cess - dans Naughty Girl
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 15:25

 

D’après l'idée originale de Moka qui a inventé le RDV :

Moi-apres-mois-pola 


Voici les petits moments, les pensées, les envies, les coups de gueule et autres instants, seule ou à plusieurs, de mon mois de...

 

photo-27.jpg

 

Solal se met debout / applaudit / un massage deep tissue qui est vraiment deep tissue / y'a qu'en vacances que je prends du jus d’orange pressé et des œufs au petit dej / la bande d'arrêt d'urgence, en Crête, c’est une voie à part entière / I fucked the minautore : I did it / 2 jours d'escapade sans bibou / La plage d'Elafonissi / Elle a vu BG mais pas le V / Mmmh cette huile d’olive / Une Valkyrie qui m'a fait rire / Passer à un mètre de l'accident et se dire que la vie ne tient pas à grand chose / Easyjet : quelle bande de cons / Schmorvy sur le bureau pour changer la radio / Se mettre au régime et s’inscrire au sport : enfin / Draw Something avec binomette, puis avec les autres : le serpent d’Aurélie à mourir de rire / Le fou rire de Bibou dans le train : mon anti-déprime / Stef hystéro après 3 pas de Solal. / Rafael qui marche à 4 pattes / des nuits de merde / Solal a le rhume / il a commencé la crèche / Un carnet de correspondances / Elle a adoré Kemer, I knew it / la bif… et la vidéo, sources de rires / Bref je suis une blogueuse et j’ai une page FB / Une copinaute vexée sans que ce soit voulu :( / un mur FB plein de concours / une fondue au piment en très sympathique compagnie / Commencer Anna Karénine et adorer l’écriture et le style / Commencer la confrérie tome 7  en parallèle et moins apprécier le style / Fini les achats de livres, penser au swap / Une très triste nouvelle, pourquoi encore eux ? / Il faut profiter de la vie et de ceux qu’on aime, c’est bête mais tellement vrai / Une réponse négative / - 2kgs : plus que 13 ! / Edimbourg le week-end prochain / NYC en décembre / Des pois sur les ongles / une pochette rétro-éclairé pour mon kindle JZB / Solal exprime son mécontentement et sa colère ahahahah / Un nouveau kobo / Le nouveau sourire de Solal qui me fait craquer / Vivement Iced / Se faire pardonner ? / Le nouvel an / Parler de choses angoissantes avec sa sœur / Préférer faire la politique de l’autruche / Ecouter quand même / Avoir encore plus envie de lire, de s’évader, de rêver, de dormir et de rire / Trouver des perles sur Pinterest / Solal qui danse / Profiter / De tout ce qu’on a / ce qui est déjà pas mal...


PicMonkey Collage

 

Bon mois d'Octobre !  

Repost 0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 17:04

 

 

 

Bref. Le matin quand je me réveille, la première chose que je fais avant de quitter mon lit, c'est d’allumer mon portable ou mon ordi et de me connecter sur mon blog. Comme je suis pas encore vraiment réveillée, la lumière de l'écran me force à plisser les yeux et à n'ouvrir qu’un œil mais ce n’est pas grave car c’est vital. Puis comme je n’ai que deux commentaires, je décide de faire un concours. Avant de le faire, je vais sur FB, je vais sur ma page, je n’ai pas de nouveau like, et je me dis qu’il faut vraiment que je fasse un concours.

Je me lève, je me douche, je m’habille, le tout, en pensant aux modalités de mon concours.

Je déjeune en lisant d’une main. De l'autre, j'uploade sur Facebook la photo du livre que je vais commencer et celle de celui que je viens de finir. Puis je pars au boulot.

Dans le bus, je lis, je regarde FB, je lis, je regarde les concours des autres sur FB et je partage. Je me dis que si je partage les leurs, ils vont partager les miens. Et comme je veux des likes et des commentaires alors je partage. Ah non, en fait, je partage juste car je suis vraiment sympa.

En arrivant au boulot, je me connecte à FB et je lis les statuts super intéressants des autres blogueurs. Untel hésite entre deux livres et comme c’est dur comme choix, alors je like. Un autre poste son IMM en vidéo et comme je ne la regarderai jamais, je like. Puis voilà un « c’est lundi », et comme je me fous de ce qu’il lira dans deux mois, je like son lien et je file lire le statut d’ « Un mardi sur son 31 » que je ne lirai pas non plus, et que je like aussi, du coup.
Comme on est mardi, il y a également le top ten sur les dix livres qu’on ne lira jamais. Je dénombre au moins 5 personnes qui l’ont fait, je les like tous, partage un concours, continue mon tour et vois des noms de fruits. Comme c'est pour le cancer du sein, je like. Je continue le tour, une personne se plaint de la blogo, j’aime vraiment, alors, je like. Une autre fait un billet sur Never Sky, je le lirai pas mais je like quand même, et j’en profite aussi pour liker la photo de buffy, celle de Dredi, d’une bibliothèque et celle de la couverture de « 50 nuances de gris » même si c’est la même que l’originale que j’ai déjà liké, il y a 6 mois. Puis je vais lire le statut d’untel qui fait un message d'amour à la blogo. Et comme c’est trop sympa et pas hypocrite je like car je suis contente de voir que les bisounours existent en vrai. Puis, je me rends compte que je viens de passer une heure sur Facebook et qu’il est temps que je pense à mon concours. Je me réjouis des futurs like et alors que je m’apprête à écrire aux maisons d’éditions, je me rends compte que je n’ai pas remercié les nouveaux arrivant sur ma page. Je retourne sur FB, je commence à écrire un statut pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux, mais je me souviens que je n'en ai pas. Du coup, je souhaite le bonjour à ceux qui aiment déjà ma page et je leur demande ce qu'ils lisent.

Je pense enfin à mon concours. On est 213. C’est décidé : à 300 likes je fais gagner un livre d'une valeur de 3 euros max et à 600, un livre et un marque page car je suis vraiment grand prince.
En attendant de penser aux modalités, je refais un tour sur FB.
Il y a : un billet sur Never Sky, des photos de la promo du film Twilight, un autre billet sur Never Sky, encore une photo de Dredi alors qu’on est pas vendredi, un concours (que je partage), une fille qui raconte que la pochette de son ebook lui file plus d’orgasmes qu’un livre érotico-sado-maso et une autre qui raconte qu’elle a eu des commentaires méchants sur son blog. Du coup je like son statut même si je suis contre les commentaires méchants et je vais lire les commentaires en question tout en me réjouissant qu’il y ait un nouveau fight sur la blogo.

Puis, malheureusement, mon boss me parle et je me demande pourquoi il ne peut pas me laisser tranquille, mais je lui réponds quand même et je me mets à bosser. Heureusement c’est l’heure de la pause déj. Du coup, je lis, je mange, je relis, je remange, je vais sur FB et je commence un billet sur mon dernier livre lu. Puis, je retourne au boulot, je bosse, je vais sur FB et sur la blogo où je lis un article marrant que je partage. Après 5 minutes, je pense aux modalités de mon concours et aux chances supplémentaires.

Liker ma page, liker mon twitter, commenter chez moi, être polie au cas où quelqu’un penserait vraiment gagner mon livre en me traitant de connasse, partager, repartager, se créer un nouveau compte pour pouvoir reliker ma page et partager encore. Et parce que je suis une blogueuse originale et que je tiens à l’être même dans mes concours: je décide de donner une chance en plus aux personnes qui vont partager mon concours. Avec ça si j'arrive pas aux 600 likes dans la journée, je vais être obligée de refaire un concours directement une fois celui-là terminé.

Puis je regarde mon téléphone et je réalise qu’il est déjà 16h et qu’il faut vraiment que je bosse et je me demande pour la 1000ème fois de la journée pourquoi je gagne pas encore ma vie avec mon blog.

Je bosse donc et après 5 minutes, comme j'en ai marre, je décide de  continuer mon billet livre. Puis j'écris aux maisons d'éditions pour dire que je reçois 50 visites par jour et 2 commentaires et que je veux faire un concours, est-ce qu'ils me le sponsoriseraient. Ils acceptent et du coup je peux lancer mon concours.

Mes partenaires le partagent 5 minutes après que je l’ai posté, du coup je like leurs partages. Puis, satisfaite, je bosse, je finis mon billet lecture et j'écris un statut pour dire que j'ai fini mon billet lecture.

J’en profite pour regarder les autres statuts. J’apprends qu’il fait beau dans le sud et moche à Paris, je vois un IMM que j’ai déjà liké et le statut d’une fille qui annonce qu'elle a dix billets en retard. Puis, je vois un billet bloganniversaire et je clique sur le lien en espérant un concours. Sauf que la fille raconte la vie de son blog en chiffre et ne fait rien gagner, du coup, je laisse pas de commentaires et je retourne sur FB.

Un billet sur Never Sky. Je like. Des photos de Bella, de Dredi, des e-cards sur les habitudes bloguesques, et trois nouvelles photos de profil « Calm down and read a book ». Je like, je like, je like et je like.

Enfin, je me décide à bosser quand même un peu, sauf que je me souviens alors que je n’ai pas encore été sur Twitter. Du coup je me connecte à Twitter.

Là bas, je vois des liens, je clique, je lis les blogs des copines, je regarde une vidéo, je laisse des commentaires et puis, je me décide vraiment à bosser mais c’est trop tard c’est déjà la fin de la journée.
Dans le bus, je remercie les nouveaux likes de ma page. Merci Blanche neige, Grincheux, Timide, Atchoum d’aimer ma page. Puis, je me connecte sur mon blog et regarde mon billet concours. Super, 666 commentaires : demain je vais avoir des statistiques de folie. C’est génial ces concours, j’aime me sentir aimé et lue. J’éteins mon portable et je sors mon livre. Je lis. Excellent ce Never Sky, vraiment. Je relis. Je rentre chez moi, je me connecte sur mon blog, je mets au propre mon nouveau billet, je me connecte à FB, je remercie mes nouveaux membres : bienvenue à simplet, dormeur et joyeux, que lisez vous ?

Puis je vais voir où en est le fight blogosphérique de toute à l’heure, si l’autre blogueuse à eu un orgasme en lisant un billet, si untel à fini Never Sky, si tel concours est bien encore en ligne, je le repartage pour ceux qui ne l’auraient pas vu en leur disant qu’il ne reste que 13 jours pour participer et qu’ils doivent se dépêcher, et je réponds aux commentaires sur mon blog.

Mon copain rentre, on commande des pizzas, il va regarder un film, je vais lire. Mais avant, je vais quand même faire un tour sur mon blog et sur facebook, puis je reprends ma lecture, et comme c’est vraiment génial et trop prenant je décide de le dire sur FB. Je regarde l’heure, je vais bientôt devoir me coucher, vite, je lis, je programme mon billet de mardi prochain, je relis, et finalement je me couche en souhaitant une bonne nuit à mes contacts FB et en pensant à mes stats de demain.
Bref. Je suis une blogueuse littéraire et j’ai une page FB. 
 

 

 

 

Repost 0
Published by Cess - dans Blabla
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 06:00

Wanderlove--newcover.jpg

Quand on parle de livres, il y a plusieurs choses auxquelles j’ai du mal à résister :
-Les livres YA qui ont de très bonnes notes sur Goodreads.
-Un livre qui parle de voyage, de rencontres et d’amour.
-Et un avis très positif d’Alya sur un livre de ce genre. 
Alors, quand un livre allie tous ces critères, je ne réfléchis pas, je ne résiste pas, je le commande et je le lis directement sans le faire patienter des mois dans ma PAL.

Vous l’aurez compris, j’avais vraiment envie que ce livre me plaise et j’en ressors d’autant plus déçue.
Car voilà : je n’ai pas adhéré à ce livre, je n’ai pas été transporté comme je l’aurais voulu et je n’ai pas voyagé comme je m’y attendais.
 

C’est l’histoire de Bria qui part à l’aventure, en Amérique centrale, en espérant oublier Toby, son ex copain, et mettre de la distance avec son quotidien, ses proches, ses choix et ses remords.
En découvrant son groupe de voyage, elle se rend vite compte que tous ces quadragénaires ne vont pas forcément l’aider à se retrouver. 
C’est pourquoi, quand elle rencontre Rowan et sa sœur Starling, des backpackers,  et que l’occasion se présente, elle décide de les suivre et de voyager avec eux, à leur manière.

 

La première (et plus importante) raison qui fait que je suis passée à côté de ce livre est que je n’ai pas tout compris.
Même si c’est un livre YA, j’ai trouvé le niveau d’anglais assez difficile et je suis passée à côté de pas mal de descriptions qui m’auraient sans doute permis de mieux rentrer dans l’histoire.
Bien sûr j’ai compris l’essentiel, mais malheureusement, je crois que c’est le genre de livres dont il faut aussi et surtout comprendre le détail.

De plus, je ne me suis pas attachée aux personnages.
Bria est une héroïne qui n’est pas particulièrement drôle ni spécialement attachante. Je n’ai pas été touchée par ce qu’elle a vécu et ce qui l’a poussé à voyager. Je trouve qu’elle exagère ses malheurs, qu’elle ne voit pas les choses très positivement et  qu’elle est un peu trop secrète alors qu’il n’y a finalement pas grand chose à cacher…
Je n’ai pas compris certaines de ses réactions, comme celle après « le dock » ou le fait de ne pas appeler ses parents.
Et puis je n’ai pas vraiment ressentie sa passion pour le dessin qui est quand même au centre de l’histoire, ou du moins un point très important. Même quand elle se remet à dessiner, sa joie ne transparaissait pas. 
Et tout comme je n’ai pas ressenti sa passion pour l’art, je n’ai pas ressenti vraiment sa tristesse quant à sa relation passée et ses choix actuels.
Dernier point : je l’ai trouvé très immature, notamment quand j'ai appris la raison principale qu’elle a  de ne plus vouloir se baigner (c’est franchement ridicule et pas vraiment crédible).  

 

Rowan, quant à lui, m’a bien plu sans pour autant me transcender ou me faire fantasmer.  En fait, tous les secrets et non-dits entre eux m’ont ennuyée.
Pire, vu qu’ils préfèrent tout garder pour eux et que leur passé est tabou, il n’y a aucun moment « mignons » entre eux ni de papillons dans le ventre, ce qui est quand même principalement ce que j’attendais d’un livre YA.  Même quand ils finissent par se confesser, c’est fait de manière si rapide, et avec si peu d’émotions, qu’on ne ressent rien.
Leur relation évolue très lentement, et commence à devenir intéressante seulement à la toute fin du livre. 
Du coup, pendant tout le livre on attend un rapprochement qui ne vient pas.


Finalement, je crois que ce qui m’a le plus touché dans ce livre, ce sont les remerciements de l’auteure, quand on comprend qu’elle parle de ses passions dans ce livre : le voyage et le dessin.
En parlant des dessins : ceux  qu’on trouve dans ce livre amènent une touche sympathique à la lecture même si je n’imaginais pas du tout Rowan comme ça. 

D’ailleurs, on apprend que c’est l’auteure qui les a fait, qu’elle a été guide en Amérique centrale, qu’elle continue de voyager sac au dos et qu’elle ressemble physiquement à Bria. J’avoue que ces découvertes ont amené une touche finale (je n’ai découvert ça qu’en terminant le livre) plus positive à mon impression générale même si je n’en ressors pas moins déçue. 

 

En bref, une histoire qui avait du potentielle mais qui ne m’a pas fait rêver ni donner assez d’émotions. Un rendez-vous manqué.  Dommage.


Wanderlove - Kirsten Hubbard
Lecture VO - Editions Delacorte Books - 338 pages 

 

Repost 0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 06:00

 

 

*** Oh YES ! So true, and so me ***

 

 

untitled12.JPG

 

untitled11.JPG

 

untitled2.JPG

 

untitled7.JPG

 

untitled9.JPG 

 

untitled.JPG

 

untitled6.JPG 

 

 untitled3.JPG

 

 

 

 

*** Sometime, I could be a bitch (only sometime)***

 

untitled4.JPG

 

untitled8.JPG

 

*** Ahhhhh... Kids...***

untitled5.JPG

 

untitled10.JPG

 

 

 

*** Men, I love you ***

 

bradley.JPG
(salut les rides de sourire :-))

 

marat.JPG

 

 

 

Repost 0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 15:00

3en14

 


Pas la peine de le nier, je sais que ce rendez-vous vous manquait. 
Des fois, j'oublie que savoir ce que j'ai bien pu ajouter à mon frigo ou ce que je fais le dimanche est vital à votre bien être, et j'en suis confuse. (Pourtant je devrais m'en souvenir : moi-même je vis difficilement sans savoir ce qu'il y a dans mon frigo).

 


Bref, après quelques semaines d'absence commençons par le tant attendu :

frigo5 

 

Alors, cette semaine (par là j'entends : depuis hier)(sic), j'ai décidé (jusqu'à quand? telle est la question) de me prendre en main et d'essayer de perdre enfin (après 10 mois) ces put%@ de 15 kilos de grossesse en trop qui m'empoisonnent la vie (et mon bien être). Du coup, j'ai acheté une tonne de yaourt à 0%. 
Pour la petite histoire : chaque fois que je voyais ceux aux fruits avec la mention "sans morceaux" je sautillais partout comme un puce (les petits plaisirs de la vie parait-il). Et parce que vous êtes sages, à défaut d'une vidéo, voilà une photo ! (Oh, je vous entends taper des mains... un rien vous enthousiasme, ça fait plaisir):

yaourts.jpg 

 

 

Passons maintenant au : 

cdimanche 

Alors, il est 15h et  j'essaye de (me motiver pour) lire quelques pages de Anna Karénine (rappelez moi pourquoi je lis ça déjà ?). Hier, à la même heure j'essayais des manteaux pour l'hiver en demandant à la vendeuse "mais si jamais je perds mes 15 kilos, est ce que ça peut se reprendre facilement ?" (c'est que j'y crois, moi, à ma perte de poids) et demain, je serai au boulot (malheureusement). 

 

 

Et je finis par le dernier rendez-vous :

TTTR1


- Les nuits de merde de Solal.
- Son rhume
- Enorme fou rire concernant un certain mot commençant par b (sur le groupe whatsapp). 
- Ras le bol des protéines (oui déjà). 
- Refus de l'offre d'emploi de mes rêves
- Un peu gélatineux ce yaourt mais franchement pas mauvais pour un 0% !
- Binomette est de retour ! Ouiiiiii :-)
- Une citation avec gifs
- Le sel aux truffes, ça vous change le goût de votre 10ème omelette. 
- Les commentaires sur le billet de Sara. 

 

 

Voilà, les amies, ce rendez-vous (exceptionnel) sur ma vie est déjà fini. 
Mais, et vous ? Que faites-vous ? Quel est votre top ten de tout et de rien ? Et surtout, qu'avez-vous ajouté à votre frigo ?

 

Repost 0

en-passant2.jpg    

 

- John Green est un génie...

- Swap en cours de finition ! J'ai enfin trouvé LE cadeau que je voulais absolument !

 

 

******************************************************************

 

Recherche

categories2.jpg

 

    ********************************************************
 


j'y suis et j'y adhère

 

 

facebook_logo-2-.png goodreads.jpg twitter logo pinterest.jpg

 

volage gris 2-1
     

Logo40-copie-1.jpg   


MIDINETTE

 

 

    ********************************************************

 


challenge.jpg 

 

 

   
Classique final 4  

Challenge Un classique par mois. 
Organisé par Stephie  0/12

 

 

volage gris final

Challenge "Je suis volage : je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture"
Organisé par Mlle P et moi-même.   

 

 

          ******************************************************** 

  

 

je-lis2.jpg           

 

 

 


    ********************************************************

 

 

********************************************************

promene3.jpg