Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 17:21

Spellman2.JPG


Quel plaisir de retrouver la famille Spellman ! 

Vous le savez, j’adore ces livres : les enquêtes qui ne sont pas d’une importance vitale mais qui ont le mérite d’être loufoques, les personnages plus déjantés les uns que les autres : la mère qui se mêle de tout, le frère parfait qui ne l’est plus tant que ça, le père qui ne se mouille jamais, Rae qui gère son monde comme elle l’entend et qui est vraiment une peste, Izzie qui passe son temps à boire et à enquêter sur tout le monde, et bien sûr les personnages secondaires si différents et pourtant tous attachants. Je parle bien sûr de Henry, l’enquêteur maniaque et meilleur ami de Rae qui ne jure que par la nourriture bio et le ménage, Maggie qui débarque dans cette famille sans trop savoir (vraisemblablement) dans quoi elle s’embarque, Fred qui a vite compris comment fonctionnait la petite famille et qui a le mérite de supporter, on ne sait comment, Rae et bien sûr Morty, le meilleur pote d’Izzie, qui a 86 ans et qui met des adjectifs là où il ne faut pas…


Je fis alors ce que tout enquêteur chevronné, coriace, indépendant, débordé et privé de sommeil aurait fait : je me mis à pleurer.
Et, à ma grande satisfaction, je vis que les larmes étaient l’arme idéale avec Connor.

Entre tous ces personnages haut en couleurs,  les nombreuses enquêtes que nous suivons en parallèles, et la vie de chaque membre de la famille, les chapitres défilent, pleins d’humour et de sarcasme et on ne s’ennuie pas une seconde… au contraire, on rit et on dévore 400 pages en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire…


Papa me dit qu’il y réfléchirait. Mais il utilise cette formule comme tactique dilatoire.  Et ce depuis des années. Quand j’avais douze ans, j’ai demandé un petit chien. Il y réfléchit toujours. Je pris la réponse de mon père pour un « non » clair et définitif.

 

 

Vous l’aurez compris : J’ai une fois de plus passé un excellent moment, j’ai aimé toutes les histoires qui s’entrecoupent, depuis un valet de chambre qui n’est pas tout à fait clean, jusqu’au cas « libérez Smith », en passant par Rae qui doit jardiner, Izzie qui boit à l’œil, son histoire avec Connor,  celle avec Henry, l’enfermement et la punition, sans oublier les RDV avec les avocats imposés par la mère, les poignets et autres objets qui disparaissent mystérieusement de la maison familiale, les règles que la famille s’impose chaque semaine et les dîners du dimanche soir dont les retranscriptions sont à mourir de rire.
Oui j’ai tout aimé, comme d’habitude.
Et comme d’habitude je suis un peu triste quand arrive le moment de dire au revoir à cette famille pas comme les autres…

Alors, à l’année prochaine les Spellman : merci pour la bulle de bonne humeur dans laquelle je plonge dès que je vous lis !

 

 

- Parle-moi de ton petit ami, demandai-je.

- Il conduit très bien.
- C’est sa principale qualité ?
Rae ignora ma question et dit : « sa voiture est au garage. Il faut que tu viennes me chercher cet après-midi.
- Il y a une grève des bus dont je n’ai pas entendu parler ?
- S’il te plait, Izzie, ne me force pas à te menacer. Viens me chercher au lycée et tout ira bien.  


 

Les Spellman contre-attaquent ! – Lisa Lutz
Editions Albin Michel – 456 pages

 

 

 

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 16:57

 

parents1.jpg Le livre qui t'explique enfin tout sur les parents (pourquoi ils te font manger des légumes et tout le reste) est vraiment très très très drôle ! 
Alors certes, mon bébé n'a que 3 mois, et je pense qu'il ne le lira que dans 7-8 ans mais en attendant, moi je me suis bien marrée! Et je sais que je serai très contente de le resortir le moment venu pour rire avec lui ! 
Car voyez-vous, c'est avec beaucoup d'humour et de dérision que dans ce livre on analyse et on décortique les réactions des parents : pourquoi ils veulent qu'on se lave les dents, pourquoi ils insistent pour nous faire manger des légumes, on analyse leurs réactions tout en essayant de comprendre pourquoi ils ont peur de nous laisser aller seuls à la boulangerie ! Bref, à travers des dessins très colorés (et fluotés), on rigole, que l'on soit petit ou grand !

 

******

 

monstre-porte.jpg

Très important : Sam Foulatrouille à accrocher sur la porte pour ne pas que les parents rentrent dans la chambre des enfants... 


******

 

photo-28.jpg

J'adore le "Toi bien elevé : Bonjour Madame, je vous prie de bien vouloir agréer mes salutations distinguées". 

******


photo-29.jpg

Voilà ce qui arrive quand on ne mange pas de légumes et qu'on ne se cultive pas. On devient une grosse limace débile, plutôt moche, avec un corps mal foutu (manque d'exercice physique), hyper lente et toute molle ! 

******


photo-30.jpg

photo-31.jpg

Si jamais un enfant veut changer de parents il risque de se retrouver dans une famille de gros pingouins débiles ou pire avec une tribu de sauvages polygames à manger des brochettes de serpent et de mygales et à dormir dans une hutte dortoir avec 250 frères et soeurs. Mouahahahahah, quelle imagination !! Je me marre toute seule :) 

******

photo-33

Je ne pense pas que vous arriviez à lire mais c'est signée "L'auteure déguisée en champignon pour passer inaperçue quand elle se promène en forêt". 
J'adore. Je crois qu'elle ne fait pas que se déguiser en champignons, à mon avis, elle en consomme aussi !
En tous cas, elle part dans des délires pas possible, et moi, j'adore ça !
Je ne peux que vous conseiller ce livre !

********



D'autres extraits chez Clarabel qui a aussi beaucoup ri ! 

Il parait que son autre livre "Le livre qui fait aimer les livres même à ceux qui n'aiment pas lire" est tout aussi drôle. 
Vous pouvez voir quelques pages chez Bladelor.

Et je vous invite à aller voir le site de l'auteur

 

tour des genresabc3

 

Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 07:00

Mariage_en_douce_l_italienne.jpg

Vous voulez connaitre la recette « Remonte Moral » ?
 

Prenez, un couple qui file en Italie se marier en douce.
Ajoutez à leur escapade, leurs témoins, Jane et Cal, que tout oppose.
Mettez-les à côté dans l’avion afin que l’animosité qu’ils ont développé en se croisant un peu plus tôt à l’aéroport puisse s’accroitre.   
Donnez à Jane un journal de voyage où elle pourrait écrire toutes ses pensées, et à Cal un ordinateur portable afin qu’il puisse en faire autant.
Faites-leur échanger des e-mails avec d’autres personnes et conservez les reçus de certains paiements. 
Ajoutez un air hautain et je-sais-tout à Cal, un peu de susceptibilité et de dérision à Jane, des jolies chevilles, une rumeur sur un membre particulièrement bien doté du témoin, une phobie des serpents, une panne de courant, des familles qui s’opposent à un mariage, un papier manquant, le charme de l’Italie et le fan club d’un chat d’une BD.
Saupoudrez le tout de quiproquos, de péripéties et de mésaventures.
Enfin, mélangez le tout et vous obtiendrez une très bonne dose de rire et de gloussements que vous pourrez consommer sans modérations !
 

Et oui, vous l’avez compris, après avoir beaucoup beaucoup ri en lisant « Embrouilles à Manhattan » je n’ai pas mis longtemps à ouvrir le dernier livre de la série « Boys » de Cabot !
Et encore une fois, j’ai adoré, encore plus que le précédent je crois bien. Je me suis marrée quasiment à chaque page, ce qui est assez rare pour être souligné !

Alors certes, c’est prévisible, on est quand même dans de la chick-lit, mais bon vu comme on glousse, c’est loin d’être dérangeant ! Et qu’est ce que ça fait du bien au moral…

Je continue de vous conseiller ces livres qui égayeront vos journées !

 

Merci à Cuné, Caroline et Pimpi pour les échanges de mails et de photos lors de cette LC des plus sympathiques:)
Et ici, l’avis de Pimpi.
 

Moi : Vraiment ? Elle était si belle que ça ? Elle était mannequin, non ?
Mark : Elle était potable. Pas mon type. Une grande blonde osseuse. Tu vois le genre. Le top-model par excellence.
Moi (hochant la tête avec compassion) : Carrément idiote quoi ?


Mariage (en douce) à l'italienne
Auteur : Meg Cabot
Editeur : Marabout (Hachette livre), 308 pages.
Titre Original : Every Boy's Got One.



Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 08:00

Embrouilles_Manhattan.jpg 

Fandesleaterkinney : JE ME FOUS DE SES MAINS ! C’EST SON CUL QUI M’INTERESSE !
Katylafait : D’accord, d’accord ne t’énerve pas. Ci-dessous les renseignements basiques. Taille : environ un mètre quatre-vingts. Poids : normal pour quelqu’un de cette taille. Il m’a paru pas mal… développé, sous ses fringues. Difficile de juger. Et puis comparé à Dale tout le monde semble bien bâti. Beau costume, strict mais égayé par une chouette cravate Tite et Grosminet. 
Fandesleaterkinney : Grosse menteuse !
Katylafait : Pas d’insultes, je te prie. (…). Mitchell est plus grand que son frère. Et il ne se dégarnit pas, lui. Il a une fossette au menton. Et des yeux verts. Superbes. A moins qu’ils soient noisette. Sauf qu’ils m’ont paru verts, Je t’ai dit qu’il avait de belles mains ?
Fandesleaterkinney : Son cul, STP. 
Katylafait : Je ne l’ai pas regardé !!!
Fandesleaterkinney : A d’autres ! 
Katylafait : Bon, d’accord. J’avoue. Petit derrière genre ferme et invitant à la caresse.
 

********** 

Chère Madame Cabot,


Je viens de finir de lire  votre livre « embrouilles à Manhattan » qui m’a fait sourire et rire quasi tout du long, tant et si bien que je l’ai dévoré en un jour…
Je peux vous dire que ce livre me réconcilie avec vous, car après « Insatiable », que vous avez sorti pour surfer sur la vague des vampires ?, j’ai bien cru qu’entre vous et moi, c’était fini…

Puis, alors que nous parlions de lectures épistolaires, Pimpi m’a parlé de cette série de livres que vous aviez écrite. Je me suis alors souvenue avoir lu et adoré le premier « Melissa et son voisin », et ce fut donc une très bonne surprise d’apprendre que vous en aviez écrit deux autres du même genre ! 
Hop, ni une ni deux, le second livre était commandé et déjà prévu en lecture commune avec la tentatrice !

Dès les premières pages j’ai été embarquée.
Entre e-mails, factures, menus de restaurants, compte-rendu de réunion, messagerie instantanée, petits mots collés sur les portes, pages de carnet intime, et j’en passe, vous arrivez à nous raconter une histoire qui tient bien la route et qui a son lot de rebondissements tout en nous présentant beaucoup de personnages, tous très différents les uns des autres.

J’ai adoré suivre tous ces courts échanges, surtout ceux entre Kate et sa meilleure amie Jen, j’ai détesté ce petit rapporteur de Stuart (et sa tête de titi hihi) ainsi que sa fiancée, la peste d’Amy (alias la RATT), j’ai craqué pour Mitch et ses réparties, pour ses sœurs (en manque de sexe pour l’une, et en recherche d’identité pour l’autre), pour Dale, l’ex petit copain rocker et bon à rien, sans oublier celle sans qui l’histoire n’existerait pas, Ida et ses recettes de dessert…

Alors, bien sûr, on devine la fin avant même d’avoir passé le premier quart du livre mais qu’importe car vous arrivez, à travers toutes ces correspondances et petits mots, à nous emporter, à nous faire tourner les pages à toute vitesse, et à nous faire rire toute seule dans notre coin pendant que mari et beaux-parents nous prennent pour une folle.

J’ai aimé commencer mes vacances à la montagne par cette lecture.
J’ai aimé votre façon d’appréhender ce style si particulier qu’est l’épistolaire, que vous maitrisez ici avec brio et humour (que l’on retrouve à chaque coin de page).
J’ai aimé que vos personnages soient légèrement clichés mais qu’ils nous fassent tout de même délirer…

Du coup, forcément, une fois le livre terminé, je n’ai pas pu m’empêcher de commander le dernier de la série : « Mariage en douce à l’italienne».
Un titre des plus prometteurs !  

Vous l’aurez compris, Meg, (je peux vous appeler Meg ?), je vous conseille donc de revenir vers ce style de livre, bien plus drôle et efficace que celui d’Insatiable dont je ne garde aucun souvenir si ce n’est qu’un des personnages fait à un moment donné une comparaison entre la peau de l’héroïne qu’il trouve « aussi lisse que le fart qu’il utilise au ski ».

Soyez donc assurée que si j’ai critiqué Insatiable, je recommanderai chaudement « Embrouilles à Manhattan » à mes amies si elles ont besoin d’un livre détente, drôle, mettant en scène des personnages attachants qui vont vivre des situations abracadabrantes, non dénuées de clichés, certes, mais qui font rire à tous les coups !

Bien cordialement,
Cécile

  

**********

Si vous voulez savoir de quoi ça parle :

Kate travaille au NY Journal dans le service des Ressources Humaines avec sa meilleure amie, Jen.

Un jour, leur cheffe, Amy, demande à Kate de virer la personne la plus populaire du journal : Ida, qui s’occupe de distribuer les pâtisseries.
La raison est simple : Ida refuse de servir certaines personnes qui, selon elle, ne le méritent pas (ce qui est inacceptable, surtout quand une des personnes qui se voit essuyer un refus est le chef du cabinet juridique du journal, Stuart, aussi connu comme le fiancé d’Amy ! La cheffe si vous avez perdu le fil !).

Finalement, l’histoire commence vraiment quand Ida décide de poursuivre le journal pour licenciement abusif car c’est là que Mitch, le frère de Stuart, fait son entrée en étant chargé de s’occuper de ce cas.

Or il se trouve que Mitch, lui, a non seulement le droit aux pâtisseries d’Ida, mais qu’en plus il ne s’entend pas vraiment avec son frère (c’est un euphémisme) et qu’il n’apprécie pas franchement sa coincée de fiancée (Amy).

Par contre, la petite Kate, là, celle avec qui il lui arrive toujours des catastrophes, c’est autre chose…

Place aux échanges entre toutes ces personnes, ainsi qu’avec les membres déjantés de la famille de Mitch et Stuart… 

  

**********
 

De : Stacy Trent <JMTITI@freemail.com>
A : Stuart Hertzog <stuart.hertzog@hwd.com>
Sujet : Janice

Tu as sniffé de la colle ou quoi ? Pas question de payer une société qui enlèvera Janice et l’expédiera dans l’Utah pour la transformer en hétéro. Bon Dieu, Stuart, tu aimerais, toi, qu’on loue les services de gros bras afin de te kidnapper pour t’empêche d’épouser une garce qui a un bâton dans le cul ? Je ne crois pas. Alors laisse-nous donc, Mitch et moi, nous charger de Janice.
Il me semble que nous en sommes capables.
Stacy.


De : Margaret Hertzog <margaret.hertzog@hwd.com>
A : Stacy Trent <JMTITI@freemail.com>
Sujet : Janice

Stacy, Stuart m’a transféré le dernier mail que tu lui as expédié. Permets-moi de te dire qu’il est d’une rare grossièreté. Je ne t’aurais jamais soupçonnée d’autant de méchanceté. Il a fallu que je le lise pour le croire. J’en suis réduite à voir derrière cette histoire de « bâton » la déplorable influence de Mitch sur toi.
(…)
Quoi qu’il en soit,  jeune femme, j’exige que tu présentes tes excuses à ton frère ainé pour les atrocités que tu as proférées à l’encontre de sa fiancée. Et tu as intérêt à ne pas tarder, parce que j’ai eu des nouvelles de ton père. Il rentre à la maison.
Maman.


L'avis de Pimpi qui a eu autant de plaisir lors de cette relecture qu'à la première (CLIC) et l'avis (très) négatif de Fée (CLIC).
 


Embrouilles à Manhattan
Auteur : Meg Cabot
Editeur : Marabout (Hachette livre)
Titre Original : Boy meets Girl

 


Repost 0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 08:00

soutien-gorge-rose.jpg

CALISSE que ce livre était bon !!
 

Comment ça vous ne connaissez pas le mot Calisse ?
Demandez à Karine et Pimpi, elles pourront vous expliquer…
Hé oui, car si les québécois parlent français, ils ont certaines expressions qui leur sont propres… et je peux vous dire qu’elles sont toutes plus exquises les unes que les autres…
Voici un exemple de dialogue tout à fait savoureux qui m’a tout simplement éclaté (et qui hors contexte, ne vous fera sûrement absolument pas rire).
 

- Ostie que tu m’écoeures
- Pardon ? 
- Mais t’as raison ma maudite. Je suis vraiment ridicule.
- Ah, veux tu bien ?
 

E-cla-tant je vous dis…
Mais  il n’y a pas seulement les expressions québécoises qui sont éclatantes, même si j’ai ri à chaque fois (vraiment à chaque fois je veux dire) que le mot « ostie » était employé.
Non, outre ces expressions, c’est tout le livre qui est marrant.
Ajoutez à ça que je suis tombée amoureuse (d'Antoine...) et vous obtiendrez tout ce qu’on demande à ce genre de livres : on passe un excellent moment, on oublie tout, on sourit, on maudit les personnages pour leur aveuglement,  on soupire et… on ne veut pas tourner la dernière page… on en veut plus : plus de dialogues québécois, plus d’Antoine, plus de colloc drag queen, plus de famille déjantée (les parents sont excellents), plus de pages, plus de tout quoi…


Vous l’aurez compris : un super moment, une super histoire, un petit délice de livre québécois que je ne peux que vous recommander…
Pour ma part, je pense même l’acquérir pour pouvoir l’ouvrir en cas de coup de blues…
(car ce livre est un prêt de Sandy (merci) qui m’avait tellement donné envie pendant sa lecture et ses échanges avec Pimpi)…

 
Bon et pour la petite histoire (quand même) Chloé, Antoine et Juliette ont signé le « manifeste » il y a de ça quelques années : ne pas tomber amoureux, ne pas s’investir dans une relation durable, s’amuser un point c’est tout…
Mais finalement Chloé décide qu’elle en a marre, elle aussi veut connaître le grand amour…

Excellent en tous cas, je ne peux que vous le conseiller !

Et pour les québécoises, un petit jeu :

Placer les mots et expressions suivantes en une phrase (ou 2):  (le point virgule est autorisé)…
Chum, ciboire, ostie,  crisse, « pêter les bretelles » « veux tu bien » , Tabarnak, vodka, amour, parapluie et fraises. (vous pouvez rajouter tous les mots que vous voulez bien sûr).

 

Les billets de Sandy, Pimpi, Karine 

 

 

 

Repost 0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 11:32

mon-nez.JPG

 

Georgia :

 

- a 14ans, un chat  qui ressemble plus à un pitbull non dressé et une petite sœur Libbye qui pue souvent le caca, et qui a des sorties mythiques et on ne peut plus embarrassantes.

- en veut à mort à sa mère de s’être marié avec son père dont elle a hérité le nez. (Comprenez : son plus grand problème dans la vie. Elle sait exactement comment elle doit sourire pour ne pas le faire ressortir).

- Elle a des copines pas forcément fute fute, mais qui la suivent dans ses délires, elles rendent folles leurs profs, se disputent et se réconcilient, s’appellent toutes les 2 minutes et font des soirées pyjama…
- Tombe raide dingue amoureuse de Robbie, autrement appelé Super Canon.


 

Bref, Geogia est une héroïne hilarante dont on suit le journal.

Dès la première page où on apprend que Georgia s’est rendue à une soirée déguisée en olive verte fourrée au piment, on se marre on se marre, et on ne s’arrête plus…

Georgia a du répondant, du caractère, elle est drôle, a le chic pour les mauvais plans, a tendance à légèrement dramatiser, elles se donnent des notes avec ses copines en cours pour savoir qui a le plus beau nez, les plus beaux cheveux ou le plus beau corps, elle déteste ses parents qui ne la comprennent pas, veut se teindre en blonde, expérimente ses premiers baisers…

Bref Georgia c’est l’ado classique, la petite pisseuse, celle qu’on a été, dans laquelle on se reconnaît.

 

 

Franchement, si vous voulez vous marrez pendant tout le long d’un livre, (au risque d’être prise pour une folle dans les moyens de transports), et vous changez les idées, allez-y, n’hésitez pas, jetez-vous sur le journal intime de Georgia.

Pour ma part, il me tarde de me procurer le second tome ! J

 

Elles sont aussi convaincues : Fashion, Karine, Fée 

Extraits à venir quand j'aurai le livre sous la main :) (et oui, on ne sait jamais d'où et quand on écrira un billet et si je devais toujours avoir sur moi deux livres plus les livres lus dont je dois faire les billets, il faudrait m'appeler Bourricot)

Repost 0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 19:35

54627168_p.jpg 

 

Et dire que j’avais ce livre chez moi depuis au moins 3 mois!

Rappelez-moi à la sortie du prochain, de ne pas attendre pour le lire…

Car une fois de plus, la famille Spellman m’a fait rire sans arrêt.

Vous ne connaissez pas encore ?

 

Les Spellman sont tous plus barrés les uns que les autres.

Famille de détectives privés (sauf David, l’aîné : beau gosse, intelligent, posé et sérieux : autant dire l’extraterrestre de la famille),  ils enquêtent les uns sur les autres, se mettent sur écoute, s’envoient des piques à longueurs de journées, se font du chantage…

 

Dans chaque tome, nous suivons d’un côté les affaires sur lesquelles Isabel enquête en tant que Détective Privé, et en parallèle, celles du cadre familial, qui ne manquent jamais de rebondissements.

 

Dans la « Revanche des Spellman », Isabel suis une thérapie sous contrôle judiciaire, n’a plus vraiment de boulot, plus vraiment d’appartements. Elle enquête sur « l’Affaire de la Si peu Soupçonneuse Epouse d’Ernie Black qui Ne Le Trompe Probablement Pas », une personne  la fait chanter en l’envoyant au musée et à l’opéra, l’homme qui lui plait sort avec une fille qu’elle n’arrive pas à détester, sa petite sœur est soupçonnée d’avoir triché à ses examens blancs, son frère prend des vacances et lui ment, (elle ne sait pas encore pourquoi et sur quoi), sa voiture disparaît de places chaque matin, elle est obligée de prendre les transports publics pour arriver à dormir, son meilleur pote (de 84 ans) fait sa tête de mule, et ses parents lui mettent un ultimatum...

 

Bref, vous l’aurez compris, on ne s’ennuie pas.

Les « affaires / enquêtes » sont toutes intéressantes (des plus sérieuses aux plus dérisoires), on est toujours étonné, les chapitres sont courts, les retranscriptions d’enregistrements et des séances de psy sont à mourir de rire…

 

Dans ce tome, comme dans les deux précédents, il y a beaucoup d’ironie, beaucoup de rebondissements, des situations loufoques, des courses poursuites, de l’auto dérision et, je me répète beaucoup d’humour...

Une fois de plus j’ai souri et ri tout du long, je n’ai pas pu m’arrêter de tourner les pages, et je ressors emballée mais également triste de quitter déjà les aventures d’Isabel et sa famille déjantée !

 

Que dire de plus à pars que ces livres vous changent les idées et vous remontent le moral et que, si ce n’est pas encore fait, il faut que vous les découvriez ?

(pour les plus récalcitrants, je précise que les 2 premiers tomes sont déjà sortis en format poche).

 

 

 

Repost 0

en-passant2.jpg    

 

- John Green est un génie...

- Swap en cours de finition ! J'ai enfin trouvé LE cadeau que je voulais absolument !

 

 

******************************************************************

 

Recherche

categories2.jpg

 

    ********************************************************
 


j'y suis et j'y adhère

 

 

facebook_logo-2-.png goodreads.jpg twitter logo pinterest.jpg

 

volage gris 2-1
     

Logo40-copie-1.jpg   


MIDINETTE

 

 

    ********************************************************

 


challenge.jpg 

 

 

   
Classique final 4  

Challenge Un classique par mois. 
Organisé par Stephie  0/12

 

 

volage gris final

Challenge "Je suis volage : je tombe amoureuse à chaque nouvelle lecture"
Organisé par Mlle P et moi-même.   

 

 

          ******************************************************** 

  

 

je-lis2.jpg           

 

 

 


    ********************************************************

 

 

********************************************************

promene3.jpg