Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 00:00

 

LAL.jpg

ATTENTION : Spoilers présents dans ce billet.

Bonjour mesdames, messieurs.
Bienvenue à la finale de question pour un champion spéciale « romance paranormale ».
 

Audiences-TV-Questions-pour-un-champion-semaine-record-pour

Cette finale oppose une fois de plus ShowDasse et HardDick.
C'est parti :  

Top :
Je suis un mâle aux yeux verrons, défaut qui m’a toujours valu d’être considéré comme un moins que rien par ma famille. 
Chaque fois qu’un membre de ma famille me voyait, il « agitait les mains pour repousser le mauvais œil ». En temps normal ma mère préférait que je prenne l’escalier de service pour monter à l’étage et même les servantes refusaient de toucher à mes affaires.

Bippppp :
ShowDasse : Princesse Sarah ?
Julien Lepers : (essayant de ne pas soupirer trop fort) : Qu’est ce que vous n’avez pas compris dans le début de phrase « je suis un mâle » ? Non non, c’était une question rhétorique, ne répondez pas ShowDasse. Je reprends.

Top. Mon meilleur pote, Blay, a toujours été amoureux de moi et moi j’ai toujours refusé d’admettre mon attirance pour lui jusqu’à ce qu’il se mette en couple avec mon cousin.
Jusqu’à il y a un an, j’étais capable de « fourrer ma queue dans tout ce qui respirait, et même peut-être dans divers objets inanimés mais avec Blay, j’ai toujours fais ma vierge effarouchée ».
 

Biiip.
HarDick : qu’est ce que vous entendez par « objets inanimés » ? Est-ce que ça donne du plaisir ? Vous pouvez me donner des exemples que je puisse essayer ?
Julien Lepers : Heu, franchement, je ne sais pas ce que l’auteur imaginait en parlant de ça mais je ne tiens pas à le savoir. Je reprends.
HardDick : allez, fais pas ta pute Mec, partage, bordel.
Julien Lepers : (marmonnant : « en voilà un qui a lu beaucoup de Ward »…) Top : J’ai beaucoup de piercings, dont un sur la langue et un sur le gland. (gémissement de la part de SD) « Je brosse mes cheveux les jours de chance et comme eau de toilette, je ne porte que l’odeur de la poudre et du sexe. »

(Nouveau gémissement de ShowDasse, cette fois plus fort, mais JL décide de l’ignorer).

Quand le livre débute, cela fait presque 12 mois que je n’ai rien fait et que je ne me suis même pas branlé.

Biiiip :
HardDick: 
T’es pas sérieu mec?
ShowDasse : mais comment peut-il sentir le sexe alors ? et 12 mois ??? Il a peut-être besoin qu’on vienne le secouer ? sans mauvais jeu de mot bien sûr…
Julien Lepers: (tachant toujours de se contenir et de les ignorer) Top.
Je ne suis pas capable de supporter une émotion et je « ne suis pas très doué pour exprimer ce que je ressens avec des mots : je n’ai jamais été très doué pour rassembler des syllabes ».

ShowDasse : Mais comment il parle s’il arrive pas à assembler des syllabes ?
Julien Lepers : je pense que c’était une comparaison pour appuyer une idée, pas à prendre au premier degré. 

Top : Quand finalement, je baise avec mon meilleur pote, je me rends compte que « merde, après d’innombrables années passées à baiser, à me branler, à recevoir pipes et caresses, j’ai la sensation étrange de me laisser toucher pour la première fois. » (Soupir de ShowDasse suivit d’un « oh wow, c’est beauuuu ») Très vite, je suis sur le point de jouir « jusqu’à ce que je ne puisse plus me retenir, pas plus que quelqu’un sautant dans un précipice ne pouvait décider, dix mètres plus bas, qu’il préférait remonter ». (ShowDasse marmonnant : «mais pourquoi quelqu’un voudrait sauter d’un précipice ? ») et quand je jouis enfin, je le fais comme un véritable animal sauvage.


Biiiip :
HardDick : ça jouit plus fort qu’un animal domestique, un animal sauvage vous pensez ?
Julien Lepers : Pourquoi moi ?

Top, « je ne porte jamais de sous-vêtement, aussi ma queue est toujours prête à décoller » je suis, je suis….

 
ShowDasse: ohhh ouiiiiiiii.
Julien Lepers : interloqué :  mais, que faites-vous ShowDasse ?
ShowDasse : je suis désolée, j’adore les mecs nus sous leurs vêtements, ça m’excite.

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip. 
Je suis, je suis : Qhuinn !!!

HardDick : Qui couine ?
Julien Lepers : Personne, c’est le nom du personnage.
HardDick: Mais c’est pas un truc de fille ça, de couiner ?
Julien Lepers: Mais il ne couine pas, il s’appelle juste Qhuinn ! Purée mais vous ne comprenez vraiment rien hein… Non, non… Ne dites plus rien. Je reprends et essayez de vous concentrer ce n’est pas compliqué…
 

Julien Lepers: Qui suis-je ?
Top, je suis un mâle et j’ai toujours été amoureux de mon meilleur ami qui lui n’a jamais voulu coucher avec moi alors qu’il couchait avec tout ce qui bouge.
Quand je bande, mon érection a la taille d’un démonte pneu. 

Biiiiiip.
Julien Lepers : (dans sa tête : « je savais que cette phrase ne passerait pas inaperçu)(Puis à voix haute : ) Oui ShowDasse ?
ShowDasse : il a une érection de la taille d’un démonte pneu ??? vraiment ?
Julien Lepers : c’est ce qui est dit, oui, mais je pense que là aussi ce n’est pas à prendre au premier degré.
ShawDasse : Non mais quand même hein. J’en ai vu des grosses hein, mais de la taille d’un démonte pneu quand même….

demonte-pneu.jpg

ShowDasse : Y’a pas que le pneu que ça doit démonter…
Julien Lepers : Classe. Je peux reprendre ? Top.

D’après Qhuinn le savon n’est pas aussi doux que ma peau; et ne sent pas aussi bon que moi, très loin de là. L’eau n’est pas aussi chaude que mon sang de guerrier et le shampoing n’a rien d’aussi relaxant.
Quand Qhuinn se confie à moi car il est triste et qu’il me demande si je dois partir, je ne relève pas sa phrase car je ne tiens pas à partager la vérité :
« C’est-à-dire que des chevaux sauvages, des fusils armés, des démonte-pneus (on devrait peut-être demander à Ward d’ou lui vient cette obsession pour les démonte pneu), des tuyaux d’arrosage ou une charge d’éléphant, même un ordre royal n’aurait pu me convaincre de quitter la pièce. »

Biippp :
HardDick: c’est dangereux des tuyaux d’arrosage ?
Julien Lepers: Apparemment oui. D’après l’auteur du livre en tout cas.
HardDick: (sceptique) ah d’accord.
Julien Lepers: Top : Je viens d’une famille aimante, je suis roux aux yeux verts et ne souffre jamais quand on me pénètre à sec ce qui arrive tout le temps  (grincement de dent de SD) et enfin, quand je fais une fellation à un homme qui éjacule pendant 20 minutes d’affilée, j’arrive à tout avaler…. Je suis, je suis ????

Simultanément :
HardDick : Le mec éjacule pendant …
ShowDasse : Le mec avale pendant ….
HardDick et ShawDasse ensemble : 20 minutes ???!!!!
HardDick : putain 20 minutes, il doit être vider…
ShawDasse : putain 20 minutes, il doit avoir la gorge sèche après….
Julien Lepers : (s’étant jurer de ne pas hurler : il a accepté de présenter cette émission car le thème de l’homosexualité lui tient à cœur) et respirant à grand coups :

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip.
Je suis Blaylock !

ShowDasse : comme dans readlock mais avec blay à la place ?

Julien Lepers: Heu, oui c’est ça. Bon concentrez vous, c’est la dernière question : 

Top : Je suis le 11ème tome de la Confrérie de la dague noire et le couple principal dont je parle est gay. Pendant 95% du livre, mes personnages font un pas en avant et trois en arrière et ne se disent pas ce qu’ils ressentent. Je parle également de Trez qui baise non stop jusqu’à ce qu’il tombe amoureux d’une élue (voilà qui est original), d’Assail qui est attiré par une humaine qui se fait kidnapper à la fin du livre (oui c’est la 8ème fois environ que ward utilise le kidnapping dans ses livres)(mais pourquoi inventer de nouvelles intrigues quand les anciennes marchent, je vous le demande) et de Xcor et Layla (qui est toujours aussi ennuyeuse). Dans mon livre le mot « mec » apparaît 240 fois en 590 pages (véridique), le mot bordel environ 190 fois et il est dit au moins 36 fois que la main droite est celle qui porte la dague de combat.
Un de mes héros va finalement coucher avec son meilleur pote qui le fait fantasmer depuis longtemps, puis va devoir piloter pour la première fois un avion, sans avoir pris de cours mais ne vous en faites pas il va y arriver sans problème car il a « regardé suffisamment de films pour savoir que l’espèce de levier était pour mettre les gaz et que le guidon en forme de noeud papillon était le truc qu’il fallait tirer pour monter et pousser pour descendre. Comme dans un jeu vidéo. » (amis de la crédibilité bonsoir).

 

Biiip.
ShowDasse : Mike giver ?
Julien Lepers : ShowDasse, on a déjà les noms des héros et là on cherche le nom d’un livre. Vous pouvez suivre un peu svp ?

Top. Dans mon livre, ce même héros retrouve son frère qu’il croyait mort dans un baril plein de sang de l’ennemi, alors qu’il se lève pour en sortir. 

Biiip :
HardDick : wow, comme dans « Le cercle » quand la fille sort du puits ?
Julien Lepers : Heu. Oui oui, c’est ça.

Top, enfin, une femelle voit son fœtus sauvé par je ne sais quel miracle, un homme est intronisé dans la confrérie, les mecs sont pénétrés sans lubrifiants et l’épilogue est particulièrement culcul.

Je suis ??????

 

Biiiiiiiiiiiiiiiip !
Je suis Lover at last ! Le 11ème tome de la confrérie…
Bon vu que vous avez été nul (mais je n’en attendais pas moins de vous), vous devrez revenir une prochaine fois vous départager…

 

Je vous laisse sur des sorties « à la Ward » pour bien finir cette émission…

 

1.  (un type qui vient de se faire une ligne de coke) « Avec ses yeux vitreux et exorbités qui s’agitaient et cherchaient à se concentrer, on aurait cru que le patron venait de faire une pipe à un beignet au sucre glace. » (Ou l’art de faire des métaphores très imagées. En plus d’être classe, s’entend. Et profonde.)(la métaphore, pas la gorge)(oups désolée).   
beignet.jpg 

2. Ward fait une analyse de la manière de toquer :  « On frappa à la porte d’un coup sec et arrogant qui exigeait d’entrer au lieu d’en faire la requête respectueuse. » Puis : 
« Cette fois, ce fut quelques coups discrets et pleins de respect, du genre à suggérer que celui se trouvant là derrière était prêt à être renvoyé, qu’il se contenterait d’attendre, et qu’il espérait aussi une audience immédiate. Le tout en même temps. » (j’adore le « le tout en même temps »). 

3. Saxton préférait oublier sa peine dans l’orgasme que dans l’alcool. (et on le comprend). 

4. Quand Qhuinn croit qu’il va mourir dans l’avion :  « Que dalle! Il affronterait la mort en lui montrant les dents, le corps en avant, les muscles raidis, non pas de peur mais d’un plein chargement de… Il s’adressa à la mort et cria:
« Va te faire foutre! Je t’encule ».
(une manière comme une autre d’accepter sa mort si vous voulez mon avis. Avec classe et diplomatie). 

5. On apprend que « En fait, la seule chose sur terre que Kholer préférerait à son chien, c’était sa reine. » (au moins sa femme est plus importante que son chien. C’est déjà ça. Pas très sympa pour ses frères de la confrérie, mais déjà ça)
6. Après la fameuse fellation de Blay à Qhuinn
- Alors, s’enquit Qhuinn. Tu me donnes quelques chose à sucer en guise de remontant ? (indice : Qhuinn ne parle pas de sucettes ni de bonbons)

7. Dans le contexte du langage, certains mots avaient plus d’importance que d’autres. Certains mots étaient puissants, historiques; certains faisaient la différence entre la vie et la mort. Il y avait des mots à multiples syllabes qui réclamaient une parfaite énonciation pour émaner correctement d’une bouche; des mots déclenchaient des guerres, d’autres signaient la paix. Il y avait même des mots poétiques ou ésotériques qui, en quittant les lèvres, résonnaient comme une symphonie. (Ward serait-elle diplomée de philosophie ? on nous aurait caché ça ?? 

8. Qhuinn eut l’image mentale d’un chiotte se vidant de son eau… Lorsque tout son sang disparut de son cerveau, le choc fut brutal. (Ward, poétesse à ses heures perdues)

9. Le mâle lui marcha droit dessus. Quand il fut face-à-face, les yeux rivés dans les siens, il déclara:
- Je veux toujours te baiser.
Les sourcils de Qhuinn s’envolèrent si haut qu’il s’étonna presque de ne pas les retrouver sur le tapis. Instantanément, il banda. (tu veux pas récupérer tes sourcils avant ?)

10. On ne choisit pas sa famille. Parfois, on l’aime. Parfois, on la hait. Mais elle vous est aussi vitale que l’oxygène pour vivre. (plus de doute, Ward est vraiment une philosophe dans l’âme.)

11. Trez en parlant de l’élue dont il est tombé amoureux au premier coup d’œil. « Il recula duun pas. Elle était grande certes, mais elle ne faisait qu’un quart de sa taille. Il ne voulait pas qu’elle se sente écrasée par sa présence. (imaginons qu’elle ne soit pas grande du tout et fasse 1m55.  si elle fait un quart de la taille de Trez ça veut quand même dire que le mec fait 6m de haut, comment tient-il dans une voiture, et plus important encore, son sexe est-il proportionné à sa taille ?? 

12. Qhuinn et Blay : Le mâle se mit à lui lécher la gorge en chuchotant:
- Je pense que tu as aimé. Mais dis-le-moi quand même.
En guise de réponse, Blay se cambra et pressa son cul contre la queue rigide de l’autre mâle. Il entendit un gémissement qui le fit sourire.
- Manifestement, tu étais à fond dedans, murmura Blay. (Ward, philoophe ET reine du jeu de mots).
- Bordel, ouais. Absolument.

  

************* 

 

Il me semble que beaucoup de fans ont été déçues de ce tome.
Ce n’est pas mon cas. Alors, certes, je ne suis pas ce qu’on peut appeler une vraie « fan » de la série mais toujours est-il que j’ai passé un très bon moment.
Je ne me suis pas ennuyée, ou presque (je me serais passée des chapitres sur Layla), j’ai aimé les autres histoires, et j’ai hâte de continuer celles de Trez et Assail, j’ai pouffé devant certaines métaphores et comparaisons, levé les yeux au ciel, eu envie de secouer Qhuinn et blay pour qu’ils se parlent (et qu’ils mettent du lubrifiant !), et j’ai même été assez touchée par la scène où ils se déclarent leur sentiment.
Bref pour moi un des meilleurs tomes même si l’écriture reste encore a désiré et que je me demande toujours quelles drogues prend l’auteur avant d’écrire (Et comment on peut s’en procurer).


Lover At Last - JR Ward.
591 pages.  

 

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 00:00

 

10993282.jpg 

Attention, SPOILERS sur ce tome et précédents.

 

Thorment, fils d’Hharm (Il a le droit à deux H pour le prix d’un, le chanceux) n’est plus que l’ombre de lui-même depuis que sa shellane (femme / âme sœur) est morte assassinée par les méchants messieurs qui sentent le talc. Alors qu’il se laisse dépérir, un ange déchu vient le chercher dans une foret et le ramène à la Confrérie.
Là, Tohr reprend le combat mais refuse toujours de s’alimenter et de boire à la veine d’une autre que feu son épouse. (oui je viens de faire tout un paragraphe sur la confrérie sans parenthèses et sans me moquer)(mais que voulez-vous, je suis comme ça, moi. Imprévisible).


1. Des fois, quand il se bat contre les méchants :
a. Des réserves de haine hautement inflammable remontent en lui. Il en a même un plein container. (mais si, la haine, c’est inflammable, vous ne le saviez pas?). 
b. Des réserves d’essence hautement inflammable remontent en lui. Il en a même un plein container.

c. Des réserves de sperme hautement inflammable remontent en lui. Il en a même un plein container.
Indice : Même si dans cette série, des personnages ont un dragon en eux et d’autres des dard au bout de leurs sexes, Thorment n’a pas d’essence en lui.
De plus, il ne risque pas d’éjaculer pour des méchants.

 

 

2. Quand il ne se bat, Thorment boit. Jusqu’à ne plus sentir ses membres. Après avoir bu deux bouteilles de tequila, il est dans un tel état que :
a. même plié en quatre dans une boîte FedEx, il ne se serait pas plaint.
b. même si il avait du couper un steak pour Kholer il ne se serait pas plaint.
c. Même si il avait du se faire piquer par le dard du sexe de Vhen il ne serait pas plaint. (j’espère que mes parents ne liront jamais mon blog).
Indice : c’est petit une boite fedex quand même mais, au moins, on se rend bien compte qu’il doit avoir mal aux membres.  (Et c’est ce qui est bien, avec les comparaisons wardiennes : elles sont toujours très imagées)

shared_packaging_boxlg.gif  

 


 

3. Et quand Thorment ne boit pas et ne se bat pas, il passe du temps avec No’One (nous reviendrons sur son prénom, ne vous en faites pas). Enfin pas au début, bien sûr, mais après beaucoup (trop) de chapitre, et quelques tours à l’hôpital (c’est qu’il faut bien donner du travail à Manolo l’asticot et à Janette la fantomette) il accepte de boire à sa veine… Et c’est là qu’il bande.
Mais, que se passe t-il quand il bande ?
a. Il se dit qu’il est vraiment bien membré.
b. Il demande à No’One de saluer son petit copain d’une poignée de main animée (comment ça mes comparaisons sont encore plus lamentables que celles de Ward ?).
c.  Il baisse les yeux pour fixer l’avant de son pantalon, et essaye de trouver une autre explication au phénomène. Peut-être a-t-il un caillot. Un caillot au sexe.

Indice : Je vous rappelle que Manolo le taureau pensait avoir une grippe quand il bandait dans le tome précédent. (Mais pourquoi tant de haine, JR, pourquoi ?).

 


4. S’il veut croire qu’il a un caillot (oups, je vous ai donné la réponse à la question précédente, je mérite une punition : privez-moi d’ourson haribo pendant deux jours). Donc, s’il veut croire a un caillot, c’est que le pauvre chou en sucre enrobé de caramel de Tohrment ne supporte pas l’idée de bander pour une autre que sa défunte shellane.
Du coup il se dit que si ce n’est pas un caillot, s’il bande c’est car:
a. Un mâle vampire, surtout quand il avait un sang guerrier aussi pur que le sien, qu’il était en bonne santé et bien nourri, aurait pu bander devant un sac de patates. Et No’One, malgré sa piètre opinion d’elle-même, était bien plus appétissante que quelques légumes terreux. » (Oui Thorment sait parler aux femmes)(et à une belle image de No’One).
b. Lui aussi a choppé la ghrippe de Manolo le taureau.
c. Comme il ne porte pas de caleçon sous son pantalon en cuir, le frottement du cuir contre ses qhouilles mélangé à la transpiration, lui ont donné une érection.

 

 

  

5. Et donc comme le petit copain de Tohrment le tohrmente (fallait bien que je la sorte, excusez-moi) en se dressant entre son ventre et son pantalon en cuir, il décide de se soulager en touchant popole (oui, y’en a encore qui disent « touche popole »)(moi en l’occurrence), donc, tandis qu’il se touche, il ne peut s’empêcher de penser à sa femme. « Le sexe connu autrefois avec sa shellane avait été magnifique, bouleversant, une véritable transformation. ». En comparaison, ce qu’il vivait actuellement était :
a. aussi sexy qu’un rhume des foins. » (c’est sur, c’est pas sexy le rhume des foins).
b. aussi sexy qu’un bec de lièvre.
c. aussi sexy qu’un homme muet qui pousse un cri silencieux en jouissant.
d. aussi sexy qu’un homme qui se transforme en Denver le dernier dinosaure quand il est pas content.
e. Aussi sexy qu’un homme qui a des mèches de toutes les couleurs dans les cheveux.
f. aussi sexy qu’un homme qui plante un dard dans le sexe de sa compagne quand il éjacule.
Indice :  Moi la masturbation, je trouve ça quand même plus sexy que :

 

rhume.jpg

 


6. Bref, Thorment est Thormenté (Non, je ne me lasse pas du comique de répétition)(en même temps : c’est quoi ces noms ?!). Il bande et il se nourrit mais il refuse d’admettre qu’il a envie de No’One au sens biblique du terme. Et pourtant. Pourtant. Comment lui résister ? Car No’one:

a. A une peau aussi fine et blanche que du papier de soie, des cheveux blonds qui lui seraient descendus aux hanches si elle ne les tressait pas; des lèvres roses; des yeux gris clair; et des joues aussi rouges que l’intérieur d’une fraise. 
(genre comme ça :)
joues-rouges.jpg

b. No’One (traduction : Personne) considère qu’elle n’est personne (d’où le nom, car finalement, pourquoi s’emmerder à chercher des noms ?) et qu’elle ne sert à rien, du coup, comme elle est ambitieuse et qu’elle veut s’occuper, elle décide, et bien, de faire blanchisseuse et de nettoyer le linge des frères. (en même temps, il n’y a pas de sot métiers hein)(et puis ça doit pas être facile à nettoyer, des restes d’éjaculation de 20 minutes)(moi, je dis, respect).
c. No’One boite mais « au moins elle pouvait faire fonctionner ses membres à son gré. Aussi, son cerveau envoya l’ordre à la main, attachée aux bras, emboîté dans l’épaule, de se détendre, et de relâcher sa prise. » (elle me tue quand elle fait ce genre de phrases)(et après on s’étonne que le livre fasse 600 pages)(Et puis, je n’aimerais pas paraître tatillonne mais je trouve Ward un peu imprécise sur ce coup. Il manque la phalange, attachée au doigt avant la main, ainsi que le cou et la tête après le bras. Mais bon, je dis ça, je dis rien).
 

d. A des cheveux magnifiques, faits pour rattraper la lumière et briller. (ah ben si ils sont FAITS pour ça, on n’aimerait pas les empêcher de briller).
e. s’est fait violer par un sympathe et est la mère de Xhex ce qui veut dire qu’elle va finir avec le père spirituel de l’homme avec qui est marié sa fille. (vous pouvez répéter la question ?)
f. Toutes les réponses sont justes.

 

  

 

7. Mais No’One, ce n’est pas qu’une blanchisseuse spécialisée dans le détachage de sperme et qui sait bouger son bras. Non.
No’one, c’est aussi une délicieuse odeur aux arômes d’agrumes.
Et comment résister à toute cette tentation? Hé bien, en y cédant. (Oscar, sort de mon corps)(oui je suis arrivée à parler d’Oscar Wilde dans un billet confrérie)(c’est que je suis pleine de ressource, vous en conviendrez).
Du coup, ils finissent par le faire, ce qui veut dire que No’One ne peut plus s’appeler « personne ».
Alors, comment Tohrment décide t-il de la nommer et pourquoi?

a. Entre son odeur d’agrume et la couleur fraise de ses joues, No’One va s’appeler Fhruit.
b. Comme c’est sa saison préférée, Tohrment veut l’appeler Autumn.
Car il aime voir les feuilles devenir jaune, rouge, orange. Elles sont si magnifiques au clair de lune. Mais ce qui lui semble plus important encore, c’est cette transformation impossible. Le vert du printemps et de l’été n’est que l’ombre de la véritable personnalité des arbres (c’est que ça deviendrait limite philosophique tout ça). Quand les nuits deviennent froides, ces couleurs magnifiques sont un véritable miracle (mais pas autant que les métaphores de Ward quand même, si ?). A chaque fois, il en est. C’est comme un don de la nature pour se faire pardonner la chaleur perdue (tu as déjà penser à en parler à quelqu’un ? Genre à un psy ?), un cadeau flamboyant (mais pas autant que la chevelure de No’One, faut pas déconner). Il aime l’automne. Il veut l’appeler Autumn.

Car elle lui ressemble. Elle est merveilleuse, et elle brûle en profondeur (surtout après un cuni). Il est temps que sa véritable nature (de nympho) apparaisse au grand jour. Alors, voilà, ce sera Autumn. »

Indice : C’est la réponse b, même si je préfère la réponse a.

 

 

 

8. Donc maintenant qu’ils font crac-crac et qu’ils se boivent mutuellement à la veine, tout à l’air de baigner. Enfin presque.  
Tohrment est toujours tohrmenté par son ex, ce qui ne l’empêche pas de tohrmenter désormais No’One de son sexe. (j’espère que vous apprécierez la rime comme il se doit).
Et donc, pendant cette petite période idyllique (trouver la réponse fausse):
a. Thorment reprend du poil de la bête « s’il lui avait paru grand autrefois, désormais il avait la taille d’un mammouth ».

mamouth
(Elle a peur de rien cette auteur. C’est ça qu’est bon)(ça, et les orgasmes de 20 minutes)(mais je m’égare à nouveau)(cette manie que j’ai de toujours parler orgasmes comme si il n’y avait que ça dans la vie)(alors qu’il y a aussi les pantalons en cuir).

b. Tohrment nourrit Autumn :
« Elle ouvrit les lèvres et attendit puisqu’elle avait découvert qu’il aimait porter la nourriture jusqu’à sa bouche.
Il venait d’écarter plusieurs cerises bien rouges qui, pour une raison quelconque, n’avaient pas trouvé grâce à ses yeux. Il les avait repoussées sur le côté du plateau. Et fait la même chose, un peu plus tôt, avec quelques tranches de dinde fraîchement rôtie et plusieurs feuilles de salade. Les grains de riz, par contre, avaient tous passé l’inspection, ainsi que les délicieux petits pains complets. » (oui oui vous avez bien lu, le mec inspecte la nourriture et la sélectionne avant de la faire manger à sa copine)(chacun sa notion du romantisme après tout)(tiens, je vais demander à mon homme de trier mes skittles ce soir, j’aime pas les violets).
c. Ils couchent 72 fois par jour.
d. thorment décide de se transformer en Mamouth et d’inviter un dragon et une abeille avec dard se joindre à lui pour une partouse.  

 

 

Bref après ça, il y a bien sûr des rebondissements, ils se séparent, ils se retrouvent, il arrive enfin à libérer sa shellane de l’entre deux monde dans lequel son chagrin l’a bloqué (comment ça vous n’avez pas compris ?).

 

Et pendant ce temps là :

- John et Xhex ont quelques soucis de couples. Même qu’une fois «  John était si en colère qu’on aurait pu lui faire frire un oeuf sur le front. » (pratique quand il n’y a pas d’electricité).  Mais rassurez vous, ça s’arrange.

- Le roi se prend un balle dans la gorge et passe à ça de crever (mais non, nous n’avons pas eu cette chance)(Houuuuuuuuuuuuuuuuuu de-hors Cess, de-hors !!!)(heu, mais c’est mon billet non ?), bref, Kholer passe à ça de mourir, mais heureusement pour lui, Thor lui fait une trachéotomie (dans une voiture qui roule hyper vite)(amies de la crédibilité, bonsoir)(n’empêche que ces hommes qui savent faire aussi bien des trachéotomie que donner des orgasmes, ça a quand même un côté bien pratique qui laisse rêveur). (Thorment, moi aussi je lave mon linge et je mets du Elseve Nutri Shine si jamais.).

- Deux femmes ont leurs « appels », (leurs chaleurs donc : tout les mecs aux alentours bandent et elles-même souffrent terriblement si elles ne sont pas prises tout de suite par un mec)(et oui, Ward nous avait déjà fait le coup de l’Appel mais pourquoi se renouveler quand on peut reprendre toujours les mêmes histoires et vendre des millions d’exemplaires quand même, hein ?). 

- Layla va rencontrer Xcor de la bande des batards (si vous vous demandez qui ils sont, je vous renvois lire mon billet précédent) et va même pas être dégoûtée par son bec de lièvre. (c’est beau l’amouuuur).

 

- On entrevoit Assail, un vampire qui veut prendre la place de Rhev et devenir le baron de la drogue. (Je vous rassure tout de suite, à priori lui n’a pas de dard au bout de son sexe)(je veux bien que Ward fasse dans la récupération mais là ce serait quand même un peu trop gros)(Même pour elle).

 

- Et on a le droit à des pensées hautement philosophique, car Ward est clairement une philosophe dans ses heures perdues : 

“Dans la vie, il arrivait un moment où l’on réalisait que, aussi loin ou aussi vite que l’on se sauve, on s’emportait toujours avec soi. Les addictions, les compulsions, les erreurs comportementales, tout ça n’était rien qu’une fanfare bruyante servant de distraction pour étouffer des vérités déplaisantes qui, au final, devenaient indéniables.”

“La vie était courte, même pour un vampire qui vivait plusieurs siècles. Les autres étaient précieux, tous autant qu’ils étaient, et il fallait apprécier la bénédiction d’avoir autour de soi des êtres à aimer. Parce que l’amour valait tous les sacrifices. Y compris celui de sa vie.
L’amour donnait le courage de mourir. Mais l’amour donnait aussi le courage de vivre »

 

Wow tant de profondeur me laisse sans voix. Attendez, je m’essuie une larme et je reviens.
Me voilà de retour.
Que dire ? Déjà, j’ai trouvé assez juste les réactions de Thorment vis à vis de sa relation avec No’One. J’ai même trouvé ça bien que le deuil prenne du temps et que pendant longtemps il refuse d’admettre ses sentiments pour une autre. Leur histoire évolue donc assez lentement mais je l’ai trouvé juste et assez belle. (heu j’ai vraiment dit ça moi ?)(mais qu’est ce qui m’arrive ?).
Les histoires parallèles : Xcor qui veut prendre le pouvoir et faire tuer Kholer, sa rencontre avec Layla, Assail, Lassiter, John et Xhex étaient elles aussi relativement intéressantes mais je continue de penser qu’une centaine de pages en moins rendrait le tout un peu plus dynamique et plus prenant.
Bref, c’est un tome qui se lit bien, que j’ai préféré au précédentnmais qui n’est pas pour autant mon préféré (peut-être car je n’en ai pas en fait ?). Un bon moment somme toute, même si, quelques semaines après ma lecture, je n’ai plus trop de souvenirs…

 

Lover Reborn, la confrérie de la dague noire tome 10 - JR Ward 

 
Merci aux copines du groupe Whatsapp spécial confrérie de subir mes 6 millions de messages, de me répondre, de vous marrer à mes titres débiles et de participer.
Ces lectures sont nettements plus cools depuis que je les partage avec vous !
Et merci à Berengère d'avoir pris sur son temps de travail pour m'aider dans ce QCM. J'ai bien LOLé.  



 

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 08:00

1162225.jpg

 

Attention SPOILERS.
(Le genre de spoilers qui révèlent toute l’histoire en fait)(oui ça va être un billet à parenthèses)(non je n’ai pas spécialement aimé ce livre). 


Azilys me disait que c’était chaud bouillant et qu’elle avait eu un coup de cœur pour ce premier tome. Il n’en fallait pas plus pour me décider à le lire (je parle du fait que ce soit un coup de cœur bien sûr pas du côté chaud bouillant, vous me connaissez).


Sláine est une humaine qui vient de quitter son boulot dans une librairie car son boss la harcelait. Alors qu’elle se dispute avec lui, deux démons passent par là (le hasard ne fait-il pas bien les choses franchement ?) et lui proposent un poste de serveuse dans une de leur boite et lui ordonnent de venir avec eux, ce qu’elle fait sans se faire prier, malgré le fait qu’elle ne veut rien à voir avec les démons (oui elle a beaucoup de volonté)(autant que moi devant un paquet de fraise tagada)(c’est à dire, aucune).

Bon donc voilà Slaine qui débarque dans la boite de nuit Luxuria (d’où le titre) qui sert d’endroit où les humains et les démons peuvent batifoler en toute liberté. Et là Sio et Siatris (les deux démons donc) lui annoncent qu’elle va aménager dans un des appartements au dessus de la boite et qu’elle n’a pas le choix (bon ce n’est pas comme si elle avait vivement protesté de toutes manières)(et non elle n’a bizarrement pas pris les jambes à son cou en se voyant imposer un emploi et un habitat)(et pour cause, ses jambes, elle les préféra prises au cou des démons). Et donc quelques minutes passent et nous retrouvons Slaine en compagnie de Sio qui lui explique qu’elle est possédée (interdiction de rire, sinon je sors le fouet)(et quand je dis posséder, c’est par un esprit, pas par le sexe du dit démon)(pour cela il faudra attendre au moins une dizaine de pages).
Flash back : Slaine est adolescente et elle décide de faire du spiritisme avec ses copines.
Mais tout ne se passe pas comme prévu. Un être (un démon femme plus précisément)(que nous appellerons Méchante car je me souviens plus de son nom)(oui j’ai fini ce livre hier soir, et alors ?), donc Méchante essaye de rentrer dans le corps de Slaine et y parvient en partie avant d’être rejetée par Télis (que nous appellerons Tetris car c’est comme ça que je l’ai appelé tout du long de ma LC)(et oui, au risque de vous spoiler, Tetris s’emboîtera parfaitement à Slaine*). Bref Tetris, un être dont je n’ai toujours pas compris la nature exacte (Oui je suis bête, envoyez-moi Sio me fouetter), est en parti resté dans le corps de Slaine ce dont elle ne s’est jamais rendu compte avant le début de notre histoire.
Le truc, voyez-vous c’est que le passage de Méchante en elle a créé une fissure entre leurs deux mondes et du coup les « dieux » de là bas, risquent de passer par-là et envahir la terre (ce qui serait une catastrophe).
Slaine, c’est donc la faille en fait, qui doit se renforcer mentalement (et sexuellement)(sinon ça ne serait pas drôle, ce serait juste compliqué) pour empêcher tout ça.

Voilà en gros l’histoire (j’espère que je ne vous ai pas déjà perdu les amies, car le plus intéressant reste à venir), place désormais aux personnages. (Je vous vois frémir d’impatience)(mais moins tout de même que Slaine quand elle frémira lors de ses nombreux orgasmes multiples).

 

Alors, les personnages.


Slaine donc, plus la peine de vous la présenter est notre héroïne.
Slaine est mignonne, le sait, ne s’habille qu’en noir (à part quand elle porte des peignoirs en soie)(ce qui arrive souvent)(et quand elle est nue)(ce qui arrive encore plus souvent). Bref, elle s’habille en noir, et (je la cite :) « n’est pas ambitieuse, n’a aucune envie de s’élever dans une société qu'elle a du mal à respecter. Elle se fiche du pouvoir ou de faire carrière (est-ce qu’elle ne vient pas de répéter 3x la même chose ?). Elle n’a jamais réellement fait de projet d’avenir, mais adorerait ne plus avoir besoin de travailler (ce qu’elle ne fait déjà pas dans le livre vu qu’elle se fait entretenir par les démons), pour faire seulement ce dont elle a envie. Elle aime lire, les chats, et faire les boutiques » (une fille simple, quoi)).
Caractéristique 1 : Slaine n’a jamais aimé un homme, qu’il soit un amant durable ou simplement de passage (un plan cul donc). Elle se l’est toujours interdit et affirme (avec beaucoup de conviction) que ça n’arrivera jamais. Car elle se protège comme ça.

Question qui peut vous rapporter un michoko : Combien de temps lui faudra t-il pour tomber amoureuse, non pas de un mais de deux démons ?
a- Un jour et demi pour l’un, deux heures pour l’autre et deux parties de jambe en l’air (dont une avec les deux).
b- Elle ne tombe pas amoureuse.
c- Il lui faut tout le livre car ça serait plus crédible vu qu’elle jure ne jamais pouvoir suffisamment confiance pour aimer et être aimer.
Indice. La crédibilité n’est pas vraiment ce qui définit le bouquin.
 
 

Signes particuliers de Slaine : en plus de baiser et d’embrasser tous les mecs du livre vous voulez dire ? Elle rougit une fois par page, est ultra jalouse et possessive (ce qui est drôlement ironique vu qu’elle tombe amoureuse de deux démons, couche avec d’autres, et qu’elle ne veut pas à avoir à choisir entre les deux)(par contre, et tenez-vous bien, c’est le comble de l’ironie, elle ne supporte pas que « ses » démons ne lui soient pas fidèles)(non Slaine n’est pas une garce, elle choisit simplement d’avoir le double d’orgasmes tout en étant assurée de ne pas avoir de compétitions)(et, ma foi, je ne peux l’en blâmer).

 

 

Voan :Démon de 2m20 aux cheveux rouges (longs jusqu’aux fesses) (il semblerait que l’auteur et moi n’ayons pas tout à fait les mêmes fantasmes) et aux yeux mauves (il aurait pu être un chevalier du zodiac en fait)(Ikkie, je vous aime, toi et tes cheveux bleus). Il est tout de suite attiré par Slaine et va se joindre à la private party d’elle et Sio après seulement deux heures de connaissance. Quand il ira rejoindre un humain, Terry, juste après, Slaine se sentira profondément blessée et jalouse. Car, voyez-vous, il faut croire qu’on s’attache vite à des bons coups (et aux orgasmes qui s’en suivent) vu que Slaine est déjà amoureuse (elle qui, je vous le rappelle, refusait fièrement de tomber amoureuse).

Signe particulier 1 : s’habille avec des pantalons en cuir sans mettre de sous-vêtements en dessous (Kholer, sort de ce corps !). (Même qu’une fois : « le démon était vétu d’un pantalon en cuir, rouge foncé, très ajusté et intégralement lacé sur les côtés, qu’il avait assorti d’un haut en cuir également, mais noir, au col montant et sans manche qui mettait ses larges épaules et ses biceps tatoués merveilleusement en valeur. Et que dire de ses cheveux, retenus en une natte qui dégageait son beau visage impassible ? Il était d’une beauté prodigieuse. Des larmes me montèrent aux yeux. Pas de tristesse ou d’un quelconque sentiment négatif, mais de pure émotion »)(quand je vous disais que l’auteur et moi n’avions pas les mêmes fantasmes ! Un pantalon en cuir lacé sur le côtés ! Et la fille qui en pleure d’émotion. Mais allo quoi ?!)(oui je vous l'accorde, elle est un peu facile celle-là).
Signe particulier 2 : Il aime aussi (voire plus) les hommes. (mais finira par accepter de ne plus en fréquenter pour Slaine).

 

Sio :Cheveux noirs et yeux noirs, foutu comme un dieu, donneur d’orgasmes multiples, Sio est un démon très particulier (j’insiste sur le « très ») à l’odeur poivré.
Signe particulier : a de grandes tendances SM et est très instable.
Il a perdu sa bien aimée il y a quelques années qui n’est autre que Méchante (mais si rappelez-vous, celle qui a voulu entrer dans le corps de Slaine et qui s’est fait dégager par Tetris).
Il tombe amoureux de Slaine après un jour et demi et va lui promettre de lui être fidèle et de ne pas la brusquer niveau SM car il arrivera à s’en passer le temps qu’elle lui fasse suffisamment confiance. 

Question qui peut vous rapporter non pas un mais deux michokos (car elle exige plus de concentration) : Alors que Sio promet à Slaine de lui être fidèle et lui assure pouvoir se passer de séances de fouets, que va-t-il faire deux jours plus tard ?
a- Engager comme serveuse une femme dominatrice, Amanda, et dire à Slaine que tout compte fait il a besoin de séance SM et que si elle veut elle peut rester regarder, tout en lui assurant que si elle regarde il ne la trompe pas vraiment. Et quand celle-ci refusera, il baisera quand même Amanda (et fera joujou avec des petits objets qui font bobo)(enfin un bobo qui fait manifestement du bien). Le lendemain quand il verra Slaine, il lui reprochera d’avoir refusé de se joindre à eux (un comble quand même, non ?) et en gros lui fera comprendre que c’est fini. Pendant deux mois, Slaine, rentrée chez elle, ne le croisera pas mais s’entraînera à utiliser un long fouet sur des coussins pour pouvoir récupérer Sio (fierté ? mais qui pense à la fierté quand on peut avoir des orgasmes, sérieusement ?)(pas Slaine en tout cas).
Quand ils se reverront, Sio lui proposera à nouveau d’assister à une séance avec Amanda, ce qu’elle accepte pour lui prouver son amour (que lui ne lui prouve pas, donc)(mais chut on vous a dit que la fierté c’était surfait). Quand la séance part un peu en vrille Slaine fera tout arrêter, Amanda se fera virer de la pièce, Sio reprochera à Slaine d’avoir gâcher « l’honneur » qui lui faisait d’assister à ça (à partir de ce moment là je savais qu’entre ce livre et la féministe en moi, ce ne serait jamais une histoire d’amour), et la séance se finira avec quelques fessées sur Slaine qui ne se contentera pas de jouir vu qu’elle le quittera après ça.
Ce qui lui brise le cœur. Du coup, elle va baiser avec Voan pour se remonter le moral.
b- Alors qu’ils sont finalement de nouveau ensemble, Sio, dès qu’il reverra Méchante, son premier amour qu’il croyait perdu, dira à Slaine qu’il ne l’aime plus et qu’il retourne avec elle. (vous en faites pas, Voan est toujours là pour combler le trou (sans mauvais jeu de mot, bien sûr). 
c- Quand ça se finit entre Sio et Méchante, il reviendra vers Slaine qui sera furieuse et l’enverra chier. Non je déconne. Slaine sera bien sûr folle de joie de le récupérer et ira même jusqu’à forcer Voan (avec qui elle habite désormais) à accepter Sio dans leur maison et dans leur couple, sans quoi, il peut partir. (la morale de cette fille me laisse pantoise...)(mais que voulez vous, c’est bien connu, deux sexes valent mieux qu’un, tu l’auras). 
d- Toutes les réponses ci-dessus sont justes, aussi hallucinantes soient-elles.


Allez, je sais que vous aimez les questions. En voici une plus simple, pour gagner un petit paquet de "coca" Haribo. Suivez bien ce dialogue entre Slaine et Sio qui se déroule quelques heures après leur rencontre :

- Si vous aviez eu la moindre chance d’obtenir quelque chose de moi, vous l’avez gâchée tout à l’heure justement, rétorquai-je tout pas, en serrrant les dents.
- C’est ce que nous verrons, m’annonça-t-il en se levant.
- C’est tout vu, ne pus-je m’empêcher de répondre.
D’après vous, combien de temps après, Slaine se donne-t-elle à Sio ?
a- Moins de deux heures.
b- Un jour.
c- Elle ne se donne pas à lui car quand on sort un truc comme ça à un mec, on essaye de rester crédible.
Indice : c’est la réponse a.


Télis, alias Tétris : Personnage se trouvant dans « la tête » de Slaine, il lui parle et fait un peu office de conseiller conjugal.
Comme il ne pouvait pas la baiser et qu’il fallait bien combler cette lacune, il arrive un évènement qui fait que Tétris peut prendre forme et consistance à proximité de Slaine qui est la seule personne qui peut le toucher et le voir. (pratique).
Quand ils coucheront ensemble (ce n’est pas vraiment tromper ses deux démons car elle ne l’aime pas vraiment, et que bon, elle a une gueule de bois quand ça arrive), il lui insufflera une sorte de magie sexuelle (L.O.L) qui lui permettra par la suite de pouvoir baiser avec des démons pendant plus de 8h d’affilées. (heu Tétris, si tu veux, j’ai un peu de place dans mon esprit. Je dis ça, je dis rien hein).
Accessoirement, ce qu’il lui insuffle lui permettra aussi de raffermir sa puissance mentale. (enfin je crois)
Tétris c’est donc l’ami, la conscience et le protecteur de Slaine. Et bien sûr, il l’aime aussi.


Adam : un autre démon qui se fait passer pour un humain et qui couchera avec Slaine pendant sa pause de deux mois avec Sio. On le reverra par la suite, mais je ne vous raconterai pas les circonstances, je n’aimerais pas vous spoiler (L.O.L)(avouez que je suis super drôle).



Maintenant que vous connaissez les personnages principaux et l’histoire dans son ensemble, voilà comment est réparti le livre et ce qu’il s’y passe, en quelques chiffres.

- Slaine se douche environ 35 fois durant le livre, dont elle se ressort souvent en peignoir en soie sans rien dessous.
- Nous avons le droit aux détails d’environ 50 tenues (et quand je dis détail, c’est un euphémisme, car, vraiment c’est important de savoir exactement comment est fringuée notre héroïne).
- Environ 10 ruptures (tous démons confondus)
- 2 parties de jambe en l’air à 3 (avec seulement touche kiki entre les hommes).
- 367 orgasmes
- Quelques dialogues totalement gnan-gnan du type « -Tête de mûle, murmura-t-il tout en continuant à promener ses lèvres sur ma peau. – Démon, soupirai-je. – Je t’aime. – Moi plus que toi. »  
- Un gay (qui embrassera quand même notre héroïne je vous rassure, il ne faudrait pas qu’une personne du sexe masculin soit insensible à Slaine).
- Un bi.
- Deux adeptes de SM.
- 4 scènes avec coups dont deux dans lesquels les coups donnés sont violents et ne provoquent pas de plaisir.
- 4 hommes avec qui elle couche et deux autres avec qui elle échange seulement des baisers (soit tous les personnages masculins un peu récurent du livre).
- 666 rougissements.
- Beaucoup trop de questionnements débiles de la part de notre héroïne qui a valu le titre de « Baise et tais-toi » à notre groupe de Lecture Commune sur Whatsapp.
- 3 changements de couleurs de cheveux dont une pour des mèches rouges qui s’accordent à la chevelure de Voan (excusez-moi, je vais mourir de rire et je reviens).
- 2 démons qu’elle arrive quand même, à la fin du livre à contraindre à la fidélité alors qu’elle leur impose de la partager (en fait, Slaine, tu es mon idole).
- 2 virées shopping entièrement offertes par les démons (ce qui la gêne quand même)(au moins deux secondes).
- Beaucoup d’égoïsme.
- et dans tout ça et les 440 pages que forment le livre, nous avons quand même le droit à environ 5 pages d’actions et de suspens où l’auteur arrive quand même à caser viol et maltraitance.



Vous l’aurez compris, je suis loin de partager le coup de cœur d’Azilys pour ce livre.
Ceci dit, je dois quand même rendre justice au style que j’ai beaucoup apprécié, à l’originalité de l’univers, à quelques scènes vraiment émoustillantes et au fait que malgré tout ça, j’ai lu ce livre en deux jours ce qui montre qu'il a tout de même un côté addictif. De plus, vu que j'ai quand même failli jeter une ou deux fois mon kindle de frustration et d'indignement (notamment, pour celles qui l'ont lu, quand Sio dit à Slaine "Et si je te dis" en parlant d'Amanda, juste après leur petite séance SM : j'en avais presque les larmes aux yeux tant je trouvais ça injuste), on peut quand même dire que ce livre, qu'il plaise ou non, éveille des réactions et sentiments passionnés et ne laisse pas indifférent. 

Mais voilà, dans l’ensemble, j’ai trouvé ce livre bien trop tordu et il m’a fait, plus d’une fois, comme je le disais à l'instant, hurler de frustration. Je n’ai clairement pas adhéré aux réactions de l’héroïne que je trouve dénuée de fierté et de bon sens et souvent trop égoïste (Son comportement vis à vis de Voan à la fin m'a achevée, rien de moins, après tout ce qu'il a fait pour elle).
Ses réactions donc, et certaines situations que je n'ai manifestement pas réussi à mettre suffisamment de côté pour apprécier le reste font que je ne continuerai pas l’aventure Luxuria (même si je sais que je vais demander tous les spoilers à Azilys quand elle aura lu les prochains tomes).

Ceci dit, je n’ai lu que des avis positifs sur ce livre et je vous invite à lire, entre autres, ceux de Christy et Lila, celui de Nemy et surtout, surtout, si vous voulez un avis à l'opposé du mien, allez voir la vidéo d'Azilys où elle vous parle avec beaucoup d'enthousiasme (c'est un euphémisme) de ce livre (à la minute 19:40). 

 

* Rendons à Bérengère ce qui lui est dû : ce petit jeu de mot vient d’elle. Mais je lui vole. Car je suis comme ça moi,  comme les démons, je prends le plaisir où je le trouve. 


Luxuria tome 1 - Frédérique de Keyser 
Editions La Bourdonnaye - 444 pages. 

 


Repost 0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 00:00

 

la-confrerie-de-la-dague-noire--tome-9---l-amant-dechaine-3.jpg

« J’ai envie de te sucer ». Voilà la première phrase de ce 9ème tome (je vous vois lever un œil intéressé. Et bien non, mesdames, cette phrase n’est absolument pas représentative du contenu du livre)(à mon grand dam, croyez-moi) qui parle de Manny Manello (non ce n’est pas une blague, Ward n’a pas son pareil pour trouver des noms improbables à ses personnages)(mais j’avoue que là, en donnant un nom et un prénom qui se ressemblent, elle a fait très fort dans le ridicule) est chirurgien. Le meilleur qui soit (paraît-il)(mais j’en doute encore) : « Parmi les manieurs de scalpels de St Francis, Manny Manello était au sommet de la pile. Il était une star, un sergent d’exercice (ça veut dire quoi exactement ?) et le président des Etats-Unis réunis en un seul enfoiré  d’un mètre quatre-vingts  bien rasé (Si il est bien rasé, tout va bien alors). Il avait un caractère atroce, une intelligence stupéfiante et un fusible d’environ un millimètre de long. (Suis-je la seule à ne pas comprendre cette deuxième partie de phrase ?)(Madame la traductrice : vous savez que vous pouvez donner un sens aux phrases au lieu de traduire mot à mot ?).
Depuis la mort de sa collègue Jane (rappelez-vous, celle qui s’est transformée en fantôme qui peut reprendre consistance quand elle doit baiser)(et opérer me souffle t-on à l’oreille) il boit tous les jours, ne fait qu’opérer, écouter sa musique préférée à savoir de l’acid rock et du heavy métal (non je ne jugerais pas)(s’en va écouter JJ Goldman) et la seule chose qu’il aime dans sa vie est… sa jument GloryGloryHallelujah (à vos souhaits).
Alors qu’il a décidé de passer un weekend... Non, vous avez raison. Je ne peux pas faire comme si c’était normal d’appeler sa jument GloryGloryHallelujah. Parce que, JR Ward, qu’est ce c’est que ce putain de nom sérieusement ?! (oups désolée, veuillez excuser ma vulgarité mais je viens de lire 600 pages de la confrérie). Donc, JR, que diable fumez-vous en écrivant vos livres, et surtout, comment s’en procure t-on (moi aussi je veux voir des petits poneys roses vous savez)(et des hommes qui éjaculent pendant 45min d’affilée)(et ce, dans un but purement scientifique il va s’en dire).
Donc, revenons à moutons (ou à notre jument dans le cas présent)(ainsi qu’à nos étalons en cuir)(Happy parenthèse’s day les amis, c’est votre jour !)… Manolo (oui j’ai finalement opté pour un raccourci) a donc décidé de passer un weekend tranquille à se morfondre car sa jument Glorygloryhallelujah (sic) a chuté et a mal à la hanche quand tout à coup Jane réapparaît (alors qu’il la croit morte) et lui demande de venir opérer quelqu’un.
Passé le premier moment de stupéfaction (bordel de merde qu’est ce que tu fous là ?), il décide de l’accompagner, et c’est là qu’il rencontre la fille qu’il doit opérer. « Une guerrière » pense t-il immédiatement. (c’est sûr que c’est la première chose à laquelle on pense quand on voit une femme musclée pour la première fois de sa vie)(moi-même quand je vois un homme musclé, je me dis que c’est forcément un guerrier).
Souffhrance est magnifique (non je ne dirai rien sur son prénom)(mais sachez que je n’en pense pas moins). Cheveux noirs, longue tresse qui lui arrive jusqu’en bas du dos, yeux totalement improbables (oui ok, je me souviens plus de la couleur, mais croyez-moi c’était improbable), Souffhrance souffhre. Et pour cause. Elle a fait une mauvaise chute (comme Glory) et sa moelle épinière est touchée. Résultat, elle ne sent plus ses jambes.

Bref Manololediabolo est là pour l’opérer. Ce qu’il fait. Avec succès. « Comme si sa vie en dépendait ». Et alors qu’il se retrouve auprès d’elle après l’opération, ils comprennent tous les deux qu’il se passe un truc entre eux mais malheureusement il sait également qu’elle va devoir effacer ses souvenirs. Il n’est pas censé connaître l’existence des vampires. (ni en être un lui même me direz-vous…)(oups, je viens de vous spoiler. Envoyez-moi Visz me fouetter, merci).


S’en suit une série d’érections :
Manolo doit défaire la tresse de Souffhan-silhence-s’il-te-plait,  et bande.
Puis, il s’endort sur son canapé, bande et jouit pendant 20 minutes non stop.
Puis il va nettoyer tout ça sous la douche où, il bande encore, et jouit encore.
Mais ça ne s’arrête pas là. Il sort de la douche et se rend compte qu’il bande encore. « A l’évidence la méthode de « soulagement » ne fonctionnait pas et il n’avait plus d’énergie. Merde, peut-être qu’il couvait une grippe ou une saloperie du même genre, dieu sait qu’en travaillant dans un hôpital on pouvait attraper beaucoup de choses ». (Oui mesdames, vous ne rêvez pas, Manolol’intello est genre, le meilleur chirurgien du monde entier, mais quand il bande trop souvent, il croit qu’il couve une grippe, c’est bien ça)(madame la béta lectrice de Mme Ward, à quoi servez-vous ?)(et pourquoi diable suis-je la seule personne au monde que ce genre de détail dérange ?)(life is a bitch)(j’ai besoin d’une fraise tagada pour me remonter le moral tiens).

Bref, flash forward.
Une semaine s’est écoulée, Manolol’asticot est un zombie qui se souvient d’une femme sans s’en souvenir vraiment et Shouffhrance continue de Shouffhire car ma foi, il faut bien faire honneur à son nom et aussi parce qu’elle ne peut toujours pas marcher.
Oui, Souffhrance est au bout du scotch et demande donc à Jane de l’aider à en finir avec la vie. 
Et donc, alors que Jane s’apprête à commettre l’irréparable, Visz, le frère de Souffhrance, arrive, devient fou, demande à sa sœur de lui laisser deux heures, part sans se retourner et va chercher… Manolo-qu’on-sucerait-comme-un-michoko. (désolée mais c’est moins évident qu’il n’y paraît de trouver des rimes en O).

Et là, en le voyant, Souffhrance n’a plus du tout envie de mourir. (non elle veut juste des orgasmes, merci bien). Oui elle veut vivre. Et apprendre pleins de choses comme « c’est quoi jouir » ou « comment on embrasse » ?
Ce que manolo-le-vibro va s’empresser de lui montrer, pensez-vous.
Et puis, alors qu’il s’en va prendre une douche, Souffhrance se met à 4 pattes pour le suivre du regard, lui, ses belles fesses et sa magnifique érec… et mais attendez !
Elle vient de se mettre à 4 pattes. Manolo n’en revient pas (et nous non plus d’ailleurs).
Et c’est là qu’il comprend : Shouffhrance se rétablit quand elle est excitée (heu ? Sérieusement là ?). Du coup, un cuni par ci, un cuni par là, et quelques orgasmes plus tard, voilà notre Souffhrance sur pieds (Qui a le numéro de Manolo ? Je crois que j’ai un torticolis).

Bref, après ça, rien de passionnant les concernant. Sachez juste qu’elle restera vierge jusqu’à la quasi fin du livre (les livres de la confrérie, c’est plus ce que c’était, vraiment), que Manolol’abricot va pouvoir garder sa mémoire et vivre avec les autres grâce à un retournement de situation à la Ward, et que comme cadeau de « mariage » il va lui offrir Gloryglory car « il y a des cadeaux qui valent beaucoup plus que des diamants » (ou pas hein)(mais vu tous les orgasmes qu’elle a en prime, elle peut bien lui faire croire qu’elle est contente de son cadeau hein)(enfin moi, c’est ce que j’aurais fait aussi). 

En parallèle, on suit Visz qui a toujours quelques soucis, mais qui, grâce à Butch et à Jane, finit par comprendre que « le sexe extrême et la douleur lui avaient longtemps paru être d’excellentes solutions, mais en réalité ils n’avaient été que du fond de teint masquant un bouton : la laideur était demeurée en lui » (tant de profondeur, de raffinement et de classieuses métaphores m’avaient manqué, je dois bien l’avouer)(ceci dit, c’est pas très sympa pour les ados boutonneuses qui vont croire qu’elles sont moches de l’intérieure, moi je dis).

 

Enfin, on fait la connaissance de Xcor et de sa bande de salopards comme ils s’appellent. Xcor et sa bande sont des mâles qui ne font pas partie de la confrérie et qui aiment tuer. Sauf que comme tous les faux méchants créés par Ward (au pays des bisounours), ils sont moins méchants qu’ils n’y paraissent.
Ils tuent surtout les éradiqueurs et débarquent fraîchement aux USA dans le but de renverser Kholer et prendre sa place.
Xcor a les yeux bleus, ou noirs (selon la page)(oui je continue de penser que quelqu’un devrait devrait se dévouer pour faire comprendre à Ward la nécessité de faire des fiches sur ses personnages), est grand, musclé, cheveux noirs et a… un bec de lièvre (qui le complexe, le pauvre chou)(mais je suis sûre que ça ne change rien à sa performance cuniluinguissalle).
Son bras droit s’appelle Affhres et ensemble, ils vont faire une partie de jambes en l’air avec une prostituée sur qui ils vont jouir environ 5 fois chacun jusqu’à ce qu’elle se retrouve « couverte de sperme à tellement d’endroits différents qu’elle n’arrivait plus à compter » (Mmmh, bon appétit les amies et welcome to the wonderful world of the confrérie).

Voilà, sinon, ma foi, il ne se passe pas grand chose, Qhuinn aime Blay, il veut plus baiser pour baiser, refuse de manger, enlève ses piercings visibles, Blay l’aime mais il se tape son cousin, GlorygloryHalleluia s’en sort, Manolo et Butch se retrouvent parentés, Jane et Visz vont se réconcilier et faire l’amour comme pour la première fois, Xcor ne sait pas lire et écrire (et ça ne choque personne sauf moi)(le vampire a donc je ne sais combien de centaine d’années) et je crois que c’est tout.

Voyez, pas de quoi fouettez un Visz, ce tome.
Finalement, l’histoire principale n’est franchement pas très intéressante, les autres sont sympas sans plus, il n’y a presque pas de scènes coquines (mais il paraît qu’elle se rattrappe avec le prochain tome)(et vivement le prochain tome donc)(oui je suis une coquinette en sucre, que voulez-vous ?) et il n’y a même pas beaucoup de métaphores Wardiennes pour me faire rire et rouler des yeux…

Un tome dont on peut se passer, donc. 


La confrérie de la Dague Noire, tome 9 : L'amant Déchainé - JR. Ward.
Editions Bragelonne - 554 pages.  

Repost 0
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 01:43

amourd10.jpg


Holly ne connaît rien aux immortels et pour cause elle ne sait pas qu’elle en est une (malgré son regard qui « oscille entre l’argent et le violet intense »)(oui intense le violet, s’il vous plait)(car un violet fade, ça le fait nettement moins, vous en conviendrez)(croyez-moi, si j’avais eu les yeux violets ou argentés je me serais posée des questions)(mais Holly ne lit peut-être pas autant de romances paranormales que moi, et je ne peux pas l’en blâmer).
Holly est « absolument exquise. La natation avait parfaitement sculpté son corps. (Marrant, la natation n’a jamais sculpté le mien)(comment ça il faudrait que j’y aille plus de 3x par an ?). Ses bras et ses jambes étaient fermes, mais avaient gardé de la rondeur (C’est vrai, Cadeon ? Tu aimes les filles rondes ? Car je connais quelqu’un qui serait très intéressé par toucher tes cornes, juste pour les voir se dresser, et justement, cette personne est un peu ronde). Enfin les hanches d’Holly « s'épanouissaient sous sa taille étroite »…
Mais là où Holly aurait du se douter qu’elle était une immortelle ou du moins une héroïne de roman, c’est quand Cadeon l’informe qu’il n’y a pas que sa taille qui est étroite… (comment ça, à ce moment là, elle sait déjà qu’elle est une valkyrie ?)(oui bon, peut-être mais je tenais à placer subtilement (oui, subtilité is my middle name) le fait qu’Holly est « si étroite, si serrée » vu que je mets un point d’honneur à relever cette phrase dans mes livres.)

Mais voilà, être étroite, ronde et ferme à la fois, n’est pas ce qui caractérise Holly. Non ce qui la définie, c’est surtout que c’est une fille pleine de TOC, super intelligente, très prude et surtout très coincée.

 

En gros, tout l’inverse de Cadeon qui est  « frustre, arrogant, macho et fier de l’être. »

Cadeon est un démon dont l’espèce a besoin de s’accoupler 3 ou 4 fois par jour en moyenne. (Et vu que chaque «rapport» donne environ 3 orgasmes à la femme, cela revient quand même à 12 orgasmes par jour pour l’éternité)(non je n’ai pas compté, allons !)(Rappelez-moi comment on devient immortel et comment on séduit un démon ?). (Ah oui, le corps parfaitement sculpté, la taille et le vagins étroits, et des hanches épanouies. Life is a bitch).

Cadeon, donc, en a connu des femmes, mais voilà, il faut bien une particularité pour que ce soit différent avec son âme sœur. Et après les vampires qui ne bandent pour la première fois que devant leur âme sœur nous avons les démons qui peuvent avoir des orgasmes mais qui ne peuvent pas éjaculer avant d’avoir fait l’amour avec leur promise (Pas sûre de comprendre le concept)(mais oui, je ne suis pas une héroïne de romances paranormales, pas la peine d’en rajouter, merci).

Enfin, Cadeon a des cornes… Et devinez ce qui excite les démons au plus haut point? Oui, qu’on les leur touche… Cornes qui d’ailleurs se dressent quand ils sont excités. (Si c’est pas subtile tout ça, je veux bien arrêter de boire du coca et manger des bonbons pendant 24h)(n’y voyez aucun rapport avec mes rondeurs…)

 

Bref, donc, si vous prenez Cadeon le dragueur misogyne dévergondé qui jure et qui se fout de tout et que vous faites en sorte qu’il reconnaisse en Holly, une mathématicienne geek pleine de TOC (à mourir de rire) son âme sœur, vous obtiendrez des dialogues très sympas et des situations très drôles, le tout sous fond de road trip semé d’embûches et de surprises ...

 

 

Et quand je dis que les dialogues sont succulents (à l’instar du goût du sexe d’Holly, n’en doutez pas un instant)(comment ça vous vous seriez passé de cette dernière parenthèse ?) je peux même vous le prouver avec quelques citations :

 

 

« - Comment faites-vous pour bouger, avec toutes ces balles dans le corps ?

- Je serre les dents, parce que ça fait un putain de mal de chien, Holly.

Elle étouffa un petit cri d'effarement. Un tel langage lui faisait l'effet d'un ongle crissant sur un tableau noir. »
 

 

« - J'y ai rencontré les démons quelquefois. En tant que représentant de ma race.

- Vous avez... fraternisé avec ces animaux? Est-ce que votre race a kidnappé des femmes aussi?

- Kidnapper des femmes ? Déjà qu'elles me lâchent pas la grappe, les donzelles, j'ai pas besoin de ça, ma poule.

- Donzelles? Poule? Vous avez grandi au XIXe siècle ou vous essayez juste d'être misogyne ?

- Je viens des temps médiévaux, et je n'ai jamais eu à essayer d'être misogyne. C’est naturel, chez moi. Un don, en quelque sorte. »
 

 

« - Vous... vous n'allez tout de même pas...

- Fais-moi confiance

- Cet être lui avait sauvé la vie, avait pris des balles à sa place, et pourtant, quelque chose chez lui ne lui inspirait pas, mais alors pas du tout confiance...

Avec un sourire gêné qui découvrait à peine ses crocs, il la regarda et dit:

- Quoique... Si t'es du style à faire tes prières, le moment me paraît assez bien choisi... »
 

 

« - Elles sont comment, les Valkyries ?

- Elles sont puissantes et rapides, avec des sens très affûtés. Mais elles sont aussi très dociles et toujours contentes d'obéir à un homme, ne put s'empêcher d'ajouter Cadeon. »
(loooooool, je l’adore Cadeon, je vous l’ai déjà dit ?) 

 

 

« - Guerrière ? Bataille ? Je croyais que les Valkyries étaient des êtres paisibles.

Nix éclata de rire.

- C'est le démon qui t'a raconté ça ? Tss tss... Cadeon Woede, tu n'as pas honte ?

- Si on ne peut plus s'amuser... »
 

 

« - Je vais réagir, c'est forcé, dit Cadeon. Même si tu n'es pas mon type habituel.

- Type habituel ? Ah oui, je vois. Votre genre, c'est plutôt les bimbos avec plus de poitrine que de cerveau?

Il haussa ses larges épaules.

- Nous, les démons, on préfère les filles un peu pétasses, et bien en chair, pour qu'elles puissent supporter nos élans.

Holly resta bouche bée.

- Des pétasses ? Mon Dieu, vous êtes l'homme le plus misogyne que j'aie jamais rencontré. Je parie que vos pétasses, en plus, vous les préférez pieds nus et enceintes.

- Nan. Je les préfère pieds nus, sous pilule, et toujours disponibles. »

 

 

« - Vous jurez comme un charretier, vous dénigrez les femmes, et par-dessus le marché, vous conduisez en état d'ivresse. Et vite, en plus, ajouta-t-elle après un coup d’œil en direction du compteur.

- Vrai, vrai et vrai. Et toi, tu ne profites pas de la vie, tu ne te lâches jamais, et tu ne sais pas t'amuser.

- Bien sûr que si, je sais m'amuser!

- On ne doit pas avoir la même définition du mot, alors.

Elle releva le menton.

- Vous me prenez pour une petite fille modèle qui croit tout faire mieux que les autres.

- J'allais dire une emmerdeuse coincée donneuse de leçons, mais bon. Il y a un côté vertueux dans « petite fille modèle » qui te convient bien. »


 

 

Un très bon moment, je vous dis ! :D 
 

Les ombres de la nuit, tome 5 : Amour démoniaque - Kreysley Cole
Editions J'ai Lu - 407 pages

 

 

Plus de lectures inavouables chez Stephie.

65408451 p

 

 

Je vous invite aussi à lire le Webzine très complet que le Boudoir Ecarlate a consacré à cette série... 

 

Repost 0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 00:00

 

Attention, ce billet contient des spoilers. Surtout après l'arrivée de BigCock, quand je parle de l'histoire.

Audiences-TV-Questions-pour-un-champion-semaine-record-pour

En coulisse, avant l’émission de la nouvelle finale de question pour un champion spéciale romance paranormale :
Julien Lepers à Cécile, la réalisatrice de l’émission : Putain j’y crois pas, c’est encore ShowDasse et HardDick ?! Je te préviens, s’ils sont encore aussi cons que d’habitude, c’est la dernière fois que je fais cette émission.

Et tu as intérêt à avoir préparé des meilleures questions que la dernière fois.
Cécile (un peu effrayée et essayant de noyer le poisson): … je me suis toujours demandé Julien : tu es gay ?


Quelques minutes plus tard, Julien Lepers affiche son plus beau sourire devant la caméra :
Bienvenue à la finale de question pour un champion spéciale romance paranormale.
à notre droite, celle que vous commencez à connaître : ShowDasse, et à ma gauche son compagnon HardDick. 

Sans plus attendre, commençons cette émission : 

 

Top. Je suis un mâle aux cheveux bruns coupés court et j’ai un visage d’une beauté classique. Au début du tome qui m’est consacré la femelle que j’aime est retenue prisonnière par mon pire ennemi et mes yeux bleus sont donc « sans vie, ne reflétant rien de plus qu’une vielle plaque de bitume »
(Est ce qu’on dit à JR Ward que certaines plaques de bitumes reflètent beaucoup la lumière ?)(Non ?)(Bon d’accord, désolée, je vous importunerais plus avec mes réflexions).

Top. Avec ses cheveux noirs coupés à ras, les traits de son visage paraissaient plus austères que beaux. (Je sais que j’ai promis de ne plus intervenir mais toute à l’heure ses cheveux étaient bruns et maintenant ils sont noirs: personne ne veut proposer à JR Ward de faire des fiches sur ses personnages ?)
Julien Lepers, (clairement agacé, et reprenant comme si l’auteure de ce billet n’était pas en train de l’interrompre avec ses parenthèses débiles toutes les deux minutes) (excusez-le, il est sur les nerfs) Top : « La vie ne m’a pas épargné mais au lieu de me faire plier, chaque coup, chaque attaque m’a rendu plus fort, plus résistant, plus déterminé. »

 

Biiiiiip:
ShowDasse : Woooooow que c’est beauuuuu… Soupirs…
Julien Lepers : Vous avez un nom à nous proposer ?
ShowDasse : Heu, non ?!
Julien Lepers : Alors on se passe de vos commentaires merci.
Top. Je dégage une odeur typiquement masculine : un mélange de savon et de transpiration.
HardDick : Ca fait kiffer les meufs l’odeur de transpiration ?
Julien Lepers  : Faut croire…
HardDick : (Pensif) Ok je mettrai plus de déo alors mais bon si je veux sentir le savon et la transpiration faudrait que je me savonne partout sauf sous les bras quoi. 
Julien Lepers  (après s’être retourné vers Cécile et lui mimant le geste de « je vais te trancher la gorge ») : merci pour ce commentaire hautement intéressant HardDick, vous nous direz si vous avez ramené des filles avec ça. 
Top. Né dans les toilettes d’une gare routière, j’ai été placé dans un orphelinat…

 

Biiiiiip:

ShowDasse : Remi ?
Julien Lepers  : Remi ?
Showdasse : je m’appelle Remi, je suis sans amiiiiiiiis, vous connaissez quoi, à moins que, vous êtes trop vieux pour avoir vu le club Dorothée ?….
Julien Lepers  : (essayant mais n’arrivant pas trop à contenir son énervement) Est-ce que REMI BAISE????? Est ce que Remi et son chien portent du putain de cuir et se battent contre des trous du culs qui sentent le talc ? Est-ce que Remi se transforme en tyrannosaure quand il n’est pas content ? Est ce que Remi est amoureux de son meilleur pote et se marie à un fantôme ? Est-ce que Remi était esclave sexuel et ne s’est jamais touché en 600 ans ? HEIN ?
Showdasse : (Un peu intimidée et se demandant si, après tout, elle n’a pas sorti une connerie et n’aurait pas mieux fait de se taire) Heu, non ?!
Julien Lepers  : Alors NON ce n’est pas Remi. Réfléchissez, putain…
(Cécile fait mine qu’elle doit aller aux toilettes de peur que Julien Lepers la regarde à nouveau tandis que ShowDasse répond à voix basse : « facile à dire hein, mais bon c’est pas donné à tout le monde de réfléchir hein… »)

Top. Mon orphelinat nous amenait une fois par an dans un parc sauf que je ne pouvais pas jouer avec les autres enfants car je me prenais des coups de soleil trop fort…

 

Biiiiiip:

Julien Lepers  : Non, ne parlez pas. Je pense que si, ils ont essayé la crème solaire et l’écran total et non je ne sais pas pourquoi ça ne marchait pas. Et je ne sais pas non plus pourquoi il ne mettait tout simplement pas des manches longues et une casquette. Je n’en sais rien, et je m’en fous. Il restait dans son coin, seul et sans ami, oui comme Remi mais ne le dites pas non plus ShowDasse, et c’est tout ce qui compte. Il faut que vous ayez de la pitié pour lui, c’est tout ce qu’on vous demande.
ShowDasse : … 
HardDick  : …
Julien Lepers  : Top. Après l’orphelinat j’ai habité un appart miteux où je me suis fais violer dans la cage d’escalier… (ShowDasse pousse un petit cri horrifié et se met la main devant la bouche. Julien Lepers ne s’interrompt pas pour autant )
… Après ça j’ai trouvé les Frères de la confrérie, et je me suis transformé en un vampire aussi musclé que les types bodybuildés auxquels je rêvais de ressembler ado. 
Mon sexe est immense et quand enfin, après avoir attendu longtemps vu que ma femelle s’est aussi fait violer lors de son kidnapping, je finis par bénir son étouffe chrétien…


Biiiiiip:

ShowDasse : Bénir quoi ? il va se confesser ?
Julien Lepers  : Non je crois que c’est une métaphore pour dire coucher, faire crac-crac quoi …
ShowDasse : Mais qui dit ça ? Jamais entendu cette expression, et je peux vous dire que j’en connais, des phrases pour parler de baise…
Julien Lepers  : Je sais pas, je crois que la réalisatrice de cette émission a fait un pari avec des copines comme quoi elle arriverait à placer cette expression dans son prochain billet.*
Showdasse : Ah ok. On s’amuse comme on peut hein. Moi par exemple, je préfère jouer avec un sex toy que faire des paris débiles mais chacun son truc hein…
Julien Lepers  : OK OK. Donc, quand je couche avec ma femme  je la remplis complètement. Complètement et divinement. (nouveau cri de SD mais pas horrifié cette fois-ci, plutôt du genre frustré …) et quand elle me sourit, mon cœur se fend, littéralement.

Biiiiiip:


HardDick : littéralement ?
Julien Lepers  : Oui.
HardDick : donc son cœur se fend vraiment en deux dans le livre ? Et il meurt pas ?
Julien Lepers  : ben je pense que c’est une métaphore.
HardDick : mais alors c’est pas littéralement.
Julien Lepers  : bordel on s’en tape, il aime quand sa meuf lui sourit, c’est tout.
HardDick : hé mec, calme-toi hein.  
Julien Lepers  : (L’ignorant) : Top. Ma femelle est un peu masculine, aime le combat, porte des silices pour inhiber son côté symphathe et elle avale.

 

Biiiiiip:


Showdasse : elle avale quoi ?
Julien Lepers  : (de plus en plus nerveux) je pense qu’on parle de sperme.
Showdasse : (écarquillant les yeux) mais heu, on peut ne pas avaler ? puis, se tournant vers HardDick : Mais, MAIS ? Tu m’as toujours dit que… 
Julien Lepers  : (la coupant) : J’ai un nom composé, ma femelle s’appelle Xhex et je suis muet, mais par chance ma femelle et tous mes amis ont appris le langage des signes en moins de temps qu’il n’en faut à Kholer pour bander dans son pantalon en cuir… je suis, je suis….


Biiiiiiiiiippppppp !
John Matthew bien sûr, vous êtes vraiment nuls hein, pour des fans de romances paranormales…


Je reprends :
Top. Je suis l’ami de John et j’ai un regard de tueur, mes yeux sont de deux couleurs différentes et je baise tout ce qui bouge, fille ou mec. J’aime mon meilleur pote mais je ne pense pas le mériter ce qui frustre bon nombre de mes lectrices.
Mon meilleur pote est roux et a une gueule d’ange et quand celui-ci se touche sous la douche « c’est aussi plaisant qu’une part de pizza froide, pas mauvais, mais rien à voir avec un vrai repas. »


HardDick :  (mort de rire) alors celle là, je la ressortirai, elle est vraiment pas mal.

 

Julien Lepers: continuant : Je suis en permanence collé à John car je suis embauché pour le défendre et le protéger. Je me tape donc tout ce qui bouge, même quand mes potes ne sont pas loin et je parle comme je pense, sans me censurer. Par exemple, dans un magasin de tatouage, alors que John est sur le point de se faire tatouer et que je veux me taper la petite assistante du tatoueur, voilà mon dialogue avec John :
- Ca te dérange si je fais un peu d’exercice derrière le rideau ?
- Pas du tout, signa John. Fais-toi plaisir.
- Je serai là si tu as besoin de moi. Même si je dois sortir la bite à l’air.


Biiiiiip:


ShowDasse : oh c’est tellement classe comme il parle. J’adore. Il existe vraiment ? Vous pouvez lui filer mon numéro ? J’adorerais le rencontrer.
Julien Lepers: (Se retournant vers Cécile en articulant silencieusement : la prochaine réflexion comme ça, je me tire.) Puis, revenant vers ShowDasse : 
Non, je ne le connais pas mais de toute façon il préfère son pote aux femmes. Quand il couche avec elles c’est à lui qu’il pense. 
ShowDasse : Ca ne me dérange pas, je suis pas jalouse. 
Julien Lepers : Top. mon meilleur pote est super intelligent et il sort avec mon cousin ce qui me brise le cœur dans ce tome, mais je ne le lui dis pas… Je suis, je suis… 

Allez quoi… Ca commence par V, ça finit par F et il y a un I au milieu…
HardDick : V… I… F ? Mais qu’est ce que ça peut bien vouloir dire ??? **
Julien Lepers : V. I. F mais allez ! bordel de merde quoi !

 

Biiiiiiiiiippppppp !

Julien Lepers, pétant un plomb, jetant ses fiches par terre et quittant le plateau ! J’abandonne, j’abandonne, je peux pas. Sont trop cons. Je peux pas je me tire…
 

Cécile, un peu en panique aussi, envoie l’assistant lumière reprendre sa place…

  

Le nouveau :
- Bonjour, je m’appelle BigCock et heu, je vais remplacer Julien pour la dernière question.
ShowDasse : Clignant des yeux : salut mon chou en sucre d’orge, tu sais que tu as un beau prénom ?
BigCock : rougissant comme un prétrans : merci, t’es assez bonne aussi dans ton genre.
HardDick : (menaçant) : je vous dérange pas là ?
BigCock : Un peu intimidé : Heu, je vais vous poser la dernière question qui va être déterminante.

 

On cherche le titre d’un tome de la Confrérie :

Top. niveau histoire, le héros recherche sa femelle qui est retenue prisonnière par un méchant dont la chair se décompose durant ce tome mais qui est arrivé à violer l’héroïne. Quand elle annonce à notre héros muet qu’elle a été violée, la température chute d’un coup et il ouvre la bouche et pousse un cri qui arrive à casser toutes les vitres de la pièce : « les vitres de la chambre se brisèrent, les carreaux explosant en milliers d’éclats projetés dans la nuit, s’écrasant sur les dalles d’ardoise et capturant la lumière comme des gouttes de pluie… ou comme des larmes. »

ShowDasse : oh woaaw. C’est tellement beau ces métaphores. Il devait être triste le pauvre. Et de pouvoir casser des vitres en poussant un cri alors qu’on est muet, ça doit être magnifique.
BigCock : Heu oui. Ou pas hein. Bref,
Top. Finalement ils finissent par coucher ensemble et c’est merveilleux. En parallèle, on suit 4 histoires dont certaines pas franchement intéressantes… On parle de l’enfance de Xhex, de sa mère et du père de John dont il ne serait peut être pas le fils mais la réincarnation.

Biiiiiip:

HardDick : Mais je comprends pas. Il est la réincarnation de son père ?  
BigCock : Oui ben c’est pas très clair mais je crois que l’auteur elle-même ne sait pas trop du coup elle reste vague et comme ça ne dérange pas ses lecteurs elle ne se prend pas la tête…
Donc, on suit cette histoire et aussi celle d’un présentateur TV qui présente une émission sur les fantômes et qui en tourne une dans un château qui serait hanté. Quand son assistante se fait prendre (pas dans les bras, si vous voyez ce que je veux dire) par un fantôme il réalise qu’il l’aime et qu’elle est intelligente et ils finissent ensemble et on se rend compte à la fin que le fantôme est en fait l’ex de l’héroïne du livre et que ce n’est pas un fantôme.


Biiiiiip:
Showdasse : heu, j’ai rien compris. Vous pouvez répéter la question ?

BigCock : non c’est pas important, je crois que ça fait partie des histoires chiantes, avec celle de Payne la sœur de Vishous qui se fracasse le dos (littéralement, pour le coup) contre un mur à la fin du tome et que Kholer amène dans le vrai monde pour qu’elle se fasse soigner.

HardDick : elle est bonne Payne ? Elle aime se faire fouetter et avoir de la peine ?

BigCock : elle est un peu facile celle là Dick…
Je reprends : Top.  les histoires parallèles sont donc très bof et finalement, en 600 pages il ne se passe pas toujours grand chose, nos héros couchent, Vhif est dégoûté que son meilleur pote ait arrêté de l’attendre comme un con, le méchant se décompose, et Xhex et John décident de s’unir.
A la fin, l’homme qui considère John comme son fils amène une robe de marié à Xhex et lui explique que sa défunte épouse l’a porté ainsi que Beth, la reine.

 

Biiiiiip:
ShowDasse : Quoi mais elles ont toutes la même taille ces filles ? Et le même corps ?

BigCock : Heu, non je crois pas car Xhex a la stature assez masculine.
ShowDasse : Alors comment elles ont pu porter la même robe sans retouches hein ? Elles se sont crues dans un putain de remake de « 4 filles et un jeans » là ?

BigCock : (ne sachant que répondre, enchaîne :) et la mère de Xhex revient, bref ça finit super bien et elle se fait tatouer le nom de John sur le dos.
Ce tome, même si on ne dirait pas comme ça, Cécile l’a beaucoup apprécié et même si elle continue de penser qu’il y a des chapitres en trop, a trouvé que c’était le meilleur qu’elle ait lu pour le moment. Elle n’a pas trop relevé de métaphores, à son grand dam, et a été assez touchée par certains passages. 

Ce tome s’appelle …

… Allez, je vous montre la couverture pour vous aider :

(cachant le titre et montrant le haut du livre).
Alors ?

couv59228560.jpg 

 

Biiiiiip:

ShowDasse : Pourquoi y'a Céline Dion sur la couverture ???
BigCock : Ne sachant que dire, décide donc de regarder à nouveau la couverture et finit aussi par trouver la ressemblance frappante …

ShowDasse : En tout cas, elle a l’air de prendre plus son pied qu’avec René.

 

Biiiiiiiiiippppppp !

BigCock : ah ben cette émission touche à sa fin. C’était « l’amant réincarné ! ».
Je suis désolé mais il n’y a pas de gagnant. Nous nous retrouverons donc une prochaine fois pour vous départager…

Merci pour votre participation et à bientôt.

ShowDasse : Merci à toi, mon chou. (Clin d’œil). (Et lui glissant un papier dans son slip) : « Tiens mon numéro de téléphone »

 

N’oublions pas pour finir, le best-of de ce livre…

« Il n’avait encore jamais pensé à ça auparavant, mais dès le premier battement de cœur d’un être vivant, une cloche sonnait et les aiguilles de l’horloge commençaient à tourner. Les dés étaient lancés, qu’on le veuille ou non, et le destin tenait toutes les cartes en main. Au fil des minutes, des heures, des jours, des mois et des années, l’histoire se déroulait, le temps pressait puis, soudain, le dernier battement de cœur signalait la fin de la partie. L’heure était venue de comptabiliser ses gains et ses pertes. »
à Elle a oublié « les siècles », non ?

 

 

« De l’autre côté de la pièce, Lassiter laissa échapper un soupir à fendre l’âme, un peu comme si quelqu’un venait de lui trancher la jambe et qu’il n’y avait aucun médecin en vue. »
à je peux vous dire que Lassiter et moi ne réagirions pas de la même manière si on nous tranchait la jambe. Perso, je crois pas que ce serait un soupir que je pousserai.

 

 

« - Mauvaise réponse, désolé.
- Je me sens bien… 
Cet enfoiré de fils de pute de sale connard de trou du cul se pencha alors vers lui et, agrippant des deux mains sa jambe blessée, pressa l’endroit où la balle avait élu domicile. »
à je crois que même moi, je serais pas arrivée à placer autant de gros mot dans une phrase. Et pourtant, croyez-moi, je sais jurer.

 

  

* C’est vrai.
Si vous prenez John Green, un mariage éventuel, une expression que ma binomette trouve ringarde (même qu’elle se moque quand je l’utilise dans mes billets), mêlez à la discussion BeV, Marika Gallman, Mlle P et une autre copine, et vous obtenez un pari, dans lequel je dois placer « bénir l’étouffe chrétien » dans mon prochain billet. Vous êtes donc tous témoins que j’ai relevé haut la main ce pari.
Johninou cheri, say Hi to Mlle P and tell her how glad you are to be mine :-)

** Toute ressemblance avec le film « La cité de la peur » est fortuite. Ou pas. 



La confrérie de la dague noire, tome 8 : L'Amant Réincarné - JR Ward
Editions Bragelonne - 590 pages

 

Repost 0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 00:00

charmes.jpg  ame-damnee.jpg

J’ai tellement aimé la Valkyrie Sans cœur, tome 2 de la série « Les ombres de la nuit » de Kresley Cole que je n’ai pas mis longtemps à lire les deux tomes suivants « Charmes » et « Âme Damnée ».
Aujourd’hui je vous en parle sous forme de match !
Alors ? Prêtes ?

 

Premier round : c’est parti !
A notre droite vous avez Bowen le loup-garou, à notre gauche Conrad le vampire…


Bowen est un loup-garou qui a perdu sa promise il y a de ça 200 ans et qui depuis, n’a plus touché une autre femme. (Sachant que si Bowen était loin d’être puceau, il n’a pas couché avec sa promise non plus donc ça fait un bail qu’il n’a pas fait crac crac). Ses yeux sont de la couleur riche et dorée de l’ambre et brillent pourtant d’une lueur mélancolique (pauvre sucre d’orge en pâte à modeler, viens ici que je te console). Parfois ses yeux sont aussi « bleu glacial » (Oui je suis aussi d’avis que l’auteur se fasse des fiches pour se rappeler les caractéristiques de ses personnages car entre bleu glacial et ambre y’a quand un même une légère différence).
Il fait 2m10, est Ecossais (mais il ne porte pas de kilt)(sinon les femmes passeraient leur temps à trébucher malencontreusement et à tomber à ses pieds)(et oui, par « les femmes » je parle en fait de moi)(car il paraît qu’il y en aurait des choses à voir sous ce kilt)(mais je m’égare déjà, excusez-moi). Il est donc Ecossais (miam miam graou graou)(oui moi aussi je deviens un peu primitive à la lecture de ces livres), possessif, il a 1200 ans (et de l’expérience !) et a un membre massif que Mariketa ne peut pas prendre en entier (en elle)(mais dans la bouche non plus j’imagine) tant il est gros. Son érection est monumentale (ah, je vous sens tout de suite intéressée tout à coup)(bande de coquinettes au beurre). 
Il a également très mauvais caractère et a de la réparti (tout ce que j’aime en somme).

 

Conrad, quant à lui, s’est fait transformer il y a quelques centaines d’années et, comme tous les vampires tant qu’ils n’ont pas rencontré leurs âmes sœurs, ne peut pas bander (oui je vous l’accorde, ça casse un peu le mythe). Il n’a jamais accepté son statut de vampire et est devenu tueur à gage.  « Depuis des siècles il vivait seul, sans amis » (mais ne s’appelle pas Remy)(OK je sors) et il est victime d’hallucinations qui sont en fait les souvenirs de ses victimes dont il a bu le sang.
Ses yeux sont rouges (car c’est un méchant vampire qui boit le sang des humains)(J’en connais un qui ne sera jamais adopté par les Cullen)(et tant mieux pour lui j’ai envie de dire), sa poitrine elle, est large à la musculature puissante (à l’instar de son érection, quand elle daignera se manifester) et il a une mâchoire masculine (heureusement qu’elle n’est pas féminine sa mâchoire car déjà qu’il ne bande pas, ça ferait quand mêm beaucoup…), un nez fort et aristocrate. Il mesure plus de 2m, et sa carrure semblait faire toute la largeur du lit (c’est pas un poil exagéré ça ?)(même sur un lit une place ça ferait déjà des épaules très larges non ?).
 « Ses hanches étroites et ses épaules carrées semblaient faites pour qu’une femme puisse s’y agripper pendant l’amour » (moi aussi, dès que je vois les épaules de Marat Safin je me dis « tiens, je m’y agripperais bien pendant l’amour »)(et vous ? A quelle partie de l’anatomie d’un homme songez-vous à vous agripper pendant l’amour ?) et « il n’était que virilité, avec toutes ces cicatrices qui marquaient sa chair » (les hommes aux cicatrices, un must)(manque plus que le tatouage). Mais voilà, ce n’est pas parce que « même au repos, il affichait une taille impressionnante » (et par il j’entends sexe), et que ses lèvres sont charnues et larges, qu’il a de l’expérience pour autant, car malgré tout, « cet homme, avec ce corps incroyable fait pour satisfaire et protéger une femme, était puceau.  Il n’avait jamais embrassé une fille. » (Amis de la crédibilité bonjour et bienvenue dans le monde merveilleux où les femmes sont plus expérimentées que les homme)(ceci dit, je ne me plains pas, j’adore le concept).
Son sexe est, accrochez-vous bien car vous ne vous en sauriez pas douté, énorme.  A tel point qu’elle éprouve de l’inquiétude devant sa taille. (Jamais eu peur de ça moi, life is a bitch).

Bon alors…
Un loup-garou écossais, grand, expérimenté, fidèle, qui a du répondant, des yeux ambres et un membre massif et un vampire, grand, très large, puceau, aux yeux rouges, qui hallucine souvent et dont le sexe est si grand qu’il en est effrayant ?
Mon cœur balance mais ce round est remporté par : Bowen. (Viens me faire un cuni calin pour me remercier !)

 

 

Passons au second round qui oppose Mariketa la jeune sorcière et Néomie le fantôme !


Mariketa :
Est une sorcière qui est en phase de devenir immortelle (période durant laquelle les besoins sexuels décuplent.)
Elle a les cheveux roux bouclés, les fesses rebondies, une poitrine généreuse, les cuisses élancées, la taille fine et elle est sexuellement libérée. (A part qu’elle est rousse, on pourrait presque croire qu’elle est parfaite non ?)(Je plaisante).
Ses yeux sont d’un gris intense d’un ciel d’orage (à ne pas confondre avec le gris intense d’un ciel pluvieux), et ses oreilles sont pointues.

Aussi, Mariketa a des sextoys dans son sac. Sac que Bowen ne se gêne pas de fouiller :

« Son estomac se noua. Mari avait des choses privées, là dedans. Privées de chez privées. Comme un tube de rouge à lèvres qui n’en avait que le nom ». (j’adore cette scène). De plus, elle aime la technologie, a de l’humour, est sarcastique, maladroite, et joue à Zelda (<3).
Bon, par contre, elle est étroite, mais bon, on ne peut pas tout avoir hein (en même temps, un rouge à lèvre, c’est pas très large, ahem)…

Néomie (et non Noémie comme je l’ai appelé pendant tout le livre) est un fantôme. Elle a vécu début du siècle et était une grande danseuse avant de se faire assassiner par un homme dans son propre manoir.
De son vivant, elle a mené une vie rythmée par la danse, les rires et les fêtes. Elle est toujours positive, rit facilement, et sait jouir… de chaque instant.
Physiquement, elle est assez petite mais sa poitrine est généreuse (ouf). Elle a de grands yeux bleus, son nez est fin, un peu retroussé, et sa peau est lisse. Ses lèvres sont pâles mais charnues, en particulier celle du bas (détail de la plus haute importance s’il en est).
Pendant un an elle a été strip-teaseuse, avant de devenir danseuse étoile célèbre. Son petit péché mignon est de voler certains objets des personnes qui s’installent dans son manoir…
Personne ne peut la voir sauf, Ô que le hasard fait bien les choses, Conrad…
Niveau odeur, elle sent si bon le bois, le vin et la femme (un Michoko pour celle qui peut me décrire précisément l’odeur de « la femme » ?).
En outre j’aurais tendance à penser qu’elle est étroite : « Tu es étroite » puis, un peu plus loin « Tu es tellement étroite » puis encore un peu plus loin « - Tu es sexy… murmura-t-il. Et si étroite. ». Voilà, je crois pouvoir affirmer sans me tromper que Néomie est un fantôme doté d’une poitrine généreuse et d’un vagin étroit, très étroit, si étroit.

 


Alors ?! Une fille libérée sexuellement, aux gros seins et étroite, qui aime jouer (toute seule et) à Zelda et qui est très drôle vs un fantôme qui ne peut pas être touché (mais ça s’arrange ne vous en faites pas), aux gros seins et étroite aussi (ça s’annule donc), qui est toujours de bonne humeur et qui est un peu clépto sur les bords ??!

Mon choix va à Mariketa dont certaines répliques m’ont fait hurler de rire (et oui, je hurle de rire pendant que d’autres hurlent durant leurs orgasmes)(life is a bitch bis).

 

Niveau histoire :

Nous avons d’un côté Mariketa et Bowen qui se retrouvent dès les premières pages enfermés dans une sorte de grotte, alors qu’ils participent tous les deux à la Quête, une chasse au trésor pour Immortels, et qui commencent à jouer à froti frota dès la page 5.
Puis Bowen se reprend, enferme Mariketa dans la grotte et ne viendra la rechercher que quelques semaines plus tard. Autant vous dire que la petite sorcière n’est pas super contente…
Bowen est lui aussi affaibli et ils vont devoir traverser une jungle avant de pouvoir rentrer chez eux…
Dans ce livre on a le droit à des allusions sexuelles, à des scènes chaudes, à un sex toy, à des démons, à une pleine lune et un Bowen légèrement effrayant, à un mâle qui ne se pose pas 36 questions quand il doit pénétrer son âme sœur, à une erreur de nom dont résulte un mot très drôle, à un aperçu d’une meilleure amie qui a l’air super marrante et qui m’a donné un bon fou rire, à des miroirs, à une héroïne qui se moque et appelle son loup-garou « le vieux, l’antiquité et Mathusalem », à une revenante, à une sorcière puissante, à des répartis très marrantes et à un loup-garou qui est quand même Ecossais…

Et de l’autre nous avons : un vampire puceau qui en veut à ses frères et qui se fait enlever par eux, à une femme qui est un fantôme que personne ne peut toucher, à des personnages secondaires pas très présents, à un miracle qui tombe bien, à beaucoup d’attente avant de passer à l’acte, à beaucoup de « jouis pour moi, de toutes tes forces » que j’apprécie tant, d’un vampire qui a un sexe si imposant qu’il hésite encore à passer à l’acte alors qu’on attend ça depuis bien trop longtemps «  Tu es si étroite, souffla-t-il. Je ne veux pas te faire mal. Je dois être sûr que tu es prête » (mais elle est prête, put***, vas-y !!)(oups, pardon, je voulais pas m’énerver), à des yeux rouges, à un peu de Nyx <3, à une tombe, et à une happy end.

 

Vous l’aurez sûrement déjà compris : ce sera un sans faute pour « Charmes » qui gagne également ce troisième et dernier round.

Mais je n’ai pour autant pas boudé mon plaisir avec « Âme Damnée » que j’ai dévoré…. C’est juste qu’il y a moins de tension sexuelle, moins de personnages secondaires, moins d’humour et que tout se passe dans un seul lieu…

Mais quoi qu’il en soit, je ne peux que vous conseiller ces livres. Un bon moment assuré.

Quelques citations pour finir ?

Extraits de Charmes :

« - Donc tu préfères que je t’appelle Bowen ou Bowe, pour faire plus court ?
- Mes amis m’appellent Bowe. Alors, tu as intérêt à trouver autre chose.
Quel con, ce type…
- Pas de problème. J’ai deux, trois idées de petits noms qui t’iraient à merveille. Dont un qui finit en « ard » »

 

« - Peu importe. Nous sommes trop différents, c’est tout. J’ai besoin d’un mec qui s’entendra avec mes copines – mes copines sorcières, qui sera suffisamment branché pour faire la différence entre l’emo rock et la jangle pop, et qui m’aidera à traverser le monde de glace dans Zelda.
Ce dernier point plongea MacRieve dans un abîme de réflexion. Que pouvait bien être cette dimension glaciaire dans ce mystérieux pays de Zelda ? »

à Lol j’adore. Bowen est un peu old school :-) 


Je vous invite aussi à lire le Webzine très complet que le Boudoir Ecarlate a consacré à cette série... 



Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 00:00

9314_v10.jpg


Aujourd’hui, pour le RDV des lectures inavouables et coquines chez Stephie, je vais vous parler du tome 2 des Ombres de la nuit « la Valkyrie sans cœur ». Un titre des plus mystérieux si on part du principe qu’on ne sait pas ce qu’est une Valkyrie et surtout qu’on se demande pourquoi elle n’a pas de cœur (en espérant qu’elle a des orgasmes, pour compenser).

Mais avant de me perdre dans des parenthèses inutiles, rentrons dans le vif du sujet :



L’héroïne :

Kaderin, autrement surnommée Katia (aucun lien, cherchez pas) par Sebastian, est une Valkyrie, sans cœur. (Oui vous ne vous en seriez pas douté, je sais)(et non, je ne vous prends pas pour des débiles, allons, allons, où allez vous cherchez ça ?).
Les Valkyries sont des immortels, grandes de tailles, jolies (voilà qui est fort étonnant), avec des oreilles pointues (comme sur la couverture) et qui aiment la mode, la technologie et les jeux vidéos.
Kaderin est surnommée la Sans-Cœur car « une mystérieuse entité lui a réduit son âme en cendre (j’aime beaucoup le terme de « mystérieuse entité » : jolie pirouette de l’auteure pour ne pas avoir à  décrire « ce » qui lui a ôté son âme). Bref, cette dernière réduite en cendres, Katia « ne connaissait plus ni chagrin, ni désir, ni colère, ni joie » (en gros : plus d’émotions quoi). « Aucune émotion ne se mettait en travers de sa route meurtrière » (elle tue des vampires)(et devinez ce qu’est Sebastian ?)(Un loup garou !)(non je déconne).
Bref Kaderin a les yeux gris, « couleur de l’orage sur le point de se déchaîner » (question bonus qui peut vous faire gagner un paquet de michoko (Quoi que, en fait, non,  je retire, vous ne pouvez rien gagner car c’est une question  purement rhétorique) : Quelle est la différence entre le gris de l’orage sur le point de se déchaîner et le gris de l’orage qui vient de se déchaîner ?).
Ses cheveux blonds paraissent presque blancs à la lumière des bougies (et à la lumière du jour  ça donne quoi ?) et ses yeux couleur café (je croyais qu’ils étaient gris ?)(à moins que ? Le café, c’est gris ?) sont ourlés d’épais cils sombres (Katia serait-elle une fausse blonde ?).
Son cou est mince (une chance, vraiment), elle mesure 1m80 mais paraît fragile à Sébastien (qui mesure 2m20)(oui, son membre est proportionné à sa taille, mais ne soyez pas impatientes, nous y reviendrons) et ses seins épanouis (heureusement qu’ils ne sont pas renfermés sur eux-même, des seins épanouis valent mieux que des seins déprimés, tu les auras)(mon humour atteint ses limites, je vous rassure), bref, ses seins épanouis sont haut perchés on en reparle quand elle aura eu un enfant)(en espérant que le futur fœtus ne la vide pas de son sang depuis l’intérieur)(ah non, ça c’est Bella)(et Katia ne ressemble en rien à Bella. Elle couche, elle). Heu, où en étais-je ?
Ah oui. Ses seins hauts perchés (comme maîre corbeau): d’après Sebastian, cette partie de l’anatomie de la miss n’a rien de fragile (ce qui n’est pas une raison pour les malmener hein)(quoi que... la romance SM est en vogue en ce moment)(Christian, si tu passes par là : Kaderin à les yeux gris et je sais que c’est un peu ta couleur fétiche. En plus elle est nettement moins conne qu’Ana et ne se mord pas les lèvres… J’ai pensé que ça pourrait t’intéresser)(et si non, je suis là moi)(A bon entendeur…)

« La Sans-Cœur était une tueuse parfaite et ce, depuis un millier d’années, la moitié de son interminable existence. »
(Note de l’auteur de ce billet : En 2000 ans d’existence elle en a vécu 1000 sans émotions, mais est-ce que les orgasmes sont des émotions ? Oui ? Oh-my-gode !! Ca c’est pas de bol!)
Elle a perdu son âme et ses émotions quand elle a perdu ses sœurs (tuées par un vampire) et « Se souvenir de ses sœurs c’est comme si on lui tirait du barbelé dans les veines » (j’avoue, cette métaphore fait tout son effet, on s’imagine bien que ça doit faire mal).
Enfin Kaderin (la cock-ine) a le goût du miel (une chance que Sebastian aime le miel d’ailleurs. Un cuni de Winny l’ourson, ça le ferait quand même beaucoup moins), et est… est… étroite bien sûr ! (Et c’est là que vous vous dites que ça doit faire mal si l’autre est imposant !)(Et bien, apparemment non)(mais je ne peux pas vous le confirmer : on ne m’a jamais dit que j’étais étroite). (Par contre on m’a dit que j’avais le goût de fraise)(je déconne).

Bref. Ce qu’il faut savoir :
Quand elle va rencontrer Sebastian, la miss va retrouver son âme et ses émotions (et dieu merci, ses orgasmes)(comment ça je fais un blocage sur les orgasmes ?)(ma foi, les orgasmes, y’a que ça de vrai dans la vie non ?)
Et ces orgasmes seront donnés par :
(vous apprécierez la transition ! merci).

 


Le héros
 :

Sebastian, surnommé Bastian, (et non  Seb, à mon grand désarroi, car je ne pourrai pas placer un « Seb, c’est bien ») est un vampire de 300 ans qui se déteste. Je dirais même plus : Sébastien « se dégoûtait lui-même depuis sa transformation ». (C’est quand même tragique ces héros canons mal dans leur peau…)(et ce qui est encore plus tragique c’est que ce n’est pas moi qui couche avec eux pour leur remonter le moral)(life is a bitch).
Il n’a jamais voulu être un vampire et vit seul, reclus dans son château abandonné (coquillage et crustacéééééé). Ce que vous devez savoir c’est que les vampires ne ressentent pas grand chose (par là, j’entends qu’ils ne peuvent pas bander)(oui c’est un peu un raccourci mais bon je vais à l’essentiel)(vu que mon billet est déjà super long) (et non je ne suis pas une obsédée)(mais bon si je lis de la romance paranormale ce n’est pas pour les couvertures même si celle de Minuit vaut son pesant de skittles, ni pour les méchants aux odeurs de talc, étrangement). Bref, ce que vous devez retenir c’est que les vampires ne bandent pas tant qu’ils n’ont pas trouvé leur âme sœur, leur fiancée.
Mais quand il voit Kaderin débarquer (pour le tuer)(rassurez-vous, elle ne le tue pas) son corps reprend vie (et par « Son corps » j’entends « son sexe »). Et son cœur aussi tiens, car il n’y a pas que le cul dans la vie. Il y a aussi l’amour. (ahahahah, elle est bien bonne celle-là).

Bref Sebastian quand il voit Katia, la fixe : « Jamais il n’avait fixé de femme, jamais il n’en avait désiré comme il fixait et désirait cette miniature aux seins opulents. » (quand je vous dis que les gros seins, y’a que ça de vrai dans la vie).
Sinon, il mesure 2m20 et a un visage grave et mince, aux arêtes dures. (Ca c’est de la description)(surtout les arêtes dures : on visualise tout de suite le truc)(Non ?).

Son sexe est énorme, (ah ! Là on visualise le truc !), rigide, massif, imposant (oui tout ça, et bien plus encore…) (chaque fois que je lis ces 3 derniers mots je chante la chanson de Denver, le dernier dinosaure dans ma tête)(si vous ne connaissez pas, c’est que vous êtes trop jeunes pour lire ce genre de livres) et est dur comme de l’acier (l’acier c’est quand même vraiment vraiment dur hein). 

 

Bon maintenant que vous cernez les personnages, de quoi parle ce livre ?! 


Quand Kaderin débarque dans un château à l’abandon pour y tuer son vampire de résident elle est loin d’imaginer que 2 minutes plus tard (et quand je dis deux minutes, je veux vraiment dire deux minutes) elle se retrouverait à jouer à frotti-frotta avec lui jusqu’à l’orgasme (heu ? Quelqu’un peu me rappeler comment on devient une valkyrie tueuse de vampire déjà ?).
Elle qui n’en a pas eu depuis 1000 ans (d’orgasmes) va avoir du mal à s’en remettre (ou pas en fait). En plus, Sebastian,  le vampire en question, la prend pour sa fiancée, son âme sœur. Ridicule. Et impossible : Sebastian est un vampire, et elle les déteste (à part pendant ce laps de temps où elle jouit)(mais il y a des situations où il faut savoir enterrer la hache de guerre)(et la jouissance en fait clairement partie).

Bref elle s’enfuit (non sans avoir pris préalablement son pied)(pas littéralement hein sinon ça serait un peu bizarre)(et elle courait à cloche pied), le laisse en vie, et part s’inscrire à la Quête : une sorte de chasse au trésor pour Immortels où Loups-garous, Valkyries, Fées, Sirènes, Sorcières et Démons s’affrontent pour accéder à un prix unique en son genre. La Quête n’a lieu que tous les 300 ans et cette fois, le prix est très convoité puisqu’il s’agit d’un moyen de revenir dans le passé. Tous les coups sont donc permis. Et Kaderin, réputée sans cœur, est bien décidée à gagner la Quête une fois de plus !
Sauf que voilà, les choses ne se passent pas comme prévues (en même temps elles se passent rarement comme prévues)(sinon Barrons serait réel, dans mon lit, je serais millionnaire et je passerais mon temps à bouquiner) vu que ce débile de vampire décide de s’y inscrire aussi et de la suivre partout (la nuit, tout du moins)(et vous savez ce qu’on dit ; la nuit, tous les chattes sont grises)(ok je sors)…
Je vous passe les détails mais en gros (enfin pas aussi gros que le sexe de Sebastian, n’exagérons pas) :
Il l’aide, elle l’envoie chier, il l’aide, elle lui fait sa première félation, ils couchent ensemble, se chauffent, se disputent, se réconcilient, jouent au docteur dans une grotte où ils sont enfermés avec un dragon (ils ont le sens des priorités)(en même temps, moi je dis, autant prendre son pied quand on est le point de mourir), jouissent, font l’amour dans un avion, risquent de se perdre, se disputent et finissent par tomber amoureux. (Non je ne vous dirai pas si ils gagnent la Quête même si je sais que c’est ce que vous mourrez d’envie de savoir).

 

Vous l’aurez compris, si on reprend ma liste de clichés « spécial romances », on peut cocher beaucoup de clichés dont le fameux « tu es étroite » qui est quand même un de mes préférés. Sauf que voilà, bizarrement, tout passe. (bon peut-être pas le goût de miel et le « étroite »). Mais sinon, je n’ai presque pas roulé des yeux (Christian Grey devra attendre pour me fesser) tout simplement car j’ai adoré.
Les points forts de ce livre sont clairement l’humour, le sarcasme et la dérision.

J’ai ri comme une baleine (spéciale dédicace pour Karen) et j’ai passé un excellent moment. Niveau sexe, on est servies (ça commence quand même dès la seconde page par une séance mythiquissime de frottage via pantalons), et c’est bien écrit : de quoi nous faire rosir (de plaisir) pendant notre lecture.
Niveau personnages, on est un peu dans la caricature (bon d’accord, beaucoup) mais c’est tellement dans la dérision que l’on en rit. Et puis Kaderin a du caractère, beaucoup, et elle a tout autant de réparties, ce qui fait qu’à aucun moment on ne se lasse de leurs caractères et de leur jeu de chat et de souris.
Enfin, niveau histoire, j’ai aussi adoré. On ne s’ennuie pas, on voyage, on va de mission en mission, de quête en quête, on rencontre des personnages secondaires au potentiel très intéressant (non je ne parle même pas que des hommes) et on tourne les pages sans s’arrêter tant on est pris par l’intrigue, tant on rit de leurs répliques et tant on s’attache à tous les personnages…

Bref, on ferme le livre en ayant passé un bon moment et on en veut encore. Merci Karen de m’avoir incitée à lire ces livres ♥

 

Quand à Lucindeya—Lorsque Kaderin l’avait dépassé, vers les trois cents mètres, la sirène l’avait insultée dans des langues considérées comme mortes par l’humanité.
- Je ne pensais pas que tu t’y mettrais si vite, espèce de salope foudroyante ! Maintenant OK, je sais que ça a commencé !

 

Les ombres de la nuit, tome 2 : La Valkyrie sans Coeur - Kreysley Cole
Editions J'ai Lu - 408 pages

 

 

Plus de lectures inavouables chez Stephie.

65408451 p

 

 

Je vous invite aussi à lire le Webzine très complet que le Boudoir Ecarlate a consacré à cette série... 

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 00:00



TOP

Je suis : une femme super belle mais qui bizarrement n’a pas connu beaucoup d’hommes. Généralement un peu timide, il m’arrive parfois d’avoir un peu de répondant,  ce qui ne manque pas de me rendre plus craquante encore aux yeux du mâle de mes rêves.
Celui-ci est  si magnifique que le mot beau ne suffit pas à le décrire. Je le rencontre généralement lors d’une situation très particulière et jamais normalement, comme à un dîner d’ami commun ou en boite de nuit. Quand on se voit pour la première fois l’électricité crépite et c’est l’amour au premier regard. Son odeur peut-être d’épices exotiques et mystérieuses et est généralement virile et mâle. Elle peut même avoir des nuances brutes et érotiques et finalement, peu importe si les adjectifs pour décrire son odeur ne qualifient pas du tout l’odorat, ce qu’il faut c’est que les mots choisis évoquent le sexe et la virilité. Sa voix est profonde et je me sens bien et protégée en sa présence ce qui tombe bien car dès le moment où il pose les yeux sur moi, il a besoin de me protéger, de me posséder de toutes les manières possibles et a un besoin impérieux de me marquer comme sienne. En général il me marque en me mordant et/ou en me pénétrant, afin que nos odeurs soient unis et que tout le monde sache que je suis sienne. Cette pensée qui pourrait révolter les plus féministes d’entre nous ne me gêne pas du tout et je dirais même qu’elle m’excite.
Physiquement, j’ai toujours des yeux d’une couleur improbable comme le violet qui est en vogue en ce moment, l’ambre, le saphir ou le caramel. Mes yeux sont en tout cas magnifiques, bordés de cils longs et ils ont même souvent des reflets, qui peuvent être lavandes ou or.
Généralement, je me mords la lèvre inférieure quand je suis stressée, qu’elle soit charnue ou pas, ce qui ne manque pas de rendre fou d’excitation mon mâle. 
J’ai aussi une chevelure splendide qui fait penser à de la soie; elle peut-être de jais, blonde, caramel ou acajou, bouclée ou raide mais en tout cas, elle se déverse souvent en une somptueuse cascade sur mon dos ou mes épaules nues et ce, parfois, en un bruissement suave. Le mâle dont je suis tombée amoureuse aura envie, même si nous nous connaissons depuis deux minutes, de passer ses mains dedans car il imagine leur douceur, et il finit généralement par me remettre une mèche derrière mon oreille.  Je peux sentir le jasmin, le citron ou tout autre odeur très commune.
Il m’arrive parfois de croquer dans des fruits juteux ce qui ne manque pas d’exciter mon homme, mais ce qui le fait indéniablement craquer et qui l’excite à coup sûr est le fait que je passe une de ses chemises pour dormir. Ses chemises sont beaucoup trop longues vu que je suis beaucoup plus petite et menue que lui, et elles m’arrivent donc à mi-cuisses, dévoilant ainsi suffisamment de ma nudité pour provoquer son excitation. Pour ma part, j’aime ses chemises car elles ont son odeur (car non, les héros de romances ne lavent pas leurs chemises, celles-ci sentent toujours leur odeur). De toute façon, quoi que je fasse, mon héros aura envie de moi et sera excité par le moindre de mes mouvements, ce qui est dommage car pour tout un tas de raison, nous ne pouvons pas être ensemble. Il pense que je suis trop bien pour lui et qu’il ne me mérite pas et moi, chaque fois que je le vois, je me demande comment c’est possible qu’un homme aussi beau, aussi fort, aussi parfait soit amoureux de moi. Il arrive pourtant un moment où on ne peut plus faire semblant car notre attirance est trop forte, et nous  décidons donc de franchir le pas. Quand on s’embrasse ou que je fais quelque chose qui l’excite, il pousse  généralement un grognement rauque et profond et est empli d’un désir violent aussi ardent que primitif. Il comprend ensuite assez rapidement que je suis inexpérimentée ou vierge et s’il en est effrayé au début car il a peur de me faire mal, il en tirera rapidement une grande fierté. Son sexe ou sa virilité comme je l’aime à l’appeler, est énorme, gigantesque, et alors que je me demande comment il va réussir à me pénétrer, il s’extasie au même moment de l’étroitesse de mon vagin. Il me parle pendant qu’il me touche et me fait l’amour et je trouve cela super excitant qu’il me fasse la papote à ce moment là. Je connais l’orgasme plusieurs fois par rapport, même lors du premier, ce qui est quand même assez génial quand on y pense, mais ce qui me fait indéniablement atteindre le 7ème ciel est le moment où il me demande de venir ou de jouir pour lui. Je suis toujours prête à le recevoir et mon sexe peut avoir plusieurs saveurs, les plus courantes étant celles du miel, de la pêche ou même de la prune mûre.
L’alchimie entre nous est parfaite et nos corps s’emboîtent parfaitement malgré notre différence de taille, comme s’ils étaient fait pour être ensemble.
En outre, nous sommes un couple intelligent, et à nous deux nous parlons 78 langues et connaissons plus de choses que Wikipédia.
Il nous arrive beaucoup de choses pendant les premiers mois suivant notre rencontre et nous devons  surmonter beaucoup d’obstacles mais grâce à l’amour que nous nous portons, grâce à tous les orgasmes que nous nous donnons, grâce au fait que je suis passée de vierge inexpérimentée à bête de sexe en moins de pipes qu’il n’en faut pour le dire, et que je suis, et lui apporte, tout ce qu’il n’a jamais connu en des centaines d’années, nous finissons ensemble, unis et forts, et notre amour triomphe de tout.

En résumé, je suis belle, je suis bonne,  je suis assez petite, j’ai des orgasmes à ne plus pouvoir crier son nom, je suis avec un homme beau, fort, intelligent et viril qui pense « A moi » et « protéger » chaque fois qu’il me voit, je me mords la lèvre, porte ses chemises, croque dans des fruits, avale (pas que des fruits) et je trouve toujours un moyen de finir immortel, pour passer l’éternité avec lui.
Je suis ce que toutes les filles qui me lisent ne seront jamais, je suis, je suis :
 
 

Une héroïne de romance paranormale.


Repost 0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 12:00

L-amant-vengeur.jpg

Je n'étais pas trop inspirée par un question pour un champion, du coup, vous avez le droit à un questionnaire.
Avec réponse en bas du billet.
Bien sûr, il y a quelques spoilers, mais rien que vous n'aurez pas oublié à la lecture de ce tome je pense !
Attention, métaphores à la Ward droit devant !

 

1) Trouver l’affirmation fausse :
Kholer, fils de Kholer (on ne peut pas reprocher à Ward de faire compliqué) :


a) Porte une bague avec un diamant noir que les gens embrassent (je vous le dis, moi, cette Ward n’est pas nette) tandis que d’autres s’agenouillent devant lui. (perso je prendrai pas cette peine vu qu’il ne voit rien…).
b) Quand « il pressa ses lèvres contre son sexe (celle de sa femelle hein, pas le sien)(ce qui serait amusant ceci dit), sentant la chaleur irradier au travers de son vêtement, rendu fou par son odeur, son membre si dur dans son pantalon en cuir qu’il ne savait pas avec certitude s’il avait joui ou non» (non pas la peine de relire cette phrase car oui, elle ne veut rien dire) (ce qui ne m’empêche pas de me poser la question vitale suivante: c’est possible de pas savoir si on a éjaculé ou c’est une particularité de Kholer fils de Kholer ?).
c) Suite à la phrase précédente : « Elle était tellement prête pour lui, et il le sut grâce au miel qu’il avalait tandis qu’il la léchait langoureusement » (Pas sûre de regarder mon miel de la même façon demain ?) 
d) Et puis, après avoir fait sa petite affaire « Quand elle se releva, il roula sur le dos et remonta son pantalon en cuir sur son sexe utilisé à bon escient, mais très courbaturé » (Déjà :  LOL pour le sexe utilisé à bon escient mais qui est courbaturé)(mais surtout : Je le savais !!! ils ne portent pas de sous vêtements leurs pantalons en cuir !)(Suis-je la seule à les imaginer transpirant là dedans ? miam miam la fellation après non ?). 
e) Dans ce livre, ça fait 4 mois que Kholer fils de Kholer (nan mais sérieu, y’avait déjà ça dans le premier tome ?), a des petits soucis avec sa femelle. Déjà, il n’a pas couché avec elle pendant plus de 4 mois (ces guerriers, ce n’est plus ce que c’était, vraiment), mais, en suce (oui je suis lourde), ils se disputent (mais pas pour ça). (Ceci dit, ils finissent par se réconcilier ne vous faites pas trop de mouron) (cf réponses b,c et d). 
f) Il devient définitivement aveugle et adopte un chien d’aveugle. (et moi qui croyais qu’il l’était déjà vu qu’il n’arrivait pas à couper son steak lui même)(je suis vraiment une fille cruelle)(ou pas). 
g) Kholer a une petite bite.
 

Indice : même si ça vous paraît impossible que Kholer fils de Kholer (je ne m’en lasse pas) n’ait pas couché pendant 4 mois, sachez que ce n’est PAS l’affirmation fausse.



2) Trouver l’affirmation juste.
Vhengeance, autrement appelé Vhen est :

a) Un baron de la drogue (ouhhhhhh le méchant caïd qui tue les gens qui le remboursent pas !), à moitié Symphathe (traduction: il a un côté malfaisant et manipulateur) et à moitié vampire (traduction: il est « bien membré »).  Il a une Bentley « car c’est le seul moment où il a l’impression d’être lui-même : rapide, agile, puissant. » (Par « lui-même » il entend : lui-même ou son sexe, vous croyez ?) et  il prend des médicaments (pour mettre en sourdine son côté symphathe (je sais pas où placer ces put** *de H)(oups pardon je ne sais pas pourquoi je me suis énervée)(mais faut dire que c’est vraiment con ces H partout), bref il prend des médicaments qui « font que sa température corporelle chute au point de transformer ses veines en système de climatisation » (il a donc froid)(LOL).
b) Une fille qui se fait passer pour une mec.

 

 

3) Trouver l’affirmation fausse.
Quand Ehlena (pas sûre de l’emplacement du H non plus) (mais je reste calme cette fois…) voit Vhen elle se dit :

a) « Ce mâle était un cobra, il était vraiment, hypnotique car il était à la fois mortel et beau » (car c’est bien connu, c’est vraiment le genre de phrase  et de comparaison qu’on se fait quand on voit un homme beau : tiens il ressemble à un cobra)
b) « Avec sa crête, son visage dur et intelligent, son corps immense, il était le sexe, le pouvoir et l’imprévisibilité incarnés dans un… eh bien, dans un costume noir à fine rayure qui avait été visiblement confectionné sur mesure. (bon va à la limite pour le sexe et le pouvoir, mais voir, à un visage et à une crête, qu’un homme est l’incarnation de l’imprévisibilité, j’avoue, c’est quand même fortiche.)(ouh toi tu as une crête et tu es fort donc tu es imprévisible, et toi là, tu es petit et tu as les cheveux longs, donc tu es quelqu’un de prévisible)(je crois en fait que la logique de JR Ward me dépasse…)
c) « J’espère qu’il va me faire l’amour par téléphone et qu’il me dira de me toucher avec un collant. »

Indice : c’est la réponse c (même si vous allez vite vous rendre compte que je n’ai pas inventé cette anecdote.) 


4) Vhen a un manteau en :

a) Zibeline
b) Léopard
c) Vison  


Indice : C’est cet animal là:

 zibeline

 

 

 

5) Trouver l’affirmation juste.  
Vhen a :

a) Une très bonne image de lui : « Il était répugnant. Il était une prostituée repoussante et souillée qui autorisait un être qu’il détestait à le toucher, le sucer, l’utiliser et qui lui rendait la pareille. Il était un putain de godemiché. »
b) Un regard améthyste (violet donc)(tout ce qui a de plus commun)(et devinez quelle est la couleur préférée d’Elhena ?).
c) Plusieurs manteaux de Zibeline (oups je viens de vous donner la réponse précédente)
d) Un sexe énorme doté, sur son bout, d’une pointe, (d’un aiguillon pour être plus précise) (autrement dit, d’un dard les amis)(je répète : UN DARD !!!), qui s’accroche pour l’attacher à la femme qu’il pénètre. (en gros le bout de son sexe a peur que la femme s’ôte pendant qu’il éjacule)(avouez que l’auteur n’a pas son pareil pour nous faire fantasmer hein?!)(D’ailleurs, les filles qui sont fans de la confrérie, rassurez-moi: sa « pointe » ne vous a PAS fait  fantasmer, hein dites ?).
f) Une odeur emprunte d’une nuance brute et érotique (Je dois avouer que j’aimerais bien être un vampire pour pouvoir savoir à quoi ressemble exactement une nuance « brute », parce que là, j’avoue, c’est un peu vague)(la nuance érotique aussi, ceci dit).
g) les yeux rouges quand son côté symphathe ressort (conclusion : la zibeline ci-dessus est une symphathe)
f) toutes les réponses ci-dessus sont (mythiquement) justes. 



6) Trouver l’affirmation fausse à propos de notre héros :

a) Chaque premier mardi du mois c’est non seulement le jour coquin chez Stephie mais c’est aussi  celui de Rhev : c’est le jour de rançon (rançon de quoi, on ne sait pas trop, l’auteur ne cherche pas trop à justifier ses idées bizarres)(et on la comprend) pour lui. Il doit payer la Princesse (des symphathes) de deux façons. Avec des pierres précieuses. Et avec son corps. (heu si quelqu’un sait comment on devient une princesse symphathe, je suis preneuse).
b) Se fait des injections de dopamine (pour celles qui ne savent pas ce que c’est : La dopamine est un neurotransmetteur appartenant aux catécholamines et donc issue de l'acide aminé tyrosine)(j’espère que c’est plus clair maintenant). Donc il en prend pour gérer son côté symphathe et du coup « Ses veines étaient tellement abîmées qu’on aurait dit que des taupes avaient creusé sous sa peau » (loool) (Mais où cherches-tu ces métaphores, JR ?)(et surtout, où trouves-tu les champis qui te donnent ce genre d’idées ?).
c) Quand son côté symphathe reprend le dessus, ses yeux sont rouges et il voit tout en rouge (et devinez de quelle couleurs sont mes ongles ?), son champ de vision s’aplatissant comme au passage d’un bulldozer… (Des fois, et je l’avoue non sans honte, en lisant Ward, je me sens bête vu que je comprends pas toujours ses subtiles métaphores).
d) L’odeur du sexe d’Ehlena « déclenche un bourdonnement entre ses oreilles qui lui donna l’impression d’avoir sniffé des rails de coke depuis dix jours. »(Ah d’accord)(mais comment l’odeur du sexe peut-elle créer des bourdonnements dans les oreilles ?)(dans le nez, à la limite, mais les oreilles ?)(Enfin, plus important encore: en quoi cette phrase est-elle sexy ????).
e) Il a une petite bite (oui je ne m’en lasse pas)(et non je n’ai pas beaucoup d’inspirations aujourd’hui).



7) Trouver l’affirmation fausse :
Ehlena est :


a)  incroyablement étroite (tiens voilà qui est vraiment étonnant), et, de peur de la blesser, vhen doit s’immobiliser quand il la pénètre pour que son corps s’adapte au sien (qu’il est attentionné !).
b) tout simplement jolie, avec ses traits fins, sa chevelure blond vénitien et ses jambes longues et minces . Ses lèvres étaient naturellement roses - pas à cause d’une couche grasse figée et luisante veille de 18 heures (Si je comprends bien, d’après JR Ward, toutes les lèvres roses sont forcément dues à des rouges à lèvres gras appliqués 18h avant)(ceci dit je veux bien connaître la marque du rouge à lèvre qui dure 18h sans bouger, même si il est gras)(et surtout qui tient après une fellation)(oups, je m’égare). Elle a aussi les yeux tricolores « Ses yeux couleur caramel brillaient parce qu’ils étaient un mélange de jaune, marron et d’or. » (notez que la nuance entre le jaune et l’or doit être de taille hein).
c) fan de Radiohead et de la cuisine indonésienne (des infos on ne peut plus palpitantes)(comme le sexe de Rhev quand il veut sortir de son pantalon)(oups, mais que m’arrive –t-il, deviendrai-je obsédée ?).
d) elle est infirmière et elle s’occupe également de son père qui est schizo (une vraie sainte). 
e) elle n’a pas beaucoup d’argent mais comme le monde est bien fait, elle hérite, tout naturellement, de millions à la fin du livre… (dieu, si tu passes me lire : moi aussi je suis une sainte tu sais !). 
f) adepte du BDSM et aime que son vagin se fasse piquer par des dards. 

 

8) Elhena, quand elle est au téléphone avec Rhev va l’écouter et se donner du plaisir avec :   

a) des chaussettes.
b) Des bas de contention.
c) Des collants.
d) Des moon boots.

Indice :
. Retire-le, ordonna-t-il. Le collant. Retire-le et garde-le avec toi.
(…)
- Glisse la main sous ta culotte. Et dis-moi ce que tu trouves.
Il y eut un silence.
- Oh mon Dieu… je suis toute moite. (lol, heureusement qu’elle a mis la main, elle ne l’aurait pas senti sinon).
(blablabla Vhengeance gémit blabla)
- Caresse toi et pense que c’est moi, grogna-t-il. C’est ma main.
(elle a un orgasme).
- Débarrasse-toi de ta culotte.
(elle l’enlève).
- Peux-tu tenir le téléphone entre l’oreille et l’épaule ?
- Oui.
Tant pis, s’il voulait qu’elle se contorsionne, elle était d’accord.
- Prends le collant dans tes deux mains, tire-le fermement, puis passe-le entre tes jambes d’avant en arrière.
Elle rit avec un soupçon d’érotisme puis s’enquit doucement :
- Tu veux que je me masturbe avec, c’est ça ? (c’est pas la vivacité qui la caractérise hein).
- Merde, oui. (oh, Classe le « merde ». Et fort à propos !)
(…)
- Bien tiré, dit-il, haletant.
Elle eut le souffle coupé à ce contact, la ligne dure et lisse s’insinuant dans son sexe à tous les bons endroits.

ehlena-1.jpg 
Pourquoi s’encombrer de mecs ou de sex toys quand il suffit d’avoir des collants pour avoir des orgasmes ?

 

9) Quand Vhen fait l’amour pour la première fois avec Ehlena et qu’il jouit:
a) Il le fait à l’intérieur de la fille car sa pointe l’a accroché à elle.
b) il le fait sur les draps pour ne pas en mettre partout sur la fille.
c) il le fait sur elle
d) Il le dit
e) Les réponses c et d sont justes.


Indice :
L’orgasme la foudroya et quand il sentit les spasmes du plaisir presser son membre, sa propre jouissance menaça de l’emporter… ce qu’il ne pouvait laisser arriver. Avant que sa pointe ne s’enclenche, il se retira, sa semence jaillissant sur le sexe et le ventre d’Ehlena. Quand ce fut fini il s’effondra sur elle et il lui fallut un moment avant de pouvoir parler.
-Ah. Merde, je suis désolé, je dois être lourd.
- En fait, tu es merveilleux.
- J’ai … joui.
(Merci de le préciser, elle ne l’aurait sûrement pas remarqué si tu ne le lui avais pas dit et se serait rhabillée avec du sperme sur son ventre)

 

10) Quelle est la phrase qui m’a fait le plus cet effet ?

Rolled-eyes.jpg
(j’ai tellement roulé des yeux que j’ai vu mon cerveau).


a) - Voyons votre température
- elle est plus élevée que la normale.
- C’est votre bras ?
- Non, vos yeux.
Elle battit des paupières puis semble se reprendre.
- J’en doute sérieusement.
- Alors vous sous-estimez votre charme.

b) Ils se serrèrent la main et Fhléau pressa fortement, écrasant les articulations abîmées.
- Content de faire des affaires avec toi, Bobby. Je m’appelle Fhléau. Mais tu peux m’appeler Dieu.

c) Kholer s’empara avec précaution de la main de Beth.
Aucun des deux ne prononça une parole pendant qu’ils se tenaient l’un à l’autre, main dans la main.
Parfois les mots avaient moins de valeur que l’air qui les portait quand il s’agissait d’être proche.
( Si on fait abstraction du fait que je ne comprends pas cette phrase, on peut sans doute se dire qu’elle a l’air vachement belle et profonde non ? Moi je dis : JR Ward devrait être citée au bac de philo. « Les mots ont-ils moins de valeur que l’air qui les porte quand il s’agit d’être proche » ?)

d) Après que Saxton eut étudié la missive et hoché la tête, elle dévoila le certificat de lignée de son ère, cet arbre généalogique illustré dans une encre noire.
En bas, les rubans haune, bleu pâle et rouge foncé étaient retenus par un sceau de cire noire portant les armes du père du père de son père.
(C’était pas plus simple de dire « arrière grand-père » ?)

e) Une étrange lumière traversa le regard du roi, une lumière qui excita encore plus Flhéau, mais le dégoûta également. Il ne penchait pas du tout vers l’homosexualité, et pourtant… eh bien, merde, son père aimait les mâles : peut-être avait-il en lui une partie de ce trait de caractère.
(Qui se dévoue pour expliquer à JR Ward que l’homosexualité n’est pas une maladie et que ce n’est pas héréditaire ? )


f) Elles m’ont toutes fait autant rouler des yeux !

 


11) quel est la métaphore qui m’a le plus fait rire / pleurer / recracher mon café ?


a) Grady se laissa tomber d’un coup, comme si on lui avait enfoncé un bâton de dynamite  dans le cul et qu’il espérait l’éteindre dans la neige. (je sais que je me répète mais cette femme est mon idole).

b) C’est pas tes oignons. Et tu ne la toucheras jamais, au grand jamais. C’est bien compris ?
Quand son regard étincela en signe d’avertissement, comme si quelqu’un lui avait fourré une lampe de poche dans les fesses et l’avait allumée, elle se dit que, bon, d’accord… visiblement elle était au bord d’une falaise et, si elle allait plus loin, elle allait faire le grand saut sans parachute. (Moi je dis : Classe la métaphore. Classe. Et recherché).

c) Impossible de choisir entre ces deux propositions. 

 


12) Trouver l’affirmation fausse :
Niveau histoire (attention spoilers) :
 

a)  Vhen se prostitue avec une femme un peu folle qui lui transmet (dieu sait comment, c’est encore très flou pour moi) du venin de scorpion dans le corps quand ils couchent ensemble.
b) il tue sans regrets, respecte les prostitués qui travaillent pour lui (grand prince va), est riche (faut avoir les moyens d’entretenir sa crête et de s’acheter des manteaux en zibeline hein) et amoureux d’une fille simple ( mais belle et de valeur). 
c) Se dit impuissant mais se révèle très puissant.
d) A tué son père symphathe qui a violé sa mère vampire, puis a tué son beau-père vampire qui frappait sa mère (on peut dire qu’elle a eu une vie très facile) puis il se prostitue pour protéger sa sœur et sa meilleure amie (saaannnttaaaa barbaraaaaa tu me dirrrassss, pourquoiiiiiiiiiiiiiiiiiiii….)
e) Mais son passé le ratrappe et il doit simuler sa mort en faisant exploser sa boite de nuit et en retournant se faire emprisonner et torturé. (à ce moment là on a vraiment peur : va t-il s’en sortir ???).
f) Et la réponse est : oui ! Grâce à Ehlena et les Frères, il va s’en sortir et va même devenir roi des symphathe (espèce qu’il méprise et déteste)(mais JR Ward ne recherche manifestement pas la crédibilité dans ses livres)(et ses lecteurs non plus).
g) Fhléau nous a emmerdé avec ses chapitres inutiles et ses envies débiles (vivement qu’il crève celui là). 
h) Kholer a des petits soucis de couples et devient définitivement aveugle.
i) Johnito s’endurcit, la naïveté à quitté son regard et il décide de ne plus jamais se faire baiser (littéralement et métaphoriquement parlant).
j) Xhex, la femelle de Johnito se fait enlever par Fhléau à la fin du tome. (tiens ça me rappelle vaguement le tome 3)(En même temps pourquoi se faire chier à trouver de nouvelles intrigues quand ça ne dérangent pas nos lecteurs d’avoir les mêmes qui reviennent, je vous le demande?).
k) On apprend que les Frères sont des éjaculateurs précoces. 



En vrai ? J’aime de plus en plus la confrérie et Vhen est un des personnages les plus touchants de cette série. Du coup, j’ai été déçue qu’il n’y ait pas plus de chapitres sur lui. Les histoires en parallèle prennent trop d’importance, que ce soit celle de Fhleau ou de Kholer. Et puis bon, 700 pages quand même hein ! Elle aurait pu largement en enlever 200 (et quelques métaphores) à mon avis.
Mais, en toute honnêteté, même si j’ai roulé des yeux bon nombre de fois, j’ai aimé l’intrigue de ce tome, les chapitres sur John qui annoncent un prochain tome très intéressant et l’histoire de Vhen qui a su quand même su me toucher…

 

 

Un petit bonus ?
- Tu es si  belle, dit-il en la dévisageant.
Elle regarda son pantalon noir Gap et son pull à col roulé vieux de deux ans.
- Tu dois être aveugle.
- Pourquoi, lui demanda-t-il en s’approchant d’elle.
Eh, bien, je me sens idiote de dire cela. Mais j’aimerais avoir de plus beaux vêtements. Alors je serais belle.
Vhengeance marqua un temps d’arrêt.
Puis il la choqua en s’agenouillant devant elle.
Quand il leva les yeux, un sourire léger flottait sur ses lèvres.
- Tu ne comprends pas, Ehlena.
De ses mains douces, il lui caressa le mollet et lui fit avancer le pied, le posant sur sa cuisse. Quand il défit les lacets de ses baskets Keds bon marché, il chuchota :
- Peu importe ce que tu mets… à mes yeux, tu porteras toujours des diamants à tes pieds.

1336350918631_8672191.jpg
Rappelle-moi de rouler des yeux pour les remettre à leur emplacement initial quand tu auras fini de parler…

 


Je terminerai ce billet sur une jolie illustration de Vhen :
rehv-copie-1.jpg
Tout y est : la crête, la veste en zibeline, la canne (car oui, il a une canne pour marcher), les yeux améthystes, les veines qui ressortent (lol) et même le téléphone pour le sexe avec Ehlena. :-) Je le voyais juste pas bleu ni avec les oreilles aussi décollées. 

 

L'amant Vengeur - JR Ward
Editions Bragelonne - 648 pages 

Réponses :
1g (Kholer n'a bien sûr PAS une petite bite, il est ultra bien membré), 2a (Vhen n'a rien d'une fille même si les symphathes sont androgynes, 3c (elle se le dit pas dès qu'elle le voit, mais plus tard), 4a (ça donne envie de caresser non?), 5f (no comment), 6e (cf réponse 1), 7f (le BDSM c'était le tome d'avant)(et oui toutes mes réponses sont les dernières proposées, so what?), 8c (je n'arrête pas de me demander, depuis la lecture de cette scène) si certaines fans ont essayé cette technique...)(mais je suis sûre que oui!), 9e, 10f (oui j'ai beaucoup roulé des yeux : envoyer moi Visz me fouetter, je le mérite bien!), 11c, 12k (les frères peuvent même éjaculer pendant 10 minutes non stop)(ça doit être sympa quand la fille se lève après...)!
 

 

Repost 0

en-passant2.jpg    

 

- John Green est un génie...

- Swap en cours de finition ! J'ai enfin trouvé LE cadeau que je voulais absolument !

 

 

******************************************************************

 

Recherche

categories2.jpg

 

    ********************************************************
 


j'y suis et j'y adhère

 

 

facebook_logo-2-.png goodreads.jpg twitter logo pinterest.jpg

 

volage gris 2-1
     

Logo40-copie-1.jpg   


MIDINETTE

 

 

    ********************************************************

 


challenge.jpg 

 

 

   
Classique final 4  

Challenge Un classique par mois. 
Organisé par Stephie  0/12

 

 

volage gris final

Challenge "Je suis volage : je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture"
Organisé par Mlle P et moi-même.   

 

 

          ******************************************************** 

  

 

je-lis2.jpg           

 

 

 


    ********************************************************

 

 

********************************************************

promene3.jpg