Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 00:00

ICED-copie-1.jpg      

 

 

BILLET SANS SPOILERS !!!

 

 

Comment vous parler de ce livre ?
Comment lui rendre justice ?
Comment décrire sa perfection ?

Par où commencer ?
Et surtout, comment vous persuader de le lire ?

 

 

J’ai tellement aimé la série Fever et notamment son dernier tome que quand j’ai su qu’une trilogie sur Dani sortait, j’étais à la fois surexcitée mais aussi pleine d’appréhenssion.
J’avais peur d’être déçue.
Non, soyons franche : j’étais sûre d’être déçue : impossible qu’Iced me donne le 10ème d’émotions que Fever m’a fait ressentir.

Comment KMM allait-elle pouvoir faire aussi bien que Mac, Barrons et V’lane avec des personnages principaux comme Dani et son langage incompréhensible (tout du moins en anglais), Chrisitian qui me paraissait assez insipide et Ryodan qui s’averait certes plein de potentiel mais qui n’allait sûrement pas détrôner Barrons dans mon cœur ?
 

« That’s my dick, Ryodan says »

 

Pffuuu. Créature de peu de foi que je suis.
KMM m’a prouvé que j’avais tort.

ICED.était.tout.simplement.par-fait.

 

 

En tant que fan de la série Fever, je dois dire que je suis très vite rentrée dans cette nouvelle aventure qui reprend là où le dernier tome de Fever nous avait laissé.

 

 

Avant toute chose : Dani.
Dani à qui je me suis directement attachée.

« I’m going to kill the kid, » Barrons says faintly.

Ryodan makes a burbling sound like a bloody laugh. I don’t think he even has the parts left to laugh with. « Get in line. » 
Dani, c’est la Mega. Celle qui veut sauver le monde et ses habitants.
C’est la fille qui a été forcé de grandir trop vite.
C’est la femme qui se dispute à l’adolescente.

All the sudden Ryodan is standing one inch away from me, hand under my chin, holding my face up to his.
« You’ll never be just anything. A tsunami can never be « just » a wave. »

« Get off my chin. »

« I like that about you. Waves are banal. Tsunamis reshape the Earth. Under the right circumstances, even entire civilizations. »

I blink.

« You’re going to be one hell of a woman one day, Dani. »
Dani c’est la force de caractère, la volonté, la justice et c’est aussi, et surtout, l’humour et la naiveté.
What if there were a dozen of them? What if humans come for me in a small army? What if the princes themselves come?

Gah, I’m what-iffing! I don’t what-if! What-iffing is for grownups. They what-if themselves right into doing nothing, and die without ever living.

J’ai aimé son intelligence, sa manière de tout observer et de tout analyser.
I can’t help but ask. « Why me? »

« Because you see everything. You aren’t afraid to do what it takes and not breathe a word of it to anyone. »

« Talking like you know a thing or two about me. »

« I know everything about you. »

J’ai aimé sa joie de vivre, la manière qu’elle a de tout positiver, de voir la vie du bon côté et ce, malgré son passé qui m’a beaucoup touché. 
You think you’re going to chain me to a wall then stand here and tell me why it’s okay that I am the way I am? That because of all the crap folks put me through when I was young it’s all right that I turned out like this? Dude, I don’t have a problem with how I turned out. I like me.
J’ai aimé ses « dude », ses « feck », ses « boss ».

“Dude, the bush is ready. Why you still beating around it?”

“I’ve lived a long time, kid, and I’ve never heard anyone mutilate the English language quite like you.”
J’ai aimé son rapport aux autres, son indépendante et le fait qu’elle n’accepte aucune forme d’autorité :

“Good luck with that,” Ryodan says. “She doesn't beg to speak, or do anything else. You can lock her up, down, and sideways and it’s never going to happen.”

I beam at him. I had no idea he thought so highly of me.”
Dani m’a touchée, m’a fait rire, m’a émue.
Je n’aurais jamais pensée m’attacher à elle après ses apparitions dans Fever et pourtant… je l’ai adoré.


Mais Iced, ce n’est pas que Dani.
C’est aussi :

 

 


- Un Chrisitian qui n’est plus du tout ce qu’il était.

Exit le gentil Christian détecteur de mensonge et bienvenue au Christian de Iced tout en dualité.

« I’ll do whatever I need to do to save her life. You. Bloody. Idiots, » the kid says.

« Roll us up in sleeping bags. »

I look at Ryodan and he looks at me and for a second I think we might both kill the kid. Ryodan’s more stone-faced than usual, if that’s possible without turning to concrete, and his fangs are out. I look down. Ryodan’s dick is as big as mine. « Why the bloody hell don’t you wear underwear? »

Celui-ci est plus sombre, limite flippant, mais tellement plus intéressant ! J’ai adoré ce personnage et ce qu’il est devenu et j’ai hâte de le revoir dans le prochain tome.

« A few weeks back. I almost killed you »

The kid gives him a look. I think, what the fuck gives a kid this young the balls it takes to snarl at me and give dickhead a look like that?

Ryodan says, « I stood in the shadows of an alley you were walking down. You wouldn’t have seen me coming. She would have died tonight if I’d killed you. »

« Is that, like, an apology? » I mock.

« Does she gasp in horror every time she sees you, Highlander? »

 



- Un Dancer qui m’a fait craquer. Dancer, l’adolescent de 17ans, meilleur ami de Dani qui est intelligent, indépendant, loyal et présent pour elle et à qui on ne peut s’empêcher de s’attacher même si, bien sûr, on se pose aussi des questions à son sujet. J’ai aimé sa façon de remettre ses lunettes chaque fois que Dani débarque, j’ai adoré son côté « geek », et sa manière de répondre à Christian et Ryodan. Qui est-il ? Que nous cache t-il ? Nul doute qu’il saura nous surprendre, mais est ce en bien ou en mal ? J’ai déjà ma théorie la dessus.

« Did you get what I need?? The kid thrusts a hand behind him, ignoring my threat. » « Aluminum blanket. Now. And easy when you move her » he says over his shoulder, like he doesn’t even know two homicidal maniacs are watching his every move and want him dead just for being so close to her.

  

- Et un Ryodan…
Ahhhh Ryodan. Par où commencer ?
Je n’ai qu’une chose à dire : il me fait un signe de tête quand il veut.

I look into a face that is unreadable. It is said of this man that he wears three expressions and three alone: amused mockery, urbane aloofness, or anger. It is said if you see anger, you are dead.
Plus sérieusement, si Ryo n’a pas encore détronné Barrons dans mon cœur, j’avoue qu’il en a clairement le potentiel. C’est un mâle Alpha en puissance.
J’ai aimé son côté bossy, manipulateur, possessif, ses questions qui n’en sont pas, ses insinuations et son humour.

« You don’t understand. I’m not giving you a choice. »

« You don’t understand. I’m taking it. You’re not the boss of me. »
J’ai aimé l’imaginer au 4ème étage de Chester à rire… (mais pas avec cette petasse de biiiip).
I like sex for breakfast, kid. I eat early and often.
Voilà un personnage qui n’en finit pas de m’intriguer, j’ai hâte d’en apprendre plus sur lui d’autant que KMM s’est lancé comme défi de le faire éclipser Barrons dans nos cœurs d’ici la fin de la trilogie ! Oh my, je ne demande que ça! :D
She thinks he’s not an animal like Barrons. That he’s more civilized. She’s right, he is more polished. But it only makes him more dangerous. With Barrons you expect to get fucked up royally. With Ryodan you don’t see it coming.

 

 

 

Enfin, il y a l’intrigue que j’ai beaucoup appréciée.
un monstre gèle des lieux à Dublin, tuant tout ce qui s’y trouve instantanément. Humains ou Faes.
Et alors que Dani et Ryo passent leurs nuits à enquêter sur les différentes scènes, un certain Fae est enfermé dans le sous-sol de l’Abbaye mettant à rude épreuve certaines sidhe-sheers.


J’ai aimé que l’intrigue principale du livre trouve sa solution dans ce tome.
J’ai aimé l’alternance des points de vue, de Kat, Dani et Christian.
J’ai été emballé par les personnages.
Je me suis posée des dizaines de questions sur Dani et ce qu’elle est, sur Ryodan, sur Christian, sur Dancer.

« Touch her, I’ll cut off your wings and use them to sweep the floor at Chester’s, » Ryodan says.

« Oh, I’ll touch her. And when I do, you won’t be able to do a bloody thing to stop me, » Christian says.
J’ai pesté, crié, hurlé de frustration !

J’ai échangé des centaines de mails avec les copines…
J’ai ri, j’ai été touché, j’ai été émue.

« Dudes, we need noise. Quit taking the iPod off the dock. » Dancer snatches the iPod from Ryodan and puts it back on the dock. « And Mega has a crush on Chester. »

« I do not! »

« Do too, Mega. »

« He’s like, old! »

« How old? » Christian says.

« Like at least thirty or something! »

Lor laughs. « Fucking ancient, ain’t it, kid? »

« Dude, » I agree. I like Lor.

 

 

 

Quoi d’autre ?

J’ai aimé Lor, son affection pour Dani et ses répliques parfaites, toujours placées au bon moment.

« Stop. Vibrating. » Ryodan plucks a paper out of the air and slaps it back down on his desk.

« Can’t help it, » I say around a mouthful of candy bar. « It happens when I get really excited. The more excited I get, the more I vibrate »

« Now there’s a thought, » Lor says.

« If you mean what I think you mean, you want to shut the fuck up and never think it again, » Ryodan says.

« Just saying, boss, » Lor says. « You can’t tell me you didn’t think it, too. »
J’ai aimé le style du livre et retrouver l’écriture de KMM qui sait nous mener en bourrique et nous faire poser mille questions.
J’ai aimé tout ce que j’ai ressenti.

J’ai adoré les scènes où se retrouvent Christian, Dancer et Ryodan et la fin qui se déroule près de l’abbaye.
« The study of the interaction of matter and radiated energy, » Dancer says. « I wanted to excite molecules so I could study them. »

« How…  exciting, » Ryodan says.

« I prefer to excite women, » Christian says
J’ai aimé lire ce livre en apnée, ne pas vouloir le lâcher mais essayer quand même de le faire durer le plus longtemps possible.

J’ai aimé analyser chaque phrase, chaque geste, chaque action.
J’ai aimé la dernière scène qui promet une suite épique.

 

 

 

En fait, je crois que c’est simple. J’ai tout aimé. Tout…

I return my attention to the situation at hand and realize Reality « the impatient bitch » has made my decision for me. She does that a lot. You get busy planning your life, then it has the nerve to just go ahead and happen to you before you?re ready. Before you even get the chance to aim yourself right!
Sauf peut-être la sensation de vide à la fin.

Cette sensation d’être orpheline quand j’ai fermé le livre… La suite n’arrivera jamais assez vite. Jamais.
Bravo KMM pour ce pari relevé, et merci pour tout ce que vous nous faites vivre.

 

 

 

 

ICED – (Fever #6) -  Karen Marie Moning
476 pages.

 

Merci aux copines de LC pour tout nos échanges:
Sabrina, Mlle P, Sandy, Rose , Julia, Pimpi, Bella.
 



Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 00:00

kate-daniels-4-blessure-magique.jpg

 

ATTENTION RISQUE DE SPOILERS

 

 

Ce 4ème tome confirme le coup de cœur du précédent tome. 
Je crois même qu’il est encore meilleur. Non, en fait, je ne crois pas. Il est meilleur. Et pour cause : il se passe (enfin) beaucoup de choses que nous attendions avec impatience…
Et je ne parle pas seulement de la relation entre Kate et Curran qui évolue enfin, mais également de son passé et de ses craintes qui sont vraiment bien expliquées.

Niveau action, c’est toujours aussi intense et parfait, on ne s’ennuie pas une minute. Entre les virus à contenir, le Peuple, la Guilde et les métamorphes attaqués par des mages non-morts, l’identité d’Erra et son lien avec Kate il m’était tout simplement impossible de reposer le livre (même pour marcher c’est vous dire)… 
J’ai tout aimé :

 

Les premières pages et la tristesse de Kate.

Je raccrochai très soigneusement. Un son minuscule éclata dans mes oreilles ; j’eus l’absurde impression que c’était mon cœur qui se fendait. 
Il m’avait posé un lapin.

 

Les premières fois où Kate et Curran se retrouvent après le malentendu du début… 
- Oses-tu insinuer que mes hommes ne savent pas faire preuve de circonspection ?
Je regardai toujours Jim.
- Passe donc mes félicitations à Sa Majesté pour avoir réussi à apprendre un si grand mot tout seul.
 

Le passage avec Saiman au restaurant (le salop quand même) suivi de… (Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii…)
Je m’inquiète pour toi. (Il pencha la tête et me regarda dans les yeux.) Je m’inquiète que quelque chose de stupide t’arrive, que je ne sois pas là et que tu disparaisses. Je m’inquiète de ne jamais pouvoir te sortir de ma tête. 

L’action, les bagarres, la peur, la proposition de Curran, les interrogations de Kate, le deal avec tante B, les moments de doute... et surtout les révélations qu’ils se font sur leur passé et leurs cicatrices (ce moment dans la baignoire… swoon…)
- Plus de baignoire pour moi. (Je sautai du lit et enfilai un pantalon de survêtement de la Meute.) Elles me font perdre la tête.
Curran s’étala sur le lit avec un grand sourire satisfait. 
- Tu veux connaître un secret ?
- Bien sûr. 
- Ce n’est pas la baignoire, bébé. 

Et la fin… ahhh la fin… (soupirs) : Kate est forte, elle sait ce qu’elle veut, j’aime son caractère, ses décisions, son humour… J’aime le fait qu’elle tienne tête au conseil, qu’elle se batte pour ce qu’elle veut… 
Oui je sais, je me répète mais il faut bien ça pour vous expliquer à quel point et pourquoi je suis accroc à cette série.
J’aime tout. Tout. TOUT. Kate,  Curran, Julie, Andrea, Raphael, Jim et les autres, l’humour, le monde, les créatures qui donnent froid au dos, les bagarres, la peur que l’un d’eux y passe, le caractère des personnages, les intrigues, l’action continue, les rebondissements à chaque fin de tome, et surtout, le danger que représente Roland, latent, toujours présent, et l’attente de la confrontation finale…

Bref, merci au couple Andrews pour cette série géniale qui me permet de penser à autre chose qu'à la série Fever.



Kate Daniels, tome 4, Blessure Magique - Ilona Andrews
Milady, 471 pages. 

 

Les avis de : Nyx, Mycoton, Silverlining, Sabruhu, Heclea, Trillian (je trouve pas ton lien?).  
 

Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 00:00

fiavre10.jpg

J’avais adoré ce 5ème tome. A tel point que pendant un an, j’ai continué d’y penser.
Pourtant, je savais que je n’avais pas tout compris et qu’il me faudrait le relire en français.
C'est désormais chose faite. Et je peux vous dire j’ai encore plus savouré cette relecture…
 

Si le premier billet que j’ai fait ne contenait pas de spoilers, celui-ci, par contre en est plein. Donc si vous n’avez pas lu ce dernier tome, arrêtez-vous ici ! 

 

Comment vous parler de ce livre ?
Que dire ?
Par où commencer ?
 

Déjà par les premiers chapitres qui m’ont brisé le cœur. On y retrouve une Mac triste, affaiblie, seule au monde, pour qui plus rien ne compte.
Elle prend pleinement conscience de son amour pour Barrons et la perte de ce dernier la tue. Son désespoir est palpable.
Mon cœur a saigné pour elle. 

Excusez-moi, Barrons, d’avoir été trop jeune pour savoir ordonner mes priorités comme vous le faisiez ; je n'ai pas souffert l’enfer que vous avez enduré, quel qu'il soit. J’aurais du vous plaquer contre un mur, vous embrasser jusqu'à perdre haleine et faire tout ce dont j'ai eu envie le jour où je vous ai vu pour la première fois dans cette fichue libraire. Vous troubler comme vous me troubliez, vous obliger à me voir, à me désirer - moi la fille rose bonbon !


S’en suit l’alliance avec Darroc ! Je me souviens avoir détesté ces passages lors de ma première lecture. Je savais qu’elle manipulait Darroc mais cette alliance avec celui qui l’avait faite pri-ya m’avait dépassée.
Autant vous dire que j’ai mieux vécu ces passages lors de cette seconde lecture.
Le moment le plus touchant de cette période, pour moi, est celui où elle croise Dani :

- Il se passe quelque chose ici que j'ai pas capté, Mac ? demande-t-elle d'une voix tendue. Parce que tu vois, je suis là, en train de chercher une raison, n’importe laquelle, pour que tu embrasses ce salaud, mais j'en trouve aucune.
Elle me lance un coup d'oeil furieux.
- Je crois que c'est encore pire que de mater un film porno. Man.
Bon elle est furieuse. Elle vient de me dire man et n'a pas demandé pardon.
Je me raidis.
- Il se passe beaucoup de choses que tu ne captes pas, dis-je froidement.

Suivi de peu par le moment qui m’avait fait hurler de joie la première fois et qui m’a fait hurler de joie à nouveau :

Elle nest pas perdue dans le réseau des Miroirs, en détresse.
Elle se tient dans mon allée, en train d’embrasser ce salaud qui l’a violée et transformée en Pri-ya.
Non, soyons tout à fait précis. Elle se frotte contre lui en lui enfonçant sa langue dans la bouche jusqu’aux amygdales.
Le monste en moi secoue les barreaux de sa cage.
Violemment.

 

Dans ce tome, tous les personnages secondaires sont réunis.
Si j’ai aimé les MacKeyltar et leurs femmes imposantes, les parents de Mac (Barrons aime la tarte aux pommes ?!!!), si j’ai eu envie de connaître plus les 9 de Barrons (Ryodan, épouse-moi), il y a une personne que j’ai encore plus détesté cette fois-ci, en comprenant tout: j’ai nommé, Rowena (la salope).

- V’lane refusera de me donner la pierre répliquai-je. Il est impossible qu'il se contente de nous la confier sans contrepartie.
- Ouvre les cuisses un autre faë et fais ce qu'il faut pour qu’il te la procure, dit-elle platement. Ensuite tu nous les remettras. Tu n’as pas besoin d'assister au rituel.

  

Aussi, j’ai aimé suivre Mac qui ne cesse d’évoluer et de se poser des questions sur ce (ou qui) elle est. 
J’ai aimé l’accompagner dans ses réflexions qui la pousse à se remettre sans cesse en questions… J’ai eu le cœur serré devant ses incertitudes et ses doutes…

Il ne respirait plus. Il était mort. Une fois de plus. 
Je le regardai. 
Je regardai dans les ténèbres du Miroir.
Celui-ci ne m’avait pas tuée… mais il l’avait tué, lui.
Je n’aimais pas du tout ce que cela signifiait.
Cela voulait dire que j’étais effectivement la concubine.
Et aussi, que Jéricho n’était pas mon roi.

 

Mais Fièvre d’Ombres, ce n’est pas que des doutes et des trahisons.
C’est aussi ces moments entre Mac et de Barrons qui donnent le sourire… Je pense notamment à leurs dialogues muets qui ne manquent jamais de me faire rire…

- Je ne sais plus comment m’habiller alors j’ai essayé de tout concilier.
- Et nue ?
- Il fait encore un peu frais.
Nous nous dévisageâmes par-dessus la table basse. 
Ses yeux ne dirent pas « Je vous réchaufferai », et les miens ne répondirent pas « Qu’attendrez-vous ? » Et comme il refusa de s'écrier » Pas questions de faire le premier pas ! »  je m'abstins de répliquer « J’aimerais que vous le fassiez parce que je ne peux pas, parce que je suis »  et il ne m'interrompit pas en demandant « Trop orgueilleuse pour le faire ? »
- Comme si vous le n'étiez pas, vous !
- Pardon ?
- Vraiment, Barrons, dis-je  sèchement. Je ne suis pas seul à ne pas avoir eu cette conversation et vous le savez. 
Ses lèvres esquissèrent de nouveau ce petit sourire en coin.
- Vous êtes un sacré numéro, Mademoiselle Lane.
- Autant pour vous.



Et après plus de 700 pages, il y a enfin, enfin, (enfin !!!!!!) ce que j’attendais depuis le premier tome : 

- Tu es Mac, dit-il. Et je suis Jéricho. Et rien d'autre ne compte. Rien d'autre ne comptera jamais. Tu existes dans un endroit qui est au-delà de toutes les règles pour moi. Est-ce que tu comprends cela ?
Oui.
Jéricho Barrons vient juste de me dire qu’il m’aime.



Malheureusement pour nous, lectrices amoureuses de Barrons, cette parenthèse de « bonheur », ces quelques jours entre eux ne sont qu’une trêve. La chasse au Sinsar Duhb continue…
Dans cette dernière partie, Barrons apparaît différent. Il aime Mac, il a peur pour elle, et ça le rend différent. Moins arrogant. Plus vulnérable aussi.

- J’ai besoin de toi, dis-je simplement.
Un voile pourpre teinta ses iris. Il enfila un pull-over, faisant saillir ses muscles et rouler ses tatouages.
- Il n’est pas trop tard, dit-il d’un ton rude. Nous pouvons laisser le monde aller au diable. Il y en a d’autres. Plein d’autres. Nous pouvons même y emmener tes parents. Qui tu voudras.

 

Mais ce que je retiendrai de ce tome, bien sûr, c’est avant tout et surtout les twists et les révélations inattendues…  

A commencer par V’lane qui est Cruce…
Accepte-moi ou tue-moi, MacKayla, mais décide toi. Décide-toi, bon sang ! 

V’lane ! Un traitre ? V’lane et ses tentatives pour parler comme un humain ? V’lane et sa peau dorée ? V’lane et ses efforts pour conquérir Mac, le 4ème violeur ? Nooooooooon !!!

La tête de V’lane retomba et ses yeux s’ouvrirent.
sa réaction ne fut pas du tout ce que j’avais cru.
Ses lévres s’étirèrent en un sourire tranquille.
- Vous vous montrez enfin, vieil homme. Il était temps.
- Ah, dit le roi unseelie. Cruce.

 

Mais il n’y a pas que lui…
Il y a aussi Rowena qui s’avère en effet être une vraie salope, Mac qui est une partie du sinsar, le dreamy-eye boy qui est le roi, la concubine qui est la reine, et bien sûr Dani…
Dani que j’ai encore plus apprécié lors de cette relecture et à qui je ne peux pas en vouloir (que pouvait-elle faire ? Ella agissait sous les ordres de la vieille).
Dani, la bouffée d’oxygène de ce monde lugubre, avec ses Man et ses gros mots, Dani la superwomen, la future « proie » de Ryodan (hiiiiiiiiiiiii). … Dani, qui s’échappe pour ne pas revenir et dont nous ne savons rien au moment où l’on tourne la dernière page.

J'ai enfin eu ce que j'étais venu chercher à Dublin.
Je sais qui as tué ma sœur.
C'était celle que j'avais commencé à prendre pour une autre sœur.
Je me roule en boule sur le pavé glacé et je pleure.

 

Enfin, les dernières lignes. Cette fin qui nous convient mais qui promet des temps difficiles pour Mac et pour tous ces personnages auxquels on s’est attaché pendant cinq tomes…

Et des questions, toujours des questions…
Comment Barrons et les siens sont-ils devenus ce qu’ils sont ? Qui est la mère du fils de Barrons ? Pourquoi Fio n’avait-elle pas été tué quand elle était la maîtresse de Barrons ? Que va devenir Dani ? Qui est le petit copain dont elle parle dans ce tome ? Va t-il se passer quelque chose avec Ryodan ? Que vont demander le Roi Unseelie et la Dame Grise à Mac en échange des services rendus ?
Bref, vous l’aurez compris, si cette fin m’a satisfaite en un sens, elle me laisse bien frustrée également.

 

Mais qu’importe, ce tome a remplit toutes ses promesses :
Il a été riche en émotion et en révélation.
Il m’a fendu le cœur, m’a fait rire, m’a fait crier et hystériser.
Un tome qui a mis en avant une Mac 5.0 bien différente du premier tome, un Barrons sexy en diable, des personnages secondaires aussi attachants que détestables, un Sinsar-Dhub plus vicieux que jamais et une histoire toujours aussi complexe et riche.

 

Un dernier tome à la hauteur de cette série : parfait. Un coup de cœur, et bien plus encore…

Il me regarda. Je frissonnai. Je ne me lasse pas de lui. Je ne me lasserai jamais de lui.
Il vit.
Il respire.
Je le veux. Lui. Toujours.
Du feu sur la glace. De la glace sur ma fièvre


Les chroniques de MacKayla Lane, tome 5, Fièvre d'ombres - Karen Marie Moning
J'ai Lu, 887 pages.  



NB : Merci à Bella, Lily, Mlle Pointillés, Pimpi, Rose et Sandy pour tous les échanges de mails... Cette relecture avec vous, c'était génial ! Vivement la sortie de Iced et n'oubliez pas : Ryodan is mine !  

Repost 0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 13:34

couv15331666.jpg
 

Ca y est, le coup de cœur est là!

Je suis définitivement une Kate’s addict.

Ce tome 3 est encore meilleur que les deux précédents.

Déjà, grand pas en avant (pour la blonde que je suis), j’ai tout compris, aussi bien l’univers que l’histoire.

Tout est bien expliqué et on commence a vraiment en apprendre plus sur les pouvoirs et le passé de Kate. Et j’avoue ne pas avoir été déçue. Je prends vraiment beaucoup de plaisir à suivre ses souvenirs, à mieux comprendre ses peurs, ses démons, sa façon de pensée.

La mort me traquait, comme un ennemi aussi cruel que lâche qui me raillait et grignotait les bords de mon monde, me volant tous ceux que j’aimais. Elle ne se contentait pas de tuer, elle oblitérait. Chaque fois que j’étais distraite, elle m’arrachait un ami et le détruisait.

Si on ne voit pas souvent Curran, on ne boude pas pour autant notre plaisir, et pour cause : les personnages secondaires  sont mis en avant dans ce tome et ils sont vraiment intéressants.
Jim a le rôle principal et j’ai vraiment apprécié en apprendre plus sur le chef de la sécurité de la meute. 
Mon petit cœur a saigné pour Derek, (j’ai même versé ma larme), et j’ai vraiment adoré les passages avec Andrea et Raphael. Ce dernier a souvent été, durant les moments les plus tendus, une réelle bouffée d’oxygène. (Le passage où il tend un éventail à Curran, avant son combat, m’a fait hurler de rire). Et puis il y a aussi Dali, la tigresse végétarienne à moitié aveugle (LOL) et le dernier personnage secondaire à faire son apparition dans notre équipe de choc. Elle aussi m’a bien fait marrer. J’espère la revoir plus souvent.
Enfin, Saiman dont on ne sait jamais vraiment quoi penser depuis le premier tome à aussi son importance dans cette histoire, et, alors que nous en apprenons également plus sur lui, cela ne l’a pas pour autant rendu plus sympathique à mes yeux.

- Sa majesté a besoin d’une fille « puis-je ». Ce n’est pas moi.
- Une fille « puis-je » ?
Je m’enfonçai dans mon siège.
- Puis-je t’apporter à manger, Ta Majesté ? Puis-je te dire à quel point tu es fort et puissant, Ta Majesté ? Puis-je t’épouiller, Ta Majesté ? Puis-je te lécher le cul, Ta Majesté ? Puis-je…
Je me rendis compte que Raphaël était particulièrement immobile. Pétrifié, comme une statue. Son regard était rivé sur un point derrière ma tête.
- Il est juste derrière moi, n’est-ce pas ?
Andrea hocha lentement la tête.
- Techniquement, ça devrait être « pourrais-je » dit Curran d’une voix plus profonde que ce dont je me souvenais. Puisque tu demandes la permission.


Mais bon revenons à l’essentiel : si Curran n’est pas souvent présent, je peux vous dire que quand il apparaît ça vaut son pesant de skittles. Les scènes où il est là sont vraiment toutes excellentes. Lui et Kate continuent de se chercher, de s’envoyer des piques, de s’attirer puis de reculer… Entre eux, la tension est palpable, c’est électrique et j’adore ça. Je relis quasiment toutes les scènes entre eux. (et pas seulement celle du jacuzzi… mmmmmh)(call me crazy).


- Tu as gardé une clé de mon appartement. Connard. Tu viens souvent ?
- De temps en temps.
- Pourquoi ?
- Pour voir si tu vas bien. Ca me permet de ne pas attendre à côté du téléphone que tu m’appelles pour que je te sauve.
- Tu ne devrais pas t’inquiéter. Je préférerais crever plutôt que de t’appeler.
- C’est bien ce qui m’inquiète, dit-il.

L’histoire, quant à elle, est parfaite. Entre ce qui est arrivé à Derek, les jeux de minuit, la merde dans laquelle s’est mise Jim, le fait que Curran va devoir faire la peau à la moitié de ses amis, Kate partagé, les combats, les brides du passé de Kate, de Jim, de Saiman, l’entrée en scène de Dali, Raphael, Andrea, les quart de final, la demi final, la découverte de Hugh le chef de guerre de Roland… Oui, vraiment, l’histoire est parfaite.

 

Et, dans ce tome, on ne s’ennuie pas, on passe du rire aux larmes, on est tendu, capté, tenu en haleine, on se bat aux côtés de Kate, on admire son courage, on rit à ses répliques, on fond devant la possessivité et le sale caractère de Curran, on a peur pour toute leur équipe, on hallucine sur ce que fait Kate  à la fin, on retient notre respiration quand Curran revient après ça, bref, on vit cette histoire comme s’y on y était, et on adore ça.

- Tu es venu pour moi, murmurai-je.
- Toujours, me dit-il.
- Tu es vraiment stupide. Tu veux te débarrasser de la vie ?
- Je reste sur la brèche. Assurer ta sécurité me maintient en forme.

 

Je suis définitivement accroc.




Kate Daniels, tome 3, Attaque Magique - Ilona Andrews
Milady, 384 pages.  

Les avis de Nyx, Sabrina, Silverlining, Mycoton, Trillian, Aily

Repost 0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 19:34

1110-kate2-new.jpg 

Souvenez vous, je vous parlais il y a peu (c’est un euphémisme : c’était mon dernier billet) du premier tome de la série Kate Daniels, qui outre son univers un peu trop complexe (pour la blonde que je suis), m’avait totalement conquise…
Je n’ai bien sûr pas pu attendre plus d’une semaine avant de commencer le second tome.

Verdict ?

L’histoire m’a semblé encore plus compliquée dans ce second tome que dans le premier. Si je me suis faite au monde dans lequel évolue Kate (avec ses vagues tech et vagues de magie et autres termes particuliers), j’avoue que l’histoire et les mythologies exploitées et décrites dans ce second tome sont vraiment très compliquées. J’ai eu du mal à tout comprendre, entre les déesses, leurs « chiens », les sorcières, leurs rites, les pouvoirs de l’un, les pouvoirs de l’autres, la vision de l’une, la réalité, le tsunami de magie, etc… je peux dire que ce n’était, une fois de plus, pas évident, de tout assimiler et de tout s’imaginer…
Et pourtant, cette fois encore, j’ai réussi à faire abstraction de ce que je ne visualisais pas bien.

Tout simplement car l’action est à nouveau très présente voire continue, qu’il n’y a aucun temps mort et que l’on ne s’ennuie jamais. Kate est une héroïne que je prends beaucoup de plaisir à suivre. Elle continue de se mettre dans des situations pas possibles, et d’ouvrir sa bouche quand il ne faut pas… J’adore.

- Pourquoi moi ? dit-il finalement. Ta mission dans la vie est de foutre la mienne en l’air ?

Dans ce second tome, on en apprend plus (mais pas assez à mon goût) sur ses pouvoirs et son passé.
J’aime vraiment sa manière de pensée, d’agir et de répondre aux autres.

Un sourire lent, carnivore, naquit sur les lèvres de Curran.
- Non seulement tu coucheras avec moi mais tu diras « s’il te plait ».
Je lui décochai un regard outré.
Le sourire s’élargit.
- Tu diras « s’il te plaît » avant et « merci » après.
Un rire nerveux me secoua.
- Tu es devenu fou. Tout ce peroxyde dans tes cheveux a atteint ton cerveau, boucle d’or.

Sa relation avec Curran est toujours aussi jouissive, leurs joutes verbales sont absolument géniales, je jubile quand ils se cherchent, quand ils se chamaillent, ou qu’ils ont des discussions sérieuses.

- Y a-t-il quelque chose que je puisse faire ? Ne t’excite pas, ce n’est pas pour toi. C’est pour la gosse. Sans elle et le tsunami, je te jetterais par la fenêtre.
- Qu’est-ce que le tsunami a à voir dans cette histoire ?
- Je ne veux pas que ce soit interprété comme une perte de contrôle. Quand je te jetterai par la fenêtre, je veux qu’il n’y ait aucun doute sur l’aspect délibéré de mon acte.
 

Dans ce tome, outre l’action vraiment présente, je n’ai pas vu venir certains rebondissements et surtout, l’auteure est arrivée à me faire croire, pendant longtemps, que le gentil était le méchant et vice versa. Chapeau donc, je n’ai rien vu venir.

Quant aux personnages secondaires, ils sont toujours attachants. Je parle notamment de Derek, the kid, d’Andréa, et même de Julie qui est au cœur de l’intrigue.

En gros, toujours un bémol au niveau de la compréhension de l’histoire mais sinon je reste très proche du coup de cœur. J’ai vraiment un faible pour Kate. (et pour Curran).

 

Kate Daniels, tome 2, Brulure Magique - Ilona Andrews
Milady, 352 pages.  



Repost 0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 23:46

KD1

Kate Daniels est mercenaire. Quand elle apprend que son tuteur (qui représentait sa seule famille) a été tué, elle décide de trouver le coupable…
 

Oui je sais, ce résumé n’est pas très long (et ne donne pas très envie, vous pouvez le dire) mais franchement, l’histoire est trop complexe pour être résumée en quelques lignes (et même en quelques pages). Et de toutes façons, je ne pense pas que vous y comprendriez un seul mot. (tout simplement car je n’ai pas tout pigé non plus). Vous ne me croyez pas ? Et si je vous dis que dans le monde de Kate il y a des vagues tech, et des vagues de magie, des fluctuations, des scans-m, que les vampires sont des non-morts pilotés par des nécromanciens, qu’il y a plusieurs sortes d’organisations et espèces, allant de la Guilde, à l’Ordre, en passant par la Division, le Peuple et la Meute, est ce que ça vous parle ? Non hein ? (Quand je vous dis de m’écouter…).
Dans le monde de Kate, la magie est présente, les créatures mythologiques sont aux rendez-vous, les changeformes, qui sont des lions, des hyènes, des rats et des loups côtoient entre autres vampires, mages et sorcières, dans un monde où nul ne sait quand la magie prendra le pas sur la technologie et ce qui découlera de ces moments où l’ère moderne cesse de fonctionner.  
Dans le monde de Kate, les gentils ne sont pas ceux que l’on croit, et les méchants sont de vrais méchants (qui ne sentent pas le talc) (oh ça va, si on ne peut plus faire d‘allusions du tout hein…).

Ce que j’essaye de vous expliquer (sans grand succès j’en suis consciente) c’est que l’univers de Kate est très riche et très complexe et que j’ai eu du mal à rentrer dedans car il n’est pas du tout expliqué.  Autant trop d’explications (tue l’explication), cela peut devenir lassant (comme le début de chaque tome de la série Fever qui reprend en détails tout l’univers), autant, pas d’explications du tout, c’est encore plus déstabilisant.
Car, voyez-vous, on se retrouve avec toutes sortes de termes incompréhensibles dont nous ne savons que faire, et si ce n’est grâce à Rose, Sabruhu et Silverlining, je serais encore en train de me poser beaucoup de questions. (Enfin, j’avoue, (non sans honte), que malgré leurs (supers) explications, ce n’est toujours pas très clair).  
Bref, tout ça pour dire que je comprends que cet univers complexe et non expliqué soit un frein à la lecture de cette série. Et pourtant, quel dommage se serait de passer à côté ou de s’arrêter après quelques chapitres par faute de compréhension !


J’ai adoré Kate. C’est une héroïne forte, casse cou, têtue, dotée d’humour et de dérision, ironique, qui n’a pas la langue dans sa poche, qui a beaucoup de pouvoirs (qu’elle cache) et qui sait ce qu’elle veut (et ce qu’elle ne veut pas).
Kate se hisse d’emblée aux côtés de Mac parmi mes héroïnes préférées, et pour celles qui me connaissent, ce n’est pas peu dire !

Et bon, bien sûr, il y a le personnage masculin qui me fait craquer et sans qui une série comme celle-ci ne deviendrait pas une de mes séries coup de cœur. Je vous demande d’applaudir comme il se doit : Curran…
Ahhhh Curran !! Que dire ? J’aime tout chez lui. Je l’ai aimé dès sa première apparition. Curran, c’est donc l’Alpha mâle dans toute sa splendeur : arrogant, sûr de lui, très très macho, ironique, fort et beau. (Et c’est aussi le chef de tous les changeformes).Tout ce que j’aime quoi.

Je me tournai pour partir et m’arrêtai avant le trou dans le mur en ruine.
- Une dernière chose, Votre majesté. J’aimerais un nom que je puisse mettre dans mon rapport. Quelque chose de plus court que « Dirigeant de la Faction Méridionale des Changeformes ». Comment puis-je vous appeler ? 
- Seigneur. 
Je roulais des yeux.
Il haussa les épaules. 
- C’est plus court.


Chacune de leur rencontre amène le sourire. Leurs prises de bec sont mythiques. J’adore.

Et bon, vu que mon avis commence à devenir très long, (pour finalement ne pas dire grand chose), je vais tâcher de faire vite et de résumer en quelques lignes ce que je n’ai pas encore vraiment dit :
Ce livre c’est donc : une héroïne géniale, beaucoup d’actions, pas de temps morts, une enquête sur un meurtre, un meurtrier qui veut semer le trouble entre vampires et changeformes, des rencontres, des personnages secondaires intéressants et pour certains, très particuliers,  des situations très drôles, un bon nombre de bastons, un baiser volé, un univers complexe, du mystère autour de l’héroïne (sur son passé et son pouvoir), et un personnage masculin tout ce qu’il y a de plus craquant.

Franchement, je vous invite fortement à commencer cette série si ce n’est déjà fait et ce, même si, pour vous, les couvertures ont de l’importance dans le choix d’une série (car celles de cette série sont tout simplement monstrueuses).

Les avis (très positifs) de Rose (?),
  Silverlining, Sabruhu, Fashion, Yumiko, Mycoton 

Kate Daniels, tome 1, Morsure Magique - Ilona Andrews
Milady, 338 pages.  



Repost 0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 22:08

chroniques-de-mackayla-lane--tome-4---fievre-fatale-87280-2.jpg

Comme j’ai déjà chroniqué ce livre sans spoilers ici, j’ai décidé de ne pas me censurer sur ce billet qui contient donc des spoilers sur les tomes précédents ET sur la fin de la série.
 

Attention GROS SPOILERS.

 

J’avoue que je ne sais pas par où commencer ni comment organiser cet avis… En plus d’avoir beaucoup de choses à dire,  le problème c’est surtout que je ne sais pas comment exprimer l’intensité des émotions que j’ai ressenties pendant cette relecture.
Premier constat, je crois être encore plus entrée dans l’histoire cette fois que lors de ma première lecture; sûrement car j’en ai compris tous les détails, ce qui, je m’en rends compte maintenant, était loin d’être le cas lors de ma lecture en version anglaise…

Second constat qui n’a rien d’étonnant :  j’ai tout aimé dans ce livre. Enfin. Aimer est un euphémisme.  J’ai a-do-ré ce livre… Il n’y a pas un seul paragraphe que je jetterais à la poubelle…


On rentre, pour une fois, directement dans l’action :
Le viol, le sauvetage de Dani, puis Barrons  et ses acolytes qui viennent délivrer Mac.

 
Et puis, bien sûr, le moment qu’on attendait tous : du sexe entre Barrons et Mac. En-fin !
Alors, certes, ce passage n’est pas aussi savoureux que ce qu’il pourrait être (et sera), vu son état de pri-ya. C’est même dur de voir Mac rabaissée à un animal pris de frénésie sexuelle, mais je ne vais pas mentir, cette partie là m’a fait fondre. Pas seulement car ils couchent ensemble, ça, c’est clairement plus appréciable dans Shadowfever quand Mac a tous ses esprits. Non, ce qui est jouissif, là, c’est Barrons.
Voir Barrons ne pas être sur la retenue, le voir danser et rire, l’imaginer déchiré quand il comprend que tout ça va bientôt s’arrêter, voilà ce qui m’a fait succomber. Comment peut-il en être moment ?
En tous cas, moi, les rares fois où Barrons se laisse aller à nous montrer qu’il est capable de tendresse, je fonds. Littéralement.
Il me caresse le visage. Il y a quelque chose de différent dans son geste, j’ai l’impression qu’il me dit au revoir et je traverse un moment de panique.
- Ne me quitte pas.
Je m’agite entre les draps.
- Je ne m’en vais pas, Mac.
Puis je sais que je rêve car les songes sont les royaumes de l’absurde et ce qu’il me dit est plus qu’absurde.
- C’est toi qui me quittes, ma poupée arc-en-ciel.
 

Et puis, la suite. Mac se réveille de son état de Pri-ya.
Exit Pink Mac. Welcome to Black Mac. 
Si je survivais, je passerais du rose au noir. J’aimais encore le rose – j’aimerais toujours le rose – mais il n’y avait plus rien de rose en moi. J’étais peut-être de retour, mais à présent, j’étais Mac version noire. Black Mac.
 

A partir de là, impossible de décrocher, malgré les 600 pages.
J’ai eu peur quand je me suis retrouvée dans la ruelle avec Mac, face au Livre et que celui-ci lui parle, j’ai été étonné en découvrant les OFI, j’ai adoré m’attacher à Dani, ce qui avait moins été le cas durant ma lecture en anglais, peut-être car je ne comprenais pas tout son langage, en anglais, peut-être aussi parce que maintenant je comprends certaines de ses attitudes, et ses phrases du type « entre sœurs on se pardonne tout ? ».
- Alors Rowena t’a dit où étaient toutes les bibliothèques interdites ?
Cela ne ressemblait pas à la Grande Maîtresse que je connaissais ! 
En vérité, non, m’expliqua Dani, pas tout à fait. Enfin, bon, peut-être avait-elle appris l’essentiel de ce qu’elle savait  sur l’Abbaye avant que Rowena et les autres comprennent que la présence d’un léger souffle signifiait qu’elle était dans les parages, à l’époque où elle pouvait encore fureter en toute liberté.

 

J’ai ri quand Barrons et V’lane se sont retrouvés à nouveau dans la même pièce.
Comme Barrons, il était vêtu d’un élégant complet noir, d’une chemise blanche impeccablement repassée et d’une cravate rouge sang.
- Trouve-toi ton style personnel, bougonna Barrons
- Peut-être ai.je décidé que j’aime bien le tien ?
- Peut-être t’imagines tu que si tu me copies, elle te laissera la sauter ? Rétorqua Barrons.
 

J’ai hystérisé quand Barrons réapparaît après quelques chapitres. J’ai insulté V’lane qui, je le sais maintenant, ment quand il accuse Barrons d’être le 4ème violeur afin de semer le doute dans l’esprit de Mac.

J’ai pesté, j’ai ri, j’ai été émue, j’ai aimé, j’ai fantasmé. Et j’ai écrit des dizaines et des dizaines de mails aux copines pour relever des faits, pour insulter Rowena et Fiona « les salopes », pour crier mon amour à Barrons, pour demander « mais il l’aime hein ? et là il est jaloux  on est d’accord? et là, c’est trop triste ce passage, quand Mac imagine que Barrons a pu la trahir et qu’elle a l’impression de recevoir un couteau dans le coeur »…
 

Vous l’aurez compris, j’aime cette série d’amour et pour le moment ce tome est mon préféré. Tant au niveau de l’intrigue que des émotions qu’il fait passer.
Il marque aussi un tournant décisif pour Mac qui continue son évolution.
J’étais devenue insensible au charme érotique du prince Fae de volupté fatale.
A présent, ma drogue, c’était Jéricho Barrons.
 

Et enfin, j’ai autant détesté cette fin que la première fois. Voire plus en fait.
Quand la bête  agonise et regarde Mac comme si elle avait été trahie… ah la la.
Et de savoir que c’est Barrons, ça m’a encore plus fendu le cœur. J’ai cru que la bête me regardait moi…

Plus qu’une envie. Continuer. Enchainer sur le 5ème tome. Retrouver Barrons. Et Mac. Et Dani. Avoir à nouveau des réponses aux questions que je me repose, revivre ce premier chapitre si touchant, ressentir la trahison de certains, en aimer d’autres…
- Et vous pourrez dire à Darroc, ajouta Barrons, que Mademoiselle Lane est à moi. S’il la veut, qu’il vienne donc la chercher !

 

Merci les filles d’avoir supporté mes milliards de mails… 
 

Repost 0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 10:14

fae.JPG

 

Que dire sur ce tome que je n’ai pas encore dis lors de mes deux derniers billets ?
Une fois de plus, j’ai tout aimé. Il n’y a rien en trop à pars peut-être, trop peu de réponses à nos questions. Mais sinon, qu’est ce que cette relecture est jouissive ! Et comme pour les tomes précédents, j’ai préféré la relecture à la découverte.

- Aviez-vous une voiture précise en tête, Mademoiselle Lane ?
- La Viper.

- Et pour quelle raison devrais-je vous laisser la conduire ?
- Parce que vous avez une dette enver moi.
- Pourquoi ai-je une dette envers vous ?
- Parce que je vous supporte. 
Cette fois-ci il sourit pour de bon. Je ricanai en détournant les yeux.
- Les clés du garage se trouent dans le tiroir du haut de mon bureau, côté droit.

 

 

Je vous disais donc, qu’une fois de plus, j’ai tout aimé.

A commencer par Mac, qui continue d’évoluer et de devenir « primitive Mac » tout en essayant de se raccrocher à quelques brides de la Mac version 0.1… (Mention spéciale au gâteau d’anniversaire rose… Une de mes scènes favorite.)
En parlant de scènes favorites, certaines sont tout simplement mythiques dans ce tome trois.

Je pense notamment à celle du Mac Halo et de Barrons qui éclate de rire en découvrant cette invention (soupirs), la scène du gâteau d’anniversaire, celle de l’intrusion dans l’abbaye avec V’lane, les fois où Barrons est  jaloux, ou encore les leçons de « Voix ».
- Sautez à cloche-pied.

- Vous m’énervez, grommelai-je en m’exécutant.
- Le secret, pour résister à la Voix, m’expliqua Barrons, c’est de trouver cet endroit en vous que personne ne peut atteindre.
- Vous parlez de la zone sidhe-seer ? Demandai-je tout en sautant sur un pied.
- Non, un autre endroit. Tout le  monde l’a. Pas seulement les sidhe-seers. Nous sommes nés seuls et nous mourons seuls. Cet endroit.
- Je ne comprends pas.
- Je sais. C’est pour ça que vous continuez de sautiller

 

Et enfin la scène du premier face à face Barrons / V’lane.

Si vous m’expliquiez pourquoi vous vous détestez autant tous les deux ?
- Tu as couché avec elle ? demanda V’lane, m’ignorant superbement.
- Je n’essaie pas.
- Traduction : tous tes efforts ont échoué.
- Pas du tout, intervins-je. Il dit vrai. Pour votre information, messieurs, et j’emploie ce terme au sens large, j’offre d’autres intérêts que le sexe.
- Raison pour laquelle vous êtes toujours en vie, Mademoiselle Lane. Continuez de cultiver ces atouts.

 


Ce qui m’a le plus étonné pendant cette relecture c’est d’avoir été, bien plus que la première fois, sensible à l’environnement dans lequel évolue Mac.
Je ne me souviens pas m’être aussi bien imaginée Dublin envahit par les faes, les montres, les ombres. Il ne me semble pas avoir eu froid dans le dos en lisant certains passages comme ça a été le cas cette fois-ci. Mais surtout, je ne me souvenais pas que V’lane puisse être aussi effrayant durant certaines scènes où sa rage fait apparaître les flocons de neige. Lors de mes premières lectures, je voyais plus en lui un joyeux luron qu’un prince Fae aux pouvoirs infinis.
Je pense notamment à la scène où ils sont dans l’abbaye et qu’il parle à Rowena, ou encore, la fois où il comprend que Mac a raconté des choses à Barrons qu’elle n’aurait pas du.

- Et encore, je me suis retenu. L’expérience aurait pu être bien plus… quel est le mot ? Traumatique. Les humains ne sont pas faits pour tenir un nom faë sur la langue. Qu’en dis-tu, MacKayla ? tu as une part de moi dans ta bouche. En voudrais-tu une autre ?

 

 

Enfin, niveau histoire, Mac continue de chasser le livre et les objets de pouvoirs. Le Sinsar Dhub, d’ailleurs, apparaît ici plus terrifiant que jamais, et on apprend comment il se déplace.

La scène où Barrons est à deux doigts de l’attraper est très touchante.

Il laissa échapper un éclat de rire sec et sans joie.
- Moi non plus je ne peux pas le toucher.
- Vous ne pouvez pas, ou vous ne voulez pas ?
- Bonne question. Voilà une parfaite définition de l’ironie. La raison pour laquelle je veux le posséder ne m’intéresserait plus si je l’obtenais. Je perdrais tout pour ne rien gagner. Je n’ai pas de temps à perdre en futilités.

 

 

Sinon, moins de méchants dans ce tome, exit Mallucé et moins de Haut Seigneur par exemple, mais plus d’enjeux, plus de Dani, de Sidhe-seers, et de Christian, et un objectif commun : renforcer les murs, ne pas les laisser s’effondrer. Empêcher les Unseelies d’envahir la terre.

Je pivotais lentement sur moi-même en levant les yeux vers lui. Il tressaillit et prit une inspiration saccadée. Quelques instants plus tard, il effleura ma joue.
- Toute cette détresse… murmura-t-il.
Je tournai mon visage vers sa paume et fermai les paupières. Il passa ses doigts dans mes cheveux, caressa l’arrière de ma tête et effleura la marque qu’il y avait imprimée. A son contact, celle-ci me brûla. Sa main se posa à la base de mon crâne et serra. Très lentement, il me souleva sur la pointe de mes pieds. Je rouvris les yeux, et à mon tour, je pris une pénible inspiration. Il n’était pas humain. Oh, non, pas cet homme-là.
- Ne me la montrez plus jamais.

 

 

Et enfin, cette fin. On peut dire que KMM ne ménage pas son héroïne, ni ses lecteurs d’ailleurs, qu’elle laisse sur une fin particulièrement horrible.

Plus qu’une envie, commencer le 4, surtout quand on sait ce qui nous attend dans les premiers chapitres.  

Il n’était pas difficile de fantasmer sur Jéricho Barrons.
Barrons était un homme puissant, rayonnant d’une ténébreuse beauté, scandaleusement riche, effroyablement intelligent et doté d’un goût exquis… ainsi que d’un physique d’athlète qui émettait en permanence une sourde vibration. En un mot, il avait l’étoffe des héros…

Et des psychopathes meurtriers.

 

 

Pour terminer, un petit mot sur JZB.

J’ai une fois de plus aimé toutes les scènes où il apparaît. Son personnage est parfait, très bien travaillé, chacune de ses apparitions me sert le cœur ou me fait sourire. J’aime tout chez lui. Le mystère qui plane au dessus de lui, sa façon d’apprendre à Mac à contrôler la Voix, ses Mademoiselle Lane, ses crises de jalousie, et enfin le fait qu’il soit toujours là pour Mac. Je suis folle de lui, encore plus qu’avant, il me semble, et je me demande d’ailleurs comment c’est possible de tomber chaque fois encore plus amoureuse de lui que je ne l’étais déjà. 

- Superbe bronzage, Mademoiselle Lane. Comment va V’lane ? Avez vous passé une bonne journée ? Moi, je vous fais visiter les cimetières tandis que lui, il vous emmène à la plage. Est.ce cela, le problème ? Nos rendez-vous ne sont pas à la hauteur de vos attentes ? Vous charme-t-il ? vous raconte-t-il tous ces jolis mensonges dont vous raffolez tant ? Je vous ai un peu négligée, ces derniers temps. Je vais remédier à cela. Assise. Là.

 

 

 

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 07:00

Fievre-rouge.jpg


Une fois de plus cette relecture est encore meilleure que ma première lecture.
Comme cela a été le cas pour Fièvre Noire, j’ai trouvé dans Fièvre Rouge, connaissant la fin de la série, beaucoup d’indices nous permettant de comprendre certains mystères et questions que l’on se posait tout au long des tomes… Une fois de plus j’ai été bluffé par la maîtrise de KMM qui avait tout prévu avant d’écrire sa série. Rien n’est laissé au hasard, et je ne peux m’empêcher de me dire que je me serais posée moins de questions si j’avais su lire entre les lignes !

Mac est en Ireland depuis environ un mois maintenant et elle a déjà traversé beaucoup d’épreuves.
Dans ce second opus, elle continue de traquer le Sinsar Dubh et les reliques avec son mentor, Jericho Z. Barrons, tout en gardant son principal objectif en tête : venger sa sœur.
J’ai une fois de plus, beaucoup apprécié suivre son évolution.
Son Pink Side continue de céder la place à son Dark Side, et à quel prix !

 

« En moi apparaissait une autre Mac dont je n’avais jamais soupçonné l’existence. Elle n’aimait pas les fanfreluches, ne se pomponnait pas et sortait jamais en boite. Ses préoccupations étaient aux antipodes des miennes, et je priais pour qu’elle ne prenne pas un jour le commandement des opérations.

C’était une créature sauvage et primitive, assoiffée de sang.
Et elle détestait le rose. »

 

L’univers, ici, est encore plus sombre et plus inquiétant que dans le tome précédent: les Unseelies et les ombres sont partout, plus terrifiants que jamais. Alors que des nouvelles sortes apparaissent, on se rend compte que les anciennes évoluent et sont encore plus menaçantes et dangereuses qu’elles ne l’étaient auparavant. J’ai trouvé l’ambiance encore plus oppressante que lors de ma première lecture. Pour un peu, je ferais comme Mac et irais chercher dans mon vieux tiroir une lampe torche au cas où je serais amener à rencontrer certaines ombres.

Dans ce tome, Mac va comprendre qu’elle est la pièce maîtresse d’un échiquier grandeur nature.

La question est de savoir de quel côté placer les autres pions.

Du côté des méchants, nous retrouvons le Haut Seigneur qui aurait tué sa sœur et Mallucé s’il est encore vivant. C’est à peu près les seules certitudes de Mac.

Où placer les autres personnages comme V’lane et Barrons qui ne dévoilent pas tout mais qui ont besoin d’elle? Et qui sont Ryodan, Dani et Christian que nous découvrons dans ce tome ? Mac peut-elle leur faire confiance ?

Quant à la vieille Rowena, gentille ou méchante ?

Vous l’aurez compris, toujours autant de questions, et encore moins de réponses…

L’histoire prend une nouvelle ampleur dans ce tome, et tout comme Mac, on continue de patauger dans le floue.

 

Ceci dit, si je veux être tout à fait honnête, ce qui continue de retenir le plus mon attention, même après avoir déjà fini la série, c’est les questions que Mac se pose sur l’énigmatique Barrons.

Leur relation est toujours aussi jouissive avec, entre autre, leurs discussions silencieuses qui ne manquent jamais de me faire sourire (ah la la, la scène dans la grotte… j’en ai encore des palpitations !) (Je me réjouis des scènes où il va lui apprendre à maîtriser la Voix).
Barrons est toujours aussi mystérieux, voire plus, et moi, je continue de fondre littéralement à chacune de ses apparitions.

Car, voyez-vous, j’aime tout chez JZB.
Le fait qu’il soit hautain et arrogant…

- Même moi, je ne sais pas ce que vous faites, et pourtant, je sais tout ! Répliqua-t-il d’un ton agacé.

Dominant, jaloux, possessif, sensuel.
- J’ai aimé, Mademoiselle Lane, et même si cela ne vous regarde pas, sachez que j’ai perdu. Bien plus que vous ne pouvez l’imaginer. Je ne suis pas comme mes concurrents, et encore moins comme V’lane. Quant à mes érections, je vous rassure, elles n’ont rien d’occasionnel.
Il se pressa contre moi, m’arrachant un petit soupir de surprise.
Il arrive même que ce soit pour une gamine insolente qui n’a rien d’une femme.
Dernier point, c’est moi qui ai tout cassé au magasin, en ne vous trouvant pas.
  

Et quand il lui arrive quelques (rares) fois, d’être affectueux.  

- Recevoir une marque de tendresse de la part de Jéricho Barrons est une expérience unique et inoubliable. Cela vous donne le sentiment d’être la personne la plus extraordinaire au monde.
Bref, c’est Barrons quoi. Toujours là pour Mac même s’il ne dévoile rien de lui :
- Qui êtes-vous exactement, Barrons ?
- Celui qui ne vous laissera jamais mourir. Ce qui est bien plus que quiconque ait jamais fait pour vous, mademoiselle Lane. Bien plus que quiconque soit capable de faire pour vous.

 

J’ai beau me dire que c’est un personnage fictif, je n’en reste pas moins totalement amoureuse de lui. Oui je sais, ne dites rien…

Alors, voilà, que dire de plus ? Un excellent tome. Je suis totalement plongée dans l’univers de KMM et je continue sur ma lancée en attaquant Fièvre Fae.



abcvolage gris final 6 

 

 

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 07:00

fièvre

Depuis le temps qu’on se disait qu’on allait relire la série Fever en entier quand le dernier tome sortirait en français !
C’est désormais chose faite : la relecture a commencé et je viens de terminer le premier tome !

Et… QUE C’ETAIT BON !!!
Je me demande même si je n’ai pas plus apprécié ce livre à sa relecture que la première fois où je l’ai lu !

Déjà, car on se rend compte que KMM avait tout prévu depuis le (prologue du) premier tome : j’ai donc été bluffé par sa maitrise des détails!
En effet, quand on sait ce qu’il se passe à la fin (j’avais lu le dernier tome en VO), alors on se rend compte que beaucoup de choses et d’indices sont révélés dès le premier tome ! Et dire que je n’avais rien vu, et que je m’arrachais les cheveux à chaque fin de tome à me demander qui était Barrons, quel était le rôle du Haut Seigneur, ou ce qu’était la bête enfermée dans le sous sol de B&B&B etc…
Hé bien, croyez-moi, on avait pas mal d’indices dès le début…


Par ailleurs, cette relecture ne m’a pas empêché de plonger, cette fois encore, directement dans le monde de Mac : j’ai frémi avec elle devant les différents Faes, j’ai apprécié, que dis-je, j’ai a-do-ré les échanges entre elle et Barrons (surtout les discussions silencieuses), j’ai ri à ses premières rencontres avec V’lane, j’ai eu peur d’éteindre la lumière… j’ai… bref j’ai autant aimé ce premier tome que la première fois. Voire plus comme je le disais au début. Et j’apprécie toujours autant de voir l’évolution de Mac tout au long du livre. Car dès ce premier tome on voit un changement opérer en elle. Exit la poupée Barbie. A la fin de ce tome, déjà, Mac s’est endurcie et ne vit plus dans le monde des bisounours. Et quand on sait que tout se passe en quelques semaines, (même pas), on est encore plus admirative face à son évolution.

 

Quant à l’histoire, j’avoue qu’elle m’a semblée aussi compliquée qu’à la première lecture. Pffu quand même, entre les objets de pouvoirs, les quatre pierres, les reliques, les Seelies et les Unseelies, la reine et la concubine, le haut seigneur et le roi, il faut suivre la route… C’est complexe. Mais quand on commence à comprendre, c’est trop bon. (Merci Pimpi (qui en est à sa 3ème lecture de la série) pour les explications !).

 

Enfin je terminerai sur Barrons. Le seul. L’unique. J’ai un petit sourire à chaque fois qu’il apparaît. Voilà encore une chose qui n’a pas changé : j’adore tout chez lui. Son air hautain, ses sarcasmes, ses réparties, ses rares moments où il nous laisse entrevoir de la tendresse et de l’humanité. J’aime le mystère qui plane autour de lui, sa façon d’appeler Mac « Mademoiselle Lane » et de nier les moments de faiblesse où il n’a pas pu retenir un « Mac ». Bref j’aime cet homme.
Il est de très loin le potentiel masculin le plus abouti que j’ai pu lire, et il est sans conteste celui qui me plait le plus.

 

Bref une excellente relecture. Je ne la regrette pas ! Merci Mlle P, Pimpi et Sandy pour les échanges de mails ! 
Et c’est parti pour Fièvre Rouge, avec en plus, dans la boucle, Lily et Rose !

 

tour des genres 9 

 

Repost 0

en-passant2.jpg    

 

- John Green est un génie...

- Swap en cours de finition ! J'ai enfin trouvé LE cadeau que je voulais absolument !

 

 

******************************************************************

 

Recherche

categories2.jpg

 

    ********************************************************
 


j'y suis et j'y adhère

 

 

facebook_logo-2-.png goodreads.jpg twitter logo pinterest.jpg

 

volage gris 2-1
     

Logo40-copie-1.jpg   


MIDINETTE

 

 

    ********************************************************

 


challenge.jpg 

 

 

   
Classique final 4  

Challenge Un classique par mois. 
Organisé par Stephie  0/12

 

 

volage gris final

Challenge "Je suis volage : je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture"
Organisé par Mlle P et moi-même.   

 

 

          ******************************************************** 

  

 

je-lis2.jpg           

 

 

 


    ********************************************************

 

 

********************************************************

promene3.jpg