Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 06:00

tome6

 

Je vous l'ai promis, vous l'attendiez avec impatience, je l'ai fait.
Vous connaissez tous ma passion pour les comparaisons et métaphores de notre auteure préférée JR Ward ?
Du coup, pour vous, en exclusivité aujourd’hui, je vous ai sélectionné le meilleur du meilleur, la crème de la crème du 6ème tome de la Confrérie.
Les carottes sont cuites (aucun rapport, je sais. J’avais envie de caser cette phrase depuis ce matin. Mon prof de math disait toujours ça avant que nous entrions en cours quand il allait nous faire une interro surprise)(je ne me souviens plus du cheminement de mes pensées pour arriver à cette phrase. Peut-être que je devrais arrêter l’herbe rouge moi aussi ?!).

 

*****


- Ecrasant le mégot de son joint, il chercha l’un des deux qu’il venait de rouler et découvrit qu’il les avait déjà fumés.
à Quand on vous dit que fumer des pétards endommage la mémoire à court terme…
 


*****
 

La réalité était bien plus intimidante que le concept. Quarante femelles. Quarante.
Quatre fois dix, putain !
à Au moins il sait encore multiplier, c'est déjà ça.  

 


 

*****


- Son père, Aghonie, le giflait avec sa main aussi large qu’une poêle à frire 
 poele
à Non mais sérieu, une poêle à frire. Vous imaginez la TAILLE DE LA MAIN ??? 

 

 

 

*****

 

 

- La voix de Cormia figea sa respiration et ses pas – mais pas sa verge.
à Classe

 

 
*****


- Fhurie expira comme si on lui avait débouché le cul.

à Très classe.

 


*****

 

- John Matthew mit la main entre ses jambes et empoigna son érection dure comme du bois. La chose l’avait réveillé comme d’habitude, aussi fiable et fièrement dressée que ce putain de big Ben.
à Une comparaison qui dépasse toutes mes attentes. Mais où va t-elle chercher tout ça sérieusement ? 

 


***** 

 


- La ford focus avait des airs de vieillard. Elle sentait aussi la naphtaline et la peau morte.
à Non, JR Ward n'a pas de préjugés ni d'idées restreintes sur les personnes âgées ! 

 


***** 
 

- Première phrase du livre :
C’est une erreur commune de croire que le temps n’est qu’une fuite stérile dans l’infini. Jusqu’à la seconde où il rencontre le présent, il reste malléable, comme s’il était fait d’argile et non de marbre.
à Ward est aussi philosophe et nous n’étions même pas au courant ?! Pourquoi personne ne m'a informé ?

 


*****

 


- Pour lui, se battre ressemblait à un costume Tom Ford : cela lui allait comme un gant et il en tirait fierté.
à ah d’accord. Chacun son truc après tout. 

 


*****

 


- Ses poumons se gonflaient et se dégonflaient avec tout l’enthousiasme de deux fumeurs de shit un lendemain de concert des Grateful Dead. 
à càd avec peu d’enthousiasme je pense.

 


***** 

 


- En ville, au Screamer’s, Flhéau faisait bon usage des toilettes privés.
Et pas parce qu’il pissait un coup. (amies de la poésie…)
Il était enfoncé jusqu’à la garde dans cette blonde du bar, la tringlant par derrière pendant qu’elle se tenait au lavabo.
(Un grand romantique ce Flhéau.)
(quand il finit sa petite affaire, la fille, qui n’a pas encore pris son pied, aimerait qu’il s’occupe d’elle et il l’envoie chier )
Sous le choc, elle se mit à cligner des yeux comme un poisson hors de l’eau (ça cligne des yeux un poisson ?).
- Je ne comprends pas.
Ouais, visiblement, elle avait loué Pretty Woman et se retrouvait face à Gorge profonde. (méga giga LOL).
- tu m’as laissé t’emmener ici, te remonter la jupe et te baiser comme une chienne. Et ça te surprend que j’en aie rien à foutre ? Qu’est-ce que tu croyais qui allait se passer, pour être précis ? (Vraiment classe ce Flhéau, on en sucerait, mangerait tous les jours.)


***** 


- Le courage du cœur peut rendre un mâle plus grand et plus fort qu’il n’est physiquement.
à Ward, poétesse dans ses heures perdues. 

 

*****

 

- Il glissa délibérément ses pouces dans la ceinture de son jean et le remonta lentement.
Quand son érection se montra aussi clairement qu’une colonne de marbre, Xhex baissa les yeux et il sut ce qu’elle regardait : il était bien loti, à la mesure de ses deux mètres. Et ça, c’était sans érection. Avec, il était carrément énorme.
à Je comprends pas, il en a une d’érection (cf début du paragraphe) ou il n’en a pas ?
C’est moi, ou c’est pas clair ?


 ***** 

 


- Quelqu’un mit de l’opéra dans la maison. Quelqu’un d’autre changea pour du hip-hop, Dieu merci. Quelqu’un fit couler une douche. Quelqu’un passa l’aspirateur. Encore.
La vie.

à ou pas j'ai envie de dire.




*****

 


- Dernière phrase du livre :

« Je t’aime à jamais » n’avait pas toujours besoin d’être prononcé pour être entendu.
à Ah bon ?

 


Partager cet article
Repost0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 17:06

tome6.JPG

ATTENTION : Spoilers présents dans ce billet.
Je mentionne la partie où il y a des spoilers sur l'histoire, vous pouvez lire le reste du billet.



Bonjour mesdames, messieurs.
Bienvenue à la finale de question pour un champion spéciale « romance paranormale ».


Audiences-TV-Questions-pour-un-champion-semaine-record-pour

 

Cette finale oppose ShowDasse et HardDick qui s’étaient déjà rencontrés l’année passée sur ce même thème.
Vous êtes prêts ? Oui ? C’est parti.



 

Top. Je suis :
Un prîmale

 

Bip.


HardDick : Moi ?
Julien Lepers : Heu, non, pas vous HardDick, je n’ai pas dit mâle, j’ai dit primale.

Top : Je suis un primale et…


BIP :
ShowDasse : C’est quoi un primale ?
Julien Lepers  : C’est un mec issu d’une super lignée qui va devoir coucher avec 40 filles pures et soumises pour les féconder.
HardDick : Heu ? comment on devient prîmale au juste ?
Julien Lepers  (faisant mine de ne pas avoir entendu)
Top : je suis un primale complètement obsédé par la femme de mon frère (vous avez dit malsain ?), je fume des joints à longueur de journée et ne suis bien que quand je suis pêtée. J’ai une demi-jambe en moins que je me suis coupée volontairement en voulant jouer au héros sauver mon jumeau et je

Bip :
ShowDasse : Il a une jambe de bois ? Mais ça veut dire que sa copine suce du bois quand elle lui suce l’orteil ?
Julien Lepers : Heu, je ne sais pas, j’imagine qu’elle lui suce l’autre pied mais vous savez tout le monde ne fait pas ça, hein.? (murmure de ShowDasse : Ah bon ?). Je reprends :
Top : j’ai une demi jambe en moins et j’ai une voix dans ma tête qui me parle et que j’appelle le sorcier.

HardDick : Y’a un sorcier qui lui parle ?
Julien Lepers  : Non pas vraiment HardDick, c’est une voix qui lui parle quand il est shooté.
HardDick : Moi je me shoot au cul et j’entends pas de voix pourtant.
Julien Lepers  : (… ) (ne sachant que répondre )
Top : en plus d’être schizo, je passe mon temps à dessiner des femmes.  J’ai des cheveux qui sont un mélange de couleurs alliant le blond le plus pâle à l’acajou profond et au cuivre flamboyant.

Bip :
Julien Lepers : (ton impatient) Oui HardDick ?
HardDick : Ca fait triper les filles des cheveux arc-en-ciel ? Ca fait pas un peu « truc de gonz » ça ? (il mime les guillemets avec ses doigts).
ShowDasse  : comment ça « truc de gonz » (elle mime aussi les guillemets avec les doigts) tu crois qu’on se fait des arc en ciels aux cheveux nous ?!
HardDick : ben scuze mais c’est pas moi qui me suis teint la …

Julien Lepers : Allons allons, recentrez-vous s’il vous plait. Je ne sais pas mais oui je crois que les cheveux de se mâle plaisent aux femelles. Je reprends : 
Top : en plus d’une chevelure multicolore, j’ai les yeux jaunes comme des citrines et je suis vierge à 200 ans.

Bip :
ShowDasse : (Les mains sur la bouche pour étouffer un cri) : Omondieu le pauvre. 
HardDick (en même temps) : ah ben j’ai ma réponse, les filles kiffent pas les cheveux arc-en-ciel. J’le savais.
Julien Lepers  : (marmonnant) :Je savais que ça allait les faire réagir ça.
Top : Je suis toujours puceau même si j’ai essayé de le faire avec une pute (sans succès) je m’habille en Gucci et autres fringues de marque…
HardDick : (dans sa barbe) : Tapette.
Julien Lepers  : …et quand j’ai une érection elle pousse le tissu de mon pantalon Prada, gâchant les plis bien ajustés (c’est quand même pas pratique ces Prada). Mon kit de survie est un sac plastique d’herbe rouge, un mince paquet de feuilles à rouler et mon gros briquet en or (les kits de survie à base de pansements et de mercurochrome, c’est surfait). Je n’ai jamais fait de cuni à une femelle, aussi ne suis-je pas certain de savoir quoi faire. Cela dit, j’ai déjà mangé une glace, ce sera donc tout naturel de laisser jouer mes lèvres et ma langue.


BIP :
ShowDasse  : Heu, le mec croit qu’il suffit d’avoir déjà mangé une glace pour savoir faire un cuni ?
Julien Lepers : Il semblerait que oui.
ShowDasse  : Mais il est débile ou quoi ?
Julien Lepers : Ecoutez je sais pas, c’est pas moi qui fait les questions et c’est vous les experts en romance paranormale, alors arrêtez de m’interrompre et essayer de deviner de qui je parle.
ShowDasse : Ben calmez-vous. J’essaye hein, mais bon c’est que je connais aucun mec qui sait pas faire de cuni quoi. Avouez que ça court pas les rues hein…
Julien Lepers : Top : Je suis le fils d’Aghonie et le jumeau de Zadiste, je suis, je suis….

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip.
Julien Lepers : Vous ne savez pas ?! Je suis Fhurie.


Bon essayez de vous concentrer maintenant. OK ?

Julien Lepers : Top : Je suis une femelle. Belle et conne je…

BIP :
ShowDasse : Moi ?
Julien Lepers  : Ca aurait pu, mais non.
Top : Je suis une élue et j’ai toujours vécu dans un monde sans objets où tout est blanc. Quand j’arrive dans le monde réel je découvre que les roses piquent, que le sperm n’est pas du sang, que la « boite lumineuse avec les images » est une télévision et que « les maisons de verre avec de l’eau dans lesquels ont met des fleurs » s’appellent des vases.
HardDick : Ah ouais… elle est encore plus conne que ShowDasse hein…
Julien Lepers  : (reprenant vite avant que cette phrase percute l’esprit un peu lent de ShowDasse) Quand je sors de la maison après 5 mois pour me rendre au jardin (c’est pas la curiosité qui la tue) je n’ai qu’une envie, courir à travers champs, en riant et en sentant l’herbe sous mes pieds, ce que je fais.

BIP.
ShowDasse : Marie Ingalls ?
Julien Lepers  (dépité) : non, ShowDasse, il faut que vous appréhendiez la question comme un tout et pas seulement en focalisant sur les dernières phrases que je dis. Marie Ingalls aimait certes courir dans la prairie en riant mais elle savait ce qu’était un vase..
Top : outre courir dans l’herbe, j’aime me baigner nue dans une piscine, je sens le jasmin, et ce encore plus fortement quand je suis excitée,

BIP :
HardDick : Beth ?
Julien Lepers  : non elle, elle avait un goût de pêche mais pas d’odeur particulière.
ShowDasse : Mary ?
Julien Lepers  : Non elle, elle sentait le citron et le propre. Pas le jasmin.
Je peux reprendre ? Bon.
Top : Mon passe temps est de construire des cathédrales avec des petits pois et des cures dents, ce qui me fait croire que j’ai un don pour l’architecture (logique implacable).
Maintenant que j’ai découvert la TV, je suis tombée amoureuse de Dirty Dancing et je regarde la scène de bébé qui couche avec Johny en boucle (oui j’ai appris à me servir d’une télécommande et je manie très bien la fellation le rembobinage) car cette scène m’excite et me fait penser à ce que j’aimerais faire avec le primale (vous avez dit pa-thé-tique ?).
Après avoir vu plusieurs fois John communiquer avec ses mains lors des rares occasions où il avait quelque chose à dire à table je viens de comprendre soudainement qu’il était peut-être muet (vivacité est son middle name), je suis blonde (dans tous les sens du terme) et je suis la shallane de Fhurie, je suis, je suis…

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip.
ShowDasse : Cormia ?
Julien Lepers  : Ouiiiiiiiiiiiiii, bravo ! Mais pourquoi avoir attendu le dernier moment pour répondre ?
ShowDasse : bah car vous venez seulement de dire que c’est la meuf de Fhurie et que j’ai appris les couples par cœur avant de venir. Je suis maligne hein ?
Julien Lepers  : hin, hin.


Je reprends pour la dernière question :


(attention spoilers)

Top : Dans ce tome, Fhurie est le personnage à l’honneur mais on suit beaucoup d’autres personnages. Vhif défend John et est "à ça" de tuer son cousin Fhléau, il est renié de chez ses parents (viens là que je te console), il envoie chier son meilleur ami Blay (mon coeur a saigné) qui est amoureux de lui (et qui a une poubelle en forme de bite pour le recyclage mdr, on a le sens du détail ou on ne l'a pas), John donne un mot indescent à Xhex pour lui dire de crier son nom quand elle jouira en se touchant et se sent « homme » (et con?) après lui avoir filé le mot, Vhengeance est un sympathe qui a un dard qui sort de son sexe quand il jouit (me réjouit de lire son tome, vous n’avez pas idée)(l’imagination de Ward n’a aucune limite, c'est mon idole),


BIP :
ShowDasse : ca veut dire quoi qu’il a un dard qui sort quand il éjacule ?
Julien Lepers : Ben je sais pas, c’est dans le tome d’après, Cess l’a pas encore lu.
ShowDasse : Mais un dard, genre (trifouille son iPhone et tend une photo à Julien) ça : 
dard.JPG
Julien Lepers : (exaspéré) Qu’est ce que vous ne comprenez pas dans « je ne sais pas » ShowDasse?!
Je reprends :
TOP : Flhéau est le fils de l’oméga et va commencer une guerre d’un nouveau genre contre les frères de la confrérie qui sont de moins en moins nombreux. Fhurie part en désintox, Zadiste a une fille et Thor revient accompagné d’un ange Lassiter. Ce tome bien rempli est le 6ème de la confrérie, mon titre est

(attention fin spoilers)

 

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip.
Vous n’avez pas la réponse ?!
Le titre est l’amant Consacré (pas consacré à baiser, je peux vous le dire…).

 

 

ShowDasse, une fois de plus, vous êtes la grande gagnante de cette finale. Vous repartez avec un god et un collier de chien comme celui que porte Flhéau dans ce tome.
Vous êtes contente ?
ShowDasse : oui, surtout pour le god. Il est très beau. Merci.
Julien Lepers  : de rien. HardDick, vous ne repartez pas les mains vides, vous gagnez une boite de jeu « questions pour un champion » pour vous entraîner chez vous, j’espère que vous êtes content ?
HardDick : Putain, tu sais où tu peux te la carrer, ta boite à la con ? (s’en va du plateau).

Julien Lepers  : Bon, et bien merci de nous avoir suivi et à bientôt. Je laisse maintenant la parole à la productrice de cette émission « spéciale romance paranormale » qui a su nous concocter des merveilleuses questions : Cess.

Cess : (sous un tonnerre d’applaudissement) : Merci. Merci.
C’est bon ça suffit maintenant arrêtez d’applaudir, j’aimerais parler. Bon.
Alors ? que dire de ce tome ?
Déjà  que je l’appréhendais beaucoup car j’avais souvent entendu dire que c’était le plus nul de la série.
Et bien, contre tout attente, j’ai bien aimé. Non, soyons honnêtes, (maintenant que j’ai fait mon coming out sur la confrérie) : j’ai vraiment aimé ce tome. Pas pour l’histoire de Fhurie et Cormia qui est pathétique et parce que Fhurie n’a pas réussi à me toucher (d’ailleurs il n’a touché personne, c’est peut-être le problème ?) même si son addiction pour la drogue est assez bien retranscrite. Mais Cormia est vraiment trop bête pour moi. Martine à la plage Cormia à la piscine, Martine Cormia découvre la TV, Martine Cormia découvre les M&M’s, ça va deux minutes
Ce n’est donc pas eux qui m’ont fait aimé ce livre, d’autant qu’il n’y a, genre, quasi aucune scène chaude et que c’est aussi pour ça qu’on lit ces livres.
Non ce que j’ai aimé, c’est tout ce qui se passe à côté : L’histoire de Vhif et Blay (mes chouchou), John et Xhex, l’ange Lassiter (qui m’est déjà tout à fait sympathique), Flhéau, son côté sombre et ce qu’il devient et enfin Vhangeance qui m’a l’air d’en tenir une bonne couche et qui, je le pressens, nous réserve un prochain tome fort en rigolade.
Bref, limite j’aurais envie d’enchaîner la suite. Limite. 

 

 

**********


Et pour faire durer le plaisir (et ne pas faire un billet trop trop long, car contrairement aux verges de nos héros en cuir, un billet trop long ce n'est pas forcément trop bon) dans deux ou trois jours, vous aurez le droit aux meilleurs extraits de ce tome. Oui mesdames, vous ne rêvez pas, juste pour vous, le meilleur du meilleur, la crème de la crème. Ne me remerciez pas, vous le valez bien.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 00:00

V.jpg

Une fois de plus, vous pouvez gagner un exemplaire du tome à l'affiche aujourd'hui si vous répondez juste aux questions ci-dessous.
 


**************************************
Attention SPOILERS.

 

1) Viszs, fils de Saigneur et de la Vierge Scribe (oups, je viens de vous spoiler) a :
a- Une seule couille, un bouc, et des tatouages.
b- Trois couilles, pas de bouc et un tatouage « Cécile je t’aime » sur les fesses.
c- Deux bites.
Indice : il n’a pas deux bites. (ni trois)(la vierge scribe soit louée).


2) Outre le fait d’aimer les relations sado-masochistes, et de trouver que le sang est chaud et doux comme un baiser (après tout chacun ses références, qui suis-je pour juger ?), Viszs :
a- quand il ressent une émotion trop intense (excitation comme énervement) brille de 1000 feux et projettes une aura comme si son cul était branché sur secteur (JR Ward, reine de la métaphore et de la classitude).
b- à le QI de deux Eistein réunis (et un quart des couilles de deux Eistein réunis).
c- Il parle seize langues (c’est tout ?). 
d- a du sodomiser un mec alors qu’il ne le voulait pas (moi qui ait toujours cru qu’on ne bandait pas quand on n’était pas excité)(on m’aurait menti ?). 
e- a une odeur d’épices mystérieuses et exotiques (j’aimerais bien connaître l’odeur d’une épice mystérieuse)(et d’une épice exotique aussi d’ailleurs).
f- a la voix profonde et merveilleuse, qui coule dans l’oreille de Jane comme de la soie couleur de vin. (la soie ça coule dans les oreilles ?)(et si la soie n’est pas couleur de vin, la métaphore marche quand même ?). 
g – est monté comme un étalon (tiens. Voilà qui est original).
h- Toutes les réponses ci-dessus sont (à mon grand dam) justes. 

 
3) Quelle est la phrase la plus profonde du livre concernant Viszs : (trouver la mauvaise réponse).
a- Il était devenu ce que son père avait toujours été : un être impitoyable et calculateur. Le fils avait appris sa leçon. (comment ça vous n’avez pas encore sorti vos mouchoirs ?).
b- En parlant de l’odeur de V. (épices exotiques et mystérieuses, si vous n’avez pas suivi) : S’ils arrivaient à mettre cette odeur en bouteille, ces types pourraient se payer leurs drogues et s’adonner à leur passion du jeu de la manière la plus réglo qui soit.
(mais où Ward va t-elle chercher tout ça ?) (dans ton cul !)
c- Ma vie sans Cécile ne vaut pas plus la peine d’être vécue qu’un livre sans mots ne vaut la peine d’être lu. (Ward is my middle name).


4) Viszs dit « A moi » environ :
a- 2 fois dans le livre
b- 4589 fois
c- Il ne le dit pas.
 

5) Qhuinn (mon chouchou) (épouse-moi) (et ramène Blay aussi, je suis pas jalouse). Oups je me suis égarée. Qhuinn donc (Vhif en français)(allez savoir pourquoi), vient de subir sa transformation et a direct couché : Il a pris la fille 3x de suite  et ensuite il l’a mise sous la douche, l’a nettoyée, puis l’a léchée pendant une demi-heure. Elle avait le goût :
a- d’une prune mûre. Sucrée, sirupeuse. Son miel lui couvrait le visage. C’était fabuleux.
b- d’un paquet de chips. Salé et croquant. Ses miettes lui couvraient le visage. C’était fabuleux.

6) Fhurie (le boulet) passe son temps à : (trouver la réponse fausse)
a- fumer des joints
b- fantasmer sur la meuf de son jumeau
c- dessiner des portraits de la meuf de son frère
d- se plaindre
e- baiser.
Indice : il est puceau.

7) En plus de ne pas être aidé dans la vie, Fhurie (qui a des épaules aussi larges que le lit sur lequel Cormia était allongée)(même si c’est un lit de 90cm, ça fait quand même de sacrés épaules hein) a des sorties mythiques. Laquelle n’est pas de lui ? :
a) Il observait le bout incandescent du joint qui rougeoyait lorsqu’il tirait dessus et se demanda distraitement si c’était l’équivalent d’un orgasme pour une cigarette. (Fhurie il est temps que tu couches, sérieux mec). 
b) (Quand il voit une prostituée qui lui dit « T’as envie de t’amuser mon grand ? ») il répond de manière fort classieuse:  « Peut-être, c’est combien pour la mettre au fond du filet ? »  (Je pense que tu devrais demander à un de tes frères de t’expliquer 2, trois petits trucs sur l’art et la manière de parler aux femelles). (oui vaut mieux le mot « baiser » que « filet »). 
c) Est-ce qu’on était toujours vierge si on avait pénétré une femelle, mais sans aller jusqu’au bout ? (Bizarrement, je ne m’étais jamais posé la question ?) (j’envisage de proposer ce sujet pour le bac de philo de cette année). 
d) Oh que tu es étroite. 
Indice : la phrase qui sort tout droit de ma petite tête, il devrait quand même la sortir, mais au prochain tome. (enfin, si il finit par coucher)(ce qui est pas gagné).

 
8) Jane, la meuf de V, est:
a- une artiste absolue. Ses mains étaient des instruments élégants, sa vision aussi aiguë que le scalpel qu’elle utilisait, sa concentration intense et extrême, celle d’un guerrier en pleine bataille. (Ward est la réincarnation de Proust, je vous le dis moi).
b- traumatisée : Son plus gros traumatisme n’est pas d’avoir perdu sa sœur mais d’avoir vomi à l’enterrement de celle ci. « Voilà, c’est ma confession. J’ai vomi des flocons d’avoine au lieu de pleurer la mort de ma sœur. » (hé ben, tu as une vie absolument passionnante ma chère)(ça c’est de la confession).
c- trouve que rien n’était plus séduisant qu’un homme qui était attiré par les femmes intelligentes… (perso je préfère les hommes qui sont intelligents plutôt que ceux qui aiment les femmes intelligentes) (mais je suis peut-être trop exigeante ?).
d- Obéissante : elle jouit sur commande dès qu’on le lui demande. (ceci dit, c’est plus pratique que de simuler). 
e- Toutes les réponses ci-dessus sont (malheureusement) exactes.

 

9) Quelle est la phrase la plus profonde qu’elle aura sorti dans le livre ?
a- Quelle que soit la couleur de votre peau ou la quantité d’argent que vous ayez, que vous soyez homosexuel ou hétérosexuel, athée ou fervent pratiquant, de son point de vue, tout le monde était égal. (une grande femme que cette Jane).
b- Quand V lui dit « Vous auriez fait une excellente guerrière, vous savez ? » elle répond : « J’en suis une. La mort est mon ennemie. » (si tu avais dit « la mort est mon métier », Robert Merle aurait écrit ta biographie).
c- Maintenant, je vais te baiser. (la classe).
d- Impossible de choisir entre les 3 propositions précédentes. Trop de profondeur peut nuire à la santé. (oui ça ne veut rien dire)(et alors ?).


10) Enfin, quel est, selon moi, le moment le plus culte du livre :
a- Quand Zadiste conseille à John de se masturber (c’est quand même l’hôpital qui se fout de la charité quand on sait que Z ne s’est jamais touché en 300 ans et qu’il trouvait ça crade).
b- Quand Jane meurt et qu’elle revient sous forme de fantôme (pas de l’opéra), qui peut manger, baiser et toucher les objets. (une façon comme une autre pour Ward de rendre une humaine immortelle quoi).
c- Quand V. crie « Cess » pendant l’acte avec Jane ?
d- Les réponses a et b sont justes. 


11) Que se passe t-il dans ce tome niveau histoire ? (attention spoilers)
a- V couche avec tout le monde, filles ou mecs, il aime son pote Butch, il brille, il fume des clopes, il aime fouetter, la vierge scribe est sa mère,  il brille. il doit devenir primale, il brille, il se fait tirer dessus, il va à l’hôpital, il a un cœur à 6 branches, Jane va le sauver, il va dire « à moi » en la voyant, il va la kidnapper, à lui, elle va commencer à l’aimer, à lui, ils vont coucher ensemble, à lui, il brille, Qhuinn lèche une meuf, Viszs et Jane vont devoir se séparer, mais avant, elle va le dominer et lui verser de la cire chaude dessus, elle va lui dire « maintenant je vais te baiser », il va briller, la ramener chez elle, effacer ses souvenirs, il aime plus Butch, elle va embrasser un collègue, Fhurie va prendre sa place en tant que primale, John va se masturber, V va rendre les souvenir à Jane, il va briller, elle va pleurer, ils vont s’aimer, elle va se faire tirer dessus, elle va mourir, V va vouloir se couper la main qui brille, la vierge scribe va l’en empêcher puis va faire revenir Jane sous forme de fantôme en sacrifiant ses oiseaux pour cela, V va être touché et lui racheté une colombe, tout est bien qui finit bien.
b- rien d’intéressant. 
Indice : Je sais, c’est une question piège vu que les 2 réponses sont justes.  
 

12- Je ne suis pas inspirée pour des questions sur les phrases suivantes mais à vous de choisir laquelle est la plus énorme :
a) Gucci peut transformer n’importe qui en star (il est temps que j’investisse dans du Gucci)
b) Il voulait faire les gestes de la vie quotidienne avec elle. Peut-être qu’ils se chamailleraient parce qu’il aurait fait tomber le fil dentaire usagé sur le bord de la poubelle sans vérifier qu’il était bien tombé dedans. La vie. (ou pas j’ai envie de dire).
c) Son sang avait le goût du porto et lui fit l’effet de dix bouteilles à la fois. (ça se commande où le sang de V? Ca m’éviterait de me ruiner en bouteilles de vodka).
d) (A propos de John) : il bandait comme un cerf (ça bande beaucoup un cerf ?), son membre aussi épais que son avant-bras. (Putain, c’est gros un avant bras quand même !).
e) Si la mort est le métier de Jane, trouver les bons mots on bon moment ne l’est pas. La preuve, quand V lui parle de sa mutilation (le pauvre homme vient de raconter comment il s’est fait couper une couille quand même hein), voilà ce que Jane trouve à lui répondre : « si ça peut te rassurer, je ne peux plus manger flocons d’avoine sans avoir envie de vomir, rien que d’y penser me donne la nausée». (ou comment savoir remonter le moral des gens).

 


**************************************

 

Ce QCM est désormais fini.
Vous l’aurez compris, je n’ai pas pu m’empêcher de relever une fois de plus quelques clichés, la référence au fruit, les descriptions énormes (c’est le cas de le dire) des membres des frères, etc, mais, cette fois, cela ne veut pas dire que je n’ai pas aimé.
Pardonne moi, Vierge Scribe, car j’ai pêché : j’ai aimé ce livre.
Pas au point, quand même, d’enchaîner sur le livre consacré au puceau à Fhurie, mais j’ai passé un bon moment.
Je suis tombée amoureuse de Qhuinn et Blay, j’ai bien aimé John, Jane m’a laissé indifférente, V m’a plu (et pas seulement parce qu’il aime lire) (ni parce qu’il lui manque une couille d’ailleurs), et l’histoire n’est pas trop tirée par les cheveux (à pars la pirouette de la fin, of course). Mais surtout, surtout !, ce qui m’a plu : pas d’éradiqueurs ! Et ça, ça va se savoir, heu, ça fait plaisir !

Bientôt, je lirai le tome 6 (contre mon gré) (si si c’est vrai : c’est un deal que j’ai passé avec Simi et Azilys : je lis ce tome, elles lisent Kate Daniels) (ne dites rien : découvrir Fhurie vs Curran : je perds au change, je sais.)
En attendant ? soyez-sages (ou pas) et lisez les billets de mes co-lectrices Sara et Fashion ainsi que de certaines filles fans de la confrérie : Simi, Azilys, Silverlining, Mycoton, Basset.

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 07:00


LA-CONFRERIE-DE-LA-DAGUE-NOIRE---TOME-2---L-AMANT-ETERNEL.jpg

Bonjour et bienvenue à la finale de question pour un champion qui oppose les deux protagonistes de la future romance créée par Cess.

Audiences-TV-Questions-pour-un-champion-semaine-record-pour.jpg


À notre droite ShowDasse (: bonjour) et à notre gauche HardDick. (: bonjour).

Le but de cette manche est donc de découvrir de qui ou de quoi je parle.
Vous êtes prêts?


TOP. Je suis:

Tellement beau que j’en défie les lois physiques (Mmmmh, et quelles sont ces lois physiques au juste?). Blond, j’ai les yeux bleus verts comme un lagon, et je suis beau comme un archange.
J'ai une montre Rolex en or (je danse le mia, chaine en or qui brille), je mange souvent des sucettes, et j’ai grave contrarié la vierge scribe (oui pas un peu mais grave): du coup elle m’a puni (mé-chant garçon): si je n’évacue pas ma tension, je deviens une machine à tuer. Pour remédier à ça je dois me battre ou faire l’amour, ce dont j’use comme un diabétique doit s’injecter de l’insuline (très classe comme comparaison, isn't it?).

BIP ! 

Julien Lepers : Oui ShowDass ?
ShowDass : Qu’est ce qu’il a fait pour énerver la vierge Marie ?
Julien Lepers : Non Marie c’est sa meuf. Là on parle de  la vierge scribe. Et je sais pas exactement ce qu’il a fait mais je crois qu’il a tué un oiseau.
ShowDass: O_o Il a tué un oiseau et a été maudit pendant 200 ans pour ça ? C’est pas un peu… con ? enfin je veux dire, exagéré ?
Julien Lepers : Si mais ce n’est pas la question. Je reprends.

Top: Si je ne baise pas donc, je me transforme en une créature de 2m50, à l’aspect d’un dragon, avec des dents de tyrannosaure, et des griffes tranchantes. (Elle a quand même une sacré imagination la Ward, on peut bien lui laisser ça). Mon corps et ma queue (de monstre hein) sont recouverts d’écailles iridescentes violettes et vert jaune (JR Ward a fumé la moquette en écrivant ce livre c’est pas possible autrement). Du coup, pour pas me transformer et évacuer, je couche dans des coins sombres de boite de nuit. (pourquoi faire ça dans des endroits propres quand on peut faire ça dans des coins sales, en public, sous un trench, je vous le demande ?). En général la baise est aussi intime qu’un accident de bagnole. 
(Je répète, la baise est aussi intime qu’un accident de bagnole. C’est classe hein comme comparaison ?! Surtout que je m’interroge : quel est le lien entre un accident de voiture et l’intimité, c’est la question du jour qui pourra vous rapporter une sucette au goût de votre choix.) (pour que vous puissiez faire comme Rhage).
On me surnomme comme une marque de chewing-gum mais c'est car je ressemble à une star de cinéma. (Fraicheur de vivre…). Ma peau est dorée même sous les lumières fluorescentes (Mais c’est quoi cette précision débile ?). Enfin, quand je suis excitée je deviens dur comme du diamant.

Je suis. Je suis....


BIP :

HardDick : Edward Cullen ?
Julien Lepers : Ah non.
HardDick : Mais vous avez dit qu’il brillait comme un diamant.  A la lumière.
Julien Lepers: Non j’ai dit qu’il devenait aussi dur qu’un diamant. C’est pas pareil.

 

BIIIIIP !
Et bien alors ? Il faut revoir vos classiques de romances mes amis !
Je suis Rhage, l'amant éternel, bien sûr !  
 

Bon prochaine question:

TOP. Je suis:
Une fille. Je bosse pour SOS Suicide. Je parle le langage des signes et j’aime travailler avec les enfants autistes à qui je veux apprendre à communiquer. Je…

 

BIP :
HardDick : Mère Teresa ?
Julien Lepers : Ca aurait pu mais non.

TOP : J’ai une leucémie et personne ne le sait. (et comment on fait pour cacher une leucémie à ses amis ?) Je me considère comme ni belle ni laide (tu es trop modeste, mon enfant), je sens bon le propre comme un citron (ben oui, le citron ça sent le propre, so what ?), j’ai des yeux de guerrière (Graouuu) et je suis morte cliniquement à deux reprises. La première fois j’ai fait un arrêt cardiaque lors d’une transplantation de moelle épinière. La seconde fois lorsque j’ai eu une pneumonie et que mes poumons se sont remplis de fluide.

BIP :
ShowDasse : Heu… C’est pas possible votre truc là ! Elle meurt deux fois, elle a eu une leucémie puis une pneumonie qui s’est compliquée, a reçu une transplantation durant laquelle elle a fait un infarctus et là elle a de nouveau une leucémie ? Vous vous foutez de notre gueule là non ? Qui serait assez con pour inventer un truc pareil ? Vous allez aussi me dire qu’elle a vu une lumière blanche les fois où elle est morte ?
Julien Lepers : Ben, heu, oui. En plus oui elle a vu une lumière blanche. Pas d’anges mais une lumière. 

Bon je reprends… Top : Je suis étroite (voilà qui est fort étonnant et original), et j’aime coucher (coquine), je ne suis pas vierge mais mon nom en rappelle une, je suis, je suis…


HardDick : Mère Teresa ?
Julien Lepers : Non HardDick, vous m’avez déjà fait cette proposition. Vous êtes vraiment con hein. Votre personnage va faire un carton, c’est sûr !

BIIIP : Bon le temps imparti s’est écoulé, c’était Mary. Comme la vierge Marie mais avec un Y et sans H. 

Allez, un peu de concentration maintenant SVP :

TOP. Je suis un homme, même si je suis petit, maigre et que je n’arrive pas à avoir d’érection.
Je suis né dans les toilettes d’une gare routière (tenez, un mouchoir pour essuyer vos larmes) et j’ai été élevé par des bonnes sœurs. J’ai vu 4x Matrix le jour de sa sortie (on a jamais dit que l’intelligence était une qualité des héros de romances) et j’attire les mecs. L’année passée un homme m’a coincé dans une cage d’escalier avec un flingue et ce qu’il m’a fait n’est pas très clair mais en tous cas il ne m’a pas coincé pour me donner de l’argent car je n’en ai pas.
Je suis muet mais j’entends, je suis je suis…

Bip:
ShowDass : Franchement ? il bande pas le mec ? Mais on parle bien d’un quizz sur les romances là ? 
Julien Lepers : Oui 
ShowDass : Et le mec ne bande pas et n’a jamais couché ?
Julien Lepers : Non.
(Rire moqueur de HardDick en fond
ShowDass : Impossible. Et des filles fantasment sur un personnage aussi caricatural et si dénué d’atouts (clin d’œil) si vous voyez ce que je veux dire ?
Julien Lepers : Oui je vois, la subtilité n’étant clairement pas votre truc. Vous ferez également une bonne héroïne de romance à n’en point douter…

La bonne réponse était John Matthew.

Bon, le score est toujours nul.
Une dernière question pour vous départager :

Il faut que vous trouviez à quelle saga appartient l’histoire que je vais vous raconter :

TOP : dans cette saga, il y a des guerriers qui vivent tous ensemble dans un beau manoir et dont le roi est surnommé Le roi Aveugle car il ne voit pas et ne peut même pas couper son steak tout seul. Tous les guerriers portent du cuir et des rangers et ils ont tous un sexe surdimensionné. Dans le second tome, mon héros est surnommé Hollywood, et a besoin de coucher avec des femmes pour évacuer ses tensions. Il est maudit et se transforme en Denver, le dernier dinosaure, quand il n’est pas content, sauf que lui ne fait pas skateboard. Il couche et se bagarre tout le temps, jusqu’au jour ou il ne voit rien car il s’est transformé en dragon-tyrannosaure (ne cherchez pas le rapport, c’est trop compliqué), et là il sent une femelle qui est venue dans leur manoir servir d’interprète entre un garçon muet et un roi aveugle. Sans la voir il l’approche et se frotte à elle. Elle kiffe. Mais ils sont séparés. Ils se retrouvent.  Elle est sur le point de mourir pour la 300 ème fois mais il s’en fout, il la veut. Ils jouent au chat et à la souris. Il ne veut pas coucher avec elle car la bête en lui veut aussi la posséder et qu’il a peur de lui faire du mal. Mais finalement elle aime autant la bête que l’homme. Donc ils peuvent coucher ensemble. Ouf. Sauf qu’elle va mourir, alors il accepte de se sacrifier et de ne plus jamais la voir, quitte à mourir à petit feu, mais comme elle ne peut déjà pas avoir d’enfants alors on va pas en plus lui enlever l’homme qu’elle aime (si vous ne comprenez pas, écrivez à JR Ward, ce n’est pas moi qui fait le scénario) du coup elle survit ET ils finissent ensemble. Ce second tome de la série dont vous cherchez le nom se finit par une phrase tout ce qu’il y a de plus cul-cul: « Et elle oublia tout le reste pour se laisser emporter dans un tourbillon de leur immense amour ».

Je suis la saga…. Je suis…

ShowDass : Heu, la confrérie de la dague noire ?
Si oui, j’adooore, je suis fan de Kholer. J’adore le moment où il voit le jus d’un fruit dans lequel à croquer sa femelle, couler le long de sa bouche. C’est tellement chaud comme moment. C’est depuis que j’ai lu ce livre que j’aime croquer dans des fruits juteux. Voyez ?
Julien Lepers : Oui je vois. Bon ben c’est bien ça, vous avez gagner.
Vous êtes la grande gagnante de cette finale !! Merci pour votre participation. HardDick, comme vous allez finir avec ShowDasse je suis sûr que vous n’êtes pas trop déçu, et vous ne repartez pas les mains vides, je vous offre un dictionnaire au cas où Cess rajouterait des H ou des Y un peu partout dans votre histoire, vous lui montrerez comment ça s'écrit. 


Merci à tous de nous avoir suivi et à bientôt !!! :)


***************** 

 

Vous le savez, je ne peux pas écrire un billet sérieux quand on parle de la confrérie et même si je me suis beaucoup moquée et que j’ai une fois de plus relevé beaucoup (trop) de clichés, je dois rendre à César ce qui est à César : ce livre m’a ému à deux reprises ce que je n’aurais pas cru possible…

Bon, certes, j’ai zappé entièrement tous les passages avec les éradiqueurs et je trouve les descriptions et comparaisons de l’auteur absolument et très souvent ri-di-cules mais j’ai dans l’ensemble trouver ce tome meilleur que les deux autres que j’ai pu lire.

Mieux écrit, plus de négations, moins vulgaire et, excepté les 500 maladies de Mary et le dragon tyrannosaure de Rhage, j’ai trouvé ce couple plus crédible que ceux de Kholer et de Zadiste, et je me suis donc plus attachée à eux. (toute proportion gardée hein J)

Je sais que je ne lirai pas le tome sur Burch, mais qui sait, un jour, celui sur Visz ?


*****************

Lu en LC avec Marie (Marie, rêves tu de Rhage toi aussi?), et Mademoishelle Pointhillé qui a beaucouhp aihmé les H. (cliquez sur les noms pour lire les billets). 

Pour plus de billets coquins, c'est chez Stephie

65408451 p   tour des genres-copie-16  

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 07:00

images

 

Une fois n’est pas coutume, je vais vous faire gagner un livre que je n’ai pas spécialement apprécié.
Pour le gagner, il vous suffit de me donner les réponses de ce QCM (en commentaire).

 

1. Sachant que le frère du héros s’appelle Adrien, comment s’appelle l’héroïne de ce roman?
 
 
a- Candy (candiiiiie, une jolie p’tite fille aux yeux verts...)
b- Adrienne
c- Cunégonde (veux-tu du fromage ?)


 

2. Adrienne (oups je crois que je vous ai donné la réponse à la question précédente) était : 

a- Fiancée à une homme magnifique du nom de Eberhard (« Toujours dur » donc pour la traduction (à un b près)) (So smart).

b-
Battue et manipulée par lui (il la fait voyager pleins de fois en lui faisant transporter de la drogue sans qu’elle s’en rende compte, le bougre) (comment ça cette histoire n’a ni queue ni tête ?) (pas de queue c’est sûr…) (voir le point c.)

c- Adrienne est vierge alors qu’elle a été fiancée à Eberhard, Toujours Dur, que je renommerai pour la peine Eberweak (toujours Mou).

d- Etait élevée dans une famille nombreuse et aimante où elle jouait au monopoly le dimanche en famille.
(Je déconne)
Vrai proposition de d- Adrienne était Orpheline.

e- Toutes les réponses ci-dessus sont justes.



3. Adrienne, après avoir quitté Eberweak et s’être enfuie (je me demande si elle l’a pas tué d’ailleurs), se terre dans un appartement minable avec sa chatte pour seule compagne (sans mauvais jeu de mot bien sûr). Alors qu’elle fait du rangement ou je ne sais quoi, elle se retrouve: 

a- A couper des steaks, le midi, à des non voyants, pour une association à but non lucrative. (vivement que je lise Rhage pour renouveler mes blagues hein ??)

b- En Ecosse en 1513 a devoir épouser un Laird. (qui n’est pas roux et ne s’appelle pas Jamie, même si la coïncidence est troublante) (pour celles qui ne connaissent pas Jamie, il faut que vous répariez cette erreur) (oui même si il est roux : nul n’est parfait, c’est déjà un bon coup, on ne va pas en demander plus). (oui je me suis égarée, faut dire que ce livre était quand même bien plus intéressant).



4. Le héros qui s’appelle Hawk (qui signifie Faucon)  est surnommé :

a- L’étalon royal

b- Le poney du paysan

c- Kholer

Indice: « Si elle avait cru un instant voir le laird doté de parties sexuelles dignes de l'étalon qu'il montait, ce ne pouvait être que le fruit de son imagination.
Oui... il ne pouvait en être autrement. 
Elle avait dû remarquer, à la périphérie de son champ de vision, les attributs imposants de l'animal tandis qu’elle observait les jambes du Highlander et son esprit, troublé, avait fait une sorte de collage instantané mêlant les caractéristiques de l'un au physique de l'autre. Voilà pourquoi elle avait cru voir que Hawk lui-même était monté comme un étalon »

(Vous avez bien compris. Elle se demande si le sexe qu’elle voit est celui de son mari ou celui d’un cheval). (j’ai envoyé Alain Afflelou au 16ème siècle aider notre chère amie). (ce passage m’a valu le plus gros fou rire de ces dernières semaines).



5. Hawk est aussi appelé:

a- Hawk le moineau
b- Hawk l’Epervier
c- Hawk l’Aigle

Indice: Chaque fois que j’ai lu le surnom en question, soit à peu près 670 fois dans le livre, une petite voix dans ma tête criait « E-PER-VIER EN CHAAAASSSSSE ». Ou comment s’auto-souler.



6. Hawk l’Epervier (en chasse) habite à : 

a- Dalkeith-Upon-the-sea et a déjà couché avec plus de 5000 femmes, contre son gré bien sûr, car son roi l’a obligé à le faire. (Zadiste, sort de ce corps)
b- Puteaux-sous-bois, et est vierge car il se réserve pour la femme de sa vie. Adrienne donc (si vous n’aviez pas tout suivi).



7. Hawk l’étalon royal :

a- Passe son temps libre à sculpter des berceaux et à arranger une pièce de son château en nurserie, car son plus grand rêve est de voir courir ses futurs bambinos dans les prés environnants.  (Charles Ingalls, pour vous servir).

b- Va montrer à Adrienne comment apprivoiser un faucon, et ce pendant 5 pages. Il finira par l’apprivoiser elle aussi et par l’appeler « gentil faucon ». (je me demande ce que j’ai préféré entre la pêche à la truite ici ou le dressage de faucon). (mais quoi qu’il en soit, je ne suis qu’admiration devant de telles scènes). (dans la romance que j’écrirai, mon héros HardDick montrera à mon héroïne  ShowDasse comment on apprivoise un kangourou. Na)

c- Hawk a, je cite, « sa virilité qui, à peine érigée, ferait pâlir d’envie un étalon » (oui KMM est obsédée par les étalons et les faucons. So what ? JR Ward est obsédée par le cuir et moi par Barrons, chacun ses vices hein).

 d- Il a une voix, douce et forte à la fois, qui évoque un verre de scotch mêlé à de la crème sur un lit de glaçons. Je répète, sa voix évoque un verre de scotch mêlé à de la crème sur un lit de glaçons… (Karen Marie : ce n’est pas bien de fumer le pétard avant d’écrire vous savez ?). 

e- Toutes les affirmations ci-dessus sont justes



8. Combien de temps notre couple va t-il jouer au chat et à la souris (pour notre plus grand malheur) avant de passer à l’acte ?

a- 300 pages mortellement ennuyantes où elle le repousse, il se vexe, elle tombe malade, il a peur qu’elle meurt, elle guérit, ils partent en ballade, il lui parle de son passé, elle tait le sien, elle l’écoute, ils sont interrompus par une ex, elle s’en va fâcher, puis on veut la tuer mais c’est lui qui est blessé, elle va le voir mais elle ne peut entrer, il croit qu’elle n’a pas voulu le voir alors il va partir au loin, pour finalement revenir car il repense au baiser qu’il a pu lui arracher alors qu’il lui montrait comment on dresse un faucon, juste avant qu’elle ne le repousse, et qu’elle évoque Adam Black pour l’ennuyer (mais qui est Adam Black, me direz vous ? On y vient, don’t worry), et puis bon bref, 300 pages mortellement ennuyantes quoi.

 

b- Ils se jettent dessus dès la première rencontre comme Bête et Colère.



9. Adam Black est un fae, qui se fait passer pour un forgeron et dont le rôle est :

a- De coucher avec Adrienne.

b- De venger le roi des faes car la reine l’a cocufié en couchant avec l’Epervier (en chasse) (oui j’affection toujours autant le comique de répétition, que voulez-vous). Pour se faire, il décide de faire venir une femme (Adrienne) qui saura résister à Hawk (ce qui rendra ce dernier fou de rage.)

c- Son rôle est d’un ennui mortel. Chaque passage avec lui est à éviter à pars le premier où il sort une métaphore des plus grotesques mais qui m’a fait bien marrer « Puis-je vous rendre service, belle dame ? Peut-être pourrais-je fondre ma lance d’acier dans la fournaise de votre forge, milady ? ». (Tant de subtilité me laisse pantoise d'admiration.) 

d- Les réponses a, b et c sont justes.  



10. Je ne peux pas trop vous dire ce qu’il se passe à la fin, car j’ai abandonné ma lecture 100 pages avant d’y arriver, mais, d’après vous, Adrienne et Hawk vécurent heureux et eurent beaucoup :

 

a- D’enfants.
b- De faucons.
c- D’étalons.
d- D’éperviers (en chasse).

 

 

Voilà le QCM touche à sa fin ! Que dire de plus ?
Vous le savez, j’aime KMM et j’aime son écriture qui, même ici, reste très bonne et d’un meilleur niveau que toutes les autres romances paranormales que j’ai lues.
Ceci dit je me suis vraiment beaucoup ennuyée avec ce livre et je n’ai pas vibré une seconde.
Dommage.
Je vais devoir me contenter de Barrons. :D
Et bientôt de Ryodan que j’aime déjà.


Les avis de mes co-lectrices : Mlle Pointillés et Evenusia qui ont aussi eu du mal à finir ce livre (merci les filles je me sens moins seule), et Bladelor, Rose et Sandy qui l'ont dévoré ! (le livre, pas Hawk, voyons). Enfin, celui de Pimpi qui a suivi cette LC de près et qui avait adoré.   

 

tour des genres 2 


Les Highlanders 1 - La malédiction de l'Elfe noir.
Editions : J'ai Lu (pour elle), 435 pages
Titre VO : Beyond the Highland Mist

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 06:00

book cover la confrerie de la dague noire, tome 3 l amant

Hé oui.
Vous ne rêvez pas. J’ai retenté l’expérience.
Pourquoi se faire tant de mal me direz-vous ?
Car je suis un peu comme Zadiste, « la souffrance est ma seule passion ».
Non plus sérieusement, car quand Karine a dit qu’elle me remerciait de lui avoir fait connaître Kolher (sic) et que finalement en anglais, ça passait très bien, je lui ai demandé de lire un des tomes en français. C’est parti de là. On se devait, Pimpi, Karine, Sandy et moi de lire ce 3ème tome (je n’ai pas lu le second) en français, avec tout ce que ça impliquait : manque de négation, ajouts de H un peu partout... Cette lecture avait pour but de bien se marrer entre copines… (et ça a été le cas). Verdict ?

(Au fait, si vous voulez gagner mon exemplaire de Zadiste (non je ne l’ai pas fluoté les filles), il vous suffit pour cela de répondre aux questions existentielles que vous trouverez un peu partout dans ce billet)

 

Un peu d’histoire pour commencer et pour vous situer / poser le contexte…

Bella est kidnappée par M.O le méchant éradiqueur.

Zadiste est fou de rage et fait tout pour la retrouver. (on espère vraiment qu’il va y arriver sinon, pas d’histoire).
Il va même nourrir les poissons de Bella pour ne pas qu’ils meurent en attendant son retour. (N’entreverrions-nous pas un peu de douceur derrière sa carapace de gros dur ?)
Zadiste retrouve Bella (ouf) qui tombe amoureuse de son sauveur. Elle est bien la seule à ne pas craindre ce mâle dont « la fureur est la seule compagnie et la souffrance, sa seule passion » (Je cite la 4ème de couverture : je ne suis pas assez poétique pour inventer ce genre de phrases).

Malheureusement, Zadiste ne veut pas s’avouer son amour pour Bella, du moins il ne se sent pas à la hauteur de Bella l’aristocrate… (soupirs). 
M.O le méchant veut récupérer la belle Bella et John est un garçon qui va bientôt se transformer en vampire (guerrier) et dont on ne sait pas trop ce qu’il vient faire dans l’histoire. Mais bon. Il est présent un chapitre sur 3 donc je me dois de vous en parler ici.

 

Hors sujets qui méritent d’être évoqués :

1- Pour J.R Ward les putes de luxe sont toutes pareilles : extensions capillaires, poitrines siliconées, visages retravaillés par des chirurgien esthétiques, vêtements microscopiques.
(moi si je peux me permettre une remarque, je trouve ça assez réducteur. Toutes les prostitués de luxe n’ont pas d’extensions capillaires. Y’en a aux cheveux courts, non ?).

2- En boite de nuit :  « les humains se bousculaient sur la piste de danse, tétaient des bagues-sucettes … ». Oui vous avez bien lu. Dans le monde de JR Ward, vous et moi, en boite, nous sucerions des bagues-sucettes… J’ai encore du mal à visualiser la scène. 

 

Passons à la présentation des personnages à présent :
 

Nom : Zadiste
Surnoms: Le balafré, le sans âme, le mal aimé, le 3ème bras (Quelle belle entrée en matière, n’est ce pas?), le chanteur méconnu, l’incompris. 

Situation familiale : A un frère jumeau, Fhurie. Et bientôt une femme : Bella. (un prénom des plus originaux ).

Particularités physiques : Des cicatrices dans le dos. Des tatouages d’esclaves sur les poignets et le cou. Des piercings sur les tétons qui « réfléchissent la lumière du couloir » (la classe). Un anneau écarteur à l’oreille. Une balafre au visage qui traverse son visage. Cheveux coupés ras. Des yeux marrons foncés les 2/3 du livre puis jaunes (tout ce qu’il y a de plus commun donc). Certaines fois, quand il est fâché ses yeux peuvent devenir « aussi menaçants que des pistolets à clous ». (ça doit être pratique quand même non ?). (question : de quelle couleur sont ses yeux quand il jouit ?)..

Et quand Z se fâche, sa température corporelle chute: «  son corps expulsa une rafale glaciale ». Une autre fois :« le rictus moqueur du tueur provoqua une rage d’une telle intensité chez Z que celui-ci se mua en un véritable cercle polaire » (rien que ça, j’ai envie de dire).

Autres particularités :

- Il ne sait pas lire.
- Il envoie chier tout le monde (même son roi Kolher… Y’a des claques qui se perdent, moi je vous le dis) (Kolher, ceci dit, qui se laisse faire et admet qu’on lui manque de respect eu le droit au surnom bien mérité de femmelette).

- Z aime que son frère le bastonne (en même temps chacun son trip hein) (et puis vous n’avez pas été esclave de sang (et d’autre chose), vous ne pouvez donc pas comprendre, ni juger).   

- Il prend son pied quand les femmes ont peur. (sinon, il ne prend pas son pied). (enfin au début de l’histoire du moins car après c’est une toute autre histoire… mais j’y reviendrai, bande d’obsédées).

- Il n’a jamais embrassé (en quelques centaines d’années d’existence).
Je répète : il n’a jamais embrassé une fille en quelques centaines d’années d’existence..

- Il n’a jamais touché son sexe. Je veux dire, ja-mais. (« Comment les mâles normaux appelaient-ils leur sexe ? Certes, George n’était pas une option (dieu soit loué, j’aurais refermé le livre sinon). Mais d’une certaine façon, le désigner comme … chose, ne semblait pas non plus très approprié. Plus maintenant qu’ils s’étaient en quelque sorte serré la main ») (oui vous avez bien lu : serré la main). Et quand je dis jamais, je veux dire, même avant d’être transformé et d’être un esclave, donc avant d’être traumatisé. Donc quand il était un ado normal quoi. (bref vous voyez où je veux en venir…).

Façon de s’habiller : En cuir. Avec des rangers. De quoi faire rêver quoi. Surtout l’été, quand il doit transpirer, ça doit être si simple à ôter.. En même temps, si tu n’aimes pas le cuir, tu ne peux pas faire partie de la confrérie. C’est comme ça. Et si tu ne sens pas le talc tu ne peux pas faire partie des méchants (j’y reviendrai les amis, j’y reviendrai. Car l’odeur de talc caractéristique des méchants est un sujet d’étude à lui tout seul). 

Antécédents : a été esclave de sang (une femme buvait son sang pour se nourrir). Et bon cette femme l’utilisait aussi pour rassasier d’autres sortes d’appétits (si vous voyez ce que je veux dire) (attendez la description de son membre et vous ne pourrez plus l’en blâmer). Depuis il se déteste, et pense que son sang et son corps sont infectés. 

Description de son membre : Il n’aime pas son sexe, qu’il ne « nomme » pas, au début du bouquin. Il l’appelle « la chose ».

« Il ferait déborder n’importe quel vase ». (les mecs mettent leur sexe dans des vases ??)
« cette saleté était énorme, c’était comme s’il avait un troisième bras dans le pantalon. Pour cacher un rondin pareil, il devrait monter un échafaudage » (quelqu’un aurait-il la gentillesse de m’expliquer cette dernière phrase ?)

« Il s’imagina glisser sa chose en elle (…). Bon dieu, il était répugnant. Prendre cette chose immonde et la forcer en elle ? Pourquoi ne pas lui fourrer un balai de toilettes dans la bouche tant qu’il y était » (heu non Zadiste, permets-moi de te détromper. Je pense que que Bella préférait quand même de loin avoir ton 3ème bras dans la bouche plutôt qu’un balai de toilettes).

« Un renflement déformait son pantalon. Sa chose était si dure qu’on aurait dit qu’une tente avait été dressée dans ses sous-vêtements » (la tente en question est aussi facile et rapide à monter que la tente Quechua Décathlon, à savoir, 2 secondes)

Quels sentiments délicats et poétiques Bella inspirent-elle à Zadiste ? «  oh putain. Il voulait la monter. Il voulait la prendre. Il voulait la baiser ». (La classe je vous dis).

A noter : Il a apprit qu’on pouvait jouir sans avoir à se faire mal pour cela, pour le plaisir, s’entend.
Et ça. C’est beau. C’est le message du livre d’ailleurs je crois, en tous cas, c’est ce que moi, j’en retiendrai.

« Prenez du plaisir en vous faisant plaisir, pas en vous faisant du mal. »

 

Question existentielle numéro 1 :
Quelles sont les tendances et tripes sexuels de l’auteur quand on sait que dans toutes les parties de jambe en l’air qu’elle a écrites, le mec crie « putain » au moment de l’orgasme ? 

 

***********
 

Nom : Fhurie (qui a le droit à un H dans son nom, contrairement à son jumeau, mais bon il n’a pas le droit de coucher avec les femmes alors je sais pas ce qui est le mieux, un H ou le plaisir de la chair ?).

Surnoms: l’abstinent, le fashion victim, le gentil frère.

Situation familiale : Frère jumeau de Zadiste. Amoureux de la femme de son frère (ben quoi ? ce serait pas drôle sinon).

Particularité physique : Pareil que son frère en plus beau car plus musclé, sans la gueule ravagée rhavagée. Il a « une impressionnante crinière qui réfléchit la courbe des lumières » (Hé oui, ses cheveux ne réfléchissent pas seulement la lumière, mais la courbe des lumières) (ce qui me rend extrêmement jalouse, je ne vous le cache pas) (finalement tout le monde est content : Zadiste a les anneaux de tétons qui réfléchissent la lumière et Fhurie, ce sont ses cheveux qui réfléchissent la lumière). Bref il est plus beau que Z ce qui ne l’empêchera pas de se faire jeter par la belle Bella qui préfère tomber amoureuse d’un mec qui couche (et qui a un sexe énorme) plutôt que d’un mec qui fume des joints et qui ne couche pas. (je ne jetterai pas la première pierre à Bella pour cela, autant vous le dire).

Autres particularités : Il est trop gentil avec son frère car il est rongé par le sentiment de culpabilité. (Séchez vos larmes). Il a choisi la voie de l’abstinence (certaines voies sont impénétrables, oui d’accord elle était un peu facile celle-là mais quand on vient de lire 700 « putain » et 1200 « merde » dans un livre, on n’a plus la force de réfléchir à de bons commentaires, on écrit ce qui nous vient). (et si vous voulez savoir pourquoi Fhurie a choisi de ne pas coucher, il vous faudra attendre que je lise le tome 6.) (c’est-à-dire jamais. Il vous faudra donc demander à mes co-lectrices ou à Silverlining qui aime Fhurie d’amour).
Aussi, il a une jambe en moins… Ce dont je ne me moquerai pas car j’ai été très touchée par la manière dont il a perdu sa jambe… (enfin je n’ai pas versé de larmes non plus hein. Ce n’est tout de même pas aussi triste que quand Mustafa le père de Simba meurt dans le roi lion).

A noter :
 il aime la mode et quand il ne s’habille pas en cuir pour la confrérie, il porte des costards Marc Jacob et des mocassins Cole Haan (« il glissa son pied valide et celui qu’il ne pouvait pas sentir (en gros les 2 pieds quoi) dans une paire de mocassins Cole Haan. (non il n’est pas gay, je vous ai dit qu’il aimait Bella, vous ne suivez pas ?).

Sa meilleure répartie du livre :
(un homme qu’on soupçonne d’être méchant) – T’imagines sans doute facilement ce que je ressens. A quel point ça m’empêche de dormir.
(Fhurie) – Essaie le stilnox, tu feras de beaux rêves. (tant de réparties me laissent sans voix)


Question existentielle numéro 2 :
D’où sortent-ils leur argent sachant qu’ils bossent pour la confrérie ?

 

***********

 

Nom : John : A un H dans son nom, mais c’est tout ce qu’il a pour lui pour le moment. On sait que son nom de guerrier est Therreur (avec H). (un nom plein de promesse, n’est-il pas ?).

Particularité physique : John est un gringalet qui attend sa transformation en vampire. Il a presque 25 ans.

Autre particularité : Il est muet (Pour savoir quel traumatisme il a vécu pour devenir muet et pour savoir quelle femme le fera hurler « putain » au moment de l’orgasme, et par là même, lui fera retrouver la parole, rdv au tome 100) (cette J.R Ward est vraiment forte pour titiller notre cul-riosité).

Le moment le plus excitant pour John dans le livre: Quand il rencontre une fille qui lui plaît et à côté de qui il dîne, il fait exprès de  jeter sa serviette par terre afin que la belle se penche pour la ramasser en même temps que lui. C’est là qu’il lui dit « merci » (muettement), et qu’elle lui répond « de rien » et lui sourit.  (non je ne me suis pas trompée, c’est bien le passage le plus excitant de ce tome, sachant que John a un chapitre sur 3 qui lui est consacré, vous comprendrez pourquoi je n’ai pas vraiment été intéressée par le personnage). (bon ce n’est pas tout à fait vrai, il manque s’évanouir quand il lui fait un smack et ça c’était encore plus excitant que le coup de la serviette)

La chose la plus osée que John ait fait dans sa vie: (et qui se passe dans le livre, bande de chanceux) : « Il la regarda droit dans les yeux et fit la chose la plus étonnamment osée qui soit. Il lui sourit » (quand je vous dit que les chapitres sur John sont tout ce qu’il y a de plus passionnants)

Rôle de John dans l'histoireRemplir des pages et accessoirement nous introduire le personnage afin que nous ayons envie de lire le livre qui lui est consacré. (Non alors, là, ne rêvez pas, je ne le lirai pas, même si M.O devait me torturer avec une cuiller pour cela).

  

Quelle transition n’est-ce pas ??? 

***********
 

Nom : M.O
Prénom : David.
Rôle de O dans l’histoire : il est le méchant de l’histoire.
Particularités : Il sent le talc comme les autres éradiqueurs (qui n’éradique pas un seul vampire pendant le livre, d’ou leurs noms) (Par contre M.O a tué 3 éradiqueurs, donc finalement ils s’éradiquent entre eux, ce qui est pas mal car c’est toujours ça de temps que Zadiste et les autres pourront passer à baiser, à découvrir les joies de la masturbation, faire autre chose au lieu de devoir tuer). (Et pour Fhurie : c’est toujours ça de temps qu’il pourra consacrer à fumer de l’herbe rouge relaxante au lieu de tuer).

Bref revenons à nos moutons : M.O n’est pas un éradiqueur comme les autres. Hé non. Au lieu de ne plus avoir d’âme et de sentiments comme tous les autres, il a gardé une part d’humanité, et peut tomber amoureux. Et devinez de qui M.O va s’éprendre ?
Allez, un indice : B.E.L.L.A. Je ne vous dirai rien de plus.
Enfin si, je peux vous dire qu’il l’a enlevé et que quand il la retenait prisonnière, il la regardait se doucher. Heureusement il ne l’a pas violé, je vous rappelle que les éradiqueurs sont impuissants.
Bref que dire de plus? Pas grand chose ma foi vu que j’ai sauté tous les chapitres le concernant à partir du milieu du livre. Ce que je sais c’est qu’il a vu Z et qu’il veut le tuer.
Ca tombe bien Z veut aussi le tuer.
Je me demande qui va finir par tuer l’autre. Et vous ?


Question existentielle numéro 3 :

Un homme qui sent le talc fait-il peur ? Ou plutôt : quelles substances J.R Ward a t-elle  ingurgitées pour en venir à créer des méchants qui sentent le talc ?

Question existentielle numéro 4 :
Si jamais j’écris un livre du genre, et que mon méchant sent le « mustella », pensez-vous qu’il fera peur ?

 

***********
 

Nom : Bella
Particularités physiques :
- Ses cheveux se déversent sur ses épaules en une somptueuse cascade d’acajou profond. (profond l’acajou hein, attention)
- Elle a des yeux de saphirs.
- Sa poitrine : Tandis qu’elle se penchait au bord du lit, sa robe de chambre s’ouvrit (miraculeusement) et les yeux de Zadiste se rivèrent sur le sein exposé. Il était aussi parfait qu’il l’avait été dans la baignoire (il n’a donc pas changé en 2 jours… bizarre), sa peau pâle si lisse, et son téton si rose… Merde, il savait que l’autre était identique, mais il eut quand même envie de le voir. (mythique cette phrase non ?)
- Ses joues, quand elle est embarrassée, peuvent devenir « aussi roses que ses tétons ». (j’adoooore. JR Ward, you are my heroine).
- A des lèvres charnues (pourquoi les héroïnes doivent-elles toujours avoir des lèvres bien pleines ? hein ?) et des pommettes hautes.

Que dire de Bella ? : Elle a ses chaleurs dans le livre…

C’est hum, une façon comme une autre de faire coucher ses protagonistes hein…
Sachant qu’on est au tome 3, je me réjouis de voir ce que JR Ward va inventer pour le tome 8 ! « Si tu ne couches pas avec elle tout de suite, elle va mourir d’une infection urinaire qui s’est propagée dans tout le corps et qui est devenue mortelle. Vite couche avec elle sinon elle mourra». Par exemple.
Sinon heu, rien à signaler sur la belle Bella. Elle atteint l’orgasme au moins 10x par relation, 3 mecs sont amoureux d’elle, elle a des lèvres charnues, un corps de rêve, bref elle tient parfaitement son rôle de femelle dans l’histoire.    


Pensées de Cécile aboutissant à des questions existentielles:

Les éradiqueurs sont impuissants. 

John et, il semblerait, tous les futurs guerriers, sont impuissants tant qu’ils ne se sont pas transformés, c.à.d, jusqu’à leurs 25 ans.

Zadiste, quand il était esclave de sang, et bien que déjà vampire, ne pouvait pas bander et il devait être induit d’une pommade pour réveiller sa chose.

Vous ne verriez pas comme un thème récurrent ?
Du coup je m’interroge.


Question existentielle numéro 5 :
Quel traumatisme a vécu J.R Ward pour que le sujet de l’impuissance la touche autant ?

Et, tant qu’à s’interroger sur les traumatismes et fantasmes de la dame, allons jusqu’au bout :

Question existentielle numéro 6 :
Pourquoi aime t-elle tant le cuir et les rangers (ses élégantes écrases merde) ? Ou plutôt, laissez moi reformuler, comment en est-elle arrivée (que lui est il arrivé dans la vie) pour qu’elle en vienne à aimer le cuir et les rangers ?

Question existentielle numéro 7 :
Pourquoi la traductrice a t-elle une obsession pour la lettre H ? Si elle avait rajouté des G partout, j’aurais pu comprendre, mais des H ? 
Chaleurs (ah non ça c’est normal), ghardien, rehclusion, revhanche. (sans parler des protagonistes, hein). 

 

 

***********

 

Voilà, en gros, pour l’histoire et les protagonistes de ce livre…
Oui je sais, on n’a pas l’impression que j’ai beaucoup apprécié ce livre…
Je ne peux pas totalement vous détromper.

Ceci dit, et je suis sérieuse, j’ai vraiment préféré ce livre à celui de Kolher.
Zadiste était le seul personnage qui m’avait intrigué dans le premier tome, avec ses tatouages et ses cicatrices et je pense avoir fait le bon choix en lisant ce tome-ci pour m’amuser avec les copines.

Si je n’ai clairement trouvé aucun intérêt aux chapitres consacrés aux éradiqueurs (chapitres où il ne se passe rien), ni à ceux consacrés à John, l’histoire de Zadiste (et de son frère Fhurie) à su me toucher par certains aspects. J’avoue que leur relation m’a limite tirée une larme vers la fin du livre (j’ai bien dit limite hein). Non non je suis sérieuse là !
Dommage quand même que ces livres soient si pleins de clichés...

En conclusion, même si j’ai bien ri, que j’ai apprécié l’histoire de ce guerrier, et que je peux même (presque, pourquoi pas, commencer à) comprendre maintenant pourquoi cette série est tant appréciée, je ne pense pas renouveler l’expérience pour autant ! Je me contenterai des résumés des copines !!! :D
 

Allons d’ailleurs voir ce qu’elles en ont pensé : Karine, Pimpi et Sandy

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 21:40

L'AMAN~1

J’ai ouvert une nouvelle catégorie pour ce livre.
Bit-lit ou Harlequin ?

Parce que certes, c’est de la bit-lit, mais voyez-vous, j’ai trouvé beaucoup de points communs avec le Harlequin que j’ai lu il y a peu…

Je vous propose donc de relever quelques similitudes…

L’amant ténébreux VS Frisson interdit (je vous fait grâce d'un commentaire sur les titres).

 

Souvenez vous : je commençais mon billet de Frisson interdit en vous disant que j’étais éblouie par tant de clichés et de non limite dans l’imagination de l'auteur. Et bien. Je n’avais rien vu…

J.R Ward coiffe Lisa Kleypas au poteau pour ce qui est de « tout se permettre même si ce n’est pas du tout crédible ».

Je vous fait un rapide pitch.

Oui rapide car ici ce n’est pas l’histoire qui compte vu qu’elle est inexistante, enfin du moins jusqu’à la page 359 où j’ai lâchement abandonné ma lecture.


Donc l’histoire 
:

La société des éradiqueurs a pour but d’éradiquer… les vampires. Pour protéger ces derniers, 6 d’entre eux sont devenus des guerriers et forment « la confrérie de la dague noire ». Kholer est leur chef.

Quand un de ses guerriers meurt, il laisse derrière lui une magnifique jeune fille de 25 ans, mi-humaine, mi-vampire mais qui ne s’est pas encore transformée.

Cette phase de transition est très difficile et peut être mortelle. Il lui faudra de l’aide, et devinez qui va se porter volontaire ??? J 


Passons aux personnages, c’est là que les ressemblances avec Frisson interdit sont les plus parlantes :
 

Beth : est une bombe. 2m de jambes, cheveux noirs. Elle est drôle (ce qui ne gâte rien) et.. elle n’a pas couché avec un mec depuis des siècles. (au point que ses potes flics se demandent si elle est lesbiennes) (Croyez moi, dès la première scène de cul on comprend qu’elle est hétéro).

Signe particulier : Elle a un goût de pêche. De la chair soyeuse sur les lèvres et la langue quand on la lèche. Douce et sucrée dans la gorge lorsqu’on avale. (Je me marre encore toute seule en recopiant ces mots !).

Point commun avec Holly (de Frisson interdit) ? les 2 n’ont pas couché depuis une éternité. Les 2 sont belles et très convoitées. Les 2 ont leur premier orgasme dans le livre. Les 2 sont un peu bêtes.


Kholer : est immense, plus de 2 mètres.  Il ne s’habille qu’en cuir noir.  (je m’interroge sur les fantasmes de l’auteur). Il a une très mauvaise vue (du coup on doit lui couper son steak en morceau car sinon il coupe l'assiette). Heureusement pour lui, pas besoin d’avoir 10/10 aux yeux pour trouver le point G de Beth…

Kholer porte des boxers. Noirs. XXL… (Yeaaahhh baby !! Bon en même temps ça aurait été ballot de faire 2m10 et d’avoir un tout petit sexe. (comme les pandas ! : je vous donne plus de détails en commentaire si vous voulez. C’est super drôle).


Signe particulier 
: Le sens des priorités. Quand un flic l’arrête, et lui passe les menottes, si Beth passe non loin, et qu’il la sent : il a une érection.

Signe particulier numéro 2: « il n’était pas seul. Ne l’avait jamais été. La vengeance lui tenait compagnie. »

Signe particulier numéro 3: il est très fort : « Il releva sa jupe et déchira sa culotte avec une brutale (tu m’étonnes) impatience. Il réserva le même traitement à son chemisier et à son soutien-gorge. »…

(Mon dieu ! quelle force ! Messieurs si vous arrivez à déchirer la culotte, le soutif et le chemisier de votre partenaire en une seconde, et sans vous ridiculiser, faites-moi signe, vous m’intéressez).


Signe particulier numéro 4
: Kholer chuinte beaucoup. Il chuinte quand  Beth « se penche en avant, qu’elle entrouvre les lèvres, qu’elle prend le fruit entier (une fraise) dans sa bouche et que le jus de fruit coule le long de son menton. » Oui là le coup de jus le fait chuinter. Mais il émet aussi un chuintement « quand elle plaque son corps contre lui… »

Point commun avec Zac  (de Frisson interdit)? « Khloler se nourissait de ce qu’il récupérait dans les poubelles, toujours à 2 doigts de mourir de faim, avant de finir comme valet d’écurie ». Certes Zac n’a pas « nettoyé les sabots jusqu’à en avoir les mains craquelées » mais lui aussi a fait les poubelles.


Butch : un de mes personnages préférés. Il est flic. Il est costaud. Il picole pas mal. 

Surnom : dur  à cuire. (non je n’invente rien)

Choix de métier : Il ne s’est jamais remis du viol et du meurtre de sa sœur, 20 ans auparavant, dont le corps a été retrouvé dans un bois (l’auteur m’a écrit pour me dire qu’elle avait hésité avec laisser le corps dans une baignoire). Du coup il est devenu flic. (Pour se venger de tous ces salauds de violeurs je pense).

Point commun avec Lord Ravenhill de Frisson interdit : Ils sont lucides : ils savent quand ça ne peut pas marcher. Butch, après avoir (enfin !) embrassé Beth lui dit : « ca le fait pas, pour toi, pas vrai » ? (comprenez : tu ne ressens rien pour moi n'est-ce pas ? Ce baiser le confirme ?)

 

Pour ce qui est des frères guerriers de Kholer, je les ai pas tous en tête mais :

- Rhage a la particularité de se transformer en bête quand il ressent une trop grosse émotion (les femmes qui sont assez sympas pour lui donner un peu de plaisir finissent donc en pâté pour chien).

- Viszs voit les événements futurs.

- Audazs est surnommé D. (car dans le livre en VO son nom commence par D et que la traductrice avait la flemme de changer l’abréviation en A).

- Zadiste : il se tape des putes et a une énorme cicatrice sur le visage qui fait peur aux femmes. (Et vu que la peur qu’il lit dans leurs yeux excite Zadiste,  il prend plutôt bien le fait de foutre les boules).


Et puis il y a 
Dick : je me souviens plus de qui il est et ce qu'il fait. Juste de son nom que la traductrice a eu l’intelligence de ne pas traduire. (Lily me souffle à l'oreillette que c'est la patron de Beth) (patron un peu harceleur sur les bords car même si il est secondaire, Dick a le droit à son cliché aussi !).
 

Enfin, il y le méchant qui s’appelle ?

- M.X :

Si ça c’est pas un vrai nom de méchant, hein ?! J.R Ward: ton imagination me laisse sans voix.

Bref M.X est à la tête des éradiqueurs.

Signe particulieril ne bande plus (comme tous les éradiqueurs mais je sais plus pourquoi : il y a de quoi devenir aigri je vous l'accorde).

Signe particulier numéro 2: C’est un vrai de vrai méchant. Il a des instruments de torture, « des outils qui brillent de tout leur éclat : une roulette de dentiste, des couteaux de différentes tailles, un marteau, un burin, une scie. » Et, le meilleur pour la fin, ladies and gentleman :  « une cuiller à melon. Pour les yeux… » Rhoooo j'espère que vous arriverez à dormir ce soir… 

 

 Hum je me rends compte que je ne vous l’ai pas encore dit clairement : je n’ai pas aimé ce livre! J
 

- Il ne se passe rien à pars des scènes de cul.

- Tous les personnages sont des clichés ambulants.

- C’est vulgaire :

« Bordel », « putain », « fils de pute », « bouge ton cul » sont présents à toutes les pages.

Sinon il y  a eu aussi, très classe :  « ils chient dans leur froc ». Et puis, pour parler de sa douce et tendre : « pourrait-il le supporter si un de ses guerriers se la faisait ? »… Amis de la poésie, bonsoir !


- Mais le pire pour moi, là où j’ai eu le plus de mal, c’est l’absence total de négation. De « ne ».

« Tu la touches pas. Tu la regardes même pas ». Ou mieux encore « Me fais pas confiance. M'aime pas. Je m'en tape. Mais me mens jamais. » C'est du lourd quand même non ?  M'aime pas ?!! Bon ben faut vous imaginer que c’est comme ça à chaque négation du livre…


Du coup j’ai abandonné. Non sans demander à l’Attrape rêves un petit résumé des 150 dernières pages. Que dire ? je (ne) regrette pas de (ne) pas l’avoir lu : surtout l’histoire de la vierge qui ressuscite les morts… (tiens Holy aussi voit la mort et revient à la vie).

 

Franchement, quitte à faire dans le cliché, j’ai préféré le harlequin : Moins vulgaire, moins de cul (moui bon il aurait pu y en avoir un peu plus) et mieux traduit.


2 petits extraits qui valent leur pesant de cacahouètes :

« Non. Cette blessure n’est rien. C’est quand on doit se servir du gros intestin comme garrot qu’on sait que c’est du sérieux ! » (j’ai du la relire une fois pour me familiariser à l'image). 

« Il se raidit. Tout comme sa queue, simplement en l’entendant parler… » (la classe je vous dis)

 

L'avis de Mlle Lily (qui le lit encore), l'Attrape Rêves (qui comme moi n'a pas aimé), Mariiine qui a beaucoup aimé, Bladelor qui a déjà dévoré le second tome et Azilis  dont l'avis est assez mitigé.      

 

Partager cet article
Repost0

en-passant2.jpg    

 

- John Green est un génie...

- Swap en cours de finition ! J'ai enfin trouvé LE cadeau que je voulais absolument !

 

 

******************************************************************

 

Recherche

categories2.jpg

 

    ********************************************************
 


j'y suis et j'y adhère

 

 

facebook_logo-2-.png goodreads.jpg twitter logo pinterest.jpg

 

volage gris 2-1
     

Logo40-copie-1.jpg   


MIDINETTE

 

 

    ********************************************************

 


challenge.jpg 

 

 

   
Classique final 4  

Challenge Un classique par mois. 
Organisé par Stephie  0/12

 

 

volage gris final

Challenge "Je suis volage : je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture"
Organisé par Mlle P et moi-même.   

 

 

          ******************************************************** 

  

 

je-lis2.jpg           

 

 

 


    ********************************************************

 

 

********************************************************

promene3.jpg